AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.28/5 (sur 199 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Cincinnati , le 20/07/1924
Mort(e) à : Nyack (état de New York) , le 13/07/2014
Biographie :

Thomas Berger est un romancier américain.

Thomas Berger a étudié à l'Université de Cincinnati, et à l'Université Columbia. Il a travaillé comme bibliothécaire et journaliste avant de publier son premier roman " Fou à Berlin " en 1958.

Berger est surtout connu pour le film tiré de son roman "Little Big Man" (1980), avec Dustin Hoffman.
En 1984, son livre "La querelle" a été nominé pour le Prix Pulitzer par le comité Pulitzer de la fiction, mais c'est "Ironweed" ("La Force d'un destin") de William Kennedy qui a remporté le prix.


Ajouter des informations
Bibliographie de Thomas Berger   (8)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
Parfois en lisant des récits sur le sujet, écrits par des hommes qui n'étaient pas sur le terrain, on a dans l'idée que la grande armée des trappeurs s'est acharnée à massacrer tous les bisons du continent afin de nettoyer les plaines pour permettre au bétail d'y paître, ou bien que nous avons éliminé les Indiens en détruisant leur garde-manger de nourriture sauvage. Ces choses se sont produites, bien sûr, mais nous autres n'avions rien planifié. Nous n'étions qu'une bande de types armés de fusils Sharps. Si du haut d'une colline vous aviez vu l'océan de bisons serrés les uns contre les autres, sur peut être une trentaine de kilomètres, vous n'auriez pu imaginer que le jour viendrait où quelques milliers de chasseurs provoqueraient l'extinction de ces millions et millions d'animaux.
Commenter  J’apprécie          312
Il n'y a aucun gagnant ni perdant qui soient définitifs tant que le monde est en mouvement, comme il se doit, et prend la forme d'un cercle. La vie ne s'arrête jamais, n'est-ce pas? Bien que je doive mourir, ne vais-je pas continuer à vivre dans chaque chose qui existe?
Le bison mange l'herbe, je le mange, et quand je meurs, la terre me mange, puis elle fait germer de nouvelles herbes. Rien n'est jamais perdu, et chaque chose se retrouve en tout pour l'éternité, bien que tout soit en mouvement. Sauf que les hommes blancs qui vivent sur des lignes droites et à l'intérieur de carrés ne croient pas ce que je tiens pour vrai. Avec eux, c'est tout ou rien: c'est soit la victoire sur la Washita, soit la défaite sur l'Herbe Grasse. Et à cause de leurs étranges certitudes, ils s'obstinent. Ils sont même capable de se battre la nuit ou par mauvais temps. Mais ils ont horreur de la bagarre en elle même. Gagner, voilà tout ce qui les intéresse; et s'ils peuvent y parvenir en signant des traités ou en chuchotant quelque chose au vent, ils n'en sont que plus heureux.

(Paroles de Peau-de-la-vielle-hutte s'adressant à Little big man. Herbe Grasse correspond à Little Bighorn et fait référence à la défaite subie par les troupes de Custer au cours de laquelle il trouva la mort.)
Commenter  J’apprécie          160
Je suis un homme blanc, après tout, et je crois fermement que la raison finit par prévaloir éventuellement, que le lion se couchera bien avec l'agneau, si, tout agnostique que je suis, je puis me permettre d'employer le dialecte de la superstition pour exprimer un postulat éminemment moral. Il m'est arrivé une fois de formuler cette pensée devant M. Crabb, et sa réponse m'a fait frémir : "Bien sûr, bien sûr, mon fils, du moment que vous renouvelez l'agneau de temps en temps."
Commenter  J’apprécie          140
Je crois que la vraie famille d'un homme est éparpillée dans l'univers, et les personnes qui la composent sont rarement, voire jamais, des parents proches.
Commenter  J’apprécie          132
- Il n'a pas été scalpé, grand-père. Les Indiens l'ont respecté comme un grand chef.
Vieille-Cabane m'a regardé, en souriant comme si j'étais un enfant stupide, et il m'a répliqué :
- Non, mon fils. J'ai tâté sa tête. Ils ne l'ont pas scalpé pour la bonne raison qu'il devenait chauve.

(sur le général George A.Custer à Little Bighorn)
Commenter  J’apprécie          100
C'est vrai. Plus-Jeune-Ours est devenu un Contraire l'année dernière. Il a racheté l'Arc Tonnerre à Contraire Blanc.
Que je vous explique. Vous savez que le simple Cheyenne est un guerrier qu'on aurait du mal à trouver son semblable. Mais un Contraire va encore plus loin. Il est tellement guerrier que tout ce qui n'est pas la bataille, il le fait à l'envers. Il ne marche pas sur les pistes mais dans les buissons. Il se lave avec de la terre et se sèche avec de l'eau. Si on lui demande de faire une chose, il fait le contraire. Il dort sur la terre nue, de préférence sur un coin bien rocailleux et jamais sur une couche. Il ne se marie pas. Il vit tout seul, à quelque distance du camp. Et quand il se bat, il se bat seul, pas avec le gros des troupes cheyennes. Il porte à la guerre l’Arc Tonnerre, qui a une pointe de lance fixée à un bout. Quand il le tient dans la main droite, i n'a pas le droit de reculer.
Ma foi, doit bien y avoir un million de règles, probable, et comme c'est si particulier, on trouvera jamais qu'un ou deux Contraires dans un camp.
Commenter  J’apprécie          80
Et bien que je doive mourir, ne vais-je pas aussi continuer de vivre dans toutes les choses qui sont? Le bison mange l'herbe, je mange le bison et quand je meurs, la terre me mange et fait pousser l'herbe. Par conséquent rien n'est jamais perdu, et chaque chose est toutes choses pour l'éternité, bien que toutes choses soient en mouvement.
Commenter  J’apprécie          90
Chez les Indiens, quand on rencontre un étranger, soit on mange avec lui, soit on se bagarre, mais le plus souvent on mange avec lui, parce que se battre est une chose trop sérieuse pour y perdre son temps et de l'énergie avec un type qu'on connaît à peine.
Commenter  J’apprécie          80
Mes raisons pour me taire, finalement, probable qu'elles se résument à ceci : Qui c'est qui m'aurait cru ? Hein ?
Mais maintenant, je suis vieux et je m'en fiche. Alors si vous, vous me croyez pas, vous pouvez aller vous faire foutre.
Commenter  J’apprécie          70
_ Merci de m'avoir fait naître Etre Humain ! Merci de m'avoir aidé à devenir un guerrier ! Merci pour toutes mes victoires et toutes mes défaites ! Merci pour ma vue, et de m'avoir rendu aveugle afin que je puisse y voir encore mieux.
" J'ai tué beaucoup d'hommes, aimé beaucoup de femmes et mangé beaucoup de viande. J'ai aussi eu faim, et je t'en remercie, comme je te remercie du plaisir que l'on a à manger quand on en a été privé un certain temps.
" Tu crées toutes choses et tu les diriges, O Grand-père, et maintenant tu as décidé que les Etres Humains auront bientôt à suivre une nouvelle route. Merci de nous avoir donné une victoire avant que cela nous arrive. Même si mon peuple doit un jour disparaître de la face de la terre, les miens revivront dans chaque homme qui sera fier et fort. Si bien que lorsque les femmes verront un homme qui est fier et brave et vengeur, elles s'écrieront, même s'il a une figure blanche : " Voilà un Etre Humain ! "
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Thomas Berger (422)Voir plus

¤¤

{* *} .._..