AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.16 /5 (sur 43 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Montaut , le 19/04/1962
Biographie :

Michel Goya est un ancien colonel des troupes de marine, enseignant et auteur français, spécialisé dans l'histoire militaire et l'analyse des conflits.

Il fait la préparation littéraire au concours d'entrée à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr au lycée militaire d'Aix-en-Provence de 1980 à 1983. Il obtient son DEUG de lettres modernes à la faculté d'Aix-en-Provence en 1983.

Il reprend ses études plus tard, obtenant son diplôme d’état-major et son certificat militaire de langue anglaise du 2e degré en 2000, puis son brevet d’études militaires supérieures technique (BEMS/T) en 2003. Il fait partie de la promotion 2003-2004 du Collège interarmées de Défense (École de guerre) à l’École militaire à Paris. Il soutient son DEA en histoire moderne et contemporaine en 2003, puis son doctorat en histoire moderne et contemporaine en 2008 (à Paris-IV).

Engagé dans l'armée de Terre en 1983, il intègre le groupement de qualification des sous-officiers à l'École d'application de l'infanterie de Montpellier de 1983 à 1984. Il passe au grade de chef de bataillon en 2001.

Il a longtemps servi en unité de combat et participé à plusieurs opérations extérieures en Afrique et dans les Balkans avant de rejoindre le Centre de doctrine d'emploi des forces (CDEF) à l’École militaire, en 2004, où il a étudié les conflits au Moyen-Orient pendant trois ans. Il est promu au grade de colonel en 2009.

Son travail de recherche universitaire sur l’armée française et l’invention de la guerre (publié sous le titre "La Chair et l’Acier") a obtenu en 2003 le prix d’histoire militaire du Centre d’études d’histoire de la Défense.

Il a été Consultant pour la BBC en 2006 pour le film "The Somme : from defeat to victory".

Il est marié et père de trois enfants.

+ Voir plus
Source : www.canalacademie.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Michel Goya   (12)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

À l'occasion de l?examen par le Conseil constitutionnel de la loi « anticasseurs », jeudi 4 avril, Mediapart Live revient sur la répression accrue des mouvements sociaux dans le pays. Avec Arié Alimi, avocat, Ligue des droits de l?homme ; David Dufresne, journaliste, initiateur d?« Allô place Beauvau » ; Michel Forst, rapporteur spécial des Nations unies ; Michel Goya, ex-colonel de l?armée française ; John, du collectif « Désarmons-les » ; Milfet Redouane, fille de Zineb Redouane, morte à la suite d?un tir de grenade lacrymogène ; Laurent Thines, neurochirurgien, lanceur d?une pétition pour un moratoire sur les armes sublétales. ? Abonnez-vous à Mediapart : https://www.mediapart.fr/abonnement ? Tous les lives de Mediapart : https://www.mediapart.fr/studio/videos/emissions/mediapart-live ? Abonnez-vous à la chaîne YouTube de Mediapart : https://www.youtube.com/user/mediapart

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
migdal   02 novembre 2018
Les Vainqueurs : Comment la France a gagné la Grande Guerre de Michel Goya
Cet effort humain gigantesque, cette évolution prodigieuse, toutes les armées qui défilent ce 14 juillet 1919 les ont connus mais aucune à cette échelle. L'armée française de 1918 est la plus moderne du monde. L'industrie automobile et aéronautique qui la soutient est alors la plus performante. Non seulement les chars Renault ou les avions Breguet sont ce qui se fait de mieux, mais, et peut-être surtout, ils sont présents en quantités que personne ne peut égaler. Les fantassins français de 1918 ne marchent plus sur de longues distances comme sous le soleil d'août 1914, ils sont transportés par une flotte de camions plus importante que celles de toutes les autres armées du monde réunies.

