AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.6 /5 (sur 76 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Hohenhameln , 1985
Biographie :

Takis Würger est journaliste et auteur.

Il a travaillé comme pigiste au journal "Abendzeitung" à Munich, puis a fait ses études à l'école de journalisme Henri-Nannen-Schule avant de rejoindre la rédaction de "Spiegel". Il a été reporter en Afghanistan, au Bangladesh, en Irak et en Ukraine.

Journaliste d'investigation, il est lauréat de plusieurs prix dont le CNN Journalist Award. En 2010, il a été nommé l'un des 30 meilleurs journalistes allemands de moins de 30 ans par Medium Magazin.

En 2014, il a étudié pendant un an au St John's College de l'Université de Cambridge.

"La fraternité" (Der Club, 2017), son premier roman, a obtenu le Silberschweinpreis au festival international de littérature, lit.Cologne, en 2017, et le Deutschen Hörbuchpreises 2018 dans la catégorie Beste Unterhaltung.

son site : http://takiswuerger.de/
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Takis Würger   (2)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Takis Würger est journaliste d'investigation, notamment pour le Spiegel. Il présente son roman Stella, qui paraîtra en France le 07 octobre 2020. Celui-ci s'inspire de la vie réelle de Stella Goldschlag (1922-1994). Juive allemande vivant dans la clandestinité, elle est arrêtée par la Gestapo en 1943. Sous la menace, elle collabore à la traque des Juifs cachés à Berlin, au point d'être surnommée, die Greiferin (le grappin). Publié en janvier 2019 en Allemagne, l'ouvrage a donné lieu à un large débat public sur le lien entre fiction et histoire.

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Lalitote   11 octobre 2018
La fraternité de Takis Würger




J’ai passé en revue tous les types avec qui je faisais la fête et m’entraînais, mais sans pouvoir dire si l’un d’eux m’aurait désigné comme son meilleur ami. Est-ce que n’était pas justement ça l’important dans la vie ? Pouvoir désigner quelqu’un comme son meilleur ami ? Son compagnon de route. Au fond, j’étais la preuve vivante que l’argent, une place à l’université de Cambridge et une grosse queue ne faisait pas le bonheur. Ma foi : fuck.
Commenter  J’apprécie          40
Lilvm   09 novembre 2020
La fraternité de Takis Würger
Mes parents me manquaient, la maison, l'odeur du vieux plancher, les meubles que mon père avait construits, chaque recoin de mur frais auquel je rattachais un souvenir. C'était un peu comme la faim que j'avais éprouvée avant un combat de boxe, quand j'avais dû jeûner pour perdre deux kilos et atteindre le poids de ma catégorie. La faim faisait un trou au niveau du ventre. La solitude me faisait un trou dans tout le corps, comme s'il n'était resté de moi que l'enveloppe vide d'un être humain.
Commenter  J’apprécie          30
Ogrimoire   25 septembre 2018
La fraternité de Takis Würger
Depuis toujours, je rêvais d’avoir des amis, de faire partie d’un cercle, et ce rêve était devenu réalité par le biais d’une imposture. Alex m’avait dit que je devais élucider un crime au Pitt Club. Certains membres de ce club étaient bizarres quand ils parlaient de femmes, comme s’ils n’avaient pour elles que du mépris, mais le plus bizarre, pour moi, c’était les femmes qui le savaient et venaient quand même aux soirées.
Commenter  J’apprécie          30
missmolko1   11 août 2021
La fraternité de Takis Würger
Longtemps avant cette soirée, quand je faisais mes premiers pas en boxe, j’avais appris que ce n’étaient pas les coups qui faisaient mal – les os du crâne sont solides –, mais l’humiliation, et comme j’étais plutôt petit, comme personne ne pensait que je pouvais vaincre un type de cent kilos en blazer bleu pâle, j’allais forcément gagner. Bien boxer quand on a peur, c’est difficile.
Commenter  J’apprécie          30
missmolko1   11 août 2021
La fraternité de Takis Würger
Mes parents me manquaient, la maison, l’odeur du vieux plancher, les meubles que mon père avait construits, chaque recoin de mur frais auquel je rattachais un souvenir. C’était un peu comme la faim que j’avais éprouvée avant un combat de boxe, quand j’avais dû jeûner pour perdre deux kilos et

atteindre le poids de ma catégorie. La faim faisait un trou au niveau du ventre. La solitude me faisait un trou dans tout le corps, comme s’il n’était resté de moi que l’enveloppe vide d’un être humain.
Commenter  J’apprécie          20
missmolko1   11 août 2021
La fraternité de Takis Würger
Chelsea, ce sont des fenêtres inondées de lumières, de hautes haies, des allées de gravier blanc. C’est presque comme si on n’était pas à Londres. Je crois que c’est pour cette raison que j’ai toujours aimé être ici.

Avant l’internat, j’ai vécu dans une villa du Somerset. Le silence dans la nuit, le parfum des fleurs au matin, l’attente du jour où l’on presserait le raisin. Telle a été mon enfance.

À une époque, Londres, son béton et sa sarabande de lumières me rendaient dépressif. Le métro est le péché de la civilisation, on y est coincé comme un porc en route pour l’abattoir, on respire les vapeurs d’inconnus, il fait toujours trop chaud et il y a toujours quelqu’un pour éternuer. C’est le moyen de transport le plus grossier qui soit. Quand je pense aux visages des gens qui sortent des bouches de métro, mon humeur tourne toujours à l’aigre.

On dit que les Londoniens sont désagréables envers les étrangers. Je crois au contraire que les Londoniens sont des gens foncièrement sympathiques – jusqu’à ce qu’ils mettent les pieds dans le métro le matin et perdent la boule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
missmolko1   11 août 2021
La fraternité de Takis Würger
Dans la cour, devant son bureau, les pavés avaient l’air d’avoir été posés au Moyen Âge, ce qui devait même être le cas. Au cours des siècles, le cuir durci de milliers de semelles d’étudiants en avait poli et arrondi chaque aspérité. J’étais resté dehors pendant une demi-heure, appuyé contre un mur, et j’avais observé les étudiants, qui ressemblaient à mes camarades d’internat. En les regardant, je n’avais rien vu en eux qui les unisse ni les distingue. Il y avait des étudiants à la peau sombre, des Asiatiques, des Blancs, des jeunes gens en pantalon de coton informe, en jupe courte, en costume, avec des sacs à dos, des attachés-cases, des sacs en toile ou des livres à la main. Je m’étais tout d’abord dit qu’il n’y avait pas de profil type de l’étudiant de Cambridge, puis j’avais remarqué que certains, les hommes surtout, levaient le menton un peu plus haut que ce à quoi j’étais habitué : ils semblaient savoir un peu mieux que les autres qui ils étaient, c’était du moins l’impression qu’ils m’avaient donnée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
missmolko1   11 août 2021
La fraternité de Takis Würger
« [...] Il n’y a que deux catégories de gens à Cambridge. Ceux qui sont riches jusqu’à l’absurde, et ceux qui essaient de paraître plus riches qu’ils ne le sont. Parfois, je me dis que je suis le seul à être normal, ici », a-t-il dit.
Commenter  J’apprécie          10
missmolko1   11 août 2021
La fraternité de Takis Würger
Deux semaines plus tard, assis dans un bureau qui donnait sur la cour de la chapelle du St John’s College, à Cambridge, j’observais, derrière Alex, un tableau accroché au mur. Je me demandais si les vieux tableaux s’assombrissaient au cours des siècles ou s’ils avaient été peints ainsi.
Commenter  J’apprécie          00
delagef   13 mai 2021
La fraternité de Takis Würger
Debout, à ses côtés, je me suis tu, je n'avais encore jamais rien dit de la solitude que je ressentais.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Premier ou dernier ? (Complétez le titre #1)

Le .... cercle / Alexandre Soljenitsyne

Premier
Dernier

10 questions
9 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur