AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.82/5 (sur 564 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Chicago , le 20/04/1978
Biographie :

Rebecca Makkai est une écrivaine américaine.

Elle a reçu un MA en littérature et un MFA du Sierra Nevada College et de l'Université Northwestern. Elle a travaillé pendant douze ans en tant qu'éducatrice Montessori avant de publier son premier livre.

Ses nouvelles ont été publiées dans quatre numéros consécutifs de "The Best American Short Stories" (2008-2011). Son premier recueil, "Music for Wartime: Stories", est paru en 2015.

Après "Chapardeuse" ("The Borrower", 2011), son premier roman, et "Les Optimistes" ("The Great Believers", 2018), "Cent ans de Laurelfield" ("The Hundred-Year House", 2014) est son troisième roman traduit en français.

"Les Optimistes" a été finaliste pour le prix Pulitzer 2019 et a obtenu la Andrew Carnegie Medals for Excellence in Fiction and Nonfiction 2019.

Elle vit avec son mari et ses deux filles au Nord de Chicago.

son site : http://rebeccamakkai.com/

+ Voir plus
Source : http://rebeccamakkai.com/
Ajouter des informations
Bibliographie de Rebecca Makkai   (4)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Cette semaine, la librairie Point Virgule a sélectionné pour vous trois romans parus en poche qui ont la particularité de mettre en scène des personnages principaux féminins. - Les Optimistes, Rebecca Makkai, 10/18, 9,60 € - Le silence d'Isra, Etaf Rum, Pocket, 8,20 € - Les fleurs sauvages, Holly Ringland, Le Livre de Poche, 8,70 €


Citations et extraits (132) Voir plus Ajouter une citation
- J'ai jeté un oeil à ton nouveau projet, dit-elle. J'espère que tu accrocheras certaines de tes oeuvres dans la remise.
- Tout ce qui ne se vend pas.
Zee se demanda si Miriam avait jamais vendu une oeuvre de sa vie. Sa dernière création en date était un atroce tourbillon orange dont ressortaient des bidules bleu et marron.
- Dis-moi, qu'est-ce qui t'a inspiré cette oeuvre orange ?
- Oh, c'est une fractale ! En gros, c'est des maths, alors ne me demande pas d'expliquer. On VOIT bien qu'elles sont incroyables, les couleurs, la symétrie.
Zee avait envie de la secouer. Sa plus grande crainte pour ses étudiantes était qu'elles deviennent des femmes qui gloussent et s'excusent de tout.
Case affichait un large sourire.
-Vous savez comment je le surnomme ?
Commenter  J’apprécie          358
Quand Lance et moi étions partis en tournée pour faire la promotion de Starlet Fever, les gens me demandaient souvent où étaient mes enfants, comment ils vivaient mon absence, ce qu'en pensait mon mari - mais ils ne posaient jamais la question à Lance, pourtant père de trois enfants.
Commenter  J’apprécie          240
Avant j'avais peur que Reagan appuie sur le bouton rouge, tu sais ? Et je craignais les astéroïdes, et tout. Et puis j'ai compris un truc. Si tu devais choisir quand, dans la chronologie de la Terre, tu devais vivre, est-ce que tu ne choisirais pas la fin des temps ? Comme ça, tu n'aurais rien loupé. Si tu meurs en 1920, tu passes à côté du rock'n'roll. En 1600, tu rates Mozart. Pas vrai ? Je veux dire, les horreurs aussi s'accumulent, mais personne ne veut mourir avant la fin de l'histoire.
Commenter  J’apprécie          210
On commence par avoir peur d'une chose, et ensuite, on a peur de tout.
Commenter  J’apprécie          220
Samedi soir, ils étaient allés voir La Couleur Pourpre, et en rentrant du cinéma, Charlie n'avait cessé de reprocher à Spielberg d'avoir édulcoré l'intrigue lesbienne en la réduisant à un unique baiser. « J'ai plus de contact avec mon dentiste », avait-il plaisanté.
Commenter  J’apprécie          180
La vache, qu'est-ce qu'il était niais quand il buvait ! Pourquoi l'alcool rendait-il certaines personnes méchantes ? Lui, avec un coup dans le nez, il aimait tout le monde.
Commenter  J’apprécie          182
(Il était un homme
Que je voulais embrasser
Sur les yeux
Et il était un homme
Qu'il fallait que je coince.
Il était un homme que je voulais écraser
Dans mes seins et il était un homme
Dont les lèvres étaient des coussins. Voilà
Ce que j'ai envie de te
Faire : te jeter par terre et lécher
Le sillon derrière ton oreille
C'est une part de toi
Que tu n'as jamais vue.
Je la vois tous les jours.
Je veux que tu en sortes
Diminué.)
Commenter  J’apprécie          171
Même aujourd’hui, cinq ans plus tard, je sais que toute ma Russie, celle forgée par mon esprit, est un pur mensonge. Ma carte mentale de la mère patrie est parsemée de fiction, comme les vieilles cartes de l’Atlantique le sont de sirènes et autres monstres marins : ici au nord de Moscou, se trouve la chocolaterie de mon père ; ici, Ivan Illitch accroche des rideaux ; ici coule la Volga, polluée de réfugiés ; là trotte le nez de Gogol ; ici, les braves citoyens jettent des cailloux à la statue de Staline….
Commenter  J’apprécie          160
_ Tu te rends compte qu'on est en train de rapetisser la pièce. Chaque nouvelle couche rétrécit l'espace, fit-il remarquer.
Des éclaboussures bleues parsemaient ses cheveux.
C'était dans ces instants-là que Zee se rappelait d'être heureuse : elle le regardait, songeait à ce qu'elle avait. Un travail, une maison et un homme de belle carrure. Dans sa main gauche, un verre de vin blanc.
Commenter  J’apprécie          162
- Ce n'est qu'un travail scolaire, ai-je dit faiblement [à propos d'un podcast ].
- Facebook a commencé comme ça.
Commenter  J’apprécie          170

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Rebecca Makkai (743)Voir plus

Quiz Voir plus

LNHI-76018

Son premier non-film est une mise en abyme.

vrai
faux

10 questions
9 lecteurs ont répondu
Thèmes : pile ou face , français , musiciensCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..