AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Caroline Bouet (Traducteur)
EAN : 9782264076854
672 pages
10-18 (14/01/2021)
3.95/5   238 notes
Résumé :
Du Chicago des années 1980 au Paris d'aujourd'hui, une épopée puissante sur le pouvoir de l'amitié face à la tragédie.

Chicago, 1985.
La carrière de Yale Tishman, jeune galeriste, s'apprête à décoller lorsque l'épidémie de sida frappe Chicago de plein fouet. Très vite, le virus s'immisce dans son entourage, et tout s'effondre autour de Yale. Bientôt, il ne lui reste plus que Fiona, la petite soeur de son meilleur ami Nico.

2015... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (61) Voir plus Ajouter une critique
3,95

sur 238 notes
5
24 avis
4
20 avis
3
10 avis
2
5 avis
1
0 avis

Eve-Yeshe
  11 mai 2020
Ce roman nous raconte deux histoires, l'une dans les années quatre-vingt et l'autre à l'époque actuelle qui ont pour fil rouge Fiona tandis que se profile celle de Nora dans les années vingt..
Chicago, début des années quatre-vingt, après une période de liberté et d'insouciance, le SIDA fait son apparition dans le quartier de Boystown où vivent Yale Tishman et ses amis et l'hécatombe va commencer avec la maladie et la mort de Nico, dans des conditions douloureuses pour chacun et pour des raisons différentes.
Alors que son compagnon Terrence est effondré et se voit éjecté de la vie de Nico par les parents de celui-ci : profondément intolérants, ils ont mis leur fils à la porte quand ils ont compris ses préférences sexuelles alors qu'il n'avait que quinze ans. Et là, ils ont remis le grappin sur Nico, préférant l'hospitaliser au nom du qu'en dira-t-on, dans un hôpital non qualifié pour traiter la maladie, mais tellement plus conforme à leur désir que rien ne filtre.
A la mort de Nico, si Fiona, sa petite soeur, n'avait pas été là il n'aurait même pas pu assister aux « cérémonies », notamment un enterrement aux antipodes de ce qu'aurait aimé Nico.
On va suivre, surtout, l'histoire de Yale, son compagnon Charlie, d'une jalousie maladive alors qu'il n'est pas exemplaire, et peu à peu le petit groupe va se trouver dans la tourmente. L'auteure décrit très bien ces années où le SIDA s'abat sur la communauté gay, les difficultés rencontrées dans la prise en charge d'autant plus balbutiante que nous sommes sous la gouvernance Reagan, qui n'a aucune empathie pour les homosexuels, réduisant au maximum les crédits pour la recherche, fermant les lits destinés aux patients atteints par le virus : en gros, ils ont la punition qu'ils méritaient…
Rebecca Makkai décrit très bien la culpabilité de ces jeunes, leurs difficultés à reconnaître qu'ils sont atteints, ou la hantise de faire les tests, de même que les manifestations de militants, ACT UP, les sittings devant les mutuelles qui les excluent, la manière dont la police les matraquent, ou encore les militants d'extrême droite qui « cassent de l'homo » …
C'est la partie du livre que je préfère, car elle est très forte et rappelle des souvenirs, c'était mieux en France, mais pas évident quand même. On tâtonnait, autant que maintenant avec le Covid, devant ce mal mystérieux, ce virus très photogénique il faut le reconnaître, avant de mettre en évidence des tests et de s'entendre sur des noms scientifiques.
Il a fallu que des stars meurent pour que l'on fasse quelque chose, notamment aux USA, et les gens de ma génération se rappelleront sûrement la mort d'un sublime acteur américain : Rock Hudson, qui faisait aussi rêver les femmes…
En ce qui concerne l'année 2015 et ce qui arrive à Fiona, la soeur de Nico qui s'est beaucoup démenée pour la cause dans sa jeunesse et se retrouve confrontée à la disparition de sa fille, après un passage dans une secte, c'est intéressant, certes, mais moins prenant. L'alternance des chapitres apporte une bouffée d'oxygène permettant de respirer et de continuer à suivre l'évolution de Yale.
J'ai bien aimé ce roman, où les personnages, les lieux, les hôpitaux, les musées ont été inventés par l'auteure en fonction des personnes et des spécialistes qu'elle a rencontrés pour composer son livre.
Elle transmet aussi son amour de l'art, de la photographie, et de la peinture notamment, avec une autre héroïne, Nora, la tante de Fiona, qui a fréquenté des artistes peintres dans les années pré et post première guerre mondiale à Paris, et son amour de jeunesse Ranko Novak, ou Modigliani, Soutine, Foujita avec au passage une comparaison entre les effets dévastateurs de la guerre sur ces jeunes hommes et ceux des années quatre-vingt…mais ne divulgâchons pas…
Un roman qui fait réfléchir sur un virus, une maladie qui a provoqué beaucoup de dégâts et prouve au passage qu'il est très facile de réécrire l'histoire, quand on a tous les éléments en mains, alors qu'il est si difficile de faire face jour après jour à ce que l'on ignore encore, et de décréter telle ou telle mesure.
Un bémol toutefois, il y a des longueurs, on étouffe parfois au cours de cette lecture car trop de détails, cela finit par lasser un peu, car ce livre est un pavé…
Un grand merci à NetGalley et aux éditions Les Escales qui m'ont permis de découvrir de roman et son auteure.
#LesOptimistes #NetGalleyFrance
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          580
Stockard
  12 mai 2020
Alternant entre le Chicago des années 80 et le Paris actuel, Rebecca Makkai, avec ses Optimistes, se donne pour objectif de nous entraîner dans une épopée sur le sida, sa découverte, ses effets dévastateurs sur la communauté gay de Chicago quand beaucoup ne voulait pas croire qu'une maladie pareille puisse exister et/ou n'osait pas faire le test et où ils furent nombreux à tomber comme des mouches.
Parmi eux, une galerie de personnages dont certains auraient sûrement mérité un traitement plus approfondi comme Nico, le premier au sein de la bande d'amis a succombé à la maladie et qui servira surtout de pilier au personnage de Fiona, sa soeur, rapidement identifiée comme « fille à pédés » et qu'on suivra jusqu'à Paris en 2015 où, ayant perdu sa fille de vue, elle espère la retrouver du côté de Saint-Denis.
La partie Chicago-80s/90s est – et de loin – la plus réussie, les années SIDA, son impact, les conséquences et l'hécatombe qu'elles ont entraînés y sont parfaitement documentés.
Basé avant tout sur la force de l'amitié et beaucoup moins sur la lutte qui a suivi la découverte de la maladie (Act Up n'est cité qu'une ou deux fois et on assiste rapidement à une de leur action coup de poing, un détail parmi les 560 pages du livre). Rebecca Makkai fait donc le choix de traiter son histoire sous l'angle de la fraternité, la force de la communauté, laissant les luttes qui secouèrent ces années charnières de côté.
L'autre face du livre : Paris vu par une Américaine durant les attentats, ne présente par contre pas un intérêt démesuré sinon celui de savoir ce que sont devenus Fiona et ses quelques très rares amis toujours vivants.
Pitch dans l'ensemble pas inintéressant mais malheureusement que c'est verbeux ! Que de (longs) passages répétitifs, babillards, tournants en rond, alourdissants le propos pour finir par nous offrir un rythme aussi punchy qu'un paresseux sous kétamine.
J'ai eu bien du mal à venir à bout de cette oeuvre, pourtant assez sympathique, mais trop, beaucoup trop de pages inutiles. Sur les presque 600 que compte ce livre, une bonne moitié est superflue. Après un bon écrémage, comme ces Optimistes auraient gagné en attrait !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          477
Christels
  05 février 2020
Quelle émotion j'ai ressenti à la lecture de ce magnifique roman !
A Chicago, dans les années 1980 à 1990, le sida surgit, se répand et décime la communauté gay. La terrifiante maladie tue à très brève échéance ceux qui sont atteints par le virus. La peur suscitée par l'épidémie conduit à un rejet des homosexuels, déjà victimes d'ostracisme au préalable.
A une époque où les traitements étaient peu efficaces et où beaucoup considéraient encore la maladie, sinon comme une punition de Dieu, au moins comme le résultat d'un mode de vie blâmable, les personnes gay ont du lutter, non seulement contre les préjugés, mais aussi pour bénéficier de soins dignes d'êtres humains.
Sans sensiblerie ni caricature, mais avec beaucoup d'empathie, Rebecca Makkai relate les souffrances physiques et morales endurées par les hommes atteints, l'angoisse et l'incertitude qui tourmentent ceux qui ne le sont pas (ou pas encore), l'affliction et le traumatisme qui marqueront les survivants ou les proches de manière indélébile.
Avec habileté, l'auteure trace le destin de personnages foncièrement humains, et battit un roman déchirant sur la puissance et la beauté de l'amitié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Milllie
  20 novembre 2021
1985 à Chicago, la vie semble sourire à Yale : en couple avec Charlie, il vit une relation stable tout en étant entouré d'une joyeuse bande de copains avec qui il profite de la vie dans le Boystown, le quartier gay de la ville. Et son travail semble enfin sur le point de décoller avec un mystérieux héritage que la grand tante d'une de ses amies veut léguer et qui pourrait bien revenir à la galerie qui l'emploie. Mais la menace du SIDA devient soudainement concrète avec la maladie puis la mort de Nico, un de ses meilleurs amis...
La grande force des Optimistes est de nous faire revivre la fin de la (courte) période d'insouciance du début des années 80 quand les gays qui commençaient tout juste à pouvoir vivre un peu plus librement sans se cacher furent soudain confrontés à une épidémie de SIDA qui allait tout décimer sur son passage et répandre maladie, mort et angoisse. L'atmosphère du Boystown, l'insouciance joyeuse de la petite bande qui gravite autour de Yale, la solidarité et l'amitié entre ces jeunes hommes et Fiona, la soeur de Nico, amitié qui souvent remplace des relations familiales devenues inexistantes quand les parents les ont reniés, et puis très vite la nostalgie, les regrets ou les remords avec les premiers morts et la certitude que cette époque est en train de finir, tout cela est parfaitement rendu par Rebecca Makkai et plonge le lecteur dans un abime d'émotions.
Ce récit alterne avec une seconde période, située de nos jours, centrée autour du personnage de Fiona, la "bonne copine", soeur de Nico, une des premières victimes de l'épidémie, qui alors qu'elle avait à peine la vingtaine a plus ou moins sacrifié sa vie pour aider son frère et ses amis gays, a vécu les maladies, les morts, l'angoisse de cette période où les mutuelles pouvaient refuser de prendre en charge les soins et où les hôpitaux ne savaient que faire face à ces jeunes malades victimes d'une maladie encore quasi inconnue. Même si on comprend vite la volonté de l'auteur de nous montrer aussi l'impact qu'a pu avoir cette maladie sur ceux qui ont survécu et à quel point elle a pu les empêcher de se construire ou de vivre leur vie, cette partie m'a semblé moins forte. L'intrigue secondaire autour de la recherche de la fille de Fiona, qui a quitté la maison, s'est enrôlée dans une secte et a coupé tout contact avec ses proches paraît bien ténue et on a du mal à s'intéresser à ces histoires de détective privé, de recherches sur Internet et de quête désespérée pour Fiona de reconstruire la famille qu'elle n'a pas vraiment su ou pu bâtir.
Plus que cette construction alambiquée et qui n'apporte pas grand chose (le récit mêle aussi une 3e intrigue autour d'oeuvres d'art et d'un amour lui aussi brisé mais par la première guerre mondiale) et surtout qui malheureusement entraine quelques longueurs pour le lecteur, je retiendrai de ce roman l'émotion que nous fait ressentir l'auteur, la construction par petites touches de personnages qu'on a l'impression de connaître depuis toujours et auxquels on ne peut que s'attacher. Magnifique Yale, si complexe, balloté par les événements et cherchant tout simplement à survivre, et surtout Fiona, jeune fille grandie trop vite, elle aussi emportée par la tourmente et qui sous des airs de fragilité se révélera le ciment et le soutien indéfectible de la bande. La reconstitution historique, très juste et minutieuse, est aussi parfaite et importante pour ne pas oublier à quel point cette épidémie fut totalement négligée à ses débuts aux Etats-Unis car finalement elle était vue comme une "punition" bien méritée par certains conservateurs ou religieux. Un beau roman qui aurait sans doute gagné à être plus condensé et resserré, les intrigues secondaires paraissant bien fades face au sujet principal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
letilleul
  23 mai 2020
Ce roman débute en 1985, au moment où Yale Tishman enterre son ami Nico. Dans Boystown, quartier dédié aux LGBT de Chicago - première ville à leur reconnaître un milieu de vie -, on guette les taches violacées sur les visages. La maladie du Sida est présente avec cette épée de Damoclès de maladie inconnue et sans remède. L'auteur utilise des mots justes et très réflectifs sur cette question du poids de la maladie. de la mort et du deuil. du coup, on finit la lecture imprégné du thème de l'hécatombe dans le milieu gay, alors que cela ne pourrait être qu'une intrigue secondaire.
Car il y a en parallèle et en 2015, l'aventure de Fiona qui part sur les traces de sa fille, aperçue pour la dernière fois sur le pont de l'Archevêché. Ce récit à Paris captive, tient en haleine avec tous les ressorts d'un bon polar. Il faut avouer que si ce parallèle historique peut à priori paraître déstabilisant, les références au passé de Fiona auront l'avantage d'apporter un éclairage supplémentaire et plus contemporain sur les épreuves traversées par les amis et sur les dommages collatéraux du virus. le lien érudit et parallèle entre l'es histoire est cette passion de l'art et des galerie, explique avec une érudition et précision sans faille par auteur. Ce pavé contient en fait trois histoires en une et brille par sa qualité de recherche historique qui en fait un bijou littéraire.
#Netgalley #lesoptimistes
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230


critiques presse (1)
LeJournaldeQuebec   22 juin 2020
Alternant entre le deuil et l’espoir, le chagrin et la bienveillance, la tristesse et l’envie de croire en des jours meilleurs, Les Optimistes [...] raconte une époque marquée par le sida. Entre Chicago au milieu des années 1980 et Paris en 2015, elle montre comment la vie peut s’effondrer... et comment certains font preuve de résilience.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
StockardStockard   22 avril 2020
Un éditorial sur les dépenses dérisoires du Congrès américain pour le sida. C'était un tout petit miracle que les gens en parlent encore, que le Tribune accorde une place au sujet. Charlie avait eu raison de dire qu'il leur faudrait la mort d'une grosse célébrité. Et pouf, Rock Hudson était parti, sans avoir eu le courage de sortir du placard, même sur son lit de mort, et finalement, alors que la crise durait depuis quatre ans, il y avait une faible lueur de quelque chose, là. Ce n'était pas suffisant, cependant. Charlie jura un jour que si Reagan daignait faire un discours sur le sida, il gratifierait les Républicains d'un don de cinq dollars. (« Et en commentaire, dit Charlie, j'écrirai : J'ai léché l'enveloppe avec ma grosse langue gay. »)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
StockardStockard   08 mai 2020
Avant j'avais peur que Reagan appuie sur le bouton rouge, tu sais ? Et je craignais les astéroïdes, et tout. Et puis j'ai compris un truc. Si tu devais choisir quand, dans la chronologie de la Terre, tu devais vivre, est-ce que tu ne choisirais pas la fin des temps ? Comme ça, tu n'aurais rien loupé. Si tu meurs en 1920, tu passes à côté du rock'n'roll. En 1600, tu rates Mozart. Pas vrai ? Je veux dire, les horreurs aussi s'accumulent, mais personne ne veut mourir avant la fin de l'histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Eve-YesheEve-Yeshe   11 mai 2020
Leurs parents avaient coupé les vivres à Nico lorsque celui-ci avait quinze ans, mais Fiona lui apportait en douce de la nourriture, de l’argent et des médicaments contre ses allergies à l’appartement qu’il partageait avec quatre autres types sur Broadway, prenant seule le train de banlieue puis l’El depuis Highland Park. À onze ans. Lorsqu’il présentait Fiona, Nico disait toujours : « Voici la femme qui m’a élevé. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
StockardStockard   29 avril 2020
Elle entendit « le SIDA », un acronyme qu'elle avait toujours trouvé plus joli que le « AIDS » anglais. À vrai dire, tout ce qui concernait le sida avait été mieux sur toute la ligne en France, à Londres, même au Canada. Moins de honte, plus de pédagogie, plus de financements, plus de recherche. Moins de gens qui vous gueulaient des trucs sur l'enfer pendant que vous étiez en train de mourir.
Commenter  J’apprécie          140
StockardStockard   05 mai 2020
Le scotch lui déliait la langue. Yale ne savait pas trop pourquoi il faisait confiance à Cecily, mais c'était comme ça. Chacun n'avait cessé de se retrouver dans des situations embarrassantes devant l'autre. Bon, n'était-ce pas ce principe qui rapprochait les jeunes dans les fraternités ? Vomir des litres de bière sur son voisin qui vous rend la pareille, ça crée des liens à vie.
Commenter  J’apprécie          130

Videos de Rebecca Makkai (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rebecca Makkai
Cette semaine, la librairie Point Virgule a sélectionné pour vous trois romans parus en poche qui ont la particularité de mettre en scène des personnages principaux féminins.
- Les Optimistes, Rebecca Makkai, 10/18, 9,60 € - Le silence d'Isra, Etaf Rum, Pocket, 8,20 € - Les fleurs sauvages, Holly Ringland, Le Livre de Poche, 8,70 €
autres livres classés : sidaVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1593 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre