AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les Enquêtes de Léandre Lafforgue tome 5 sur 6
EAN : 9782812932441
Editions De Borée (08/10/2020)
4.1/5   21 notes
Résumé :
Justice doit être faite, en ce matin d'été 1855 ! Appréhendé au terme d'une longue investigation, Magon, "l'éventreur du Palais-Royal", meurtrier sadique de prostituées, est conduit à l'échafaud devant lequel, jusqu'au bout, il clame son innocence. Mais quelques instants après que sa tête est tombée, on retrouve le corps d'une autre femme galante, atrocement mutilé... L'hypothèse d'une terrible erreur judiciaire éclate alors dans la presse, encouragée notamment par ... >Voir plus
Que lire après Une enquête de Léandre Lafforgue : L'éventreur du Palais RoyalVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
4,1

sur 21 notes
5
6 avis
4
4 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis
Et voilà je viens de terminer le dernier tome en date des aventures de notre cher Léandre.
Époque expéditive, digne héritage de notre Révolution, les criminels ont la tête tranchée par la guillotine. En l'état c'est celle du Dr Magon, surnommé « L'éventreur du Palais Royal » qui y passe. La Noble Cour y assiste et a mis tout en oeuvre pour punir cet horrible criminel qui s'attaque, avec sauvagerie et la précision d'un chirurgien qu'il est, aux prostituées. Justice est faite, mais le jour même démarre une succession de crimes bien ressemblant à ceux de Mabon. le doute s'installe, était-il innocent, un copieur prendrait-il sa suite ? La Noble cour est sur la sellette. L'enquête reprend, l'histoire aussi.
Comme je le dis dans mes critiques précédentes, l'histoire se mêle à l'Histoire. Mais surtout les nombreux faits divers nous montrent bien que Sylvain Larue est très au fait de la vie criminelle de l'époque : tout cela allant du métier de bourreau, de la procédure appliquée lors de telles exécutions, le fonctionnement des cours de justice, de l'instruction et de l'application des peines, Dans ce roman, l'histoire est celle d'un tueur en série, l'auteur ne nous épargne pas les descriptions du médecin légiste, ainsi que ses conclusions. le Dr de Flandre, légiste et membre de la Noble cour est très présent dans ce tome au côté de Léandre.
Comme toujours les personnages sont très fouillés, leur psychologie étudiée, que ce soit les héros récurrents ou les personnages annexes.
Un polar historique qui remplit bien son rôle de thriller et de faits historiques fort intéressant, pas forcément dans les grandes lignes mais dans la vie de tous les jours. Petits et grands ont leur place et leur importance dans l'histoire.
Où l'on approche aussi de plus en plus de la pègre et des bas-fonds de Paris de cette deuxième moitié du 19ème siècle. Tout ce petit monde a aussi sa hiérarchie. Et Léandre se doute bien qu'il côtoie des personnes très dangereuses de par ses relations.
Heureusement que pour adoucir tout cela, on voit éclore l'amour entre Guillemette et Furet, deux des malappris qui sont des frères et soeurs pour Léandre.
Le bonheur est là, mais l'histoire aussi.
Comme à chaque fois, la deuxième partie du roman s'accélère et on n'a plus envie de le lâcher avant de savoir la vérité. Vérité étonnante !!!
Merci aux Éditions De Borée et à Virginie de m'avoir permis de m'immerger dans ce monde très hétéroclite du Second Empire, et bravo à Sylvain Larue pour son travail et son imagination. J'ai passé un excellent moment au fil de ces cinq tomes. J'espère que je retrouverai Léandre au fil d'autres enquêtes.
Commenter  J’apprécie          356
En 2016, est apparu, né de l'imagination de Sylvain Larue, le personnage de Léandre Lafforgue s'ajoutant à la longue liste des héros justiciers. Enquêteur solitaire et bras armé de Napoléon III, ce gascon au caractère trempé a le flair et les fréquentations marginales nécessaires pour dénouer les intrigues les plus tordues.
Ici, nous retrouvons les rhétoriques classiques du roman policier historique populaire ; on croirait même avoir affaire à un roman feuilleton du 19ème siècle dans son mécanisme et sa construction: un héros, des crimes monstrueux, des rebondissements, des personnages stéréotypés, des dialogues et situations parfois improbables, une insistance sur des détails pas très ragoûtants pour faire frémir les lecteurs. Rien de révolutionnaire donc dans la forme littéraire. Mais l'imagination féconde de Sylvain Larue et sa passion pour les affaires criminelles font qu'on lit ce roman avec plaisir. Il ne plaira peut-être pas aux élitistes mais il faut le prendre pour ce qu'il est, c'est-à-dire un roman de facture classique et distrayant.
Merci pour la Masse Critique de Babelio et les Editions de Borée de m'avoir fait découvrir ce héros dont il s'agit, ici, du 5eme tome de ses enquêtes.
Commenter  J’apprécie          182
Excellent ! Pas d'autre mot : excellent ! 
Si vous avez déjà lu les 4 précédentes enquêtes de Léandre Lafforgue, enquêteur spécial de Napoléon III, précipitez-vous sur ce 5e opus. le plus sombre, le plus glauque et l'un des plus fouillés de la série. Sylvain Larue a fait un pas du côté obscur et ça lui réussit parfaitement.  Après un prologue réussi et assez atroce où l'on voit l'Éventreur se repaître d'une de ses victimes, on assiste ensuite dans le 1er chapitre à la cérémonie détaillée de l'exécution du Monstre. Sylvain Larue est un expert dans ce domaine, je vous le rappelle (voir "Desfourneaux, bourreau" du même auteur). Mais à peine la tête du tueur est-elle tombée dans le panier de son qu'on découvre à proximité le cadavre horriblement mutilé selon le même rituel d' une nouvelle victime...
Léandre Lafforgue et son équipe d'enquêteurs ont-ils fait une terrible erreur ou un copycat reprend-il le flambeau ? Notre Goupil va devoir se remettre en cause, enquêter de nouveau, défendre son honneur et son travail... rude tâche quand l'institution judiciaire déjà rétive vous met des bâtons dans les roues. 
La construction du roman nous éclaire sur les deux enquêtes grâce à des flash-backs soigneusement datés. Cet émule de Jack l'Éventreur ou d'Hannibal Lecter (à vous de voir ) dans le Paris de 1855 semble pourtant totalement insaisissable. Lafforgue se trouve plongé à son corps défendant dans l'horreur la plus absolue jusque dans sa vie privée et la découverte de l'identité du monstre ne lui apportera aucun soulagement !
Bien sûr,  vous croiserez à nouveau Napoléon III, ou le tout jeune Louis II de Bavière. Bien sûr, vous découvrirez le milieu de la prostitution quasi institutionnel de cette seconde moitié du 19e siècle. Bien sûr, Sylvain Larue agrémente son texte de savoureuses perles langagières de cette époque mais là où il atteint pleinement son but c'est quand il  nous révèle le pourquoi du comment, quand il n'hésite pas à plonger notre séducteur Gascon préféré (tellement tellement sensible au charme féminin 😉) dans la noirceur absolue. 
Le dernier quart du livre est impossible à lâcher, sombre et tragique. Et tellement réussi ! 
Commenter  J’apprécie          30
Ce livre est une belle découverte pour moi, découverte d'un auteur Sylvain Larue et découverte d'un contexte historique que je ne connaissais pas du tout ou très peu la période Napoléon III.
L'auteur a un style fluide, très agréable, qui vous entraîne facilement, la lecture est donc très vite addictive.
Le contexte historique est très présent, bien décrit, je trouve que l'immersion est réussie car accessible même pour les lecteurs un peu justes comme moi sur les connaissances de cette période. Et ça c'est formidable !
Tout petit bémol, j'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire pendant quelques pages ... du au fait que c'est le tome 5 d'une série ? Manque de concentration de ma part ? Aucune idée... Mais cela ne m'a pas plus gêné que cela, je vais être honnête !
Du côté de l'enquête, c'est assez prenant comme je l'ai dit et les rebondissements nous tiennent en haleine, le rythme est bon pour nous permettre un lecture plaisir. Cependant, je préfère prévenir, certaines descriptions pourraient ne pas convenir à tous les lecteurs ...
Ce livre que j'ai reçu dans le cadre de la masse critique est une très belle découverte et il est plus que probable que je lise d'autres enquêtes du Goupil. le contexte Napoléon III est un gros point fort pour moi.
Merci aux Éditions de Virée pour cet envoi.
Commenter  J’apprécie          60
Un livre ambitieux qu'on aimerait aimer. Un polar historique sous l'ère de Napoleon III, c'est assez rare pour être remarqué. Surtout que c'est la 5ème aventure de l'inspecteur Léandre Lafforgue, ce qui est le signe d'une continuité et de lecteurs qui suivent... Sans avoir lu les premiers opus, j'ai pris le train en marche avec cet "Eventreur du Palais Royal". Une expérience qui m'a laissé un peu sur ma faim...

L'auteur Sylvain Larue connaît visiblement son époque. Et Wikipedia nous raconte qu'il est spécialiste de la guillotine qui était très utilisée à l'époque. La plongée historique est d'ailleurs bien rendue, du moins dans le style qui est celui de l'auteur. Un style riche de dialogues, foisonnant de personnages au point de nous égarer parfois ( car certains sont alternativement appelés par leur prénom ou leur surnom ), mais à l'inverse peu de descriptions des lieux. Une certaine sècheresse à camper les personnages, à les restituer dans l'histoire et à amener des situations avant les dialogues. le lecteur - non averti par les précédents ouvrages - doit "pédaler" un peu pour surnager dans ce récit grouillant de vie, de fureur et d'éclats. Les digressions sont multiples, et je me suis demandé plusieurs fois pourquoi l'éditeur n'a pas davantage canalisé la logorrhée de son auteur pour rendre le récit plus nerveux, plus affûté... Surtout que le récit se passe sur 350 pages, avec une multiplication des victimes, sans que le héros ne réussisse à avancer d'un pouce dans son enquête. Ce n'est que dans la dernière partie du livre qu'il semble trouver la lumière, de manière presque rapide après les tâtonnements, voire l'inaction de la majeure partie du récit.

Tout cela est dommage. Car l'auteur a un vrai talent. Son écriture est facile, et il sait raconter l'horreur avec talent. Les scènes de meurtre sont glaçantes, et le monde glauque de désespoir social des filles de joie au milieu du XIXème siècle saute véritablement à la gorge du lecteur. Les morceaux de dissection à la morgue sont aussi de vrais moments de bravoure. Tous les ingrédients d'un bon polar sont ainsi réunis. le lecteur vibre bien à certains passages, mais peine dans d'autres... Un roman qui pêche par son manque d'homogénéité...
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Quand le bourreau saluait les gens, il procédait toujours avec douceur, tant les mains disparaissaient au creux des siennes. Loin de ressembler à l’image d’Épinal des brutes chargées de supplicier à visage masqué sous l’Ancien Régime, avec son accent provençal, son mètre quatre-vingt-dix, ses vêtements noirs et sa cravate blanche d’une propreté impeccable, ses cheveux sombres en brosse commençant à grisonner, ses grandes et belles mains blanches, sa moustache bien taillée et ses favoris courts, ce quadragénaire avait l’allure d’un fringant officier et Hermance Lafforgue se dit que, nonobstant ses fonctions polémiques, elle le trouvait tout à fait à son goût.
Commenter  J’apprécie          20
Elle ressentit alors les signes avant-coureurs d’un violent prurit à l’endroit le plus intime de sa personne : hors de question pour elle de soulager cette démangeaison au vu et au su de tout le monde, et qu’elle soit seule – ou presque – sur les bords du canal Saint-Martin n’y changerait rien. Elle se dirigea donc vers une zone plus sombre encore, sous l’un des arbres qui bordait la pièce d’eau. Un coup d’œil à droite, un autre à gauche. Il n’y avait personne à l’horizon. S’adossant le plus possible contre le tronc rugueux, elle se déganta, releva ses jupons et glissa la main nue vers son bas-ventre. Les ongles accrochèrent la peau irritée et caressèrent les poils frisés, en quelques gestes apaisants. Elle souhaita de tout son cœur n’y dénicher aucun habitant indésirable, un cadeau empoisonné de l’une de ses dernières rencontres de la nuit en cours, de la précédente ou d’une autre, mais sa fouille, par bonheur, ne dérangea nul parasite.
Commenter  J’apprécie          00
Elle n’avait que vingt-quatre ans. Serait-elle condamnée par le destin à n’être jamais qu’une fleur de pavé, une de ces putains hantant les rues de Paris sitôt le soleil couché ? Parfois, elle rêvait d’une histoire digne des contes de fées que sa mère lui lisait jadis : elle voyait un homme distingué s’approcher d’elle, l’air décidé et hésitant à la fois, pour lui dire des mots tendres, à cent lieues des commentaires scabreux qu’elle entendait quotidiennement. Doux dans ses paroles, délicat dans ses gestes, il lui faisait comprendre que la vie sans elle, si belle, lui était chose impossible, et qu’il était prêt à la demander en mariage sur-le-champ.
Commenter  J’apprécie          00
On ne devrait jamais rien demander à l’autre quand il vous fait l’amour. Quand on baise, c’est autre chose…
Ils n’en étaient qu’aux préliminaires, il était un peu tôt pour augurer de la suite de ces blandices, mais Gigi ne pouvait s’empêcher d’y penser. D’une main, elle repoussa le visage de l’homme loin de son giron, puis se laissa glisser sur le sol de la voiture, à genoux devant lui, pour défaire les boutons de sa braguette.
Commenter  J’apprécie          00
L’homme maîtrisait parfaitement l’art de manipuler le beau sexe, ce qui lui était rudement utile pour son « métier » de proxénète. Il l’avait vue dès qu’il était entré dans l’établissement et s’était promis d’en faire sa maîtresse dans un délai d’une semaine. Le filou y parvint en trois soirs et, après l’avoir conquise et prise, il ne l’abandonna pas. Au contraire, il sut se rendre irrésistible aux beaux yeux de la jolie serveuse.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Sylvain Larue (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvain Larue
le Crime de l'Odéon de Sylvain Larue aux éditions De Borée https://www.lagriffenoire.com/le-crime-de-l-odeon.html • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=n... • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #conseillecture #editionsdeboree
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (44) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3169 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *}