AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.72/5 (sur 1791 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Fort Payne, Alabama , le 19/09/1947
Biographie :

Thomas H. Cook est un écrivain américain.

Il titulaire d'un doctorat en philosophie de l'Université Columbia.

Il a enseigné l'anglais et l'histoire au DeKalb College à Clarkston en Géorgie de 1978 à 1981, et a été secrétaire de rédaction au magazine "Atlanta" de 1978 à 1982.

Son premier roman "Blood Innocents", publié en 1980, est adapté à la télévision sous le titre "Evidence of Blood" en 1998, avec Mary McDonnell et David Strathairn.

Ses romans, réputés pour leur finesse psychologique, privilégient les thèmes des secrets de famille, de la culpabilité et de la rédemption.

Il a reçu l’Edgar Award en 1997 pour "Au lieu-dit Noir-Étang" (The Chatham School Affair, 1996) et le Barry Award en 2006 pour "Les Feuilles mortes" (Red Leaves, 2005).

Cook vit avec sa famille à Cape Cod et à New York.

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Thomas H. Cook   (30)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Evidence Of Blood Trailer 1998


Citations et extraits (526) Voir plus Ajouter une citation
Il faut peut-être, une fois de temps en temps, faire une folie, (…). Ne serait-ce que pour se prouver qu'on existe.
Commenter  J’apprécie          660
- Que dites-vous de tout ça ? demanda-telle à brûle pourpoint ?
- Tout quoi ?
-- Toute cette agitation. Tout ce qui se passe en ville.
- Ca me navre.
- Mais de nous les Noirs, insista Esther. Que pensez-vous-vous, à titre personnel de nous ?
Il prit alors conscience qu'on ne lui avait jamais posé cette question et, sur le moment, ne sut que répondre. Puis il se souvint du jour où petit garçon, il s'était rendu compte que les Noirs s'asseyaient toujours au fond du tramway. Il avait demandé à sa mère qu'elle en était la raison, et elle s'était contentée de lui répondre : "Parce que ça leur plaît." Mais son père avait riposté : "Mais non ! Personne n'aimerait y être obligé." Y être obligé ? Ce fut la première et dernière conversation qu'il avait entendue sur ce sujet et pourtant, au fil des années, il n'avait jamais lancé un coup d'oeil vers le fond d'un tramway et vu les visages noirs tournés vers lui sans repenser à cette remarque de son père.
Commenter  J’apprécie          491
Gâté par le sort, je n'ai pas su voir les ténèbres ni ce qu'elles dissimulaient. Jusqu'au moment fatidique le mal s'est tenu à distance, circonscrit à des simples notes de cours sur les crimes perpétrés par des armées, des foules et des individus sanguinaires, auteurs d'actes abominables que j'exposais avec passion à mon auditoire d'élèves captifs.
Commenter  J’apprécie          460
Dans ses yeux brillants, je vis le soleil de sa vie se coucher.
Commenter  J’apprécie          450
Une phrase me frappa à jamais : « La vie ne vaut d’être vécue qu’au bord de la folie ». Je me souviens qu’une exaltation farouche gonflait mon cœur à mesure que je lisais et relisais cette phrase dans ma chambre, et qu’il me semblait qu’elle illuminait tout ce que j’avais ressenti jusqu’alors. Aujourd’hui encore, je suis frappé de constater que nulles ténèbres n’avaient jamais surgi d’une flamme aussi vive.
Commenter  J’apprécie          430
Certaines tristesses, il est vrai, sont inexprimables.
Commenter  J’apprécie          450
Puisque nos passions ne durent pas éternellement, notre véritable épreuve est de leur survivre.
Commenter  J’apprécie          441
Il faudrait savoir se contenter du simple fait d'être vivant.
Commenter  J’apprécie          440
Je ma rappelai qu'Ufala n'avait jamais pu s'adapter au balai à poils souples, lui préférant celui de paille au manche plus court dont le style avait peu évolué depuis son prototype, le besma, mot qui signifie "fagot de brindilles". Elle en venait à se voûter pendant qu'elle balayait, labeur à se briser les reins, chaque fois que je désignais l'autre balai flambant neuf que j'avais rapporté de Rupala, elle secouait la tête en signe de refus. Un jour que j'en avais parlé à Martine, celle-ci m'avait rétorqué, le sourire aux lèvres : "Le plus difficile dans la vie, Ray, c'est de comprendre ceux qu'on ne comprend pas."
Commenter  J’apprécie          393
De la joie. Oui, c'était cela, me remémorai-je. Martine puisait la sienne dans les formes, les sensations, les goûts et les bruits du Lubanda et, parmi ces délices éminemment sensuelles, elle se réveillait chaque matin comme au jour de Noël et là, devant ses yeux, étalés sous le sapin scintillant entrelacé de couleurs vives et de noeuds dorés, se trouvaient les plus savoureux plaisirs de la vie qu'il le lui restait plus qu'à déballer.
Commenter  J’apprécie          391

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Thomas H. Cook (1590)Voir plus

Quiz Voir plus

Les liens du sang

Comment Dave surnommait son père?

Père
Le Vieux
Papi

15 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Les liens du sang de Thomas H. CookCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..