AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.26/5 (sur 379 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Metz , le 08/07/1959
Biographie :

Thierry Lentz est un historien français, spécialisé dans l'histoire générale, diplomatique et des institutions ou administrations à l'époque de Napoléon.

Il a enseigné le droit public et l'histoire du droit à l'université de Nancy (Institut d'Etudes Administratives et Politiques), à l'Université de Metz et au CELSA à Paris-Sorbonne. Il a également occupé, pendant douze ans, les fonctions de directeur des relations extérieures d'un groupe français (Saur, à l'époque filiale de Bouygues).

Il est directeur de la Fondation Napoléon depuis juin 2000. Au sein de cette institution, il dirige la publication de la "Correspondance générale de Napoléon" (14 volumes prévus aux éditions Fayard).

Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur sur la promotion civile du 1er janvier 2015 et reçoit ses insignes le 30 mars au Palais de la Légion d'honneur, des mains de Jean Tulard.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Thierry Lentz   (78)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Nouvel horaire pour l'émission "Le coup de coeur des libraires" sur les Ondes de Sud Radio. Valérie Expert et Gérard Collard vous donne rendez-vous chaque dimanche à 13h30 pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • Des lendemains qui chantent de Alexia Stresi aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/des-lendemains-qui-chantent.html • Franz Kafka ne veut pas mourir de Laurent Seksik aux éditions Gallimard https://lagriffenoire.com/franz-kafka-ne-veut-pas-mourir.html • La Métamorphose de Franz Kafka et Claude David aux éditions Folio Classique https://lagriffenoire.com/la-metamorphose.html • Les derniers jours de Stefan Zweig de Laurent Seksik aux éditions J'ai Lu https://lagriffenoire.com/les-derniers-jours-de-stefan-zweig-1.html • Jusqu'à la chute de Heinz Linge, Thierry Lentz aux éditions Perrin https://lagriffenoire.com/jusqu-a-la-chute-memoires-du-majordome-d-hitler.html • Les mauvaises épouses de Zoé Brisby aux éditions Albin Michel https://lagriffenoire.com/les-mauvaises-epouses.html • Anatomy : Love story de Dana Schwartz et Julie Lopez aux éditions Albin Michel https://lagriffenoire.com/anatomy-love-story-francais.html • Même le bruit de la nuit a changé de Violette d'Urso aux éditions Flammarion https://lagriffenoire.com/meme-le-bruit-de-la-nuit-a-change.html • Tempêtes et brouillards de Caroline Dorka-Fenech aux éditions De La Martinière https://lagriffenoire.com/tempetes-et-brouillards.html • Rosa dolorosa de Caroline Dorka-Fenech aux éditions Livre de Poche https://lagriffenoire.com/rosa-dolorosa.html • de l'eau dans ton vin de Olivia Leray aux éditions Fayard https://lagriffenoire.com/de-l-eau-dans-ton-vin.html • Rugby : mourir fait partie du jeu de Philippe Chauvin aux éditions du Rocher https://lagriffenoire.com/rugby-mourir-fait-partie-du-jeu.html • le sel de la vie : Lettre à un ami de Françoise Héritier aux éditions Odile Jacob https://lagriffenoire.com/le-sel-de-la-vie-collector.html • Histoire de France à pleines dents de Stéphane Hénaut et Jeni Mitchell aux éditions Tallandier https://lagriffenoire.com/histoire-de-france-

+ Lire la suite

Citations et extraits (63) Voir plus Ajouter une citation
Du moment où il fut chef d'État, on connaît son emploi du temps au jour le jour, le nombre de chapeaux que lui confectionna Poupart (entre cent soixante et cent soixante-dix) ou de culottes qu'il emporta à Saint-Hélène (dix-neuf), la couleur de ses yeux (gris-bleu) et de ses cheveux (châtains), sa taille (entre 1m68 et 1m69) et mille autres détails encore. On sait que son sourire conquérait jusqu'à ceux qui ne l'aimaient pas ; que sa voix pouvait être douce puis impérieuse ; qu'il savait feindre la colère et pouvait se laisser parfois déborder par elle. Il mangeait vite, chantait faux, prenait des bains très chauds, montait moyennement à cheval, aimait l'opéra italien, ne fumait pas mais priait, dormait lorsqu'il le voulait (environ sept heures par jour), plaçait sa main droite dans son gilet (geste banal pour l'époque mais qu'il a immortalisé), jetait par la fenêtre les livres qui l'ennuyaient, préférait une tenue modeste aux chamarrures qui l'auraient mis au même niveau que ses subordonnés. Il écoutait parfois avant d'ordonner. Il finit par ordonner sans avoir entendu ceux qu'il ne considérait plus comme ses conseillers mais comme des exécutants. Il détestait les longs discours, aimait que ses décisions fussent exécutées sans perte de temps. Il travaillait beaucoup sur tous les sujets sans en négliger aucun, entrant souvent dans le détail des nombreux dossiers qui transitaient par son cabinet. Il calligraphiait mal, prenait parfois un mot pour un autre mais dictait bien ce qu'il voulait écrire, parfois à plusieurs secrétaires en même temps.

(Prologue, page 9)
Commenter  J’apprécie          581
Après les dix premières années de la Révolution, les élites françaises tentaient de retisser la société, l'État tardait à se réorganiser et les anciennes monarchies attendaient le moment propice pour mettre un terme à la contagion des idées nouvelles, mère de l'expansionnisme français. C'est alors qu'une coalition de républicains modérés, d'idéologues, de "monarchistes sans roi" et d'hommes d'affaires s'empara du pouvoir en s'appuyant sur un jeune général ambitieux et populaire. Quatre ans et demi plus tard, Bonaparte restait seul aux commandes, entouré de ses alliés d'hier qui s'étaient pliés à sa puissante volonté.
Commenter  J’apprécie          570
Le rapport d'autopsie d'Antommarchi montre que si l'Empereur n'est pas directement mort du cancer ("squirre du pylore", selon le texte) ou de l'ulcère perforé, bouché par le foie, dont il souffrait, il fut lentement affaibli par une hémorragie interne qu'aggrava un traitement inapproprié à base de mercure [des grains de calomel] prescrit par le docteur anglais Arnott, [quelques jours avant le décès de Napoléon] contre l'avis [d'Antommarchi]. Les causes de sa mort font ainsi peu de doutes.

(Page 646)
Commenter  J’apprécie          570
Nous considérons le Premier Empire selon deux points de vue, certes liés, mais qui ne se confondent pas : l'ambition de Napoléon de créer un "système" hégémonique en Europe d'une part, son œuvre de stabilisation et de construction institutionnelle et sociale, en France et hors de France, d'autre part. S'il n'est pas resté grand-chose du premier dessein à la chute de l'empire (c'est tout à fait frappant pour la France, mais pas seulement pour elle), le second a constitué un héritage pérenne.

(Avertissement général, page 9)
Commenter  J’apprécie          526
A son apogée en 1920, l'Empire britannique, encore agrandi par les traités de paix, dominait le quart de la population mondiale et le quart des terres émergées, soit 540 millions de sujets répartis sur 33,5 millions de kilomètres carrés.
Quel sujet d'Albion n'aurait alors souscrit à la fière affirmation inscrite dès 1898 par la Poste canadienne sur ses timbres de Noël: "Nous possédons le plus vaste Empire qu'il en fut jamais?"
Lequel aurait pu imaginer qu'à peine un quart de siècle plus tard l'Union Jack commencerait à être replié sur tous les continents et tous les océans?
Commenter  J’apprécie          210
Sait-on que sur les 2281 articles d'origine, promulgués par le Premier consul le 21 mars 1804, près de la moitié est encore en vigueur ? À travers leur application et l'acceptation de leurs prescriptions, comme Monsieur Jourdain avec la prose, nous faisons en permanence "du Napoléon" sans le savoir.
De lui, nous avons aussi hérité les principes généraux de l'État, de son administration, des finances publiques (mais sa fiscalité était moins omniprésente et touffue que l'actuelle, avec moins de 15% de prélèvements obligatoires), de l'organisation judiciaire, du maillage des chambres de commerce et d'agriculture, de l'agrégation des enseignants en un seul corps, de la prééminence du droit du sol en matière de nationalité. Les lycéens rêvent encore à son baccalauréat et les moins jeunes arborent sa Légion d'honneur ou ses Palmes académiques. Plus prosaïquement encore, nous lui devons la création des pompiers de Paris, des premières vaccinations de masse (contre la variole), du numérotage des rues, de l'obligation de balayer devant sa porte ou d'enterrer nos morts à six pieds sous terre.
Commenter  J’apprécie          110
Alors qu'Hitler a été englouti dans les ruines de son Reich, que Mussolini n'a pas refondé son Empire romain de pacotille, que Lénine et Staline n'ont jamais rempli le programme initial de leur révolution mais ont en revanche copieusement massacré leur peuple, Napoléon a fondé. Durablement.
Commenter  J’apprécie          120
Attribuer le qualificatif de "napoléoniennes" aux guerres de 1800 à 1815, pour être commode et habituel, n'en est pas moins trompeur : le chef d'État français continua pour l'essentiel les guerres de l'Ancien Régime et de la Révolution. Il ne fut donc pas responsable de toutes celles qui survirent sous son gouvernement. À y regarder de près, seule celle d'Espagne de 1808-1813 peut lui être imputée sans réserve. Les autres furent les conséquences des rivalités nées tout au long des décennies précédentes (pour ne pas dire les siècles), exacerbées par la Révolution.
Commenter  J’apprécie          90
Moniteur universel : Le 8 décembre 1799, Le Moniteur universel devient le "journal officiel du gouvernement", soit le seul quotidien à bénéficier des informations données par le pouvoir exécutif et les organes administratifs. Fondé par le libraire Panckoucke en 1789, passé l'année suivante entre les mains de son gendre Agasse qui continua à l'imprimer..., il resta toujours une feuille privée.
Commenter  J’apprécie          90
Explorer l'histoire, c'est comme voyager dans un pays dont on ne peut comprendre qu'avec peine la langue, les codes et les mœurs. L'idée de gloire fait partie des surprises de l'explorateur des XVIIIe et XIXe siècles. Elle ne signifie plus grand-chose aujourd'hui et n'est plus guère prise au sérieux que sous la plume des journalistes sportifs. Tout juste si l'on peut avoir son "heure de gloire", avatar du quart d'heure warholien de célébrité, pas davantage. Elle était pourtant au cœur de la société de l'Ancien Régime, de la Révolution et de l'Empire. C'est on ne peut plus sérieusement que Napoléon écrivait un jour de décembre 1804 au général Lauriston : "Vivre sans gloire, c'est mourir tous les jours."
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Thierry Lentz (485)Voir plus

Quiz Voir plus

Le jeu des je, en chansons (2)

Qui chantait : "Je le cherche partout Où est donc passé ce chien Il va me rendre fou" ?

Charles Aznavour
Daniel Balavoine
Nino Ferrer
Jeanne Moreau
Boby Lapointe
Yves Montand
Serge Reggiani

14 questions
31 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanteur , musique , nostalgie , chanson françaiseCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..