AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.95/5 (sur 125 notes)

Nationalité : États-Unis
Biographie :

Robin Stevens est née en Californie mais elle vit en Angleterre depuis qu'elle a trois ans.
Elle a grandi à Oxford.

Elle est maintenant autrice pour la jeunesse.

Son site : http://robin-stevens.co.uk

Source : http://robin-stevens.co.uk/about-me/
Ajouter des informations
Bibliographie de Robin Stevens   (4)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
Cette beauté de Daisy est une véritable injustice. Je ne crois pas l’avoir jamais vue avec un bouton, alors que nous en sommes toutes couvertes. En particulier, j’en ai un à côté de mon nez depuis des semaines. Il reste là et refuse de disparaître. Parfois, quand je le regarde dans le miroir, j’ai envie de pleurer. Alors que Daisy n’a aucun défaut : ni trop rouge, ni trop pâle, aussi parfaite qu’un personnage de tableau.
Commenter  J’apprécie          40
Comme je l’ai déjà laissé entendre, ma scolarité à Deepdean n’est pas partie du bon pied. Au début, je levais la main chaque fois que je connaissais la réponse à une question, comme mon père me l’avait enseigné. Du coup, les filles me lançaient des regards de travers et s’écartaient de moi comme si j’avais eu une maladie contagieuse. Les filles qui étaient censées faire l’aller et retour entre l’école et le Foyer avec moi s’esquivaient et couraient jusque là où leurs amies les attendaient, et quand je m’asseyais à table pour dîner, elles reculaient légèrement leurs plateaux et se penchaient les unes vers les autres en m’examinant du coin de l’œil.
Commenter  J’apprécie          30
Je me suis approchée et je me suis agenouillée près d’elle. J’ai hésité avant de la toucher, parce que je n’avais jamais touché de professeur jusqu’alors, mais en réalité c’était comme toucher un autre être humain.
Commenter  J’apprécie          40
Le jour où j'ai appris que j'allais partir, je me suis assise dans notre salon [...] et je me suis imaginée dans un pensionnat bras dessus bras dessous avec une fille aux cheveux dorés qui m'aiderait à devenir une parfaite petite miss anglaise, comme elle. Mais ce matin-là, debout au milieu du stade, dans le froid, j'ai pensé que les miss anglaises étaient en réalité horribles et folles.
Commenter  J’apprécie          30
Daisy Wells est la présidente de notre club de détectives et moi, Hazel Wong, j’en suis la secrétaire. Daisy dit que cela fait d’elle Sherlock Holmes, et de moi Watson. Ce qui est probablement juste. Après tout, je suis bien trop petite de taille pour être l’héroïne de cette histoire, et a-t-on jamais entendu parler d’un Sherlock Holmes chinois ?
Commenter  J’apprécie          30
Nous avons descendu le petit escalier de service – Daisy aussi doucement que Raffles, moi qu’un bébé éléphant – et nous avons traversé le palier du premier étage en retenant notre souffle avant de prendre le grand escalier jusqu’à arriver enfin dans le hall, où les tic-tac de l’horloge ressemblaient à un battement de cœur.
Commenter  J’apprécie          30
L’une des premières choses qu’on apprend ici, c’est que les sonneries sont sacrées. Nos vies sont contenues dans les intervalles entre une sonnerie et une autre, et ignorer leurs appels est tout simplement criminel. La plus importante de toutes est le gong du dîner. Si on l’entend et qu’on ne se précipite pas, ou pire, si on n’est pas là et qu’on ne l’entend pas... on se passe de dîner.
Commenter  J’apprécie          20
J’avoue que j’étais fière de partager un secret avec Daisy. Et c’était amusant de traîner derrière les autres en faisant comme s’il ne se passait rien de spécial, alors que nous, nous savions que nous étions des détectives cherchant à obtenir des informations dans le cadre d’une mission secrète.
Commenter  J’apprécie          20
-Tu ne comprends pas ? a continué Daisy,toujours enthousiaste par sa trouvaille. Si nous voulons chercher des indices, il faut que nous puissions fouiller l'école sans que les professeurs se demandent ce que nous mijotons - et, plus important encore, sans nous faire surprendre par l'assassin. La nuit, le meilleur moyen, c'est de dormir à l'infirmerie. Si nous avalons ce sirop, nous n'auront pas besoin de feindre une maladie : nous rendrons pour de vrai, et Minny devra nous garder en observation. Nous n'aurons plus qu'à attendre qu'elle s'endorme, et nous pourrons aller où bon nous semble !
Commenter  J’apprécie          10
— Il n’y a rien à expliquer, ai-je répliqué en m’asseyant près d’elle, maussade. J’ai vu Miss Bell étendue par terre dans le gymnase. Elle a dû tomber du balcon. Elle était morte. Je n’invente rien !
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Robin Stevens (134)Voir plus

Quiz Voir plus

Autrices francophones de romans policiers

"Sur la dalle" est son dernier roman, c'est Adamsberg un héros un peu lunaire, son enquêteur fétiche. Elle a un prénom en diminutif.

Karine Giebel
Viviane Moore
Dominique Sylvain
Fred Vargas

16 questions
26 lecteurs ont répondu
Thèmes : romans policiers et polars , féminin , françaisCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..