AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Editions De Borée

Les éditions de Borée ont été fondées en 1989 avec une vocation régionaliste, publiant des ouvrages liés à l`Auvergne. Elle publie désormais plus largement des livres de poche et de littérature.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Editions De Borée



Dernières parutions chez Editions De Borée


Dernières critiques
MellysBook
  05 juin 2020
Promenade dans mon Auvergne de Daniel Brugès
L'Auvergne est une région que j'aimerai beaucoup visiter et je l'ai un peu fait grâce à ce livre.



J'ai beaucoup aimé comment l'auteur nous fait visiter ses petits coins de sa région. Je l'ai suivi, comme on suit un guide touristique avec des yeux éblouis par la beauté de ses croquis et la tête et le cœur remplis d'informations. J'ai été plongé dans la vie de tous les jours avec des anecdotes, des gens bien réels et aussi des petites histoires du passées.



Ce carnet de bord, nous entraîne dans une Auvergne magnifique, surprenante et colorées. Le talent de l'auteur pour nous reproduire à l'aquarelle les paysages, monuments et personnages est vraiment incroyable. Je ne suis pourtant pas spécialement fan de cette technique, mais je me suis laissée aller à la rêverie, admirative du travaille réaliser.



En bref: Ce livre est un dépaysement total au pays Auvergnat. J'ai découvert cette belle région, installée confortablement chez moi et cela me confirme que je dois visiter ces endroits magnifiques !
Lien : http://mellysbook.kazeo.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LightandSmell
  05 juin 2020
Anouchka des Landes de Alain Paraillous
C’est un très beau roman que nous propose ici Alain Paraillous qui s’est inspiré d’une histoire vraie, celle d’une femme hors du commun surnommée par un de ses amis, également fidèle lecteur de l’auteur, Anouchka des Landes.



Toute la vie d’Anouchka est parsemée de drames, mais c’est aussi une belle ode à l’espoir, au courage, à la liberté et à la puissance d’une âme qui s’est toujours refusée à courber l’échine. Orpheline dès son plus jeune âge, ses parents tout deux victimes du régime stalinien qui avait vite fait de considérer ses propres compatriotes comme des ennemis, elle sera heureusement recueillie par la Mamounette, un peu guérisseuse, un peu sorcière.



Rien ne destinait la jeune Russe a finir dans un village des Landes, si ce ne sont les facéties d’un destin plaçant sur la route de la jeune femme de multiples épreuves dont elle saura toujours se relever : la mort de ses parents adorés dans des circonstances difficiles, la trahison, la persécution, le mépris d’un village qui ne voit en elle qu’une sauvage recueillie par une vieille femme que l’on tolère pour ses dons mais qu’on préfère éviter, la méchanceté des autres enfants, la jalousie aussi, la solitude qui devient, au fil du temps, une solide et appréciée alliée, le communisme comme épée de Damoclès, puis la Seconde Guerre mondiale, la mort, le nazisme…



Romanesque et digne d’un (grand film), la vie d’Anouchka le fut assurément ! Ce fut un plaisir, voire un honneur, de partager durant le temps d’un roman les bons comme les mauvais moments d’une personne que l’on voit grandir et devenir une femme hors du commun, une femme forte, ancrée dans sa terre d’adoption, et fidèle aux valeurs inculquées par sa Mamounette qui a connu son propre lot de malheurs. Cette mère d’adoption a aimé dès les premiers instants cette petite fille tombée de nulle part, parfois maladroitement, mais toujours avec dévouement. La relation entre les deux femmes, qui m’a beaucoup touchée, a indubitablement contribué à la belle personne qu’est devenue Anouchka.



Celle-ci, à force de courage, d’un travail acharné, de pugnacité et d’une envie de prouver sa valeur, a gravi les échelons et fait fonctionner ce fameux ascenseur social qui semble en panne de nos jours. Devenue institutrice, elle a ainsi gagné ce respect dont on l’a privée durant toute sa jeunesse… Et du respect, difficile de ne pas en avoir pour cette femme de caractère qui, en plus d’être brillante, n’hésitera pas à prendre des risques et mettre sa vie en danger pour soutenir la résistance.



Car si l’auteur nous plonge avec brio dans la vie d’Anouchka, il n’en occulte pas pour autant de partager le contexte historique dans lequel elle a grandi et évolué. Des atrocités du régime stalinien à la Seconde Guerre mondiale, on fait donc une petite remontée dans le temps et l’on redécouvre ces faits historiques que l’on connaît tous et qui font toujours aussi froid dans le dos : purge stalinienne, occupation, privation, persécution des juifs, dénonciation, opportunisme de certains qui profitent de la situation pour s’enrichir, l’après-guerre et ses tristes dérives…



Mais dans toute cette obscurité, il y a également de la lumière : la solidarité, l’amour, la bonté et le courage d’hommes et de femmes qui feront de leur mieux pour résister face à la barbarie et ramener la paix dans un monde parti en déliquescence… À cet égard, j’ai été particulièrement touchée par quatre personnages : un résistant qui a tout quitté pour lutter contre le nazisme, l’ancien professeur et mentor d’Anouchka durement touché par la guerre, le maire du village, mais aussi un homme d’Église, tous refusant de baisser les bras devant la situation et le barbarisme. Ils seront une belle source d’inspiration et d’aide pour notre héroïne. .



Quant à la plume de l’auteur, je l’ai trouvée fluide, agréable et immersive. Bien que nous soyons loin d’être dans un thriller, j’ai ressenti le même côté addictif lors de ma lecture, peut-être parce que je me suis tellement attachée à Anouchka qu’il m’était difficile de ne pas tourner avidement les pages pour suivre sa vie riche en péripéties et en émotions. J’ai ainsi eu souvent peur pour cette femme courageuse qui, fidèle à ses valeurs et d’une surprenante liberté d’esprit pour l’époque, fait partie de ces personnes qui ne demandent pas le respect, mais qui l’imposent par leur personnalité et leur bravoure.



Du tragique bien sûr, le stalinisme et la Seconde Guerre mondiale ne pouvant que laisser des traces dans une vie, mais aussi beaucoup de beauté, d’amour et de pugnacité dans ce roman qui dépeint avec réalisme et de manière touchante le destin d’une petite fille Russe devenue une femme forte et inspirante. Roman d’aventures, par certains aspects, d’amour au sens large, mais surtout roman de vie, et quelle vie ! Si vous aimez les romans mêlant brillamment grande et petite histoire, ce livre est fait pour vous. Attendez-vous à vibrer et à tressaillir aux côtés d’une femme qu’une fois rencontrée, il s’avère bien difficile d’oublier !
Lien : https://lightandsmell.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Valmyvoyou_lit
  05 juin 2020
Les bonheurs de Céline de Christian Laborie
C’est un déchirement pour Céline de quitter le mas de son enfance. Le domaine a vu passer plusieurs générations, souvent en même temps, des enfants y sont nés, des êtres chers y sont morts. C’est la maison des joies, d’une vie de travail, des drames, du bonheur… elle représente la mémoire de sa famille.





Catherine, la fille de Céline, a décidé, qu’après son accident cardiaque, sa mère de soixante-quinze ans ne pouvait plus vivre seule. Aussi, sa dernière demeure sera la maison de retraite Les Heureux. Même si elle se sent encore pleine d’énergie, Céline accepte. Elle ne veut pas déranger et ne veut pas que ses enfants s’inquiètent pour elle. Elle est comme cela : elle privilégie le bien-être de ses proches à ses aspirations et sait s’accommoder de toutes les situations. En secret, elle écrit ses mémoires et ses pensées, dans un cahier d’écolier, afin de laisser une trace d’elle et pour transmettre son goût du bonheur.





Deux voix s’entremêlent : celle de l’héroïne, écrite à la première personne, ancrée dans le présent, et celle d’un narrateur extérieur, rédigée au passé, ce qui permet de les distinguer aisément.





Céline relate ses souvenirs, dans le désordre, au fur et à mesure qu’ils s’imposent à elle. Elle décrit une vie de labeur, mais heureuse, remplie de bonheurs et de drames. Elle revient sur ce qui a composé son existence : ces évènements beaux et forts et ceux difficiles. Elle n’en parle pas avec tristesse. Elle a vécu toute sa vie, avec intensité. Elle dépeint le quotidien et les traditions des décennies précédentes, elle se remémore les deux guerres et leurs tragédies, son mariage, la naissance de ses enfants, l’enfant et la femme qu’elle a été. Elle donne aussi ses impressions sur les nouvelles technologies. L’histoire se déroule au milieu des années 70 et ce qui m’a amusée a été de constater que la manière d’appréhender les nouveautés (télévision, téléphone) n’est pas différente à notre époque, ce sont les mêmes appréhensions et les mêmes regrets.





Céline est une femme généreuse[…]





La suite sur mon blog...






Lien : https://valmyvoyoulit.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90