AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.36/5 (sur 160 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 23/10/1974
Biographie :

Ancien élève de l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud (agrégé de lettres modernes) et ancien lecteur à Cambridge, Vincent Ferré, professeur de littératures comparées à l’Université
Paris 3 - Sorbonne Nouvelle. Spécialiste du roman de la première moitié du xxe siècle (Marcel Proust, Hermann Broch, John Dos Passos), il travaille également sur la littérature du Moyen Âge et sa réception au xxe siècle, le médiévalisme, qu'il a contribué à définir et à étudier.

Ses ouvrages sur JRR Tolkien et ses traductions en français de plusieurs livres inédits de l’auteur britannique l’ont fait connaitre du grand public.

Il a aussi collaboré au doublage des dialogues du premier film de la trilogie cinématographique de Peter Jackson adaptant l'œuvre majeure de J. R. R. Tolkien, ainsi qu'aux expositions Sur les terres de Tolkien (œuvres de John Howe, 2002-2004), Le Seigneur des anneaux, De l'imaginaire à l'image (œuvres de John Howe et Alan Lee, Bibliothèque nationale de France, 2003-2004), ou encore à la résidence artistique de John Howe à Sainte-Ursanne (Suisse, été 2007), avant de traduire le Cahier de croquis du Seigneur des Anneaux d'Alan Lee en 2006 (avec Delphine Martin), puis Une tapisserie pour Tolkien de Cor Blok en 2011. Sur Tolkien, il a donné des conférences en Angleterre, en Suisse, en Allemagne, en Italie et en France. La collection « Médiévalisme(s) », qu'il dirige chez CNRS Éditions, est lancée en septembre 2009 par la publication d'un ouvrage d'Isabelle Pantin consacré à Tolkien, Tolkien et ses légendes. Une expérience en fiction5. Il a récemment dirigé le Dictionnaire Tolkien 6, paru en octobre 2012 et organisé un colloque sur « Tolkien et les Inklings »7 en 2012 à Cerisy-la-Salle.

+ Voir plus
Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Vincent_Ferr%C3%A9
Ajouter des informations
Bibliographie de Vincent Ferré   (18)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Carte blanche aux éditions Vendémiaire Avec Anne BESSON, William BLANC, Vincent FERRÉ, Véronique SALES Frontière infranchissable, abysse abritant des krakens, la mer sombre et menaçante du Moyen Âge des oeuvres de fiction n'est pas l'espace ouvert de la méditerranée antique ou des grandes expéditions de la Renaissance. Elle est pourtant le théâtre des voyages de Sindbad le Marin, des aventures de Lief Erikson au-delà du Groenland reprises dans la série "Vikings : Valhalla", ou des amours tragiques de "La Petite Sirène", inspirée de Mélusine. On la retrouve également, de façon détournée, dans les univers fortement médiévalisés de la fantasy, comme celui de "Game of Thrones", sous la forme de peuples évoquant les pirates du XVIIIe siècle. Une plongée dans les flots tumultueux de la mer du Moyen Âge réinventé.

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (9) Ajouter une citation
"S'évader", ou "s'immerger", "se perdre dans un livre" : autant de manières de désigner le plaisir le mieux partagé, et un des plus recherchés, des lecteurs de fictions.... Les consommateurs sont invités à "suspendre leur incrédulité" (la "willing suspension of disbelief" théorisée par Coleridge dès 1817 et citée par Tolkien dans "Du conte de fées") ... Ce mode opératoire nécessaire au fonctionnement de toute fiction est pourtant l'objet, tout particulièrement sous ses formes "populaires" qu'en seraient l'escapism ou l'évasion, de reproches anciens et récurrents : depuis Platon chassant de sa république idéale les faiseurs de fiction, coupables de détourner l'homme de la contemplation des essences au profit de pernicieux simulacres, jusqu'aux variantes sur les "opiums du peuple" qui reprennent l'idée de tâches plus hautes (en l'occurrence, l'action politique) qu'il faudrait préserver des "diversions" orchestrées par les pouvoirs dominants, que constituent les fictions de grande consommation ou encore tout le domaine de la "paralittérature". Or, il se trouve que son recours au merveilleux menaçait Tolkien de ce type de critiques ...
p. 199, entrée "évasion", Anne Besson.
Commenter  J’apprécie          90
Sans doute convient-il que chacun leur envie cette capacité d'immersion fictionnelle.

Anne Besson
Commenter  J’apprécie          60
Ce mode opératoire nécessaire au fonctionnement de toute fiction est pourtant l'objet, tout particulièrement sous les formes "populaires" qu'en seraient l'escapism ou l'évasion, de reproches anciens et récurrents : depuis Platon chassant de sa République idéale les faiseurs de fiction ... jusqu'aux variantes sur les "opiums du peuple" qui reprennent l'idée de tâches plus hautes (en l'occurrence, l'action politique) qu'il faudrait préserver des diversions, orchestrées par les pouvoirs dominants, que constituent les fictions de grande consommation ou encore tout le domaine de la "para-littérature". Or, il se trouve que son recours au merveilleux menaçait Tolkien de ce type de critiques, qui sont toujours aujourd'hui formulées à l'égard du genre auquel on rattache son oeuvre, la Fantasy, et notamment les jeux vidéo qui sont un de ses grands modes d'expression ... Tolkien a exprimé une position forte et originale sur cette question dans son essai "Du conte de fées" (On fairy Stories, 1939), dont un chapitre s'intitule "Recouvrement, évasion, consolation". ... Il part du sens péjoratif traditionnellement accolé à l'idée d'évasion : pourquoi méprise un prisonnier qui cherche à s'évader, même par la seule imagination ? Dans un contexte historique lourd, de telles critiques "confondent, pas toujours par une erreur sincère, l'Evasion du prisonnier avec la Fuite du Déserteur" (p. 124), comme s'il fallait préférer la soumission à la résistance ... "Pour pareille façon de penser, il suffit de dire 'le pays que vous aimiez est condamné' pour excuser toute trahison, voire la glorifier. (p. 125).
Archaïsme et merveilleux participent de cette évasion telle que l'entend Tolkien, c'est-à-dire comme une "résistance" légitime au monde dans la "laideur" et sa "nocivité" modernes (p. 130). .. Il s'agit moins de quitter un espace, le monde réel, qu'une époque honnie, "notre temps présent et (...) la misère qu'il engendre lui-même" (p. 130).
Commenter  J’apprécie          30
La taille de son roman est manifestement une donnée formelle essentielle, à laquelle Tolkien a longuement réfléchi ; en témoigne le paradoxe que l'on retrouve fréquemment sous sa plume, lorsqu'il présente (à un interlocuteur ou au public) cette longueur comme relative : «C'est sans doute un gros livre, mais il ne sera manifestement pas trop long à lire pour ceux qui en auront l'appétit» écrit-il à Stanley Unwin, qui pourrait éditer l'œuvre. Et l'on se rappelle la formule de l'Avant-propos, moins anodine et plaisante qu'il n'y paraît, qui ne reconnait qu'un seul défaut au Seigneur des Anneaux : «Ce livre est trop court.»
Commenter  J’apprécie          30
On pourrait bien sûr inviter à lire Tolkien pour que chacun juge par soi-même de cette œuvre qui demeure la référence en fantasy, annonçant G.R.R. Martin, J.K. Rowling, Robert Jordan, Raymond Feist et tant d'autres encore ! Mais on voudrait plutôt suggérer ici de se saisir du Seigneur des Anneaux et des autres volumes qui composent cette «forêt» de textes, au-delà des étiquettes, voire des clichés attachés à ces livres à succès et à un auteur finalement méconnu - méconnu aussi parce qu'il souhaitait le rester.
Commenter  J’apprécie          20
Sur un point, en revanche, ses cartes répondent à une fonction très ancienne : elles sont le support d'une mémoire historique et toponymique. Les cartes médiévales avaient un lien fort avec les encyclopédies, dont elles mettaient en espace une partie du contenu, et elles montraient des villes, et parfois des scènes, du passé biblique et de l'Antiquité, autant que du présent. D'autre part, elle servait à consigner une science géographique amassée sur une longue durée : elles copiaient des modèles antérieurs et, une fois dressées, recevaient des additions successives, à titre de mises à jour.
Commenter  J’apprécie          10
Le Comté, tel que le définit J.R.R. Tolkien, est un monde de gens aux joies simples, très attachés à la nature.
Les Hobbits adorent participer à des banquets, boire de la bière et fumer de l'herbe à pipe, autant de thématiques que l'on retrouve fréquemment dans la peinture flamande du XVIIe siècle.
Commenter  J’apprécie          10
...le Seigneur des anneaux est aussi un apprentissage de la tolérance.Legolas emmène Gimli découvrir la Lorien avant de former avec lui un duo solide , et si cette affection entre deux peuples rivaux surprend Sylvebarbe,lui-même est "devenu ami en peu de temps" avec ses exacts contraires ,les jeunes , hâtifs et insouciants Hobbits
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Vincent Ferré (263)Voir plus

Quiz Voir plus

La Conjugaison - Modes et Temps

Nous nous sommes levés tôt

Présent
Passé composé
Subjonctif Présent
Plus que parfait

25 questions
148 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}