AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Perrin

Les Éditions Perrin, maison d`édition française, ont été fondées en 1843, et sont spécialisées dans l`histoire. Les publications sont diverses et regroupent des biographies de référence, des ouvrages novateurs par le thème, ou encore la collection Tempus, au format poche.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Perrin



Dernières parutions chez Perrin


Dernières critiques
Radwan74
  05 mars 2021
Les mythes de la Seconde Guerre Mondiale de Jean Lopez
Un livre passionnant qui répond aux idées reçues répandues dans les livres d’histoire sur la Seconde Guerre mondiale. Pour moi qui ai lu de nombreux ouvrages sur cette guerre, j’ai été particulièrement surpris par l’argumentaire très pertinent qui contredisait donc avec justesse le point de vue générale sur une partie de l’histoire de cette guerre.

Ainsi, on apprends que la Bataille d’Angleterre n’a pas échoué de peu pour les Allemands, que l’hiver russe n’a pas été le vainqueur des allemands en 41, que Stalingrad n’a pas été un tournant de la guerre, ou encore la Résistance française n’a pas joué un rôle essentiel dans la guerre, que l’entrée en guerre des Russes contre les japonais en 1945 a plus fait plier les autorités militaires que la Bombe Atomique... et ce n’est que quelques exemples, des exemples qui peuvent être nuancés à chaque fois. Les auteurs de ces différents billets font remarquer que rien n’est jamais figé et que dénoncer un fait établi, ne remet pas totalement en cause son action : la Résistance a eu un rôle important mais pas essentiel, la Bombe Atomique à ajouter sa part au sentiment de catastrophisme des autorités japonaises...

La victoire de l’Axe, au vue de ces analyses, paraît finalement bien impossible à long terme, au pire la guerre aurait pu s’éterniser 2/3 ans de plus mais sans jamais que les allemands ou les japonais puissent remporter la victoire finale.

Évidemment, ce n’est qu’un point de vue de plus sur cette guerre qui est largement débattu dans d’innombrables ouvrages, mais ce livre, par sa qualité d’analyse apporte une vision nouvelle et semble t’il réaliste de cette Seconde Guerre mondiale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lucilou
  05 mars 2021
Le temps des poisons, Tome 1 : On a tué la Reine ! de Juliette Benzoni
Je savais bien que je n'aurais pas dû me lancer dans « Le Temps des Poisons », sous peine d'en sortir déçue. le poison n'a pas pris sur moi. Ça m'apprendra à vouloir m'obstiner.

Une part de moi pourtant avait envie d'y croire : l'Affaire des Poisons, le règne de Louis XIV... Certes, je n'ignorais pas que Juliette Benzoni avait parfois la plume un peu trop douce, qu'elle abusait souvent de l'encre rose, comme Marie-Thérèse de chocolat en son temps et pour dire le vrai, je me souviens avoir commencé plusieurs de ses romans sans jamais parvenir à les terminer, la nausée me guettant.

Sauf un. Trois en réalité, puisque il s'agit d'une trilogie.



Retour en arrière : j'ai quinze ans et je découvre dans la bibliothèque de l'une de mes tantes « La Chambre de la Reine », premier tome de « Secret d'État ».

Le résumé me charme et je rentre à la maison le précieux butin dans mon sac à dos. le soir même, au lieu de réviser mon contrôle de trigo (de toute façon, avec ou sans révisions, les maths et moi...), je me plonge dans les aventures de Sylvie de Valaines et de François de Beaufort et c'est le coup de foudre.

Quelques jours plus tard, je m'offre avec l'argent de mes baby-sitting les tomes 2 et 3. Cette saga, je l'ai adorée avec toute la démesure de mes quinze ans, je l'ai lu, relu et relu encore jusqu'à en connaître par coeur des pans entiers. Puis j'ai grandi, mes goûts ont changé, se sont affinés et je me rends bien compte que ma chère Juliette donne parfois dans la guimauve. Ce que je ne pardonne plus à aucun écrivain, je le pardonne pourtant à « Secret d'État » que je continue de relire régulièrement. Ces retrouvailles avec les Vendôme et compagnie ressemblent encore aujourd'hui à des retrouvailles avec de vieux amis. On se voit peu mais lorsqu'on se retrouve c'est encore comme avant, la distance est abolie et ça ressemble à du bonheur. Aujourd'hui encore, «La Chambre de la Reine », « Le Roi des Halles » et « Le Prisonnier Masqué » me font cet effet. Quand je m'y plonge, j'ai toujours quinze ans et mon coeur de midinette. Ce sont toujours les mêmes angoisses, la même tension, les mêmes attentes, le même plaisir.

Et tant pis pour la guimauve.



Forte de cette histoire-là, j'avais tenté de découvrir d'autres ouvrages de la dame de Saint-Mandé... sans succès (j'aurais tant voulu aimé « Les Chevaliers » : échec cuisant!) et j'avais juré-comme le corbeau- qu'on ne m'y prendrait plus.



Sauf que ces derniers jours, j'avais envie d'un roman historique dont l'intrigue se déroulerait pendant le Grand Siècle, d'une histoire prenante mais pas trop douloureuse et je me suis montrée faible face à Juliette. Magnanime. J'ai voulu lui laisser une dernière chance, en me disant que « Le Temps des Poisons » se déroulant au cours de l'une de mes époques de prédilection, je ne prenais pas trop de risques.



Raté.



Deux impressions me restent après cette lecture : tout d'abord celle d'avoir lu une variation autour de « Secret d'État » (beaucoup, beaucoup de similitudes!) le talent et la subtilité en moins, les fils blancs et les gros sabots en plus; puis celle d'une intrigue très inégale. Elle pourrait être captivante, mais elle ne l'est pas, traîne en longueur parfois quand elle ne fait pas de très frustrantes ellipses. Les personnages sont croqués à l'emporte pièce et je n'ai pu m'attacher à eux malgré mes efforts. Le contexte historique est sous exploité et il en ressort un ensemble bien décevant. Certaines idées ne manquaient pourtant pas de sel (telle la filiation mystérieuse de Charlotte) mais quel ennui dans leur développement qui demeure très superficiel... Quant à la romance, quel manque de crédibilité ! On n'y croit pas une seconde. On ne peut décemment pas y croire tant elle semble sortie de nulle part, un peu comme si on l'avait saupoudré là en fin de cuisson.

Et dire que je me pâmais, que je frémissais comme un violon à chaque tournant de l'histoire de Sylvie et François. Là, au mieux j'ai levé les yeux au ciel.



Dans ces circonstances, pas sûre de vouloir prolonger l'aventure avec le second tome, même si je suis arrivée à la fin du volume.

Je ne sais pas si ça n'a pas pris parce que ce n'est pas bon ou si c'est parce que j'ai vieilli... Tant pis.













+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
Villebard
  04 mars 2021
Les maréchaux de Staline de Jean Lopez
Une belle brochette de maréchaux avec des brochettes de médailles, comme dans mon souvenir. Les simples soldats en avaient nettement moins, mais ils les arboraient pour les fêtes de la victoire. Ces généraux ont eu une existence hors du commun, sauf ceux qui ont été fusillés. L’auteur, outre les faits d’armes de la “grande guerre patriotique, montre comment Staline régnait par la terreur, quand on entrait dans le bureau du Vojd’ on ne savait pas les conditions de sortie. Les rivalités entre les maréchaux étaient violentes, on connait surtout celle de Joukov et Koniev, mais les autres se détestaient à de rares exceptions. Beaucoup étaient brutaux et peu avares de la vie de leurs soldats, allant pour certains jusqu’à les frapper. Beaucoup d’erreurs ont été commises, avec à la clé des centaines de milliers de victimes. Mais comme a dit Staline, on ne juge pas les vainqueurs… ni les vingt-cinq millions de victimes.
Commenter  J’apprécie          10