AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253028697
Éditeur : Le Livre de Poche (15/10/1990)
3.04/5   12 notes
Résumé :
Hélène est née. Ça ne fait pas de joyeux ram-dam à la maison. Elles glissent, les femmes, comme des fauves. Et la grand-mère, Mamie, de son pas atterré. Elle se tapit, remâche le mot en silence. « Ça n'est pas possible », elle dit. Ma mère est rentrée de l'hôpital. Mais la petite sœur n'est pas encore là. Uri midi, ma mère ramène Hélène. Aussitôt, on se presse en curieuses. C'est un chétif paquet blanc, mauve de tête. Et un petit souffle qui fatigue. Il pleut le cra... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Meps
  23 mars 2020
Sylvie Caster a collaboré à Charlie Hebdo de 1976 à 1981. Moi qui ait lu récemment Bête et méchant de Cavanna je ne peux m'empêcher de penser que les collaborateurs de Charlie de l'époque avaient une grande envie de raconter leur enfance, leur parcours.
Le ton est aussi influencé par leur travail au quotidien dans le journal satirique. Là où Cavanna est drôle et rentre dedans, Sylvie Caster va jusqu'à l'humour grinçant, la provocation. C'est aussi parce que son sujet (une enfance aux côtés d'une soeur handicapée mentale) se prêterait plus à la mièvrerie et aux bons sentiments et que l'auteur ne veut clairement pas tomber là-dedans. Elle en rajouterait presque dans le sordide et l'ironie grinçante, tout en ménageant des moments où la tendresse prend le dessus, mais à chaque fois presque à contrecoeur, parce qu'on ne peut pas faire autrement.
Le style est heurté, fait de phrases courtes auxquelles manquent parfois le verbe ou le sujet. Un certain trouble est entretenu par le mélange entre des tournures clairement populaires et une certaine poésie qui affleure parfois, avec une recherche de figures de style. Ce mélange est perturbant et je n'arrive pas bien à dire si je l'ai apprécié.
En tout cas la lecture est aisée et malgré tout agréable. le partage d'expérience est assez choc car hors de toute bienveillance. La fin du livre permet de mieux sentir l'influence sur une jeune fille du vécu de cette famille brisée par le handicap.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
lecassin
  30 décembre 2011
En ce temps-là, Sylvie CASTER pointait à Charlie Hebdo : c'était vers la fin de la première période qui voyait Reiser, Cavanna, Wolinski et bien d'autres apporter leur contribution à ce brûlot satyrique jamais léger, parfois gras… Toujours dérangeant.
Dans son premier roman, « Les chênes verts », l'auteur nous fait « partager » la vie de sa soeur handicapée... et quelques souvenirs de classe.
Bien sûr, n'est pas Jean-Louis Fournier qui veut, mais à choisir, pour le même thème, je préfère « Ou on va papa ?» … Quand aux souvenirs de classe… c'est du lourd ! Graveleux, vous dites ? Ah…
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
MepsMeps   22 mars 2020
Peu à peu, les cris se fatiguent en suffocations. Finissent en gros sanglots qui butent à la gorge. On entend des chuchotements d'après la tempête. Des réconciliations tardives à bruit confus de murmure. Et puis, sur le lit, quelque chose du domaine secret. Ce qu'elle voulait, c'était seulement qu'il réagisse. Qu'il lui montre une grande colère, un déchainement de passion. Tant pis pour les coups, c'est dans son idée une preuve de l'amour. Mais pas l'indifférence. Jamais. Il risquait pas d'être indifférent. Nous, petites, on ne comprenait pas bien. On le prenait pour un salaud. Comme elle disait. Une engeance de tueur qui l'aurait laissée au sol. Avec aussi une idée vague - mais toujours inquiétante - que c'était de la passion. Bizarre, pour nous, la passion. Des trucs d'adultes - givrés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
lecassinlecassin   30 décembre 2011
De son premier centre, Hélène, il a bien fallu qu’elle en sorte. Passés 17 ans, ils n’en veulent plus. Il faut dire qu’ils misent assez sur deux passages, neuf ans et la puberté. Ils risquent nettement, les débiles, d’y laisser leur peau. Il paraît que ça leur fait des chambardements terribles dans les tréfonds.
Commenter  J’apprécie          50
lecassinlecassin   30 décembre 2011
Elle a regardé ma mère qui ne voyait plus rien pour ne pas mourir là sur place de toute sa douleur et elle a dit : "Il fallait prévenir, nous vous l'aurions préparée." Comme on dit pour un plat de fête à des invités qui s'invitent.
Commenter  J’apprécie          40

Lire un extrait
Video de Sylvie Caster (1) Voir plusAjouter une vidéo

Sylvie CASTER, journaliste
Jacques CHANCEL s'entretient avec Sylvie CASTER, journaliste à Charlie Hebdo, qui vient de publier Les chênes verts : son arrivée à Paris et ses débuts de journaliste, les Landes qui lui manquent; le succès de son livre qu'elle a écrit pour et sur sa soeur Hélène, handicapée mentale qui vient de mourir, elle dénonce la loi du silence sur les enfants handicapés mentaux, évoque ses...
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2633 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre