AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marie-Claude Peugeot (Traducteur)
ISBN : 2070336557
Éditeur : Gallimard (30/11/-1)

Note moyenne : 3.21/5 (sur 245 notes)
Résumé :
" Je me méfiais d'Eloge des femmes mûres, ne serait-ce que parce que ce roman est devenu un best-seller mondial. J'avais tort. L'érotisme, c'est cela, le vrai, qui se pratique dans la découverte et le respect de l'autre, qui enrichit la connaissance de soi. " (Maurice Nadeau, La Quinzaine littéraire)
" C'est sans doute la plus incroyable aventure éditoriale de ces dernières années... En France, Eloge des femmes mûres tient le haut du pavé depuis maintenant di... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
  23 octobre 2012
Je ne peux pas dire que je me sois ennuyée à la lecture de ce livre. Nonobstant, vous avouer que j'ai adoré serait probablement mentir. La prose ne me semble guère propice à faire éclore une quelconque pâmoison.
Je ne peux pas arguer non plus que le propos soit spécialement philosophique (quoi que…). Il s'agirait plutôt d'une sorte de voyage initiatique dans le vagin de ces dames aux alentours des années 1950-1960 dans la Hongrie d'après guerre.
On y retrouve un peu l'esprit "Mittel Europa" qu'évoque Milan Kundera dans bon nombre de ses romans à propos du sexe et du type de relation qu'entretenaient les hommes et les femmes de cette époque.
La conclusion de l'auteur, sans avoir rien de particulièrement édifiante pour ces messieurs désireux d'en apprendre un rayon sur "le deuxième sexe", pourrait à la rigueur se résumer par « mieux vaut celles qui savent et qui ont faim que celles qui plaisent et qu'il faut supplier ».
Bon, c'est sans doute un peu léger pour écrire une thèse mais ça se laisse lire sans déplaisir, du moins c'est mon avis de femme presque mûre, c'est-à-dire, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          510
carre
  18 juillet 2012
Grand succès public, « L'éloge des femmes mûres » est le récit du timide Stefan Vajda qui s'ouvre aux joies du plaisir charnel dans l'après seconde guerre mondiale. Ces aventures érotico-sexuelles sont décrites de façon sensuelle et plutôt rigolote, la découverte du corps féminin et cette attirance pour des conquêtes plus âgées prête au sourire. Vajda entre vestes cuisantes ou relations épanouies fait son éducation avec élégance et est un personnage attachant. Sa découverte de la sensualité et du plaisir partagé est très bien décrite. de plus, Vizinszey ne tombe jamais dans la vulgarité ou le voyeurisme. Un roman très agréable qui évitent les écueils de ce genre de littérature, ce qui n'est pas la moindre de ces qualités.
Commenter  J’apprécie          410
brigittelascombe
  12 novembre 2012
Devenu "un internationaliste coureur de jupons", Andras Vajda (personnage principal de Eloge des femmes mûres: Les souvenirs d'Andras Vajda), devenu professeur de philosophie, raconte son parcours amoureux de la pré-adolescence au début de l'âge adulte et démontre, à travers ses aventures érotiques, qu'un adolescent a tout à gagner à fréquenter des femmes mûres expérimentées plutôt que des jeunes filles trop pieuses, coincées, allumeuses,humiliantes, moqueuses ou trop étroites susceptibles d'entrainer l'échec sexuel.
Mon avis concernant ce roman de l'écrivain hongrois (poète,dramaturge et philosophe ayant émigré au Canada) Stephen Vizinczey, est mitigé car j'ai trouvé certains passages amoraux ou relevant de la pédophilie.Qu'à onze ans et demi, ce garçon hongrois, orphelin de père et précoce sexuellement, issu d'un famille catholique pieuse, que l'auteur dit être "franc,affectueux et vaniteux", doté d'un sens du commerce développé, joue au proxénète dans un camp américain en présentant des femmes mariées sans le sou à des soldats m'a choquée. Qu'il se pose en voyeur et se laisse débaucher m'a choquée aussi. L'explication suggérée:il a toujours été attiré par les amies de sa mère, ne m'a pas vraiment convaincue.Je l'aurais plus vu orphelin de mère à ce moment là.
Après, il grandit, donc ce roman (qui m'a évoqué les turpides d'Oscar petit héros de le tambour de Günter Grass sans toutefois y retrouver le côté fantaisiste, imaginatif et psychanalytique du monologue endiablé du Prix Nobel ) devient moins pervers et plus érotique. Andras, cultivé, lit le rouge et le noir de Stendhal et s'inspire des gestes de Julien vis à vis de Mme de Rénal. Il visualise le film le diable au corps, tiré du roman éponyme de Raymond Radiguet) et se prend pour François amoureux d'une jeune femme plus âgée (mais où est la fine analyse psychologique de l'ami de Jean Cocteau). Les sauts de puce frénétiques d'Andras de Maya qui l'aguerrit à Klari qui le traite "d'horreur" tout en lui ouvrant les cuisses, à Illona qui l'étiquette de "dépravé" et le repousse,à Zsuzsa femme des camps libertine, à Mici la vierge frustrante,à Nusi mère de cinq enfants esseulée,à l'italienne frigide, à Ann la capricieuse qui veut ne veut plus puis veut encore.....m'ont lassée. Où est l'amour dans tout ça?
