AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.89 /5 (sur 2468 notes)

Nationalité : Afrique du Sud
Né(e) à : Paarl , le 04/07/1958
Biographie :

Deon Meyer, né à Paarl le 4 juillet 1958, est un scénariste et réalisateur et un auteur de romans policiers originaire d'Afrique du Sud. Il écrit en afrikaans.

Il passe son enfance à Klerksdorp, dans la province du Nord-Ouest, région des mines d'or. Il fait ses études à l'université de Potchefstroom avant de travailler comme journaliste pour Die Volkablad, quotidien afrikaner de Bloemfontein.

Son premier roman paraît en 1994, mais il n'est pas traduit en anglais. Ses œuvres suivantes ont été traduites dans plusieurs langues. Elles reflètent la diversité culturelle de l'Afrique du Sud contemporaine, ses tensions et ses efforts pour vaincre le sous développement.

Au début de l'année 1999, il fonde la compagnie Internet, New Media Digital, une division de New Media Publishing.

Marié et père de quatre enfants, Meyer a longtemps été un résident de Melkbosstran, un village résidentiel historique de la municipalité du Cap, sur la côte ouest, à 35 km au nord du Cap.

Il est également l'auteur de scénarios pour le cinéma et pour la télévision sud-africaine. En 2013, il écrit et réalise le film Die Laaste Tango.
+ Voir plus
Source : wikipedia
Ajouter des informations

L`entretien avec Deon Meyer à propos de À la trace


Comment est née l`idée d`écrire « À la trace » ?

Depuis que j`ai commencé à écrire, j`ai toujours été fasciné par cette dictature qui impose la structure traditionnelle des policiers et thrillers. Je la ressens encore plus durant le processus d`écriture. Je me suis souvent demandé comment contourner ces règles habituelles, voire comment les transgresser complètement. Et surtout, comment le faire sans perdre le lecteur. Mon intention était donc la suivante : essayer de structurer le texte d`une nouvelle manière, proposer quelque chose de différent, et me lancer un défi personnel. (J`ai toujours été terrifié à l`idée de stagner, j`essaie de me renouveler à chaque livre).


On rencontre dans « À la trace » des personnages que rien ne semble lier : une mère de famille qui plaque sa vie, un garde du corps au sang chaud, un flic dépressif. Tous ont leurs failles. Pourquoi ce choix de quasi « anti-héros » ?

Deux raisons, peut-être. La première est purement pratique : le suspense naît du conflit. Et utiliser les conflits internes des personnages est l`une des meilleures manières de créer ce suspense. Des personnages parfaits, sans défaut ni faille, rendraient le thriller ennuyeux à mourir. La seconde raison, c`est que selon moi, tous les êtres humains ont des failles. J`essaie donc d`être honnête, au plus proche de la réalité.


À travers le regard de ces protagonistes si différents, vous brossez un portrait plus large de l`Afrique du Sud. Justement, dans le roman, la vision l`Afrique du sud paraît très sombre, entre la guerre des gangs, les magouilles politiques... Comme vos personnages, êtes-vous inquiet pour le sort de votre pays ?

Si les livres sont une vitrine du monde, les romans policiers fournissent surtout une vision du côté obscur des villes et pays. C`est là mon seul véritable regret, en tant qu`auteur de policiers. Parce que l`Afrique du Sud, ce pays que j`aime passionnément, est très différente de cette image sombre et limitée qui émane de mes livres. De même, elle ne ressemble en rien à ce que vous voyez dans ces reportages de quinze secondes, pessimistes au possible, des journaux télévisés européens. J`ai une vision très positive de l`Afrique du Sud, et de l`avenir de mon pays. Bien sûr, nous avons de problèmes à résoudre, tout comme le reste du monde. La pauvreté est définitivement notre plus gros challenge à relever, et l`éradiquer serait peut-être la clé de notre réussite. Mais nous faisons tout de même d`énormes progrès. [...]


Comme un clin d`œil au titre du roman, chaque personnage semble laisser des traces, souvent immatérielles. Le cas de Milla, qui étudie les traces laissées par les autres (portables, ordinateurs…) en témoigne. Êtes-vous effrayé par ces nouvelles technologies qui nous font « laisser des traces » partout où nous allons ?

Elles me troublent autant qu`elle me fascinent. La vie privée est en train de mourir et sa mort arrivera bien assez tôt, à moins que nous ne devenions des reclus digitaux – quelque chose que j`ai souvent, à titre personnel, très sérieusement envisagé. Pour l`auteur de romans policiers, cette situation crée une toute nouvelle série de problèmes. Le maintien de l`ordre repose de plus en plus sur la technologie pour appréhender les criminels, ce qui est assez limité pour écrire une histoire excitante.


On retrouve également des personnages qui étaient présents dans d`autres ouvrages : Lemmer, présent dans « Lemmer, l`invisible », Mat Joubert, le flic de votre premier roman, « Jusqu`au dernier ». Ecrivez-vous l`histoire en fonction d`eux, afin de leur laisser une place ? Pourquoi ne pas créer de nouveaux personnages ?

Pour moi, l`histoire vient toujours en premier et détermine les personnages qui vont apparaître dans mes romans. Et si quelqu`un que j`ai créé dans un précédent roman est parfait pour un rôle spécifique, je me fais une joie de l`intégrer de nouveau. Cela me permet de gagner du temps parce que je les connais déjà et que je n`ai donc pas besoin de faire tout le travail supplémentaire de recherche et de développement… Et, je dois l`admettre, les personnages deviennent de vieux amis au fil des années. Ils me manquent, je m`inquiète pour eux et quand je les intègre à un roman, au moins je sais ce qu`ils font !


Les retrouverons-nous dans un prochain roman ?

Si une future histoire le permet.


Dans son journal intime, Milla se demande si écrire un livre est un bon moyen de laisser une trace derrière soi. Pensez-vous la même chose ?

Je pense que Milla a raison. Bien sûr, nous écrivons pour de nombreuses -et intéressantes- raisons, mais vouloir laisser notre petite marque dans le monde est probablement l`une d`entre elles.



Deon Meyer et ses lectures


Quel est le livre qui vous a donné envie d`écrire?

Entre mes 9 et mes 12 ans, j`ai lu tous les livres du "Club des Cinq" et du "Clan des Sept", d` Enid Blyton. Bien que j`aie aujourd`hui oublié une partie des intrigues ou des titres, je crois que chacun de ces ouvrages a contribué à mon envie de devenir écrivain.


Quel est l`auteur qui vous a donné envie d`arrêter d`écrire (par ses qualités exceptionnelles...) ?

J.M. Coetzee.


Quelle est votre première grande découverte littéraire ?

Scènes de la vie d`un jeune garçon, de J.M. Coetzee.


Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?

The Evil That Men Do, de Brian Masters. (titre non traduit)


Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?

Ulysse, de James Joyce


Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs ?

Agaat (en cours de traduction pour la France) de Marlene van Niekerk , une auteure de langue afrikaans vraiment exceptionnelle.


Quel est le classique de la littérature dont vous trouvez la réputation surfaite ?

Tess d`Urberville, de Thomas Hardy


Avez-vous une citation fétiche issue de la littérature ?

“Je veux près de moi des hommes gras, des hommes à la face luisante et qui dorment les nuits. Ce Cassius là-bas a l`air bien maigre et famélique ; il pense trop. De tels hommes sont dangereux.” Jules César, de William Shakespeare .


Et en ce moment que lisez-vous ?

The Better Angles of our Nature, de Steven Pinker (titre non traduit).



Voir l`interview intégrale, en anglais.

Retrouvez À la trace aux Editions du Seuil


étiquettes
Videos et interviews (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
South African Author Deon Meyer launches book in Windhoek -nbc
Citations et extraits (344) Voir plus Ajouter une citation
nameless   18 novembre 2018
En vrille de Deon Meyer
- Qu'est-ce que Tinder ? demande Mbali Kaleni.

- Une application de rencontres pour les téléphones portables.

- Une application de rencontres ?

- Oui, major. Pour rencontrer des gens. Se trouver un petit ami. Ou une petite amie.

- Hayi * !

p. 110

* Expression zouloue pour marquer l'effroi ou le dégoût (glossaire)
Commenter  J’apprécie          330
carre   04 août 2014
Treize Heures de Deon Meyer
Le crime n'a pas de visage, c'est une question de disposition, de milieu et d'occasion.
Commenter  J’apprécie          340
migdal   11 janvier 2020
L'âme du chasseur de Deon Meyer
Il doubla un poids-lourd chargé de moutons, ralentit en mettant son dignotant comme n'importe quel citoyen obéissant, accéléra de nouveau en inclinant la moto dans les virages qui zigzaguaient entre les collines, conscient de la beauté du paysage. Pays magnifique que celui-là. Coloré. C'était ça, la différence, la grande différence entre ce paysage-ci et le Karoo. Plus de couleur, comme si la palette de Dieu ne cessait de s'élargir au fur et à mesure qu'on se rapprochait du sud. Ici, le vert était plus vert, les crêtes plus foncées, l'herbe plus jaune, le ciel plus bleu.



C'était la couleur qui avait foutu la merde dans ce pays. La différence de couleur.



La route redevint recdligne, ruban noir qui s'étirait à travers la prairie et les broussailles d'épineux. Les cumulus défilaient à la queue leu leu dans les cieux, telle une armée en marche. Il contemplait le visage de l'Afrique. Indubitablement.
Commenter  J’apprécie          310
migdal   12 janvier 2020
L'âme du chasseur de Deon Meyer
Elle repensait aux deux jours qui venaient de s'écouler et tentait de toutes ses forces de voir le côté positif de ce gâchis, tentait de comprendre à quel moment les choses avaient dérapé.



KAATHIEB.



Le responsable de l’équipe à Lusaka lui avait envoyé des photos par e-mail. Les lettres sur la poitrine (...) avaient laissé de longues balafres sanguinolentes, comme gravées par un démon enragé.

MENTEUR.



« C'est de l'arabe », avait dit Rajkumar une fois ses recherches terminées.



Comment ?



Comment les musulmans avaient-ils eu vent (...) ?



Il existait certaines possibilités auxquelles elle n'osait même pas penser.
Commenter  J’apprécie          290
Sachenka   25 août 2016
Lemmer l'invisible de Deon Meyer
Pour la première fois, elle s'était mise à hurler "À l'aide!" Un appel au secours destiné à des voisins inconnus, on était au Cap, la ville où l'on garde ses distances, où l'on remonte le pont-levis chaque soir, où l'on reste entre soi et soi.
Commenter  J’apprécie          280
Kassuatheth   09 mai 2014
Jusqu'au dernier de Deon Meyer
Il savait qu'il fallait vite reprendre le contrôle de la conversation. Il décida d'être décisif.

-Je ...

- Je déteste les petits jeux, l'interrompit-elle aussitôt. Je déteste la façon artificielle dont les gens communiquent. Le côté superficiel de tout ça ... Pour moi, on devrait toujours dire ce qu'on a envie de dire. Parler pour dire les choses, quoi. Ça ne plaît pas toujours. Surtout chez les hommes. Ils veulent tout contrôler, ils veulent jouer selon leurs propres règles. Surtout en amour.



Pourquoi s'embarrasser de tous ces faux préliminaires? Si je trouve un type sexy, je veux pouvoir le lui dire. Inutile qu'il m'emmène dans un restaurant cher et m'envoie des fleurs s'il a envie de moi. Qu'il me prenne. Vous ne trouvez pas que ça ferait gagner du temps ?



Il regarda ses jambes.

Page 202-203



Commenter  J’apprécie          253
Sachenka   17 juin 2016
Treize Heures de Deon Meyer
Il leva les yeux. C'était une matinée parfaite. Lumineuse, avec à peine un souffle d'air, excepté une brise légère qui emportait les senteurs marines jusqu'au sommet de la montagne. Ce n'était pas une heure pour mourir.
Commenter  J’apprécie          240
nameless   20 avril 2020
L'année du lion de Deon Meyer
La Fièvre a été une épidémie tsunami. Trop rapide, trop mortelle.

Malgré les protocoles, les systèmes et les vaccins, malgré l’activité paniquée de virologistes et d’épidémiologistes, de centres pour le contrôle et la prévention des maladies, les décisions de gouvernements et les interventions militaires – et parfois à cause de certaines de ces actions –, la Fièvre a décimé quatre-vingt-quinze pour cent de la population mondiale. En quelques mois seulement.
Commenter  J’apprécie          231
carre   23 février 2012
Lemmer l'invisible de Deon Meyer
On ne devrait pas juger quelqu'un au nombre d'erreurs qu'il a commise dans sa vie, on devrait le juger en fonction de ce qu'il en a tiré comme leçon…
Commenter  J’apprécie          240
nameless   28 avril 2020
Treize Heures de Deon Meyer
Elle ne l'aimait pas. Sa fausse cordialité légèrement condescendante était typique de l'attitude de nombreux Afrikaners d'âge mûr vis-à-vis des Noirs
Commenter  J’apprécie          230
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "13 heures" de Deon Meyer.

Quel objet tient Alexandra dans sa main quand elle se réveille dans la bibliothèque de Brownlow Street ?

un livre
un couteau
un pistolet

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Treize Heures de Deon MeyerCréer un quiz sur cet auteur
.. ..