AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.34 /5 (sur 391 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Kaloz (Hongrie) , le 12 mai 1933
Mort(e) à : Londres , le 18/08/2021
Biographie :

Stephen Vizinczey est un écrivain hongrois, devenu canadien. Il n'a que deux ans lorsque son père est assassiné par les nazis et il fut donc élevé par sa mère.

Après la seconde guerre mondiale il étudia à l'université puis au collège national des Arts de la scène de Budapest. C'est alors que sa vocation littéraire prit chair à travers l'écriture de poésie et de pièces de théâtre. L'une de ces dernières, récompensée par le prix Attila Jozsef qui devait être jouée au Théâtre National en 1956 fut interdite par le régime communiste quatre jours avant la première et toutes les copies du script furent saisies. Cette même année il prit part à l'insurrection hongroise contre l'armée soviétique et s'enfuit à l'Ouest à la suite de cette révolution avortée. Après un séjour en Italie il émigra au Canada.

Il perfectionna son anglais en travaillant à des scripts pour le National Film Board of Canada. Il adopta alors définitivement cette langue pour tous ses travaux d'écriture et dirigea notamment un magazine littéraire et politique : Exchange. Il démarra sa carrière d'écrivain anglophone en collaborant à Radio Canada mais c'est en 1965 qu'il prit la décision cruciale, quittant son emploi, de publier à compte d'auteur et de distribuer lui-même son premier roman, Éloge des femmes mûres, prélude à un incroyable succès et à une reconnaissance internationale.

Stephen Vizinczey vit aujourd'hui à Londres.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Stephen Vizinczey   (4)Voir plus

étiquettes
Video et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo

Stephen Vizinczey : Un millionnaire innocent
Olivier BARROT , à bord d'un bateau hongrois, nous fait découvrir Budapest , les bords du Danube et le livre "Un millionnaire innocent" de Stephen Vizinczey, éditions "le Rocher", BT du livre.

Citations et extraits (56) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-B   23 novembre 2015
Eloge des femmes mûres : Les souvenirs amoureux d'Andras Vajda de Stephen Vizinczey
« Il peut me faire souffrir, me faire boire de la ciguë ou m'expédier en exil. Mais il est une chose que même Lui ne peut pas, c'est faire de moi un sujet autrichien. »

Il était impossible que des gens qui s'enorgueillissaient de tels ancêtres se laissent réduire à l'esclavage. Et, en nous identifiant aux héros de notre histoire, nous reconnaissions tous en nos oppresseurs les oppresseurs de nos ancêtres. Tous étaient du même acabit, des étrangers qui voulaient imposer leur loi.



Chapitre 14.
Commenter  J’apprécie          240
Pecosa   06 juillet 2021
Un millionnaire innocent de Stephen Vizinczey
Il était acteur et gagnait, tant bien que mal, sa vie en jouant des pannes dans des films hollywoodiens à petit budget, tournés en Europe.

Dans la plupart de ces films, il mourait.

Après avoir péri sous les traits d'un martyr chrétien, lors des derniers jours orgiaques de l'Empire romain, il ne ressuscitait que pour être tué derechef au beau milieu d'un western filmé en Espagne; Dans les comédies romantiques mettant en scène des Américains sur la Côte d'Azur, il incarnait le copain pas très malin du séduisant héros, sombrant dans l'oubli avec un savoir-faire mélancolique. On peut voir tout ça, très tard le soir, à la télévision.
Commenter  J’apprécie          210
Pecosa   06 juillet 2021
Un millionnaire innocent de Stephen Vizinczey
"Avec tout le fric qu'elle a, elle bouquine! " grommela Sypcovich in petto. Quel n'aurait pas été son amertume s'il avait su qu'elle ne lisait même pas un best-seller, mais un livre épuisé, écrit par un Australien défunt et consacré à un compositeur autrichien également défunt, dont le nom, selon un rapport du Public Broadcasting Service, était inconnu à quatre-vingt-sept pour cent des étudiants universitaires américains avant que Hollywood ne tournât un film à son sujet. "Elle bouquine, cette connasse!", marmonna-t-il entre ses dents.
Commenter  J’apprécie          211
ordinary_reader   25 décembre 2015
Eloge des femmes mûres : Les souvenirs amoureux d'Andras Vajda de Stephen Vizinczey
Elle se tut un instant, puis, subitement, elle éclata : "Vous, les hommes, vous êtes tous des singes vaniteux. Votre plaisir, ce n'est ni les femmes ni même votre propre orgasme. La seule chose qui vous intéresse c'est de faire exploser une femme. Il ne pouvait y avoir que les hommes pour inventer la bombe atomique (...)"
Commenter  J’apprécie          162
brigittelascombe   12 novembre 2012
Eloge des femmes mûres : Les souvenirs amoureux d'Andras Vajda de Stephen Vizinczey
Il me semble à présent que chaque fois que j'ai cru apprendre quelque chose sur les gens ou sur la vie en général,je n'ai fait que donner une forme différente à mon immuable ignorance-c'est ce que les philosophes compatissants appellent la nature du savoir.
Commenter  J’apprécie          150
Horlogemoisie   07 septembre 2011
Eloge des femmes mûres : Les souvenirs amoureux d'Andras Vajda de Stephen Vizinczey
Parmi celles que je réussis à mettre dans mon lit, certaines se montrèrent encore plus bizarres. Une bibliothécaire de trente-deux ans m'offrit son corps moins d'une demi-heure après que nous eûmes fait connaissance à une soirée, et dans l'heure qui suivit elle me demanda en mariage. Après quoi elle me fit une leçon sur mes responsabilités nouvelles en qualité de futur époux. Il serait de mon devoir de lui assurer une certaine aisance tant que je vivrais et après ma mort - c'est à dire qu'il me fallait souscrire une assurance-vie. En l'espace de moins de deux heures, cette étrange créature était prête à m'épouser et à m'enterrer. Elle ne se décida à partir que lorsque je lui expliquai que j'étais issu d'une tribu qui enterrait la veuve vivante aux côtés de son mari défunt.
Commenter  J’apprécie          80
line70   29 mars 2011
Eloge des femmes mûres : Les souvenirs amoureux d'Andras Vajda de Stephen Vizinczey
Nous nous accrochons à l'espoir de l'amour éternel en niant sa validité éphémère. C'est moins douloureux de se dire « je suis superficiel », « elle est égocentrique », « nous n'arrivions pas à communiquer », « c'était purement physique », que d'accepter le simple fait que l'amour est une sensation passagère, pour des raisons qui échappent à notre contrôle et à notre personnalité.
Commenter  J’apprécie          80
sweetie9   29 septembre 2014
Eloge des femmes mûres : Les souvenirs amoureux d'Andras Vajda de Stephen Vizinczey
Je me demande ce qu'aurait été ma vie plus tard si,enfant,je n'avais pas bébéficié de ces petites réceptions de ma mère?C'est peut-être ce qui a fait que je n'ai jamais considéré les femmes comme mes ennemies ,comme des territoires à conquérir,mais toujours comme des alliées et des amies-- raison pour laquelle, je crois,elles m'ont toujours,elles aussi,montré de l'affection.
Commenter  J’apprécie          80
Ambages   24 octobre 2015
Eloge des femmes mûres : Les souvenirs amoureux d'Andras Vajda de Stephen Vizinczey
Comme disait Lajos Kossuth, le chef de la révolution de 1848, les Hongrois ont «une personnalité historique» — c'est-à-dire qu'ils puisent dans l'histoire des siècles et des millénaires passés la force de lutter contre les puissances meurtrières de leur temps. Ils peuvent se référer à l'histoire d'une nation vieille de mille ans, au cours desquels, qui plus est, se répète constamment le même schéma de dépossession et de résistance, de sorte que même les plus idiots s'en souviennent. L'histoire de leur défaite et de leur survie a pour eux valeur d'une religion, comme chez les Juifs ; ils ont la tête pleine des calamités qui n'ont pas réussi à les anéantir.



Nous avons déjà été châtiés

Pour nos péchés passés et à venir



dit l'hymne national, traduisant cette attitude d'apitoiement sur soi-même et de défi qui fait des Hongrois des sujets si agités et si rebelles malgré leurs fréquentes défaites.

(...)

Les citoyens des grandes nations ont tendance à croire que les victoires sont éternelles ; les Hongrois, eux, s'intéressent surtout au déclin du pouvoir, à la chute inévitable des vainqueurs et à la renaissance des vaincus. C'est pourquoi peu d'entre nous ont jamais imaginé que les Russes resteraient pour de bon ; on se demandait seulement quand ils partiraient et comment.



p. 210~211
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
GabySensei   13 juillet 2011
Vérités et mensonges en littérature de Stephen Vizinczey
Il y a fondamentalement deux sortes de littérature.

L'une vous aide à comprendre, l'autre vous aide à oublier; la première vous aide à devenir une personne libre et un citoyen libre, l'autre aide les gens à vous manipuler. L'une s'apparente à l'astronomie, l'autre à l'astrologie.
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Abécédaire du Polar

A comme l'auteur de:

L.A. Confidential
La Griffe du Chien
La Lune d'Omaha

26 questions
13 lecteurs ont répondu
Thèmes : romans policiers et polars , roman noir , Abécédaires , culture généraleCréer un quiz sur cet auteur