AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.79 /5 (sur 81 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 25/02/1955
Biographie :

Stéphane Audoin-Rouzeau est un historien français.

Il est le fils de Philippe Audoin (1924-1985), écrivain surréaliste proche d'André Breton et le frère de Frédérique Audoin-Rouzeau alias Fred Vargas (1957), archéozoologue et romancière, ainsi que de l'artiste peintre Joëlle Audoin-Rouzeau alias Jo Vargas (1957).

En 1984, il soutint sa thèse de doctorat sur "Les Soldats français pendant la Guerre de 1914-1918 d'après les journaux de tranchées : une étude des mentalités".

Il enseigna l'histoire contemporaine à l'Université de Clermont-Ferrand puis à l'Université de Picardie Jules-Verne (UPJV) à Amiens. Depuis 2004, il est directeur d’études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Il est président du Centre international de recherche de l'Historial de la Grande Guerre de Péronne, dans la Somme.

Depuis 2007, Stéphane Audoin-Rouzeau a développé ses recherches principalement selon quatre axes. Il a prolongé un travail entrepris de longue date sur la Première Guerre mondiale en centrant celui-ci sur les objets de guerre, dans une perspective nettement anthropologique, et a tiré de cette recherche un ouvrage paru chez Armand Colin en 2009.
Parallèlement, ses recherches se sont orientées en direction d’une anthropologie du combat dans la guerre moderne, sujet qui est l’objet de son séminaire principal à l’EHESS et dont il a tiré un ouvrage paru au Seuil en 2008.

Ses recherches se sont également centrées sur la question du génocide des Tutsi au Rwanda (1994) à partir de deux terrains effectués sur place en 2008 et 2009 : de ce travail, il a tiré plusieurs articles et la direction d’un numéro de la revue Esprit paru en 2010.
Enfin, dans le cadre de son séminaire principal, son travail s’est orienté plus particulièrement sur la question du "corps guerrier" dans la conflictualité contemporaine.

Il a inspiré le personnage de Lucien Devernois à sa sœur romancière dans "Debout les morts" (1995).

+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Stéphane Audoin-Rouzeau   (44)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Guillaume ANCEL, Un Casque bleu chez les Khmers rouges. Journal d'un soldat de la paix, Cambodge 1992. Préfacé par Stéphane Audoin-Rouzeau Pour en savoir plus : https://www.lesbelleslettres.com/livre/4461-un-casque-bleu-chez-les-khmers-rouges Pour sa première mission extérieure, le capitaine Guillaume Ancel, 27 ans, débarque en mai 1992 au Cambodge, pays ravagé par vingt années de guerre. Avec les soldats de la mission de paix de l'APRONUC (Autorité Provisoire des Nations Unies au Cambodge), il s'agit de faire appliquer les accords de Paris, en commençant par désarmer les factions. Plus facile à dire qu'à faire. Guillaume Ancel découvre un pays semé de mines et plongé dans le chaos. le tiers de sa population a disparu, en grande partie durant le génocide perpétré par les Khmers rouges. Sa mission : rencontrer certains de leurs chefs pour les amener à déposer les armes. Lui, en tant que négociateur n'en porte pas. Chef de patrouille, il est à la tête de soldats de « l'armée du monde » venus de Chine, d'Amérique, du Népal, d'Italie ou d'Uruguay. le récit de la collaboration de ces hommes, au coeur des ténèbres, est une des lumières de ce livre. Un casque bleu chez les Khmers rouges est aussi un témoignage sans concessions, comme les précédents ouvrages de l'auteur sur ses missions en ex-Yougoslavie ou au Rwanda. Guillaume Ancel ne tait ici ni les travers ni les dérives, parfois terribles, de ceux qui sont venus faire la paix.
+ Lire la suite
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
BurjBabil   12 décembre 2020
14-18, retrouver la Guerre de Stéphane Audoin-Rouzeau
Comment de telles vérités ont-elles pu s'imposer chez des savants qui, justement, admiraient la culture allemande au point de la jalouser si peu de temps auparavant ? Comment n'ont-ils pas été envahis par les doutes et le sentiment de la contradiction ? La certitude de la supériorité de la « race » a balayé tout scrupule et autorisé le manichéisme. Il y avait désormais l'Allemand et les autres, le barbare et les civilisés.
Commenter  J’apprécie          180
Ecureuil   15 octobre 2010
Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIX-XXIe siècle) de Stéphane Audoin-Rouzeau
[Richard Tawney, 1914 :] "La guerre n'est pas le renversement des habitudes et des idéaux que nous cultivons en temps de paix. Elle est leur concentration par une nation entière avec toutes les ressources disponibles orientées vers un but auquel une nation peut adhérer. Aussi longtemps que l'espèce humaine croira que l'ordre social normal doit être celui où le fort conquiert le pouvoir au détriment du faible, on ne trouvera rien de fondamentalement odieux dans l'intensification de cette lutte jusqu'au point où la "paix" cesse et où la "guerre" commence. Si nous voulons en finir avec les horreurs de la guerre, nous devons d'abord en finir avec l'horreur en temps de paix".



(p108)
Commenter  J’apprécie          30
Ecureuil   27 octobre 2010
Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIX-XXIe siècle) de Stéphane Audoin-Rouzeau
Ce jugement d'Alain Corbin [...] que nous transposons ici : "Le chercheur, du fait de cette cécité imposée par le sentiment d'horreur, se prive de l'analyse de ce qui se dit dans le paroxysme et qui ne se dit pas, ou ne peut pas se dire, à un autre moment [...]. Ce refus de la confrontation avec l'indicible, ce haut-le-cœur ont induit [...] une histoire universitaire édulcorée, prompte à se réfugier dans l'héroïsation ou à s'en tenir à quelques épisodes symboliques."



(p203)
Commenter  J’apprécie          30
Gaoulette   22 février 2017
Yashka. Journal d'une femme combattante en Russie, 1914-1917 de Stéphane Audoin-Rouzeau
Nous étions au mois d'août 1914, et les rumeurs de la Grande Guerre pénétraient jusqu'aux provinces les plus lointaines de la Sibérie. L'ordre de mobilisation venait d'arriver, et l'excitation était immense, même dans les mortels campements du Nord, et toute cette terre du monotonie tressaillait d'une vie nouvelle.
Commenter  J’apprécie          30
Ecureuil   09 novembre 2010
Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIX-XXIe siècle) de Stéphane Audoin-Rouzeau
Table des matières

1. Le combat comme objet ("Êtes vous seulement chercheur ?" / Élision, refoulement ou déni ? Le cas Norbert Elias)

2. Expériences de combat et sciences sociales au XXe siècle (Robert Hertz, Marcel Mauss / Trois historiens : Pierre Renouvin, Richard Tawney, Marc Bloch / 1939-1945 : Edward Evans-Pritchard, Edmund Leach, et à nouveau Marc Bloch)

3. La "leçon anthropologique" est-elle possible ? Lectures historiennes (Que faire de la "guerre primitive" ? / Retour aux historiens / Guerre et anthropologie du contemporain / Difficultés d'une interlocution)

4. Combat et physicalité : accéder aux corps ? (L'entour du corps : les champs de bataille / Prolongement des corps : les objets / Corps combattant, corps animal / Dans l'œil mécanique, les techniques du corps ? / Système ? / Le corps des civils)
Commenter  J’apprécie          20
Ecureuil   09 novembre 2010
Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIX-XXIe siècle) de Stéphane Audoin-Rouzeau
Avant la mise en œuvre de l'armement moderne, les soldats occidentaux combattaient "corps redressé" sur le champ de bataille. Cette posture leur était dictée par leur arme, le fusil à poudre, dont le rechargement ne pouvait s'effectuer que debout. [...] Cette position verticale était certes imposée au soldat par les conditions technologiques du combat, mais elle était aussi hautement valorisée et valorisante aux yeux des acteurs eux-mêmes. [...] Car dans le danger extrême du champ de bataille, on se tenait droit. Physiquement bien sûr, mais aussi moralement.

Un siècle plus tard, pris sous le feu, les soldats se jettent au sol et souvent meurent de ne l'avoir pas fait à temps. [...] Les soldats ne sont pas seulement couchés ; ils organisent leur corps pour l'exposer le moins possible aux impacts [...].



(p275)
Commenter  J’apprécie          20
Gaoulette   22 février 2017
Yashka. Journal d'une femme combattante en Russie, 1914-1917 de Stéphane Audoin-Rouzeau
Le général Walter ne s'attendait évidemment pas à nous voir franchir la première ligne allemande, contre laquelle tant de vagues étaient venues se briser avec des pertes énormes. Il devenait évident pour nous tous que ce criminel n'avait d'autre dessein que de faire périr le plus de soldats russes qu'il pouvait.
Commenter  J’apprécie          20
Gaoulette   22 février 2017
Yashka. Journal d'une femme combattante en Russie, 1914-1917 de Stéphane Audoin-Rouzeau
Je souffrais peu et je tentai à plusieurs reprises de me lever pour regagner nos lignes, mais toujours sans succès. J'étais trop faible, et je restai donc, dans l'obscurité de la nuit, à quelques pas de ce qui était vingt-quatre heures plus tôt la tranchée ennemie, dans l'attente du secours et de l'aurore.
Commenter  J’apprécie          20
MurielT   22 octobre 2015
Quelle histoire. Un récit de filiation (1914-2014) de Stéphane Audoin-Rouzeau
Le devoir, pour les combattants, ne se discutait pas. On les aurait beaucoup surpris en leur disant qu'ils étaient des victimes : eux-mêmes se voyaient comme des acteurs et en effet ils ne cessaient d'agir, ne serait-ce que pour tenter de s'exposer un peu moins. De la guerre, ils souhaitaient que la fin arrive au plus vite, mais pas au prix d'une défaite de leur propre pays : tous ou presque on souhaité la victoire.
Commenter  J’apprécie          10
Diabolau   30 juin 2020
C'est la guerre de Stéphane Audoin-Rouzeau
Au moment où s'achève [un travail de 40 ans] touchant nécessairement à son terme, je dois confesser que c'est le maniement des échelles "micro" qui m'a apporté mes plus grandes satisfactions d'historien. Le temps court (...), l'incident (...), la lettre isolée, l'objet ou l'image unique (...) : voilà ce que j'ai le plus aimé, voilà ce qui m'a le plus appris (...). Et je ne saurais exactement m'expliquer pourquoi je tiens tant à cet infiniment petit. Peut-être parce que l'activité guerrière constitue un sujet d'une telle ampleur, d'une telle richesse, d'une telle capacité de transformation que mieux vaut peut-être renoncer à la saisir tout entière pour ne s'attacher (...) qu'à quelques-unes de ses anfractuosités. Peut-être l'exploration de celles-ci permet-elle d'atteindre sinon au cœur du phénomène guerrier, du moins d'en approcher un peu.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Stéphane Audoin-Rouzeau (168)Voir plus


Quiz Voir plus

Percy Weasley

Dans la fratrie Weasley, en classant les personnages du plus vieux au plus jeune, Percy est ...

l'ainé
le deuxième
le troisième
le quatrième
le cinquième
le sixième
le plus jeune

10 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : Harry Potter, tome 7 : Harry Potter et les reliques de la mort de J. K. RowlingCréer un quiz sur cet auteur