AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.93 /5 (sur 125 notes)

Nationalité : Argentine
Né(e) à : Buenos Aires , le 02/04/1900
Mort(e) à : Buenos Aires , le 26/07/1942
Biographie :

Fils d'un émigrant prussien et d'une mère italienne, Roberto Godofredo Christophersen Arlt est né à Buenos Aires dans le quartier de Flores.

Son premier roman, El juguete rabioso (Le Jouet enragé, 1926) marque la naissance de la littérature urbaine argentine. Les thèmes qu’il développe annoncent ceux de l’œuvre dans son ensemble : la ville inhumaine, le sens du travail, l’aliénation.

Dès le début des années 1930, Arlt se réclame des écrivains professionnels, mais répudie pourtant à la fois la « grande littérature », la critique, ainsi que la préciosité du groupe de Florida (dont le chef de file est Borges) : sa volonté d’authenticité, d’enracinement de la fiction dans l’histoire, le lie implicitement au groupe de Boedo, progressiste et partisan du réalisme.

Los Siete locos (Les Sept fous, 1929) et Los Lanzallamas (Les Lance-flammes, 1931), forment un diptyque considéré comme son chef-d’œuvre, et consomment définitivement la rupture avec la littérature du moment. Leur histoire (la quête de bonheur d’un humilié, et sa rencontre avec une étonnante galerie de marginaux) est simple, mais clame avec violence la nécessité de la libération par l’action, dans le contexte trouble de l’Argentine des années 1930, sous une forme à la fois radicalement novatrice (violence stylistique, usage du « lunfardo » - la langue populaire de Buenos Aires) et déroutante (interruptions fréquentes de la trame narrative, longues dérives métaphysiques).

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Roberto Arlt   (13)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (75) Voir plus Ajouter une citation
Sachenka   21 janvier 2017
L'écrivain raté de Roberto Arlt
- La vie, ça n'est pas de la littérature. Il faut vivre... Ensuite écrire.
Commenter  J’apprécie          430
Bookycooky   18 avril 2020
L'écrivain raté de Roberto Arlt
Que pouvait signifier une poésie à côté d'un moteur en marche ou d'une usine en pleine production ? Un poème soulageait-il de l'annihilation morale et physique des milliards et des millards de prolétaires sous le joug du salaire? Non. Alors à quoi servait un poème?
Commenter  J’apprécie          300
Sachenka   27 mars 2017
L'écrivain raté de Roberto Arlt
Indubitablement, le succès a très mauvaise mémoire.
Commenter  J’apprécie          280
Sachenka   30 novembre 2016
Les Sept fous de Roberto Arlt
Il vagabonda tout l'après-midi. Il avait besoin d'être seul, d'oublier les voix humaines, de se sentir aussi libre de ce qui l'entourait que peut l'être un étranger dans une ville où il a manqué le train.
Commenter  J’apprécie          250
Sachenka   16 janvier 2017
La danse du feu de Roberto Arlt
La lecture des romans m'avait inspiré une conception en quelque sorte dionysiaque de la passion.

L'amour excédait les limites du devoir. C'était un char de feu qui arrachait l'homme à la surface de la terre, l'installait sur les cimes de l'hallucination.
Commenter  J’apprécie          220
Sachenka   13 janvier 2017
La danse du feu de Roberto Arlt
L'homme, en quelque extrémité que ce soit de la passion, offre un champ d'observation remarquable, pour peu que ses confessions permettent de décrire ces excès mêmes.
Commenter  J’apprécie          221
Sachenka   30 novembre 2016
Les Sept fous de Roberto Arlt
Les villes sont les cancers du monde. Elles anéantissent l'homme, elles en font un être lâche, sournois, envieux, et c'est l'envie qui impose ses droits sociaux, l'envie et la lâcheté.
Commenter  J’apprécie          210
Sachenka   15 janvier 2017
La danse du feu de Roberto Arlt
Mes collègues m'étaient odieux et, quand je ne les haïssais pas, c'était pour les observer avec une méprisante ironie.
Commenter  J’apprécie          200
Sachenka   04 décembre 2016
Les Sept fous de Roberto Arlt
Oui, elle en avait fait, des rêves!

Certains jours elle avait imaginé une rencontre sensationnelle, un homme qui lui parlerait des forêts vierges et qui aurait un lion apprivoisé dans sa maison. Son étreinte serait infatigable, et elle, elle l'aimerait comme une esclave ; pour lui, elle trouverait du plaisir à s'épiler les aisselles et se peindre les seins. Avec lui, déguisée en garçon, elle parcourrait les ruines où dorment les scolopendres et les villages où les nègres installent leurs cabanes sur les fourches des arbres. Mais nulle part elle n'avait rencontré de lions : seulement des chiens pouilleux. Et les chevaliers les plus aventureux étaient des croisés de la fourchette et des mystiques de la marmite. Elle s'écarta avec écoeurement de ces vies stupides.
Commenter  J’apprécie          180
Sachenka   02 décembre 2016
Les Sept fous de Roberto Arlt
Le temps courait entre ses doigts paralysés par la réflexion.
Commenter  J’apprécie          200

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Valeurs des temps et des modes

Il frappa à la porte, l'ouvrit, entra et salua tout le monde.

Passé simple - L'habitude
Passé simple - Actions successives
Passé simple - Actions longues
Passé simple - Valeur descriptive

25 questions
13 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..