AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marabout

Marabout est une maison d'édition belge, fondée en 1949 à Vervier par André Gérard. Elle est leader sur le marché du livre pratique, et compte de nombreuses collections et sous-collections, parmi lesquelles Marabout Roman, Marabout Service, Marabout Junior, Marabout Mademoiselle, Marabout Université, Marabout Scope, Marabout Fantastique, Marabout Science-Fiction, Marabout Flash… Plus de 30 nouveautés sortent chaque mois, et environ 5 millions de volumes sont vendus chaque année.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Marabout



Dernières parutions chez Marabout


Dernières critiques
Jacopo
  16 décembre 2017
L'homme de bronze de Robeson Kenneth
Doc Savage fut mon héros. Il semble même qu'il inspira le créateur de Superman. Mais Doc Savage n'a pas de pouvoir comme les supers héros.

Il a maximiser sa force à travers sa force musculaire et surtout avec ses sens, grâce à des exercices journalier, que sont père lui à inculquer dès son jeune âge. Il peu grâce a la force de ses doigts s'escalader sur un mur de brique, sentir et reconnaitre un odeur et, entendre des sons inaudibles pour la majorité. C'est ce qui me fascinait est que son «pouvoir» était naturel et non surnaturel ou venant d'une autre planète.je trouve qu'il ferait un bon exemple de héros aujourd'hui. Qui maximise ce qu'il est et avec ce qu'il a en lui. Durant ses missions accompagné avec une équipe assez hétéroclite, lorsqu'il se concentrais face à un problème ou un énigme soudainement il émettais un son strident, on savait que la solution arrivait. Un très beau souvenir.
Commenter  J’apprécie          10
MarcDessart1976
  15 décembre 2017
Le Père Goriot de Honore de Balzac
Un siècle et demi après qu'Emile Zola a écrit les Rougon Macquart, j'ai trouvé son oeuvre, je l'ai dit en critiquant La Fortune Des Rougon et La Curée, d'une terrible actualité. Non seulement sur le fond, la façon dont s'articulent et s'opposent les différentes composantes de la société n'ayant pas véritablement changé par rapport à la description qu'en fait l'auteur dans son oeuvre, mais aussi en la forme, le style de Zola étant d'une étonnante modernité (pour peu – mais il y a là matière à un vaste débat – qu'elle n'exclue pas une connaissance élémentaire de la langue française…).



Ecrite quelques dizaines d'années plus tôt seulement, dans la première moitié du XIXe siècle, l'oeuvre majeure d'Honoré de Balzac, La Comédie Humaine, que je découvre avec le Père Goriot (je néglige le Colonel Chabert, lu dans le cadre scolaire il y a plus de 20 ans…), m'apparaît, elle, comme terriblement datée.



Le style, tout d'abord m'a paru démodé, pesant, pour ne pas dire décousu. Les phrases et les idées semblent ne s'articuler entre elles que par hasard, compliquant souvent la compréhension du récit et en rendant pénible la lecture. le récit, sur le fond, n'est pas moins poussiéreux. Si Zola évoque avec les Rougon des situations que le lecteur contemporain peut sans peine retrouver au XXIe siècle, Balzac, lui, évoque sous sa plume un monde, des comportements, des moeurs, qui ont certes existé mais qui semblent éteints depuis des millénaires…



Autant le dire sans ambages : l'histoire de ce père qui sacrifie tout ce qu'il a à ses deux filles, qui ne lui en témoignent pas la moindre reconnaissance, et qui meurt dans la misère et la solitude les plus noirs, m'a paru dénuée de tout intérêt. D'une part parce que le style balzacien – et ses partisans peuvent me vouer aux gémonies – n'est ni un travail d'orfèvre de la langue, ni un instrument au service d'idées de fond qui prévaudraient sur la forme pure. D'autre part parce que l'histoire elle-même est poussiéreuse et appartient à une époque dont je suis personnellement heureux et soulagé qu'elle soit révolue.



Bref… autant je vais avec plaisir poursuivre la lecture des Rougon Macquart dans les semaines et les mois à venir, autant mon incursion en territoire balzacien se limitera à la vie de ce malheureux Père Goriot.



Lecture faite, persiste et signe : Balzac, j'aime pas…

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
carlottita91
  15 décembre 2017
Blanche la colérique de Lison Pennec
J'aime, j'aime, j'aime !! Merci Babelio pour cette découverte !! Sous un coup de crayon un peu naïf (attention c'est loin d'être un défaut!!) évolue une madame tout le monde un peu fofolle, une jeune femme qui tarde a devenir adulte malgré la pression de ses parents. Elle enchaîne les déboires amoureux, les clopes et les soirées arrosées sous le regard bienveillant de sa grand-mere.

En fait...j'ai l'impression de me voir moi il y a deux ans. Gros moment de nostalgie...

Sinon, j'ai eu un petit coup de coeur la gamme de couleurs utilisée (je reprends mon regard de graphiste) Le jaune, bleu et rouge se marient parfaitement pour former un ensemble dynamique et poétique.

Belle idée de cadeaux pour Noël 😉
Commenter  J’apprécie          00