AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.89 /5 (sur 131 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Sainte-Foy-la-Grande , le 04/04/1873
Mort(e) à : Paris , le 29/10/1937
Biographie :

Élie Faure est un historien de l'art et un essayiste français, auteur d'une monumentale Histoire de l'art qui reste une des références dans cette discipline.

Neveux d’Élisée Reclus et d'Elie Reclus et grand-père de jean louis Faure sculpteur libertaire et anti-stalinien .

À l'âge de 15 ans, il rejoint à Paris ses frères Léonce et Jean-Louis, et s'inscrit au lycée Henri-IV. Passionné de peinture, il visite régulièrement le musée du Louvre et se plonge dans les ouvrages de son professeur de philosophie, Henri Bergson.

Son baccalauréat en poche, il s'inscrit à la faculté de médecine, puis commence à exercer dans les quartiers populaires. Il travaille avec son frère Jean-Louis, chirurgien et gynécologue, en qualité d'anesthésiste aux hôpitaux de Paris et se spécialise dans l'embaumement. Il continue cependant à fréquenter les expositions et les ateliers de peintres et de sculpteurs.

En 1902, il commence à publier des articles consacrés à l'art dans L'Aurore. Il se passionne pour Cézanne et surtout pour Velasquez auquel il consacre son premier livre.

Entre 1905 et 1909, il tient une série de conférences sur l'histoire de l'art à l'Université populaire « La Fraternelle » du 3e arrondissement de Paris. Il en tirera le contenu de son principal ouvrage, Histoire de l'art, publié à partir de 1909. Cette œuvre monumentale, plusieurs fois remaniée, retrace l'évolution de l'architecture, de la sculpture, de la peinture et des arts domestiques de la préhistoire au début du XXe siècle.

Médecin militaire pendant la Première Guerre mondiale, il doit rejoindre le front. Une fois démobilisé, il retrouve ses livres, reprend ses voyages, s'intéresse au cinéma et travaille sur des thèmes philosophiques et historiques, notamment sur une biographie de Napoléon publiée en 1921.

Victime d'une crise cardiaque, il meurt à Paris le 29 octobre 1937.


+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

Suzanne Flon lit Elie FAURE
Suzanne FLON lit une page de Elie Faure.
Podcast (1)

Citations et extraits (114) Voir plus Ajouter une citation
Aunryz   02 août 2015
Fonction du cinéma de Élie Faure
L’enfant, l’homme de peine, le plus inculte des manœuvres, le primitif peuvent explorer aujourd’hui les gouffres creusés par le télescope et le microscope et qui ne sont que l’antichambre des espaces infinis où la gravitation entraîne l’âme dans le vertige silencieux d’une mystique nouvelle, capable de trouver l’accord de l’humain le plus sensible avec le déroulement mécanique de l’univers le plus indifférent.

La machine universalise la poésie de la science. Jamais l’imagination n’avait eu de si grandes ailes.



http://wp.me/p5DYAB-19u
Commenter  J’apprécie          151
Hulot   16 mars 2020
Méditations catastrophiques de Élie Faure
On a semé l'injustice, on récolte la vengeance.



Et l'on s'étonne que la vengeance ait pour compagne soit la haine, soit le mépris.
Commenter  J’apprécie          162
SZRAMOWO   13 janvier 2015
Histoire de l'art. L'art renaissant de Élie Faure
Nous avons vécu deux ou trois siècles avec le sentiment que la

Renaissance italienne retrouva, pour notre consolation, la voie

perdue de l’art antique, et qu’il n’y avait avant elle et hors

d’elle que barbarie et confusion. Quand notre besoin de les aimer

nous a fait regarder passionnément l’œuvre laissée par les

artistes qui précédèrent, aux derniers temps du moyen âge,

l’essor italien, nous avons méconnu et calomnié l’Italie. Nous

lui avons reproché l’action qu’elle exerça sur les peuples occidentaux,

nous avons refusé de voir que les peuples occidentaux,

après l’épuisement momentané de leurs ressources spirituelles,

devaient subir la loi commune et demander à des élé-

ments plus neufs de féconder leur esprit. Nous sommes ainsi

faits qu’il nous est très difficile de nous placer hors de l’histoire

pour la considérer de loin et que nous attribuons trop volontiers

une valeur définitive aux sentiments que nos désirs actuels

nous dictent. Ce besoin d’absolu qui est notre souffrance

et notre force et notre gloire, nous refusons de l’accorder aux

hommes qui prirent, pour l’assouvir, un autre chemin que

nous.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Mimimelie   04 juillet 2014
Soutine de Élie Faure
Si les Grecs, et l’Europe à leur suite, ont eu le sentiment passionné des formes anatomiquement parfaites, il n’y a aucune raison pour que d’autres sentiments passionnés des apparences ne nous permettent pas de les pénétrer jusqu’à l’âme qui les habite. Il n’y a aucune raison pour que l’ordre à établir dans l’expression de ces sentiments ait éternellement pour base une eurythmie identique, ou même semblable, à celle qu’ont découverte les Grecs. Les Assyriens, les Egyptiens, les Egéens, les Chinois, les Hindous, les Mexicains, les Khmers, les Français du Moyen-âge ont dégagé, d’une même passion de vivre, des équilibres différents. La seule chose qu’il est désastreux d’oublier, c’est la matière tressaillante, sœur, image, modèle, symbole de la nôtre propre, de celle qui remue en nous et qui est à la fois, grâce au mouvement intérieur qui nous la révèle, la source, le refuge, le témoignage et le royaume de l’esprit.
Commenter  J’apprécie          110
Hulot   18 mars 2020
Méditations catastrophiques de Élie Faure
Témoignage de Margarita Nelken concernant Elie Faure :



Une fois, à Tolède, je le priais de dire quelques phrases aux volontaires républicains.

Il parla à ces jeunes ouvriers et paysans des Volontaires de Valmy, des combattants de la Commune et de la signification de La Marseillaise.



Dans la voiture, tandis que nous revenions vers Madrid, tout à coup il me dit



_ J'ai oublié de demander pardon.

_ Pardon de quoi ? demandai-je.

_ De ce que nous, les français et les autres peuples, nous ne faisons point.
Commenter  J’apprécie          110
petitours   16 septembre 2011
Histoire de l'art (1) L'art antique de Élie Faure
L’art, qui exprime la vie, est mystérieux comme elle. Il échappe, comme elle, à toute formule. Mais le besoin de le défi-nir nous poursuit, parce qu’il se mêle à toutes les heures de notre existence habituelle pour en magnifier les aspects par ses formes les plus élevées ou les déshonorer par ses formes les plus déchues. Quelle que soit notre répugnance à faire l’effort d’écouter et de regarder, il nous est impossible de ne pas en-tendre et de ne pas voir, il nous est impossible de renoncer tout à fait à nous faire une opinion quelconque sur le monde des ap-parences dont l’art a précisément la mission de nous révéler le sens. Les historiens, les moralistes, les biologistes, les métaphy-siciens, tous ceux qui demandent à la vie le secret de ses ori-gines et de ses fins sont conduits tôt ou tard à rechercher pour-quoi nous nous retrouvons dans les oeuvres qui la manifestent. Mais ils nous obligent tous à rétrécir notre vision, quand nous entrons dans l’immensité mouvante du poème que l’homme chante, oublie, recommence à chanter et à oublier depuis qu’il est homme, à la mesure des cadres trop étroits de la biologie, de la métaphysique, de la morale, de l’histoire. Or, le sentiment de la beauté est solidaire de toutes ces choses à la fois, et sans doute aussi il les domine et les entraîne vers l’unité possible et désirée de toute notre action humaine, qu’il est seul à réaliser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Aunryz   02 août 2015
Fonction du cinéma de Élie Faure
Ai-je besoin, après tant d’autres, d’évoquer la beauté propre des machines, si impérieuse que nul n’échappe, même s’il refuse de se l’avouer à lui-même, à sa prise de possession de nos cadences secrètes ?

Connaissez-vous quelque sculpture dont les plans soient plus calmes et plus soutenus que les siens ?



http://wp.me/p5DYAB-19m

Commenter  J’apprécie          113
SophiePatchouli   01 octobre 2015
Histoire de l'art (1) L'art antique de Élie Faure
La terre est la matrice et la tueuse, la matière diffuse qui boit la mort pour en nourrir la vie. Les choses vivantes s'y dissolvent, les choses mortes y remuent. Elle use la pierre, elle lui donne la pâleur dorée de l'ivoire et de l'os. L'ivoire et l'os, avant d'être dévorés, deviennent à son contact rugueux comme la pierre.
Commenter  J’apprécie          110
klakmuf   12 octobre 2015
Histoire de l'art. L'art médiéval de Élie Faure
Forme cylindrique, forme ovoïde, forme sphérique, rythme circulaire de la Chine ! La Chine tournera-t-elle donc toujours en cercle, du même effort patient, infatigable, lent, qui lui permet de maintenir le mouvement sauveur et de vivre sans avancer, ou brisera-t-elle ce cercle pour chercher l’idéal toujours renouvelé au sommet même du flot montant des choses et pour tenter de conquérir, dans cette poursuite incessante, l’illusion de sa liberté ? C’est probable. Elle s’agite. Ses cinq cents millions d’hommes vont être entraînés dans le mouvement occidental, rompre notre pénible équilibre séculaire, bouleverser le rythme économique de la planète, peut-être nous imposer à leur tour une immobilité qu’ils mettront mille ou deux mille ans à reconquérir. Nous ne savons rien. La complexité du monde actuel et futur nous déborde. La vie gronde, la vie monte. Elle livrera ses formes à ceux qui vont naître pour les consoler d’être nés.
Commenter  J’apprécie          90
SZRAMOWO   13 janvier 2015
Histoire de l'art. L'art médiéval de Élie Faure
Tandis que la lointaine civilisation chinoise retarde l’heure

de sa mort en se tournant vers son propre passé, tandis que

l’Inde répand, pour soulager sa fièvre, une religion sur l’Asie,

l’ombre noie peu à peu les rivages où s’est écoulée l’éclatante et

virile jeunesse du monde occidental. Les flux et les reflux, depuis

le début de l’histoire, balancent l’océan des peuples du plateau

de l’Iran aux terres fraîches et salubres qui regardent

l’Atlantique. Des invasions silencieuses ont accumulé dans les

plaines du nord de l’Europe les réserves d’hommes qui renouvelleront

l’innocence des peuples méridionaux quand un contact

trop énervant avec l’Asie affaiblira leur foi dans leur propre intelligence.

On a vu les Phéniciens apporter à la Grèce et à

l’Italie, avec la science et l’idéal de la Chaldée et de l’Égypte,

l’écho indien des ivresses mystiques par qui le saint frisson de la

vie universelle est entré dans l’ordre occidental. On a vu la

Grèce, entraînée par Alexandre, déposer dans l’âme trouble et

lasse de l’Inde, l’étincelle inspiratrice. Rome doit subir à son

tour le sensualisme de l’Asie quand elle lui porte la paix… Le

mouvement épuisait peu à peu son rythme. Il était nécessaire

qu’un grand repos succédât à la dépense d’énergie d’où sortit

l’avenir du monde, et que la nature de l’homme se repliât sur

elle-même pour imposer à son esprit trop tendu, à ses sens pervertis,

l’oubli de leurs conquêtes et le désir de remonter à leurs sources naturelles.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Quiz de printemps 2020 !

♪♪ Au printemps au printemps / Et mon coeur et ton coeur / Sont repeints au vin blanc ...

Georges Brassens
Jacques Brel
Jean Ferrat
Pierre Perret

10 questions
296 lecteurs ont répondu
Thèmes : dictons , citations philosophiques , Chansons françaises , poésie , peinture , littérature françaiseCréer un quiz sur cet auteur
.. ..