AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.22 /5 (sur 43 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1952
Biographie :

Sylvie Caster, née en 1952, est journaliste et romancière.

Après des études de journalisme et de sciences politiques à Bordeaux, Sylvie Caster a rédigé de nombreuses chroniques notamment dans Charlie-Hebdo de 1976 à 1981 au temps de Cavanna, Wolinski et Reiser, puis au Canard enchaîné.

Elle entre au Canard en 1983. Elle y anime une rubrique, « Calamity Caster », où elle prend énergiquement position dans toute une série de débats de société. C'est la première femme rédactrice au Canard enchaîné depuis 1920. L'arrivée de cette forte personnalité ne passa pas inaperçue au journal qui, par tradition, s'accompagne dans les textes et aussi les dessins, d'une misogynie souriante mais bien réelle.

Elle est l'auteur, entre autres, de cinq romans dont Les Chênes verts et Dormir.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Sylvie Caster   (8)Voir plus

étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

Sylvie CASTER, journaliste
Jacques CHANCEL s'entretient avec Sylvie CASTER, journaliste à Charlie Hebdo, qui vient de publier Les chênes verts : son arrivée à Paris et ses débuts de journaliste, les Landes qui lui manquent; le succès de son livre qu'elle a écrit pour et sur sa soeur Hélène, handicapée mentale qui vient de mourir, elle dénonce la loi du silence sur les enfants handicapés mentaux, évoque ses...
+ Lire la suite

Citations et extraits (8) Ajouter une citation

Peu à peu, les cris se fatiguent en suffocations. Finissent en gros sanglots qui butent à la gorge. On entend des chuchotements d'après la tempête. Des réconciliations tardives à bruit confus de murmure. Et puis, sur le lit, quelque chose du domaine secret. Ce qu'elle voulait, c'était seulement qu'il réagisse. Qu'il lui montre une grande colère, un déchainement de passion. Tant pis pour les coups, c'est dans son idée une preuve de l'amour. Mais pas l'indifférence. Jamais. Il risquait pas d'être indifférent. Nous, petites, on ne comprenait pas bien. On le prenait pour un salaud. Comme elle disait. Une engeance de tueur qui l'aurait laissée au sol. Avec aussi une idée vague - mais toujours inquiétante - que c'était de la passion. Bizarre, pour nous, la passion. Des trucs d'adultes - givrés.

Commenter  J’apprécie          60
Toi, tu es comme des nœuds, comme un cordage.
Tu es compliqué.
(p. 26)
Commenter  J’apprécie          70

De son premier centre, Hélène, il a bien fallu qu’elle en sorte. Passés 17 ans, ils n’en veulent plus. Il faut dire qu’ils misent assez sur deux passages, neuf ans et la puberté. Ils risquent nettement, les débiles, d’y laisser leur peau. Il paraît que ça leur fait des chambardements terribles dans les tréfonds.

Commenter  J’apprécie          50

Elle a regardé ma mère qui ne voyait plus rien pour ne pas mourir là sur place de toute sa douleur et elle a dit : "Il fallait prévenir, nous vous l'aurions préparée." Comme on dit pour un plat de fête à des invités qui s'invitent.

Commenter  J’apprécie          40
J'ai appris la mort de Nel un dimanche soir, aux
actualités. Il était mort à des centaines de kilo-
mètres de moi.

J'étais à des centaines de kilomètres de lui.

A un monde de lui.

Je savais qu'il allait mourir. Qu'il était possible
qu'il meure bientôt. C'était une idée enfouie dans
ma tête, et à chaque fois que je le voyais, je me
disais : « Nel, ta mort est en toi et te souffle.
Chaque seconde, chaque seconde. » Mais j'écra-
sais cette idée — cafard — absolu, abject cafard
pour lui sourire : « Tiens le bon bout, Nel. Accro-
che-toi, je t'en prie, accroche-toi, et vis, vis. Ne
meurs pas. A qui pourrais-je parler d'autre sur la
terre ? Parler vraiment. Tu sais bien ça. » C'était
complètement égoïste.

Tous ces « ne meurs pas, je t'aime » sont com-
plètement égoïstes.
Commenter  J’apprécie          10

Les insomnies, les cauchemars, les angoisses qui me rongeaient, tout cela a disparu et s'est transformé en cet étrange état, ce brouillard, cette brume, qui emplit ma tête tels des petits ballots de coton éclatés. Cette sensation de flotter, comme vitrifiée, en paix, hors du monde, n'est pas désagréable. Si on joue le jeu. Si on s'y laisse aller.

Mais dès qu'on se bute, qu'on veut se remettre un peu à penser, c'est épouvantable. (...)

Commenter  J’apprécie          10

Si je n'avais pas, en permanence, l'anxiété sous-jacente d'avoir perdu tous mes moyens et d'être devenue totalement imbécile, je serais presque un légume heureux.

Commenter  J’apprécie          10
Sylvie Caster

Ce bref instant où le goujat se disait : "Mince, je suis tout de même un salaud de la laisser se démerder toute seule" s'est changé en : "Qu'elle se démerde !" puis en rien, rien du tout. Jamais les bonhommes n'ont été aussi mufles.

Charlie-Hebdo, hiver 80

Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Trouvez l'auteur né au mois de Février

L'invitation à la valse

Rosamond Lehmann
Simone de Beauvoir

18 questions
56 lecteurs ont répondu
Thèmes : pimentCréer un quiz sur cet auteur