La philosophie est surtout en têtes de chapitres, de Sartre à Platon.Mais bien sûr,il en faut pour tous les goûts, l'art du bonheur, pour un adolescent aux hormones surexcitées, peut-être de coucher avec des femmes de l'âge de sa "tendre et douce" maman.
Seuls points positifs, (pour moi),outre la fluidité de l'écriture et la trame historique (sur fond de "camp de l'Armée américaine en Autriche" durant la deuxième guerre mondiale, de retour sur Budapest en 1946 puis de fuite de la Hongrie vers les cieux plus cléments canadiens) alors que je suis surprise de lire à la fin de ce roman moult éloges du Times au Monde, et j'en passe...est de nous montrer les multiples facettes d'une femme mûre dont la solitude,l'angoisse du lendemain,l'horreur de la guerre qui affame,l'envie de plaire encore... hors ou dans mariage,qui la poussent à céder à un indécrottable gamin trop sûr de lui.
Sans doute fallait-il voir un second degré que je n'ai pas su saisir!
Stephen Vizinczey est également l'auteur de Un millionnaire innocent, lui aussi encensé par la critique!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
AmandineMM
  22 juin 2013
L'une de mes plus grandes déceptions de ce mois-ci, notamment en raison de mes attentes : j'avais envie de découvrir ce roman depuis longtemps, en raison de son sujet, et les coupures de presse si élogieuses en fin d'ouvrage ont encore accentué mes attentes, finalement trop hautes. Cette oeuvre est agréable à lire, mais sans plus pour moi. le style, tel qu'il m'apparaît dans la traduction française, n'a rien de particulier sur lequel s'extasier : c'est certes fluide et bien écrit, mais ça ne se démarque pas d'autres oeuvres. J'ai en revanche apprécié le ton d'autodérision adopté par l'auteur, par le biais du regard ironique sur son passé sexuel et amoureux. Ses "exploits" et son histoire ne m'ont guère passionnée, bien que je doive reconnaître que l'auteur a su éviter l'écueil de la liste et de la répétition monotone : les histoires trop semblables sont résumées plus rapidement, et les déboires et succès amoureux se présentent de façon suffisamment diverse pour ne pas lasser le lecteur. Davantage qu'à ce sujet principal, je me suis intéressée aux voyages et exils du narrateur : son enfance se déroule dans un climat de guerre, puis son adolescence est marquée par les révolutions en Hongrie, pays qu'il devra ensuite fuir pour l'Italie, le Canada et, enfin, les Etats-Unis. Cette dimension politique, accentuée dans l'un des derniers chapitres, m'a semblé donner plus de profondeur au récit et au personnage. J'aurais aimé sentir plus de réflexion derrière l'attrait pour les femmes mûres et retrouver là plus de profondeur également.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
Ambages
  24 octobre 2015
"Immigrant au débarquement", statut reçu à son arrivée à Toronto par Andras Vajda.
J'ai beaucoup apprécié cette lecture qui fait voyager dans le corps, la tête et les sentiments mais aussi dans le temps (la seconde guerre mondiale en Europe de l'Est, la présence des américains au sortir de la guerre, l'occupation russe en Hongrie, la Révolution de 56) et l'espace (Hongrie, Italie, Canada).
C'est une analyse de l'évolution d'un jeune homme sous l'angle de sa sexualité et de son rapport aux femmes. Il est également question de la condition des femmes et du regard que vous portez sur certains de vos congénères, parfois peu amènes. Vous exposez sans pudibonderie vos questionnements, vos craintes, vos peurs _et parfois vos joies_ au travers des diverses rencontres féminines et des drames historiques que vous avez vécus.
Vous nous dîtes vos tentatives pour y trouver des réponses, et je crois que vous n'êtes pas au bout de vos peines. Oui nous sommes complexes les femmes et parfois bien peu honnêtes, surtout vis-à-vis de nous-mêmes, mais tout cela vous l'avez compris. Car ce qui est vrai pour les femmes l'est aussi pour les hommes. Tout comme vous avez compris que l'amour se vit à deux et qu'il est difficile, parfois, pour les deux parties de se livrer à coeur ouvert. Serions-nous des immigrants à chaque rencontre, en attendant le débarquement ?
Merci pour ce joli voyage aérien et pénétrant
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   23 novembre 2015
« Il peut me faire souffrir, me faire boire de la ciguë ou m'expédier en exil. Mais il est une chose que même Lui ne peut pas, c'est faire de moi un sujet autrichien. »
Il était impossible que des gens qui s'enorgueillissaient de tels ancêtres se laissent réduire à l'esclavage. Et, en nous identifiant aux héros de notre histoire, nous reconnaissions tous en nos oppresseurs les oppresseurs de nos ancêtres. Tous étaient du même acabit, des étrangers qui voulaient imposer leur loi.

Chapitre 14.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
belbernardbelbernard   29 juillet 2015
Comme nous ne nous reprochons plus de ne pas obéir à des préceptes éthiques absolus, nous nous flagellons avec les verges de la perspicacité psychologique. S'agissant de l'amour, nous écartons la distinction entre moral et immoral au profit de la distinction entre « véritable » et « superficiel ». Nous comprenons trop bien pour condamner nos actes ; désormais, ce sont nos intentions que nous condamnons. Nous étant libérés d'un certain code de conduite, nous suivons un code d'intentions pour parvenir aux sentiments de honte et d'angoisse que nos aînés éprouvaient par des moyens moins élaborés. Nous avons rejeté leur morale religieuse parce qu'elle opposait l'homme à ses instincts, qu'elle l'écrasait de culpabilité pour des péchés qui étaient en fait des mécanismes naturels. Pourtant, nous continuons à expier la création : nous nous considérons comme des ratés, plutôt que d'abjurer notre foi en une perfection possible. Nous nous accrochons à l'espoir de l'amour éternel en niant sa validité éphémère.. C'est moins douloureux de se dire « je suis superficiel », « elle est égocentrique », « nous n'arrivions pas à communiquer », « c'était purement physique », que d'accepter le simple fait que l'amour est une sensation passagère, pour des raisons qui échappent à notre contrôle et à notre personnalité. Mais ce ne sont pas notre propres rationalisations qui pourront nous rassurer. Il n'est pas d'argument qui puisse combler le vide d'un sentiment défunt — celui-ci nous rappelant le vide ultime, notre inconsistence dernière. Nous sommes infidèles à la vie elle-même.
C'est peut-être la raison pour laquelle nous préférons occuper notre esprit à des sujets moins éphémères que nous-mêmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AmbagesAmbages   24 octobre 2015
Comme disait Lajos Kossuth, le chef de la révolution de 1848, les Hongrois ont «une personnalité historique» — c'est-à-dire qu'ils puisent dans l'histoire des siècles et des millénaires passés la force de lutter contre les puissances meurtrières de leur temps. Ils peuvent se référer à l'histoire d'une nation vieille de mille ans, au cours desquels, qui plus est, se répète constamment le même schéma de dépossession et de résistance, de sorte que même les plus idiots s'en souviennent. L'histoire de leur défaite et de leur survie a pour eux valeur d'une religion, comme chez les Juifs ; ils ont la tête pleine des calamités qui n'ont pas réussi à les anéantir.

Nous avons déjà été châtiés
Pour nos péchés passés et à venir

dit l'hymne national, traduisant cette attitude d'apitoiement sur soi-même et de défi qui fait des Hongrois des sujets si agités et si rebelles malgré leurs fréquentes défaites.
(...)
Les citoyens des grandes nations ont tendance à croire que les victoires sont éternelles ; les Hongrois, eux, s'intéressent surtout au déclin du pouvoir, à la chute inévitable des vainqueurs et à la renaissance des vaincus. C'est pourquoi peu d'entre nous ont jamais imaginé que les Russes resteraient pour de bon ; on se demandait seulement quand ils partiraient et comment.

p. 210~211
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
HorlogemoisieHorlogemoisie   07 septembre 2011
Parmi celles que je réussis à mettre dans mon lit, certaines se montrèrent encore plus bizarres. Une bibliothécaire de trente-deux ans m'offrit son corps moins d'une demi-heure après que nous eûmes fait connaissance à une soirée, et dans l'heure qui suivit elle me demanda en mariage. Après quoi elle me fit une leçon sur mes responsabilités nouvelles en qualité de futur époux. Il serait de mon devoir de lui assurer une certaine aisance tant que je vivrais et après ma mort - c'est à dire qu'il me fallait souscrire une assurance-vie. En l'espace de moins de deux heures, cette étrange créature était prête à m'épouser et à m'enterrer. Elle ne se décida à partir que lorsque je lui expliquai que j'étais issu d'une tribu qui enterrait la veuve vivante aux côtés de son mari défunt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
belbernardbelbernard   29 juillet 2015
Je suis convaincu que beaucoup de jeunes garçons gâchent leurs meilleures années — et leur personnalité — en croyant à tort qu’il faut être un dur dans sa prime jeunesse pour devenir un homme. Ils font partie d’une équipe de football ou de hockey pour devenir adulte, alors qu’en fait une église vide ou une route de campagne déserte les aideraient d’avantage à appréhender le monde et leur propre personne. Les pères franciscains me pardonneraient, je l’espère, de dire que jamais je n’aurais pu si bien comprendre et tant aimer les femmes si l’Église ne m’avait appris à connaître la félicité et le respect du sacré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Video de Stephen Vizinczey (2) Voir plusAjouter une vidéo

Stephen Vizinczey : Un millionnaire innocent
Olivier BARROT , à bord d'un bateau hongrois, nous fait découvrir Budapest , les bords du Danube et le livre "Un millionnaire innocent" de Stephen Vizinczey, éditions "le Rocher", BT du livre.
autres livres classés : littérature hongroiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle



Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
256 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre
. .