AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

J.-C. Lattès

Maison d'édition française, les éditions Jean-Claude Lattès (JC Lattès) ont été créées en mai 1968 par Jacques Lanzmann et Jean-Claude Lattès. La parution de livres d'actualité était alors la priorité. Aujourd'hui, diverses collections sont présentes, permettant un large catalogue, des Beaux-Livres aux Aventures de la connaissance en passant par la littérature française et étrangère.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de J.-C. Lattès



Dernières parutions chez J.-C. Lattès


Dernières critiques
ThecosmicSam
  23 novembre 2017
D'après une histoire vraie de De Vigan-d
Dur dur de rédiger cette chronique car ce livre m’a laissé une sensation quelque peu ambivalente. Commençons par ce que j’ai aimé.

J’ai beaucoup apprécié la trame de l’histoire et son incroyable ingéniosité. Delphine de Vigan s’intéresse avec ce livre à l’attrait de la réalité sur le lecteur, à sa force sur la fiction. Elle s’efforce pour le démontrer à constamment brouiller les pistes entre fiction et réalité. On ne sait plus du tout si ce livre est une autobiographie et relate ce qui est vraiment arrivé à l’auteure ou si cela est inventé en totalité ou en partie seulement, et cela relève du génie! C’est très intéressant à lire et étudier. Le roman est ponctué de réflexions autour du fait divers, de l’écriture de soi et du rôle de l’écrivain. Forcément on est obligé de s’interroger en tant que lecteur : est-on plus attiré par ce voyeurisme de l’histoire vraie? Y accorde t-on plus d’importance que la fiction? L’oublie t-on moins vite? Force est de constater que cela a un rôle évident sur nos choix.

Au fur et à mesure, on se laisse emporter par l’histoire vécue entre Delphine et L. cette mystérieuse femme sortie de nul part et au rôle dévastateur. Le livre devient alors un thriller psychologique qui aurait pu être complètement prenant mais qui ne l’est pas tout à fait.

Je m’explique : j’ai trouvé le « milieu » du livre assez long, les conversations entre Delphine et L. trop répétitives.

Cette attente crée une atmosphère particulière et il en découle un certain suspense, mais je me suis ennuyée à certains moments, ce qui est vraiment dommage vu la qualité du livre par ailleurs. Le rythme est donc le gros défaut de « D’après une histoire vraie » selon moi. D’autant plus qu’il ne se passe finalement pas grand chose et que tout reste centré sur un aspect psychologique (par ailleurs intéressant comme je le disais plus haut).

La fin m’a laissé très songeuse. Je pense que de nombreuses interprétations sont possibles, mais j’aurais aimé être plus aiguillée pour savoir que comprendre réellement (je suis peut-être que la seule à ne pas avoir bien saisi haha rassurez-moi et dites moi que non).

En bref : Un livre très bien écrit dont l’originalité est manifeste mais qui m’a un peu déçu par son rythme étant donné les critiques dithyrambiques que j’en avais lu par ailleurs.
Lien : https://thecosmicsam.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Retter
  23 novembre 2017
Le presbytère de Ariane Monnier
Voilà une lecture particulièrement déstabilisante.

Il s'agit de l'histoire d'une famille menée d'une main de fer par le père, pétri de grands principes qu'il tente de mettre en place au nom du savoir, de l'éducation et de l'élévation de l'âme. Sauf que, même s'il pense peut-être bien faire, l'homme instaure tout ça par le biais de la rigidité aveugle et de la violence.

Et là-dedans, il faut ajouter l'arrivée de Tanguy, un jeune homme que le père de famille va prendre sous son aile sans jamais voir et/ou admettre que le garçon a de sérieux problèmes émotionnels qui le poussent à de sérieuses dérives sexuelles.

Entre violence psychologique et physique, viols sur mineurs, manipulation et autres joyeusetés, le roman dépeint toutes les atrocités cachées derrière le masque d'une famille parfaite.



Le style est très particulier car l'auteure traite ce sujet très lourd avec un détachement absolu, le narrateur étant totalement extérieur au récit et n'utilisant qu'un discours très sobre, sans aucun détail et très riche en ellipses. Néanmoins, si ce style m'a empêché de rentrer à 100% dans l'histoire et de m'attacher aux personnages, je reconnais un réel talent à Ariane Monnier pour nous faire comprendre les horreurs qui se déroulent sans jamais les exprimer avant la toute fin, ce qui est un exercice difficile mais très bien exécuté ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Sharon
  23 novembre 2017
Origine de Brown Dan
Ce nouveau roman de Dan Brown a un gros avantage : il se lit très facilement. Les pages se tournent toutes seules, parce que l'on a envie de savoir comment cela va se terminer. Il apporte un véritable plaisir de lecture.

Maintenant.... il ne faut pas trop réfléchir lors de cette lecture, même si certains questionnements, certains positionnements sont intéressants.

Nous retrouvons, d'un livre à l'autre, le même schéma : Langdon se retrouve impliqué dans une affaire qui le dépasse, qui dépasserait à vrai dire n'importe qui, et est obligé de prendre la fuite avec une jeune femme splendide qui, pour une fois, n'est pas une scientifique mais une artiste. Elle n'a pas d'enfants, et ne peut pas en avoir, thème récurrent dans les derniers romans de Dan Brown. Les descriptions sont parfois fort longues, et, finalement, Langdon subit plus qu'il n'agit - un contemplatif que ce scientifique.

Un livre pour les fans et pour ceux qui aiment les romans policiers divertissants.
Commenter  J’apprécie          60