AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330017774
Éditeur : Actes Sud (13/03/2013)

Note moyenne : 3.55/5 (sur 220 notes)
Résumé :
Après avoir sauvé Louis XV de la mort lors de l’attentat de Damiens, et malgré son peu de goût pour la monarchie, le jeune Volnay obtient du roi la charge de “commissaire aux morts étranges” dans la police parisienne.

Aidé d’un moine aussi savant qu’hérétique et d’une pie qui parle, Volnay apparaît comme le précurseur de la police scientifique, appelé à élucider les meurtres les plus horribles ou les plus inexpliqués de son époque.

Ép... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (69) Voir plus Ajouter une critique
kuroineko
  01 novembre 2018
Passionné par l'art, l'Histoire - le XVIIIème siècle en particulier - et les intrigues policières, Olivier Barde-Cabuçon a mélangé tous ces éléments pour créer sa série d'enquêtes du commissaire aux morts étranges.
Casanova et la femme sans visage en est le premier tome et se déroule en l'an de grâce 1759, sous le règne luxurieux de Louis XV. Un beau soir de printemps, le corps d'une jeune femme est retrouvé, le visage arraché. Qui a pu se rendre coupable d'une telle barbarie? Et pour quels motifs? C'est ce que va devoir découvrir le fameux (et jeune) commissaire aux morts étranges, chevalier de Volnay, secondé par un moine des plus singulier, excommunié mais versé dans les sciences. A eux deux ils forment les prémices de la police scientifique et de la criminologie.
Ayant découvert le cadavre en voulant raccompagner une de ses conquêtes, le chevalier autoproclamé de Seingalt, plus connu sous le nom de Giacomo Casanova, entre en scène dès le début du roman et va s'imposer tout au long de l'enquête, au grand déplaisir de Volnay qui n'apprécie pas vraiment le libertin Vénitien. Ses anecdotes sur sa propre vie - principalement des "secrets" d'alcôve - et sa philosophie très libre en font un riche atout au roman.
J'ai trouvé que ce premier opus était meilleur en tant que roman historique que pour son intrigue policière. Olivier Barde-Cabuçon met toute sa connaissance de l'époque au service du cadre contextuel de son livre. On y rencontre les grands de ce monde, à commencer par le roi lui-même, présenté comme un homme libidineux amateur de tendrons et de chair fraîche, et sa Favorite, la marquise de Pompadour. Siècle des Lumières oblige, la mode est aux découvertes scientifiques et à la lecture des philosophes, en dépit des dangers de la censure. Qui dit Lumières dit également ombres et le siècle dit éclairé reste malgré tout attaché à l'occulte, la divination, les recherches alchimiques, etc. le moine et Casanova, à plusieurs reprises, ne manquent pas de se gausser de la crédulité d'une bonne partie de l'aristocratie qui se veut pourtant savante mais se laisse duper aisément contre la promesse d'un élixir de jeunesse ou d'une crème redonnant toute sa magnificence à une beauté fanée par les années. A noter que de ce point de vue, le XXIème siècle répond toujours à ces aspirations, il suffit de dénombrer les publicités diverses en la matière.
En tant que personnage, Volnay représente la droiture et l'intégrité. Pas simple pour lui de naviguer dans la faune versaillaise et parisienne où intrigues et complots pullulent, où la justice dépend plus souvent des bonnes accointances que de la vérité. Par sa rigidité parfois excessive, Volnay s'attire moult ennuis. Son assistant moine, lui, est beaucoup plus souple de caractère quoique d'une grande rigueur intellectuelle. Ses sarcasmes et remarques ironiques offrent un pendant complémentaire au commissaire.
Casanova et la femme sans visage réjouira les amateurs de bonne trame historique. J'ai pris beaucoup de plaisir à me plonger dans ce XVIIIème siècle clair-obscur. J'espère que les tomes suivants continueront à m'enchanter par leur qualité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Crazynath
  28 mars 2016
J'ai toujours aimé les romans historiques, et ayant reçu ce livre à l'occasion d'une offre spéciale de Babel Noir, j'avoue que ce dernier attisait ma curiosité depuis un petit moment.
Déjà la couverture, très réussie selon moi, ainsi que le titre : Casanova et la femme sans visage, Une enquête du commissaire aux morts étranges....Intrigant n'est ce pas ? Je connaissais déjà Nicholas le Floch, aussi j'étais assez curieuse de découvrir un nouveau héros de cette période de l'histoire...
Donc voila, je me suis lancée et j'en ressors avec une impression plus que favorable : les descriptions du Paris du 18eme siècle sont très réussies et il faut dire que l'histoire est fort bien racontée.
Meme si le chevalier de Volnay, commissaire aux morts étranges, n'attire pas forcément trop la sympathie au premier abord ( un peu distant le garçon il faut le dire ), on ne peut s'empêcher d'apprécier son compagnon, le fantasque moine qui semble avoir un passé des plus ...hmmm....intéressants. Je n'ai d'ailleurs pas pu m'empêcher de me le représenter sous les traits de Guillaume de Baskerville, alias Sean Connery.....
Je ne dévoilerais rien de l'intrigue, et je ne rajouterais qu'une chose : l'auteur a réussi à mêler des personnages qui font bien partie de l'histoire avec un grand H avec d'autres de fictions. Casanova, le comte de saint-Germain et la marquise de Pompadour pour ne citer qu'eux.
J'avoue d'ailleurs avoir été intriguée par Saint-Germain et ce livre m'a donné envie de mener ma petite enquête sur le net sur une personnalité, ma foi, fort curieuse....
3.5/5 en réalité
Challenge ABC 2015/2016
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201
stefmet
  12 mai 2014
Alors que je dois écrire une critique, une question reste sans réponse: ai-je aimé ce livre?
En passionné des aventures de Nicolas le Floch, je me suis jeté avec gourmandise sur ce livre dont l'un des personnages n'est autre que Sartine, figure récurrente des romans de J.F. Parot. Curieux de voir une autre approche du personnage et de l'époque surtout. D'ailleurs, j'ai vite mis la comparaison de côté car ça n'avait, somme toute, qu'un intérêt relatif.
Je me suis donc plongé dans cette enquête ayant pour toile de fond l'opposition entre la marquise de Pompadour et le parti dévot, une confrérie anti-monarchiste et les premières loges maçoniques, sans oublier l'Alchimie, maronnier des romans d'époque. Tous les ingrédients pour une bonne histoire. D'autant plus que les personnages de cette affaire sont riches d'un potentiel romanesque extraordinaire.
Mais c'est là que je commence à être peu satisfait. (Excusez moi si je spoile)
Prenons d'abord le "héros": le chevalier de Volnay. Rien en lui ne me l'a rendu sympathique. Sa rectitude envers ses idéaux tient plus de la rigidité que de la droiture. Sa capacité d'analyse supposée rapide ne lui permet cependant pas de comprendre rapidement la raison de la mort de Mlle Hervé, alors que le détail des mains brûlées semble très clair. Son amour torturé pour la belle Chiara... Non vraiment rien de bien passionnant en lui.
Ensuite Casanova. Et bien rien de nouveau sous le soleil au sujet de ce cher Giacomo. L'auteur en fait un personnage trop fidèle à sa légende: coureur et intéressé. Même si il y a une tentative pour le rendre plus sensible, cela ne m'a guère convaincu.
Le comte de Saint-Germain? Ce n'est pas la première fois que je le croise dans des romans et je lui trouve un potentiel énorme de héros central. Ici, même sa personne est importante, j'aurais aimé qu'il soit plus présent. (d'ailleurs si quelqu'un connait un livre où Saint Germain est le personnage principal, qu'il m'en informe)
La Pompadour? Tout le début du livre en fait une maquerelle souffroteuse, avant de la rendre, heureusement, plus nuancée dans la deuxième partie.
Que dire de Louis XV dépeint en ogre libidineux jamais rassasié de chaire fraîche, voire même très fraîche? D'accord c'est une vérité historique de dire que Louis XV aimait les très jeunes filles. Mais résumer sa personnalité à la luxure et à l'ennuis est ridicule. Un portrait uniquement à charge, même si je comprend qu'il est analysé sous le prisme anti-monarchique de Volnay.
Je passe sur les méchants vraiment très méchants, sur la jeune Chiara qui aime un homme tout en se donnant à un autre.
Le seul que j'ai vraiment apprécié c'est le moine. Tout en lui me plait et m'amuse. Son savoir, sa philosophie, son parcours. Une très bonne trouvaille.
Pour l'intrigue par elle même, c'est plutôt pas mal. Toutefois je me dis qu'avec tous ces rebondissements et toutes ces factions présentes, il y avait de quoi faire deux bons livres plutôt qu'un seul assez brouillon tant il part dans de nombreuses directions par moment.
Et malgré toutes ces critiques pas forcément élogieuses, j'ai quand même passé des moments agréables. Certes ce n'était durant les 440 pages, mais ces bons passages sauvent le livre et me laisse espérer que le suivant (Messe Noire) me réjouira davantage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
indira95
  13 février 2017
Quand on parle de romans policiers au temps des Lumières, tout le monde pense aux enquêtes de Nicolas le Floch ; of course. Certes, ce personnage est la référence dans le sous-genre du polar historique et Jean-François Parot, sans conteste d'une érudition fascinante sur ce Paris du XVIIIe siècle, pris entre aspirations philosophiques (cantonnées à un cercle restreint n'exagérons rien) et respect de l'absolutisme de droit divin (en majorité). Mais chers lecteurs, sachez que sieur Parot n'est pas le seul sur le marché et qu'un petit nouveau est en train de lui voler la vedette, je cite : Olivier Barde-Cabuçon et son commissaire aux morts étranges, Volnay.
Déjà, commissaire aux morts étranges, perso j'adhère au concept. Electron libre, concurrent non avoué de Sartine, lieutenant criminel du Châtelet, Volnay a acquis le privilège de gérer les enquêtes les plus sordides et hors du commun grâce au roi Louis XV qu'il a sauvé d'une mort certaine lors du fameux attentat de Damiens. le truc de Volnay s'apparente presque aux expert Las Vegas, à savoir la recherche minutieuse d'indices et faire parler les morts par l'intermédiaire de l'autopsie (triturer des corps dans un pays catholique au XVIIIe siècle est encore considéré comme de la sorcellerie d'où le côté super original de notre enquêteur). Austère, peu amène, rigoureux, limite ascète (son seul compagnon est une pie), Volnay n'aime pas trop le pouvoir royal, ce qui se révèle un brin embêtant vu qu'il en dépend directement. Un antisocial qui dénote et dérange, bon point !
Le 1e volet des enquêtes de monsieur Volnay porte sur la mort étrange d'une courtisane/fille de joie à qui on n'a ni plus ni moins que dépecé le visage (et bon appétit bien sûr !). Les pérégrinations de notre commissaire l'amèneront à côtoyer Casanova, libertin vieillissant mais encore vaillant, la Pompadour qui intrigue pour rester au sommet, la franc-maçonnerie, les grenouilles de bénitier réfractaires aux Lumières et quelques mystérieux personnages. Aidé d'un moine défroqué au passé douteux et sulfureux, Volnay devra résoudre une enquête tout en jouant habilement avec les faux-semblants et les ronds de jambe propres au monde de Versailles.
J'ai été happée par la restitution fidèle (j'ose l'espérer) de ce Paris des Lumières bien plus obscur qu'on ne le croit, de ce siècle d'idées nouvelles centrées sur la science et la place de l'homme en tant qu'être libre et pensant. Et cerise sur le cheesecake, outre l'intrigue, intéressante (cela reste un roman policier, il faut quand même maintenir le suspense), nous apprenons pas mal de choses sur cette époque. En ce qui me concerne, j'aime ressortir plus cultivée de mes lectures (histoire de briller lors des repas du midi avec les collègues ;)). 1e tome mais croyez-moi pas le dernier ! Allez hop, le 2e tome est déjà sur ma liste !
Lien : http://www.livreetcompagnie...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Didier_Tr
  24 avril 2017
Cela faisait un petit moment que je lorgnais les "enquêtes du commissaire aux morts étranges", et j'ai fini par craquer. J'ai donc lu avec un grand plaisir ce "Casanova et la femme sans visage", a priori le premier volume des enquêtes du Chevalier Volnay, préposé aux morts bizarres sous Louis XV et la Marquise de Pompadour. Une femme est retrouvée morte, avec le visage dépecé. S'en suit une enquête qui va remonter jusqu'à l'entourage très proche du Roi.
Affaire sensible. Très sensible. Racontée avec sensibilité. Quelques personnages italiens plus ou moins recommandables, dont Casanova.
Bien écrit, c'est un grand plaisir. Je ne vais pas manquer de me plonger dans les épisodes suivants pour voir si cela gagne en qualité ou pas. Je suis tenté.
Une très bonne découverte.
Commenter  J’apprécie          221
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
comtesseoboulofcomtesseoboulof   06 mars 2012
-Quelle boisson étrange ce café, murmura Casanova, plus on en boit et moins on dort et moins on dort et plus on a besoin d'en boire...
-Comme vous gagnez votre vie la nuit, persifla Volnay, je comprends qu'il soit votre boisson préférée !
-Monsieur, répondit vertement l'autre, je ne suis pas une chouette et je vis aussi bien le jour que la nuit. Je suis par ailleurs connu dans toutes les cours européennes...
-Il faut dire, persifla Volnay, que le chevalier de Seingalt a conquis l'Europe à la pointe de son sexe! Savez-vous, Chiara, comment il surnomme celui-ci ? "L'agent principal de l'humanité!"
-Monsieur, s'écria Casanova en faisant jouer ses robustes épaules, vous vous oubliez !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
ArtemiaArtemia   25 avril 2012
(le début) : La nuit avait envahi les rues de Paris et déposé un voile noir sur le carrosse immobilisé au milieu de la rue déserte. Engoncé dans un manteau sombre, le cocher retenait d'une main ferme les chevaux qui s'agitaient nerveusement. Une silhouette fine descendit de la voiture. La capuche du manteau, rabattue sur le visage, dissimulait les traits d'une jeune fille. Sur les murs, les ombres projetaient leurs doigts crochus vers elle. Un cheval encensa. Le cocher regardait droit devant lui, impassible.
- Il est tard, prenez garde mon enfant : gens de bien aiment le jour et gens méchants préfèrent la nuit !
La voix provenait du carrosse. Elle était fatiguée mais bien timbrée et agréable à l'oreille. Comme mue par un signal invisible, la voiture s'ébranla dans un fracas de bois et de fer. L'inconnue frissonna. Elle se retrouvait seule, ses doigts blancs serrés comme si elle s'apprêtait à porter un coup. L'obscurité gommait les repères familiers, suggérant à l'oeil des formes fantastiques. Dans son enfance, par ses récits pendant les veillées, sa mère avait peuplé sans le savoir ses nuits de loups-garous, de voleurs et de fantômes. Un instant, elle crut entendre un bruit de pas et s'immobilisa pour écouter. Seul le silence lui répondit.
A cet instant, les nuages se dissipèrent et la lune jeta un pâle reflet dans la rue, révélant l'entrée d'une petite cour au fond de laquelle rougeoyait un four à pain. La jeune fille eut un mouvement d'exultation. Un rire cristallin s'échappa de sa gorge et elle se hâta à grands pas dans la direction de cette lumière vacillante.
La nuit fut alors trouée d'un mouvement rapide. Une ombre grandit démesurément sur les murs et se dirigea à sa suite. Bientôt un cri déchirant troua les ténèbres.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
stefmetstefmet   09 mai 2014
Nos scientifiques et nos philosophes ont oublié que, en immolant la foi sur l'autel de la raison, ils ont ôté une chose essentielle à l'humanité: l'espoir. Ce besoin inhérent à l'humanité, tu trouveras toujours d'autres personnes pour l'apporter: devins, guérisseurs, cabalistes, sorciers.. Avec eux demeure l'espoir d'un possible au-delà.
Commenter  J’apprécie          111
Didier_TrDidier_Tr   24 avril 2017
J'aime cet aspect poudreux et velouté du pastel. C'est sa nature granuleuse qui lui donne cet éclat incomparable en provoquant la réfraction de la lumière.
Commenter  J’apprécie          150
HannibalLectriceHannibalLectrice   03 juillet 2016
- Je ne crois plus en Dieu, mademoiselle, car on dit de lui qu'il a fait l'homme à son image. Ce doit être alors quelqu'un de bien détestable.
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Olivier Barde-Cabuçon (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier Barde-Cabuçon
Olivier Barde-Cabuçon - Une enquête du commissaire aux morts étranges : Entretien avec le diable .A l'occasion du festival Quai du Polar à Lyon, Olivier Barde-Cabuçon vous présente son ouvrage "Une enquête du commissaire aux morts étranges : Entretien avec le diable" aux éditions Actes-Sud. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/barde-cabucon-olivier-une-enquete-commissaire-aux-morts-etranges-entretien-avec-diable-9782330060589.html Note de musique : "Polar Stratospheric Clouds" - Project 5am Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : France (Louis XV)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1737 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..