AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.47 /5 (sur 483 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Biographie :

Tina Seskis a grandi dans le Hampshire, un comté anglais situé sur la côte sud de la Grande-Bretagne, où son père travaille pour British Airways et où sa mère exerce la profession de vendeuse.

Élevée avec un brin d’excentricité par des parents passionnés de voyages, elle parcourt les quatre coins du monde.

Avant de commencer à écrire, elle a étudié à l’Université de Bath, puis a travaillé pendant plus de vingt ans dans le marketing et la publicité digitale.

Été 2010, alors que sa mère commence à se plaindre d’une fatigue inexplicable, elle commence "Partir" ("One step too far"), son premier roman.
Elle écrivait partout - à l’hôpital, dans l’avion pour Dublin, chez des amies, dans le jardin - tant elle voulait le terminer vite. Elle dédie ce premier roman à sa mère car elle a terminé la première mouture quelques jours avant sa disparition.

Tina Seskis vit à Londres avec son mari et son fils.

site de l'auteure:
http://tinaseskis.com/

page Facebook:
https://www.facebook.com/TinaSeskis

Twitter:
https://twitter.com/tinaseskis

+ Voir plus
Source : www.metronews.f
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Tina Seskis : "Six femmes, c'est une histoire psychologique"


Citations et extraits (65) Voir plus Ajouter une citation
iris29   15 mai 2017
Six femmes de Tina Seskis
Parfois elle se demandait si l'argent et la morale n'étaient pas incompatibles, même si les riches se débrouillaient toujours pour glisser entre les mailles du filet.
Commenter  J’apprécie          252
Ydamelc   17 mars 2016
Six femmes de Tina Seskis
À chaque séquence de son viol correspondait un ou plusieurs termes : par exemple, "impuissance", "incrédulité", au moment où [...] l'avait renversée par terre ; "peur", "répulsion", quand il l'avait pénétrée ; "colère", "rage", quand elle avait voulu le repousser en lui martelant le torse avec les poings ; "répugnance", "dégoût", quand il avait éjaculé en elle, le visage déformé par la jouissance ; "humiliation", "écoeurement", lorsqu'elle s'était relevée en titubant pour s'enfermer dans la salle de bains, puis, dans un deuxième temps, "culpabilité". Car, tout compte fait, c'était sans doute elle la plus coupable des deux. Elle l'avait provoqué. Elle n'avait ce qu'elle méritait. Elle n'était qu'une traînée.
Commenter  J’apprécie          190
iris29   15 mai 2017
Six femmes de Tina Seskis
Elle franchissait le portail (...) , un sac à provisions déchiré au bout du bras. La poignée ayant cédé , elle avait percé un trou dans le plastique pour y passer le poignet, ce qui lui coupait la circulation, si bien que sa main avait l'air rouge de colère.
Commenter  J’apprécie          200
Ziliz   01 août 2017
Six femmes de Tina Seskis
Depuis la fin de ses études, elle se sentait seule, désemparée, et son agression n'avait fait qu'aggraver les choses. Il fallait se rendre à l'évidence, elle était en manque : de sa vie d'étudiante, de ses amies (surtout Juliette), du foyer qu'elles s'étaient bâti à Bristol et qui était perdu à tout jamais, même de sa mère qui habitait Paris et qu'elle ne voyait jamais - et c'était tellement agréable de se blottir dans les bras d'un homme, de se sentir protégée, en sécurité. Les émotions qui la traversaient n'étaient pas vraiment d'ordre sexuel ; elle jouissait de se sentir vivante, d'avoir à nouveau une place dans ce monde ou du moins dans le coeur de quelqu'un.

(p. 178-179)
Commenter  J’apprécie          190
Ziliz   15 octobre 2017
Partir de Tina Seskis
[Il] ne se faisait pas à l'idée qu'il sortait avec une fille ayant une vraie jumelle. De drôles d'idées lui venaient à l'esprit. Que se passerait-il s'il les confondait ou s'il trouvait C. à son goût ou si ELLE flashait sur lui ?

(p. 103)
Commenter  J’apprécie          201
Ziliz   16 octobre 2017
Partir de Tina Seskis
D'habitude, elle détestait les réjouissances obligatoires. Depuis longtemps, elle ne rejoignait même plus ses anciennes camarades de classe au pub où tout le monde rappliquait ce soir-là [St-Sylvestre]. Parce que c'était le jour de l'an, les mecs se croyaient tout permis, y compris de vous rouler des pelles.

(p. 123)
Commenter  J’apprécie          180
Ziliz   13 octobre 2017
Partir de Tina Seskis
Sa vie à lui partait en quenouille depuis longtemps. Tout avait commencé le jour où Frances lui avait annoncé sa grossesse. Ils venaient de se marier, il n'était pas prêt. Et il avait réagi de la manière la plus ringarde qui soit , en s'amourachant de la nouvelle secrétaire dont la présence lui faisait oublier le tour de taille de son épouse. Son coeur se remettait à battre quand leurs regards se croisaient, quand elle se penchait sur son bureau pour prendre des lettres en sténo. Même s'ils en avaient très envie tous les deux, il ne pouvait se résoudre à la toucher et cet interdit rendait leur proximité encore plus délicieuse.

(p. 77)
Commenter  J’apprécie          170
Ziliz   10 octobre 2017
Partir de Tina Seskis
L'endroit fait louche mais, une fois passé la porte d'entrée, je découvre un espace gigantesque, avec de hauts plafonds, des murs en briques nues et des lustres colossaux. Un film porno hardcore passe sur l'écran géant qui couvre la cloison du fond. On voit les acteurs en plan rapproché mais, Dieu merci, le son est coupé. En revanche, la musique techno est assourdissante, enfin s'il s'agit bien de techno. [...] Je ne sais pas où poser les yeux - je n'ai jamais vu de pénis aussi grand et la façon dont il s'en sert me laisse sans voix.

(p. 178)
Commenter  J’apprécie          170
petitsoleil   31 décembre 2016
Partir de Tina Seskis
Brutalement, je réalise que mon malheur n'aura pas de fin, que je souffrirai toujours.

J'ai eu beau changer d'identité, de vie, je me retrouve un an plus tard dans la même situation qu'au début.
Commenter  J’apprécie          180
pyrouette   24 juillet 2017
Partir de Tina Seskis
C'est drôle comme, finalement, il n'est pas si difficile de changer de vie. Il suffit d'avoir assez d'argent pour redémarrer et de détermination pour éviter de penser aux êtres qu'on laisse derrière soi.
Commenter  J’apprécie          170

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox