AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.53 /5 (sur 98 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Pompton Plains, New Jersey , le 29/11/1959
Biographie :

Peter Cameron est un écrivain américain.

Il grandit dans le New Jersey et à Londres. Il découvre l'écriture de récits, poèmes et pièces à l'école américaine de Londres. Il est diplômé du Hamilton College dans l'état de New York en littérature anglaise.

Il vend sa première nouvelle au The New Yorker en 1983, et y publie dix autres nouvelles. Ces publications lui permirent de publier son premier livre, "One Way or Another", un recueil de nouvelles paru chez Harper & Row en 1986.

En 1988, Peter Cameron est engagé par Adam Moss pour écrire un feuilleton dans un nouveau magazine, 7 Days. Ces chapitres publiés chaque semaine devinrent "Année bissextile" (Leap Year), un roman humoristique sur la vie amoureuse à New York à la fin des années 1980.

A partir de 1990, Peter Cameron se consacra à l'écriture de romans. Son deuxième roman, "Week-end", parut en 1994, chez un nouvel éditeur qui publie aussi "Andorra" en 1997.

En 2002, il publie "The City of Your Final Destination" (La-bas) qui est traduit en douze langues et qui est adapté en 2009 au cinéma par James Ivory, sous le même titre.

"Week-end" a été adapté au cinéma sous la direction de Brian Skeet, avec Gena Rowlands et Brooke Shields, en 2000.

De 1990 à 1998, il a travaillé pour Lambda Legal Defense and Education Fund, une association qui protège et milite pour les droits des gay, des lesbiennes et des personnes séropositives. Peter Cameron se reconnaît lui-même comme homosexuel.

Il reçoit une bourse Guggenheim en 2003.

Il a enseigné l'écriture dans plusieurs universités, dont Yale en 2005. Il écrit également dans The New Yorker, Rolling Stone et The Paris Review.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Peter Cameron   (10)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

The City of Your Final Destination (2009) - Trailer


Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
LaBiblidOnee   05 août 2015
Week-end de Peter Cameron
Il est très difficile de garder la mémoire des morts. Un souvenir qui ne soit pas marqué par la complaisance envers son propre chagrin est presque impossible. Et on ne les retrouvera jamais indemnes de son deuil à soi, on ne pourra jamais penser à eux, ni les revoir avec un élan de sentiment pur, il y aura toujours cette affliction, cette douleur, cette impression égoïste d'abandon, où l'on passe avant eux. Marianne s'en voulait de pleurer sur elle-même parce qu'elle avait perdu Tony.
Commenter  J’apprécie          130
Annette55   22 octobre 2014
Week-end de Peter Cameron
"La violence se concentre en un lieu restreint: une chambre, un lit , un gant."
Commenter  J’apprécie          112
LaBiblidOnee   04 août 2015
Week-end de Peter Cameron
Quand on a été seul dans la vie comme je l'ai été, on peut éprouver de la tristesse et un sentiment de solitude, mais on est le maître de son existence, puisqu'elle n'appartient qu'à soi. Et ensuite, quand on rencontre quelqu'un, on sent cette maîtrise qui s'en va. Et ça me fait peur.
Commenter  J’apprécie          90
zellereb   08 août 2020
Week-end de Peter Cameron
La dame à l’imprimé bleu abaissa son magazine et les regarda s’installer. Les gens voient toujours d’un mauvais œil qu’on se mette à côté d’eux, songea Lyle, et pourtant ils sont offensés si l’on s’en va ailleurs.
Commenter  J’apprécie          70
zellereb   08 août 2020
Week-end de Peter Cameron
- Peut-être que si on regarde n’importe quoi de près, ça devient laid.

- Ce n’est pas vrai.

- Les choses laides deviennent plus laides, j’imagine, et ce qui est beau devient plus beau. Mais je parie qu’il existe des choses laides qui deviennent belles, et vice versa. Qu’existe-t-il de laid qui devient plus beau à mesure qu’on le regarde mieux ?

- Je n’en sais rien, dit Lyle, avant de se résoudre à lever les yeux. Les insectes, peut-être.

- Oui, approuva Tony. Exactement : les insectes. En fait, j’aime bien tes pieds. Ils sont authentiques. Ils ont un côté Vieux Monde, quelque chose de biblique.
Commenter  J’apprécie          40
myriampele   14 octobre 2013
Week-end de Peter Cameron
- Je crois que la maladie me fait plus peur que la mort. C'est bizarre, hein? En fait, la mort ne me fait pas peur. parce que c'est abstrait, probablement. Je suis incapable de l'imaginer. je suis bien trop terre à terre. Mais la maladie, je me l'imagine très bien. je ne veux pas être malade.
Commenter  J’apprécie          30
zellereb   08 août 2020
Week-end de Peter Cameron
Mais d’après mon expérience, les relations familiales n’ont qu’un rapport lointain avec l’idéal. Autant que je puisse en juger, elles ressemblent beaucoup aux autres relations entre les êtres humains.
Commenter  J’apprécie          30
claraetlesmots   20 mai 2013
Coral Glynn de Peter Cameron
Chaque individu était comme une pièce de monnaie, à deux faces, ou un dé, à six.
Commenter  J’apprécie          30
Wilkinson   24 août 2016
Un jour cette douleur te servira de Peter Cameron
"J'aimerais que la journée entière ressemble au petit déjeuner, ce moment où les gens se trouvent encore sous l'emprise de leurs rêves, concentrés sur leur vie intérieure, et ne sont pas prêts à intégrer la société. Je me suis aperçu que c'était ce que j'éprouvais, moi, du matin au soir ; à la différence des autres, après une tasse de café, une douche et autres préparatifs, je ne me sens pas tout à coup vivant, éveillé, connecté au monde. Si le petit déjeuner durait éternellement, tout irait bien pour moi."
Commenter  J’apprécie          10
Christophe_bj   04 avril 2021
What Happens At Night de Peter Cameron
We have . . . we have always been kind to each other. Can’t we at least keep that?

She turned back toward him.

Exactly! she exclaimed. Kindness! How I hate it! I never wanted kindness. Especially not from you. […] Kindness is a part of love.

It’s got nothing to do with love, the woman said. Kindness—what a horrible word!—is what we give to those we don’t love. Can’t love. We’re kind to those we don’t love for that very reason. That’s where kindness comes in—when there isn’t love.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Un accent circonflexe.... ou pas ?

chûte ou chute ?

avec accent circonflexe
sans accent circonflexe

15 questions
43 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur