AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.67/5 (sur 1008 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Buffalo, New York , le 29/02/1952
Biographie :

Timothy Thomas Powers est un auteur américain de science-fiction et de fantastique. Il a étudié la littérature anglaise à l'université d'État de Californie à Fullerton, où il rencontra ses amis K. W. Jeter et James Blaylock avec qui il invente le personnage de William Ashbless dont ils se servirent chacun dans leurs œuvres.
Pendant cette période il fit également la connaissance du célèbre écrivain Philip K. Dick, qui s'inspira de Powers pour le personnage de David dans Siva.

Si "Les chevaliers de la brune" (1979) est bien son premier roman, c'est surtout , "Les Voies d'Anubis" (1983) qui le fit connaître. Il remporte d'ailleurs grâce à lui le prix Memorial Philip K. Dick et est dès lors considéré, avec James Blaylock et K. W. Jeter, comme l'un des principaux auteurs à l'origine du steampunk. Il est également l'auteur de "Sur des mers plus ignorées", roman de fantasy qui inspirera notamment le quatrième film "Pirates des Caraïbes".

Tim Powers est également professeur à temps partiel à l'école d'arts du conté d'Orange (Californie) où son ami Blaylock est directeur du département d'écriture créative.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Tim Powers   (21)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (65) Voir plus Ajouter une citation
Un drôle d’état de fatigue, se dit-il, lorsqu’un type mort depuis plus d’un siècle vous fait des clins d’œil sur son portrait.

Commenter  J’apprécie          360
La nef de foire – un brasier d’enfer, à présent – bascula sur le flanc et commença de s’enfoncer graduellement dans la glace en fusion puis, au travers d’un nuage de vapeur, on vit les baux se coucher un par un comme les doigts d’une main opérant une soustraction.

Commenter  J’apprécie          271
Quelques rares critiques commençaient même à lui reconnaître, en dépit de son exubérance païenne, une charge poétique inédite dans les lettres anglaises depuis Shelley, Byron ou Keats. Évidemment, songea-t-il, puisque je dispose d'une muse comparable aux leurs. Les faveurs des membres de cette tribu de pierre antédiluvienne condamnent nos aimés et nous privent de la lumière du jour, mais ont pour effet secondaire d’éveiller le langage qui sommeille en nous, de le dompter et le chevaucher tel un animal sauvage.
Commenter  J’apprécie          210
Au diable les apparences, se dit-il dans un léger délire. Ma belle situation, je ne vais la devoir qu'à mon éloquence et à la puissance de ma personnalité.
Commenter  J’apprécie          200
Doyle examina le visage en lame de couteau de l'homme et tenta nerveusement de se l'imaginer en train de se livrer à un geste agréable comme celui de caresser un chat. En vain.
Commenter  J’apprécie          190
- Sais-tu, Phil, pourquoi Juan Ponce de León a appelé ce coin la fontaine de Jouvence?
- Non. Et, si tu veux le savoir, je me sens beaucoup plus vieux depuis que j'y suis allé.
Commenter  J’apprécie          180
"En Xanadu, avait-il songé non sans amertume, Samuel T. Coleridge se fit édifier de lugubres geôles."
Il avait toujours pensé que la croyance populaire selon laquelle une maison explorée en rêve est la représentation de l’esprit du dormeur recélait une once de vérité, mais si, maintes fois, il avait rôdé dans les étages de sa demeure psychique, il n’avait jamais visité les catacombes de ses caves. Aussi, comme le vacarme cauchemardesque provenait d’en dessous et qu’une courageuse curiosité à l’égard des monstres qui hantaient les profondeurs de son être animait Coleridge, il s’était engagé sur le palier puis, à pas prudents, avait commencé de descendre les marches.
Commenter  J’apprécie          160
- la bière était la boisson préférée de ma Bessy et, depuis qu'elle est mulli, je n'en bois plus une goutte.
Il n'avait alors fait qu'une lampée de son verre et en avait recommandé un autre quand la fille était venue apporter la deuxième bière à un Doyle pensif qui n'avait fait qu'y tremper les lèvres.
- Ma Rebecca, répondit Doyle, aimait presque tous les alcools et, depuis qu'elle est...mulli, j'en ai largement bu pour deux.
Commenter  J’apprécie          160
- Par quel navire êtes-vous arrivé, s'enquit Charles, sceptique. Jamais je n'ai connu d'Américain qui ait ce genre d'accent.
- Par le... euh... l'Enterprise, répondit Doyle.
Dans sa panique, ils avait failli dire l'Astronef Enterprise.
Commenter  J’apprécie          163
Le clown sourit, révélant une rangée de dents jaunâtres qui pointaient dans tous les sens, telles les pierres tombales d'un très vieux cimetière soumis à des glissements de terrain.
Commenter  J’apprécie          162

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Tim Powers (1129)Voir plus

Quiz Voir plus

Qui suis-je ? Les auteurs en A

J'ai écrit Le grand Meaulnes. Je suis mort au Sud de Verdun durant la première guerre mondiale. Qui suis-je ?

Jean Anouilh
Alain-Fournier (de son vrai nom Henri-Alban Fournier)
Guillaume Apollinaire
Marguerite Audoux

7 questions
76 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..