Ils communiquent grâce à un réseau de transmissions par télégraphie sans fil, quasiment inexistant au début de la guerre mais qui irrigue désormais tout, jusqu'à l'intérieur des chars et des avions, avec des équipements qui ont techniquement des années d'avance sur tous les autres.
Commenter  J’apprécie          240
migdal   04 novembre 2018
Les Vainqueurs : Comment la France a gagné la Grande Guerre de Michel Goya
Lorsque le 20 novembre 1917 Georges Clemenceau, président du Conseil et ministre de la Guerre, se présente devant les députés pour prononcer son discours d'investiture, l'heure est grave. La France est en guerre depuis plus de trois ans et aucune issue victorieuse n'est en vue. Plus d'un million d'hommes, chiffre inouï, ont disparu, tués ou prisonniers. Dix départements et deux autres millions de Français vivent sous l'occupation allemande. La dernière grande opération française, lancée en avril en Champagne par le général Nivelle, a été un désastre, à l'origine d'un profond découragement des soldats et de leur défiance vis-à-vis du commandement. Pendant des semaines, des dizaines de divisions se sont mises en grève, jusqu'à ce que le nouveau général en chef Pétain recrée une confiance qui paraît encore fragile. Les civils sont lassés eux aussi de ces souffrances qui durent. Les grèves se multiplient dans les industries. Les socialistes de la SFIO sont de

plus en plus sensibles à une paix « blanche », retour à la situation d'avant août 1914, et réticents à participer à un gouvernement. Trois ministères sont tombés entre mars et novembre.



1917 est une année noire dans une guerre sombre et 1918 ne s'annonce pas forcément mieux. Certes, les États-Unis ont déclaré la guerre aux Puissances centrales le 6 avril, mais leur armée ne comptera vraiment en France au mieux qu'au printemps 1918, plus probablement à l'été. Surtout, l'allié russe s'effondre. Le pouvoir est aux mains des bolcheviques et l'armée russe se désagrège. Le temps est proche où la Russie quittera la guerre et où toutes les forces de l'Allemagne pourront se retourner contre les Français et les Britanniques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
migdal   01 novembre 2018
Les Vainqueurs : Comment la France a gagné la Grande Guerre de Michel Goya
Quelques jours après la signature de la paix avec l'Allemagne, le 28 juin 1919, c'est à Paris qu'est d'abord célébrée la victoire et par le défilé militaire du 14 Juillet le plus impressionnant qui ait jamais existé.

...



Pour quiconque a vu le départ des « pioupious » de 1914 en pantalon rouge et capotes bleues, le contraste est saisissant. L'armée française de 1918 est plus sobre mais plus impressionnante en casque d'acier et accompagnée de toutes ces armes dont personne n'aurait imaginé l'emploi quatre ans plus tôt : avions, automitrailleuses, canons lourds, chars, enfin, qui ferment le défilé. Cette armée française, organisation géante de quatre millions d'hommes, s'est transformée en quelques années avec une vigueur et une vitesse qu'aucune autre institution du pays, publique ou privée, ne parviendra à égaler par la suite. Le changement a été radical.
Commenter  J’apprécie          200
migdal   06 novembre 2018
Les Vainqueurs : Comment la France a gagné la Grande Guerre de Michel Goya
En 1918, Foch a le même âge que Gamelin en 1940. Il est probable qu'avec le premier à la place du second en 1940, les choses se seraient déroulées très différemment. L'action de la seule lre brigade française libre à Bir Hakeim deux ans plus tard montrera ce que l'on pouvait faire avec les ressources humaines et matérielles de 1940. La victoire était possible, on ne l'a pas voulu de la même façon qu'en 1918.
Commenter  J’apprécie          200
migdal   03 novembre 2018
Les Vainqueurs : Comment la France a gagné la Grande Guerre de Michel Goya
La France est le principal théâtre de la guerre et l'armée française y est l'armée majeure. De mars 1918 à l'armistice du 11 novembre, c'est cette «armée des poilus » qui a le premier rôle dans cette coalition et lorsqu’on accepte enfin un commandement unique, nul ne conteste qu'elle soit commandée par un Français, Ferdinand Foch, et que ce soient lui et les Français de son état-major qui définissent la stratégie. Après Foch, c'est Pétain, à la tête de l'armée principale, qui donne forcément le ton. Les deux sont de caractères aussi opposés que possible mais de la dialectique de l'audace de l'un et de la prudence de l'autre naît une stratégie finalement plus cohérente que celle de l'ennemi. De la même façon, sur le théâtre des Balkans, c’est un autre Français, Franchet d'Espèrey, qui conçoit et conduit la percée de Macédoine à la tête des Armées alliées d’0rient. Cette brillante manœuvre où les soldats français sont encore en tête aboutit à la capitulation de la Bulgarie et contribue à celle des Empires austro-hongrois et ottoman, laissant l'Allemagne sans aucun espoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
migdal   05 novembre 2018
Les Vainqueurs : Comment la France a gagné la Grande Guerre de Michel Goya
le 20 novembre 1917 ... Clemenceau annonce à la tribune :

« Nous nous présentons devant vous dans l'unique pensée d'une guerre intégrale. [...]



Nous avons de grands soldats d'une grande histoire, sous des chefs trempés dans les épreuves, animés aux suprêmes dévouements qui firent le beau renom de leurs aînés. Par eux, par nous tous, l'immortelle patrie des hommes, maîtresse de l'orgueil des victoires, poursuivra dans les plus nobles ambitions de la paix le cours de ses destinées.



Ces Français que nous fûmes contraints de jeter dans la bataille, ils ont des droits sur nous. Ils veulent qu'aucune de nos pensées ne se détourne d'eux, qu'aucun de nos actes ne leur soit étranger. Nous leur devons tout, sans aucune réserve. Tout pour la France saignante dans sa gloire, tout pour l'apothéose du droit triomphant. […] Droits du front et devoirs de l'arrière, qu'aujourd'hui tout soit donc confondu. Que toute zone soit de l'armée. [...]



Un jour, de Paris au plus humble village, des rafales d'acclamations accueilleront nos étendards, vainqueurs, tordus dans le sang, dans les larmes, déchirés des obus, magnifique apparition de nos grands morts. Ce jour, le plus beau de notre race, après tant d'autres, il est en notre pouvoir de le faire. Pour les résolutions sans retour, nous vous demandons, messieurs, le sceau de votre volonté. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Caropego   18 juin 2014
Sous le feu : La mort comme hypothèse de travail de Michel Goya
Combattre, c'est d'abord pénétrer dans un monde qui ne mesure guère plus de quelques centaines de mètres de large et un moment qui ne dure le plus souvent que quelques heures. Ce monde nouveau est une brèche dans l'espace habituel de nos perceptions. C'est un endroit sur-réel où, par tous ses sens, il faudra absorber en quelques minutes les émotions de plusieurs années de vie moyenne.
Commenter  J’apprécie          70
liberliger   11 février 2016
Irak : Les armées du chaos de Michel Goya
Les pertes américaines en Irak sont en moyenne de deux tués et quatorze blessés par jour, soit un taux très inférieur à celui de la guerre du Vietnam (vingt morts par jour pendant sept ans) ou même au nombre de meurtres aux États-Unis (une soixantaine par jour). Par comparaison, et toutes proportions gardées, la guerre d'Algérie (9,6 tués par jour pendant sept ans) a été trente fois plus meurtrière pour la France de l'époque que pour les Américains d'aujourd'hui. [...]Par ailleurs, la grande majorité des tués (79%) sont des soldats d'active et de race blanche (75%), contrairement à certaines idées reçues.
Commenter  J’apprécie          60
liberliger   10 février 2016
Irak : Les armées du chaos de Michel Goya
En introduisant en Irak, mais aussi en Afghanistan, des objectifs de guerre totale, comme la mise en place d'une démocratie pluraliste, les Américains ont créé des "anticorps" conservateurs particulièrement virulents et qui ont su s'adapter à l'art occidental de la guerre moderne. Malgré deux milliards de dollars dépensés par semaine, les Occidentaux sont clairement impuissants en Irak.
Commenter  J’apprécie          50
Bigmammy   26 avril 2014
L'invention de la guerre moderne de Michel Goya
Pendant la première guerre de mouvement, en 1914, à la 13eme DI, il faut en moyenne cinq jours de combat pour perdre un homme dans une batterie d'artillerie, alors que ce délai est de trois heures dans une compagnie d'artillerie ; pendant les années de guerre de position, les chiffres respectifs sont cinquante jours et douze heures.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Chansons et mélodies populaires

Andy dit moi oui ...

Matmatah
Louise Attaque
Les Rita Mitsouko
Noir Désir

23 questions
24 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur