AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Citations de Sylvain Larue (22)


Arrêtez-vous ici, vous qui pensez encore que l'homme vit d'amour et d'eau fraîche. Les affaires qui suivent ne sont que haine et sang séché. Toutefois, elles présentent toutes un point commun : l'amour. Quand l'amour et le crime sont étroitement liés, quand l'expression "jusqu'à ce que la mort nous sépare" prend tout son sens...La passion rend aveugle ; il arrive parfois, qu'elle rende dangereux, mortellement dangereux.

Avant-propos.
Commenter  J’apprécie          100
Il était aussi borné qu'une voie romaine.
Commenter  J’apprécie          50
Surpris dans le lit d'une Autrichienne de haute bourgeoisie - " mais de petite vertue ", avait ajouté le député.
Commenter  J’apprécie          50
-Pressez le pas, nous ne sommes pas au spectacle ! cessez donc d'admirer le plafond !
"Comment eût-il pu en être autrement ?" se dit Léandre, fataliste.
[...]
-Que font-ils là, ces déguisés ? ne savent-ils pas qu'un crime doit rester intouché, dépourvu de toute intervention extérieure ! Hé là, vous deux, circulez, et au plus vite ! ordonna le roquet d'un ton méprisant.
-Je vous demande pardon, Issy-Volny ? répondit le procureur, faisant deux pas dans la direction du policier en haussant le ton.
-Nous nous connai...répondit ce dernier avant d'avaler sa salive en comprenant à qui il avait affaire.
Toujours à genoux, évitant d'offrir aux arrivants la moindre vue précise de son visage, Léandre ne manqua pas d'observer la suite de la scène du coin de l’œil.
Commenter  J’apprécie          30
L’apprentissage s’était poursuivi dans un climat somme toute heureux jusqu’à ses onze ans. Le 14 janvier de cette année-là, des policiers étaient entrés dans le magasin de Libor. Ils étaient trois, en uniforme, la moustache surplombant des bouches dépourvues de sourire, les yeux froids, le visage fermé. Après l’avoir sommairement interrogé quant à son identité, ils l’avaient prié de les suivre, essuyant un refus très net.

– J’exige de savoir pourquoi je devrais vous accompagner.
– Ce n’est qu’une simple formalité.
– À d’autres.

C’est alors que les coups avaient commencé à pleuvoir.
Commenter  J’apprécie          20
Quand le bourreau saluait les gens, il procédait toujours avec douceur, tant les mains disparaissaient au creux des siennes. Loin de ressembler à l’image d’Épinal des brutes chargées de supplicier à visage masqué sous l’Ancien Régime, avec son accent provençal, son mètre quatre-vingt-dix, ses vêtements noirs et sa cravate blanche d’une propreté impeccable, ses cheveux sombres en brosse commençant à grisonner, ses grandes et belles mains blanches, sa moustache bien taillée et ses favoris courts, ce quadragénaire avait l’allure d’un fringant officier et Hermance Lafforgue se dit que, nonobstant ses fonctions polémiques, elle le trouvait tout à fait à son goût.
Commenter  J’apprécie          20
Il se frotta les paupières, se saisit la tête à deux mains, passant les paumes dans ses cheveux, dix fois, cent fois, comme si ce massage allait changer d’un coup le spectacle qui se présentait à ses yeux incrédules. Il tremblait, la fleur cachée dans la poche intérieure de sa redingote exhalait un parfum fétide, que faisait-il encore là, il lui fallait partir, fuir devant l’évidence : elle avait disparu et, cette fois, il ne la retrouverait jamais, il le sentait, c’était fatal…
Commenter  J’apprécie          20
Tuer sa femme parce qu’elle allait se satisfaire ailleurs était un acte de lâche ; tuer l’amant, même si c’était répréhensible, relevait davantage du geste d’honneur.
Commenter  J’apprécie          10
Ils se sentaient observés et n’arrivaient pas forcément à déchiffrer les expressions de ces artistes. Rien d’étonnant à cela, on les disait volontiers méfiants envers les étrangers. Le Goupil, de son côté, tentait de s’empêcher de les dévisager en retour, notamment les phénomènes, en sachant que cette curiosité pourrait être mal perçue.
Commenter  J’apprécie          10
Il entendit bientôt qu’on ouvrait la porte, et l’homme parut devant lui.
Pèlerin ne savait au fond pas vraiment comment réagir en sa présence. Il dégageait une odeur très particulière, une odeur qui s’engouffrait au plus profond de son crâne et lui criait, d’une manière stridente, le mot « danger ».
Commenter  J’apprécie          10
Chaque livre, répétait le vieillard, est une fenêtre ouverte sur le savoir universel. Et même si nul homme ne dispose d'assez de temps pour lire tout ce qui a été écrit depuis des siècles, le sage a à cœur d'apprendre un peu chaque jour, comme s'il devait vivre éternellement.
Commenter  J’apprécie          10
Quelle que soit la croyance de celui que tu rencontres, respecte-la et ne l'insulte pas. Ne commets pas la faute des fanatiques, lâches et stupides avec ceux qui ne partagent pas leur point de vue. Refuse simplement et poliment s'ils cherchent à te convertir, et mets un terme à la discussion s'ils insistent. Croire ne rend pas l'homme sage pas plus qu'il ne le corrompt. L'homme intelligent, de toute façons, saura ne pas t'imposer ses vues. Le respect, mon enfant, doit demeurer le maître mot.
Commenter  J’apprécie          00
La décapitation, en particulier par guillotine, est à mon sens la méthode la plus efficace et la plus rapide pour faire trépasser quiconque. Et pour ma part, je pense qu’une amputation aussi brutale ne peut que supprimer instantanément toute conscience. Mais je serais curieux de lire ses conclusions, si tant est qu’il parvienne à ses fins un jour.
Commenter  J’apprécie          00
On ne devrait jamais rien demander à l’autre quand il vous fait l’amour. Quand on baise, c’est autre chose…
Ils n’en étaient qu’aux préliminaires, il était un peu tôt pour augurer de la suite de ces blandices, mais Gigi ne pouvait s’empêcher d’y penser. D’une main, elle repoussa le visage de l’homme loin de son giron, puis se laissa glisser sur le sol de la voiture, à genoux devant lui, pour défaire les boutons de sa braguette.
Commenter  J’apprécie          00
Les clients n’aimaient pas les pleurnicheuses, elle le savait bien. Elle ferma les yeux, les rouvrit. Elle était prête. L’homme paraissait attendre qu’elle prenne la direction des opérations. Qu’à cela ne tienne. Elle savait désormais agir face aux hésitants ou aux clients souhaitant être un peu dominés.
Commenter  J’apprécie          00
Ce vieillard infâme et lubrique, qui dégageait une odeur répugnante à dix pas, l’avait insultée comme jamais personne n’avait osé le faire par le passé. André, qui observait Gigi depuis la table d’un minable cabaret, avait accouru. Mais il n’avait pas pris sa défense. Au contraire. Il lui avait fait comprendre que refuser des clients, pour n’importe quel prétexte que ce soit, ne serait pas tolérable. Jamais.
Commenter  J’apprécie          00
L’homme maîtrisait parfaitement l’art de manipuler le beau sexe, ce qui lui était rudement utile pour son « métier » de proxénète. Il l’avait vue dès qu’il était entré dans l’établissement et s’était promis d’en faire sa maîtresse dans un délai d’une semaine. Le filou y parvint en trois soirs et, après l’avoir conquise et prise, il ne l’abandonna pas. Au contraire, il sut se rendre irrésistible aux beaux yeux de la jolie serveuse.
Commenter  J’apprécie          00
Émile était, de fait, un fort beau garçon et maître dans l’art de séduire, qui n’aimait rien plus que de prendre les virginités des plus jolies pucelles de la région. Il convoitait Gigi depuis quelque temps déjà, mais ses tentatives avaient toutes été mises à mal par le père Martel.
Commenter  J’apprécie          00
Elle n’avait que vingt-quatre ans. Serait-elle condamnée par le destin à n’être jamais qu’une fleur de pavé, une de ces putains hantant les rues de Paris sitôt le soleil couché ? Parfois, elle rêvait d’une histoire digne des contes de fées que sa mère lui lisait jadis : elle voyait un homme distingué s’approcher d’elle, l’air décidé et hésitant à la fois, pour lui dire des mots tendres, à cent lieues des commentaires scabreux qu’elle entendait quotidiennement. Doux dans ses paroles, délicat dans ses gestes, il lui faisait comprendre que la vie sans elle, si belle, lui était chose impossible, et qu’il était prêt à la demander en mariage sur-le-champ.
Commenter  J’apprécie          00
Elle ressentit alors les signes avant-coureurs d’un violent prurit à l’endroit le plus intime de sa personne : hors de question pour elle de soulager cette démangeaison au vu et au su de tout le monde, et qu’elle soit seule – ou presque – sur les bords du canal Saint-Martin n’y changerait rien. Elle se dirigea donc vers une zone plus sombre encore, sous l’un des arbres qui bordait la pièce d’eau. Un coup d’œil à droite, un autre à gauche. Il n’y avait personne à l’horizon. S’adossant le plus possible contre le tronc rugueux, elle se déganta, releva ses jupons et glissa la main nue vers son bas-ventre. Les ongles accrochèrent la peau irritée et caressèrent les poils frisés, en quelques gestes apaisants. Elle souhaita de tout son cœur n’y dénicher aucun habitant indésirable, un cadeau empoisonné de l’une de ses dernières rencontres de la nuit en cours, de la précédente ou d’une autre, mais sa fouille, par bonheur, ne dérangea nul parasite.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Sylvain Larue (200)Voir plus

Quiz Voir plus

L'écume des jours

Qui est le personnage principal?

Colin
Nicolas
Chick
Alise
Isis
Chloé

10 questions
367 lecteurs ont répondu
Thème : L'écume des jours de Boris VianCréer un quiz sur cet auteur

{* *}