AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.91/5 (sur 280 notes)

Nationalité : Inde
Né(e) : 1942
Biographie :

Né en 1942, Timeri N. Murari grandit à Madras. En 1959, il quitte l’Inde pour aller étudier à Londres. Là il découvre que sa vocation est l’écriture.
En 1963, après quelques années d’études et de piges pour The Guardian de Montréal, il devient reporter pour un journal de Kingston dans l’Ontario. Quand il est licencié, il s’installe à Londres et rejoint The Guardian. Dans les années 70, il s’établit à New York
Il a publié un grand nombre d’ouvrages. Il a aussi écrit et produit un film The Square Circle qui a été réalisé par Amol Palekar.
En 2002, Timeri N. Murari a reçu le R. K. Narayan award pour son œuvre.
Depuis 1988, il vit en Inde, dans la maison de famille de Chennai.


Source : http://www.editions-picquier.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de T.N. Murari   (4)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
le Cricket Club des talibans de Timeri N. Murari et Josette Chicheportiche aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=19371&id_rubrique=12 • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #conseillecture #editionfolio
+ Lire la suite

Citations et extraits (68) Voir plus Ajouter une citation
"Le Taj Mahal, une larme posée sur le visage de l'éternité…
O empereur, tu essayas d'ensorceler le temps avec la magie de sa beauté. Tu tissas une merveilleuse guirlande pour couvrir la mort sans grâce avec une grâce ne connaissant point la mort. Cependant, le messager de ton amour, ni terni par le temps, ni las, défie l'élévation et la chute des empires, ignorant les hauts et les bas de la vie et de la mort, il porte le message d'âge en âge, échappant à la garde farouche du temps. Le mausolée s'enfonce et s'enracine sur lui-même et, s'élevant de la poussière, essaye tendrement de couvrir la mort avec le manteau de la mémoire."

(Rabindranath Tagore)
Commenter  J’apprécie          487
Le zenana* était encore dans la pénombre mais au-dehors l'activité avait repris. J'entendais les cris d'un marchand ambulant, les roues grinçantes des chars à bœufs et la voix douce d'un enfant qui chantait. Au loin, le battement des timbales saluait l'apparition du Grand Moghol Jahangir sur le balcon royal. Chaque jour, une heure avant le lever du soleil, il se montrait aux nobles et au peuple du haut du Lal Quila*. Sa vue rassurait ses sujets, prouvait qu'il était encore en vie et que le royaume était en sécurité. Je l'imaginais assis, sur un trône d'argent, fixant l'est jusqu'à la frontière de son empire. On disait qu'il fallait soixante jours à une caravane de chameaux pour traverser le pays d'est en ouest, entre la Perse et le Bengale, et soixante autres jours pour voyager de l'Himalaya au nord jusqu'à la plaine du Dekkan au sud. Agra était le cœur de cet immense empire.

Zenana : Appartement réservé aux femmes
Lal Quila : Fort d'Agra
Commenter  J’apprécie          364
De quel crime m’accusait-on à présent? Avais-je montré par hasard mon visage à un étranger? M’étais-je exprimée trop fort au bazar? Avais-je révélé, par hasard, un peu de ma cheville ou de mon poignet? Qui sait quelles nouvelles lois nous menaçaient tels des serpents dans une fosse?

(p.16)
Commenter  J’apprécie          250
-"Toutes les femmes savent jouer des l'instant de leur naissance. C'est le don que Dieu leur a accordé pour leur permettre de survivre dans un monde d'hommes.
Nous devons simuler nos orgasmes, notre humilité, notre amour alors que nous n'éprouvons rien de tout cela, et taire nos ambitions."
Commenter  J’apprécie          191
Comment une femme peut-elle croire en Dieu lorsque ses messagers ne sont que des hommes ?
Commenter  J’apprécie          181
Lire, dans n’importe quelle langue, est un cadeau merveilleux, qui me paraissait tellement naturel.

(Folio, p.265)
Commenter  J’apprécie          160
Notre seule culture était désormais celle des armes, notre seule musique, notre seule poésie, nos seuls écrits, le seul art qui nourrissait les enfants. Nous avions été un peuple exubérant, loquace, généreux de nos sourires et de nos rires, nous avions été des colporteurs de ragots et des raconteurs, mais à présent nous nous contentions de murmurer, de peur d'être entendus.
Commenter  J’apprécie          130
Quelques mètres de tissu, lisse, fragiles et souples, devinrent notre prison. Aucun mur de granit n'était plus inexpugnable, aucun barreau plus solide, aucun cachot plus sombre ou effrayant. Je n'était plus Rukhsana avec mont nez bien à moi, une bouche, des yeux, un front, un menton, des cheveux, mais un linceul vivant, identiques à toutes les autres femmes voilées et déshonorées qui allaient de par les rues. Dans l'Afghanistan des talibans, il n'y avait manifestement pas de place pour nous.
Commenter  J’apprécie          100
"Pourquoi les talibans encouragent-ils le cricket ? dis-je en réfléchissant à voix haute à tous les points que soulevait la question. On ne peut pas jouer au cricket sans comprendre l'essence même du jeu. Les talibans savent-ils qu'avec le cricket ils favorisent un comportement qu'ils ont cherché à réprimer depuis leur arrivée au pouvoir ? En nous autorisant à jouer, ils nous offrent en effet la possibilité de nous exprimer, de nous dévoiler et de les défier sur un terrain de sport. Le cricket est un jeu qui prend du temps, plusieurs heures, voire plusieurs jours, et qui ne dure pas juste quatre-vingt-dix minutes comme un match de foot. Ce qu'ils ignorent, c'est qu'en jouant on peut se laisser aller à leur insu à ses pensées et à ses sentiments, même s'ils surveillent chacun de nos gestes. On est hors de leur portée. Quand je jouais, j'adorais cette sensation de liberté que me procurait l'espace immense, avec, pour unique témoin, le ciel au-dessus de moi. On est alors seul avec soi-même et, pourtant, on fait partie d'un tout. Le cricket est un jeu démocratique, fait d'actions et de suggestions, et chaque joueur peut contester les suggestions du capitaine de son équipe et s'y opposer. Un dialogue constant s'établit sur le terrain et tous les joueurs peuvent changer le cours du jeu au milieu de la partie.
Commenter  J’apprécie          80
Des avis reproduisant des décrets talibans, en lambeaux, mais toujours aussi menaçants, étaient affichés aux murs :
LA PLACE DES FEMMES EST DANS LA MAISON OU DANS LA TOMBE
Commenter  J’apprécie          90

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de T.N. Murari (396)Voir plus

Quiz Voir plus

Titres étrangers pour oeuvres françaises

Quel auteur emblématique de polar a signé "Nada" ? (indice : catch)

Thierry Jonquet
Didier Daeninckx
Jean-Patrick Manchette
Jean-Bernard Pouy

10 questions
31 lecteurs ont répondu
Thèmes : titresCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}