AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.88 /5 (sur 1342 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Sainte-Marie-du-Mont , le 31/08/1908
Mort(e) à : Valence , le 24/09/1978
Biographie :

Paul-Jacques Bonzon est un écrivain français de romans pour la jeunesse.

Il est connu principalement pour la série "Les six compagnons" (trente-huit titres publiés de 1961 à 1980 aux éditions Hachette dans la Bibliothèque verte).

Il fut élève de l'école normale d'instituteurs de Saint-Lô, promotion 1924-1927. Il fut d'abord nommé en Normandie, dans son département d'origine. En 1935, il épouse une institutrice de la Drôme et obtient sa mutation dans ce département où il fut instituteur et directeur d'école pendant vingt-cinq ans.

En poste à Espeluche puis à Chabeuil, il rejoint Saint-Laurent-en-Royans en 1949 et Valence en 1957, où il termine sa carrière en 1961 pour se consacrer entièrement à son métier d'écrivain de livres pour enfants.

Il appartenait à l'Académie Drômoise des Lettres, des sciences et des arts, association culturelle qui groupe des écrivains, des savants, des artistes du "Pays Drômois".

Son œuvre tranche sur la littérature pour la jeunesse de l'époque par le caractère réaliste et parfois triste de certaines situations. À ce titre, il se trouve être l'un des plus représentatifs des romanciers pour la jeunesse de cette époque.

Plusieurs de ses ouvrages mettent en scène le Cotentin et plus particulièrement Barneville-Carteret, qu'il nomme d'ailleurs Barneret et Carteville dans ses romans. Les cousins de "La Famille HLM" (vingt titres parus de 1966 à 1978) y prennent leurs vacances. "Delph le marin" (1947), publié chez Sudel, se déroule à Carteret de même que "Le marchand de coquillages" (1968), "Le cavalier de la mer" (1977) ou encore "Le bateau fantôme" (1970). L'auteur connaissait bien la région. Il y venait régulièrement.

Après sa mort en 1978, onze titres supplémentaires de la série "Les six compagnons" ont été publiés jusqu'en 1994, écrits par Olivier Séchan, (qui n'est autre que le père du chanteur Renaud), Pierre Dautun et Maurice Périsset.

Il a écrit en collaboration avec M. Pedoja, inspecteur départemental de l'Éducation nationale, un livre de lecture destiné aux enfants des pays francophones "Pompon, petit âne des tropiques".

Il est lauréat du Grand Prix du Salon de l'Enfance en 1958 pour "L'Éventail de Séville". Ses ouvrages sont traduits dans 16 pays.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Paul-Jacques Bonzon   (109)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (103) Voir plus Ajouter une citation
rulhe   07 décembre 2017
Les Six Compagnons, tome 33 : Les Six Compagnons et le cigare volant de Paul-Jacques Bonzon
sitôt la tente montée, bisteque s,occupa du repas.

- tous a table, lança t il bientôt..ce qui était une façon de parler puisque il n'y avait ni table ni chaises.
Commenter  J’apprécie          140
Nostradamus27   24 juin 2018
Les Six Compagnons, tome 30 : Les six compagnons au Tour de France de Paul-Jacques Bonzon
Dès le départ, Rodolfi déclencha les hostilités en donnant à ses hommes la consigne de le suivre dans une échappée de longue haleine et de freiner ensuite le peloton pour lui permettre, à lui, de foncer vers le but et d'arriver en vainqueur aux Sables-d'Olonne. Le coup réussit... et même si bien que non seulement l'Italien remporta l'étape mais qu'il revêtit le maillot jaune.



Hélas! en jouant le rôle de « gregario », Aubanel, lui, ne put tirer son épingle du jeu. Impuissant à contenir une attaque du peloton, après avoir laissé Rodolfi voler seul en avant, il se laissa déborder par le gros de la troupe et même lâcher dans les derniers kilomètres, pour se classer quarante-deuxième avec quatre minutes de retard sur son leader.
Commenter  J’apprécie          102
Abbyly   21 mai 2016
Les Six Compagnons, tome 6 : Les six compagnons et la perruque rouge de Paul-Jacques Bonzon
Le Tondu, lui, n'en revenait pas de sa perruque. Pour la première fois, il avait des cheveux. Il ne cessait de se regarder avec complaisance devant la petite glace que Mme Rabut nous avait prêté pour notre toilette.

"Admirez! je ne suis plus Charles le Chauve à présent,je ressemble à Jeanne d'Arc."
Commenter  J’apprécie          100
SZRAMOWO   17 mai 2018
Le chalet du bonheur, CE2, CM1. Lectures suivies de Paul-Jacques Bonzon
C'était le dernier jour de classe avant les grandes vacances. Letemps était beau et chaud. Dans la cour, le seul arbre de tout lequartier, un tilleul

rabougri et chétif bourdonnait d'insectes.Marco, un garçon de neuf ans aux yeux vifs, avec des cheveux très bruns et une mèche toujours en l'air, releva la tête pour regarder par la fenêtre. Dans la belle lumière d'été, le feuillage du chétif tilleul était devenu magnifique. Ce vert tendre lui fit penser à une grande prairie en pente, couverte de fleurs, où il pourrait faire des cabrioles, en hurlant de plaisir comme un jeune chien libéré de sa chaîne. Mais, presque aussitôt, son visage eut une petite moue triste.— Cette année encore, se dit-il, il n'y aura pas de vacances pour moi... à cause de mon petit frère Philippe.
Commenter  J’apprécie          90
Nostradamus27   05 juillet 2018
La famille H.L.M., tome : Les espions du X-35 de Paul-Jacques Bonzon
Les loulous de Poméranie sont plus réputés pour leur vue perçante, leur ouïe extraordinaire fine, que pour leur flair. Tic-Tac retrouva cependant l'odeur des deux individus sur les rochers.



« Regarde! dit Pilou, il suit la direction prise par les fuyards dans la nuit. »



Tic-Tac parcourut ainsi plusieurs centaines de mètres sur le plateau du cap où poussait une herbe rase et sèche. Puis, il s'engagea sur un sentier sablonneux, en forte pente, à l'opposé du village. Plusieurs fois, il s'arrêta, comme s'il perdait la piste. Puis, la truffe au ras du sol, il repartit sur le terrain de plus en plus sablonneux.
Commenter  J’apprécie          81
Guillaume42   26 juin 2014
Les Six Compagnons, tome 15 : Les six compagnons et les agents secrets de Paul-Jacques Bonzon
C'est tout simplement merveilleux ! s'exclame Colette, les larmes aux yeux. Quel extrordinaire hasard, Rudi ! Mon père, autrefois, a sauvé votre père... et, aujourd'hui, c'est vous qui sauvez le mien.
Commenter  J’apprécie          80
manue14   12 septembre 2015
Les Six Compagnons, tome 38 : Les Six compagnons dans la ville rose de Paul-Jacques Bonzon
A deux cents mètres du point de chute, j’ai trouvé, sur la route, une chaussure jaune qui avait dû passer et repasser sous des roues de voitures car elle était toute déformée, mais qui était presque neuve. A l’intérieur, parfaitement lisibles, la marque Fedor et la pointure, un 45, ce qui correspond à un grand pied… Et mieux que ça, encore. A moins d’un mètre de la godasse, j’ai relevé plusieurs traces de sang.
Commenter  J’apprécie          70
mamangel1   07 octobre 2015
Les Six Compagnons, tome 13 : Les Six compagnons et l'émetteur pirate de Paul-Jacques Bonzon
Eh! bien, arrivera ce qui arrivera. Il ne sera pas dit qu'à cause de moi personne ne verra la mer.
Commenter  J’apprécie          71
Cielvariable   11 février 2019
Les Six Compagnons, tome 15 : Les six compagnons et les agents secrets de Paul-Jacques Bonzon
Alors l'équipe, sauf Tidou qui avait perdu tout courage, s'activa pour un rapide pique-nique. A cause du temps toujours frais on s'installa sous le marabout. Mais, sans Kafi qui n'animait plus la tente de ses joyeuses allées et venues, jamais repas ne fut plus silencieux. Tous pensaient au pauvre chien. Seul, la Guille voulait encore croire au miracle, se souvenant que Kafi avait aboyé une ou deux minutes après les coups de feu, preuve que les balles ne l'avaient pas tué net. Pourtant, comment nier les preuves : le collier, les taches rougeâtres sur les feuilles, la flaque de sang sur le chemin?

Enfin, surmontant son chagrin, Tidou réagit. En l'absence de Corget n'était-il pas le chef de l'équipe? Il devait se montrer courageux, cacher sa peine, s'obliger à manger, même s'il n'avait pas faim. Pour détendre l'atmosphère, il se força à parler et demanda à Bistèque s'il avait écouté les informations de midi, à la radio.

« Non, fit Bistèque. A midi, nous n'étions pas encore rentrés, Gnafron et moi.

- Alors, tourne le bouton de ton poste. Ça nous changera les idées. Il est juste deux heures. »

Bistèque s'exécuta. Le speaker débitait les dernières nouvelles : un orage de grêle dans le Limousin, le naufrage d'un yacht aux Sables-d'Olonne, un grave accident de montagne, à Chamonix, qui avait fait trois victimes. Puis, il poursuivit : « Rien de nouveau au sujet de l'accident survenu la nuit dernière à un Strador II dont les débris ont été retrouvés dans le département de l'Ardèche. La police militaire poursuit son enquête. »

« Je l'aurais parié, fit Bistèque. Cette nuit, j'y ai pensé. C'est toujours par temps couvert que les autres appareils ont heurté la montagne. »

Puis, repoussant son poste :

« Merci mon vieux Tidou, de m'avoir laissé écouter, mais tu vois, aujourd'hui, je ne m'intéresse guère aux avions. Je pense trop à Kafi. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
babel95   14 novembre 2021
Diabolo et la fleur qui sourit de Paul-Jacques Bonzon
Et, aussitôt endormi, il se met à rêver. Il voit des fleurs partout autour de lui, des fleurs magnifiques mais qui se fanent dès qu'il y touche, et qui prennent un air triste. Alors, Diabolo sent des larmes lui monter aux paupières. Rien n'est plus triste qu'un petit chat qui pleure en dormant.

Enfin, le soleil hausse sa boule de feu à l'horizon. Ses rayons dorent le sable chaud. Diabolo se réveille. Il s'aperçoit qu'il a pleuré et s'essuie les yeux avec sa patte de velours noir.

Et tout à coup, qu'aperçoit-il, posée sur le sable ?.... Une fleur !.... une fleur toute rose. Il se précipite pour la regarder de près. Son coeur fait un grand bon dans sa poitrine de petit chat.

"La fleur !.... La Fleur-qui-sourit !..."....

....

Diabolo n'a pas à la cueillir puisqu'elle est simplement posée sur le sable. Il la prend dans sa patte et dit :

"Qui es-tu, petite fleur ?"

Cette question, il l'a posée pour lui, sans espérer de réponse ; mais voilà la fleur qui parle :

"Tu me demandes qui je suis ?.... Je suis la Rose-des-sables. Je n'ai aucun parfum et mes pétales sont en pierre, mais je porte chance aux malheureux perdus dans le désert. Je leur redonne l'espoir. Il leur suffit de me regarder pour qu'ils reprennent confiance.

- Est-ce que je peux t'emporter ? demande Diabolo

- Oui, mais si je ne me fane jamais, mes pétales sont fragiles. Ne les brise pas."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Les six compagnons dans la ville rose" de Paul-Jacques Bonzon.

Qui est Kafi ?

le chat de Tidou
le chien de Tidou
le surnom d'un ami à Tidou
le surnom de la mère à Tidou

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Les Six Compagnons, tome 38 : Les Six compagnons dans la ville rose de Paul-Jacques BonzonCréer un quiz sur cet auteur