AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Editions ActuSF


Livres les plus populaires voir plus


Collections de Editions ActuSF



Dernières parutions chez Editions ActuSF


Dernières critiques
Liboveok
  05 juillet 2022
Meute de Karine Rennberg
Bleu éternité, vert prairie, violet lilas, jaune mimosa...



Il est parfois compliqué de retranscrire son avis et c'est totalement ce qu'il m'arrive avec Meute par peur de ne pas décrire mon ressenti à sa juste valeur ou de ne pas réussir à dévoiler suffisamment l'âme du roman.



Meute est un roman vraiment original et assez atypique. Il sort et de ma zone de confort et des romans qu'on peut lire habituellement et franchement qu'est-ce que j'ai aimé ça !



Tout d'abord, meute possède une narration très particulière mais qui se démarque des autres romans. À la deuxième personne, on suivra trois personnages, tous hauts en couleurs, tous différents, tous atypiques.



Ces protagonistes sont vraiment le point fort du roman. On ne suit pas une intrigue de dingue avec des actions incroyables. On suit des personnages à la psychologie intéressante, qui ont tous un passé, parfois plus compliqué que d'autres et franchement qu'est-ce qu'ils sont excellents !



Il est d'ailleurs super compliqué de savoir lequel préférer. Calame est celui qui apporte le plus de beauté mais aussi de tristesse à l'histoire. C'est le poète visuel, l'artiste qui nous prend aux tripes. En mode, il nous prend les tripes mais peut aussi nous les boxer bien fort : Nathan. C'est sûrement le personnage qui a le plus évoluer dans le livre et qui a eu une des meilleurs évolutions que j'ai pu lire jusqu'ici. Et enfin, probablement mon préféré mais je me tâte encore : Val. Personnification de la loyauté, de l'amitié sincère, fidèle et profonde, je l'ai vraiment adoré. Déjà il aime lire, puis il est muet, et en plus asexuel / aromantique (chose qu'on ne voit que très peu). Clairement c'est une brochette de personnages qu'on n'a jamais vu et qui fonctionne à la perfection !



J'avoue qu'il est vraiment très dur d'être objective avec ce livre parce qu'en plus d'avoir envoûté pas mal d'autre booksta, il m'a également prise dans ses filets ! Ça se lit vraiment super bien malgré une petite lenteur que j'ai vu venir en milieu de roman mais qui a très vite disparue. La plume est super fluide et entraînante.



De plus, l'Autrice n'a clairement pas fait les choses à moitié puisqu'on n'est pas dans une urban fantasy classique. Déjà le côté loup-garou (oui parce qu'on suit des lycanthropes) n'est pas du tout comme ce qu'on peut retrouver habituellement chez nos amis twilight & CO. On est dans un univers de post-apo très peu exploité certe mais qui apporte une certaine originalité. Il est la pour mettre les bases et permettre à nos personnages d'évoluer dans un monde dur. Vraiment très dur.



En effet, il peut y avoir beaucoup de violence dans ce livre. Il y a des combats d'arène allant jusqu'à ce que le sang coule voir pire. Ces passages apportent énormément de relief au récit mais restent tout de même des trigger warning à avoir en tête en voulant lire le roman !



En bref, coup de cœur pour ce roman, si ce n'est coup de foudre ! La différence ? J'en sais rien mais coup de foudre ça claque ! J'ai tellement aimer ce livre si atypique mais si beau, si poignant, si fort. Il nous fait traverser une multitude d'émotions, peut nous serrer le cœur tout en nous montrant la lumière parmi les ombres. L'Autrice a su me convaincre et par sa narration à la deuxième personne, et par sa plume et par son inventivité. Les personnages sont exceptionnels et vraiment recherchés (en plus d'être LGBT !), ils sont touchants et forts. Même l'univers m'a carrément emballé avec ce background post apo et ce système de gang / d'arènes. Franchement si vous n'avez pas encore lu ce roman, foncez !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
chantal13
  04 juillet 2022
Cemetery Boys de Aiden Thomas
Je remercie ActuSF et l’auteur pour ce service presse papier.



Quand la maison d’édition m’a proposer ce livre, j’avoue que j’étais curieuse, car cette histoire qui parle de transidentité est originale.



« Ne porte pas mon deuil,

Parce que si tu me pleures

Ta douleur m’afflige,

Mais si tu chantes pour moi

Je vivrais à jamais,

Et jamais mon esprit ne mourra » (La Martiniana, chanson populaire mexicaine)

Alors que tout le désigne bruja, une femme capable de soigner, Yadriel sait au plus profond de lui-même qu'il est un brujo. Il est donc destiné à communiquer avec les esprits. Mais comment l'expliquer à sa famille qui se heurte aux apparences ? Comment imposer sa nouvelle identité sans briser les liens ? Pas simple, en vérité !



« - Il ne peut pas choisir d’être un burjo…

- Ce n’est pas un choix. C’est ce qu’il est... »



Issu d'une longue lignée de brujx, où les hommes sont des brujos capables de rappeler les esprits et les femmes sont des brujas aux pouvoirs guérisseurs, Yadriel a du mal à trouver sa place au milieu des siens. Gay et trans, personne n'admet qu'il est un brujo, si ce n'est sa mère, disparue un an plus tôt et sa cousine, Maritza. Justement cette dernière lui a préparé un portaje, autrement dit une arme magique qui va lui permettre d'interagir avec les esprits et d’être ancré au monde des vivants. Or, la disparition subite de son cousin lui offre l'opportunité de tester son don. Seulement, ce n'est pas le bon esprit qui va répondre à son appel. le voici donc empêtré dans une situation compliquée dont il ne sait pas encore comment en sortir. Mais heureusement pour lui, sa cousine veille.



Ce roman rend hommage à la Santa Muerte. Personnage du folklore d'Amérique latine, Notre Dame de la Sainte Morte personnifie bien évidemment la mort mais est associée à des attributs positifs comme la guérison et la protection. Nous apprenons les rites hispaniques et notamment le culte du Dia de Muertos, autrement dit le jour des morts qui commémore la mémoire des défunts du 31 octobre à minuit au 2 novembre. J’ai beaucoup aimé connaître pour les rituels pour ces jours-là.



J'ai peiné à rentrer dans l'histoire, je l'avoue. Sans être complètement inutiles, les débuts sont un chouia trop longs selon moi. Je pense que l'auteur a voulu bien faire : poser le cadre culturel, présenter les héros, expliquer les difficultés auxquelles est confronté Yadriel en tant qu'adolescent transgenre, j'aurais préféré qu'elles soient dévoilées au fur et à mesure de ma lecture, d'autant que je m'attendais à un rythme plus haletant suite à la disparition d'un personnage.



Pour finir, je vous conseil cette magnifique histoire qui est un très bon roman pour les jeunes ou des adolescents, avec des personnages lumineux, des thématiques actuelles et une touche de fantastique pour relever le tout !

Cemetery Boys est un message d'espoir et de tolérance, les questionnements car quand on se sent homme dans un corps de femme.

Le livre est un hymne à la tolérance en plus d’une histoire sympathique très bien écrite.



Un tout petit bémol, il aurait étais judicieux de mettre la traduction de certains mots.



Pour en savoir plus :





Trans : Une personne transgenre, ou trans, est une personne dont l'expression de genre et/ou l'identité de genre s'écarte des attentes traditionnelles reposant sur le sexe assigné à la naissance. Toutes les personnes transgenres ne se reconnaissent pas dans le système binaire homme/femme



Latinx est un néologisme de genre neutre parfois utilisé à la place de Latino ou Latina pour désigner des personnes vivant aux États-Unis dont la culture est principalement latino-américaine ou qui appartiennent à une ethnie d'Amérique latine.



Iel est un pronom personnel composé de "il" et de "elle", dans le but de ne pas donner le genre de la personne qu'il représente. Ainsi, le genre de la personne que l'on évoque peut être masculin, féminin, ou indéfini, notamment pour celles et ceux qui se disent "non-binaires", c’est-à-dire qui ne se reconnaissent ni dans le masculin, ni dans le féminin.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MaudeElyther
  04 juillet 2022
Eschatologie du vampire de Jeanne-a Débats
J’ai longtemps reporté la rédaction de cet article, car malheureusement, je n’ai pas réussi à lire jusqu’au bout ce recueil, reçu en service presse. Un temps, je me suis dit que ce n’était pas le moment pour moi, mais voilà, quelques semaines sont passées et je suis incapable de reprendre la lecture.



Cela me peine car j’ai adoré le précédent opus sur Navarre, Métaphysique du vampire. La plume de l’autrice et sa façon de toucher à tous les genres, le ton de Navarre, sa flamboyance, ses propos engagés, son honnêteté…



Cela me frustre aussi, puisque je suis dans une période où je n’arrive pas à lire. Le prouvent pas loin de 5 romans différents que j’ai ouvert, n’arrivant pas à accrocher.



Il me tenait néanmoins à cœur de rédiger un retour, ne serait-ce que pour présenter un minimum cet ouvrage.



Métaphysique du vampire nous a fait découvrir le monde de Navarre, ce vampire bon vivant, regroupant une novella ainsi que trois nouvelles narrées par Navarre lui-même. Celui-ci nous a fait voyager dans le temps et les genres. Un peu de vaudou contre la forteresse d'un nazi ; une quête digne de la Table Ronde avec un preux Chevalier, des sirènes et un Dragon ; un voyage dans le passé pour contrer les plans d'un ancien amant ; et un saut dans l'espace, au cœur d'une "thalassothérapie" particulière.



S’il est vrai que je m’attendais plus ou moins à retrouver avec Eschatologie du vampire la même forme, j’ai eu très rapidement, je l’avoue, une déception. Car si nous avons affaire ici aussi à plusieurs nouvelles, la narration est prêtée à plusieurs personnages. Sur les 10 textes que comportent ce recueil, je n’ai lu que les 8 premiers. L’autrice alterne entre la première et la troisième personne du singulier. Là où j’ai été déstabilisée c’est que le « je » n’appartenait pas forcément à Navarre. Ce n’est pas grand-chose, mais cela a suffi à me sortir davantage de la lecture, d’autant plus qu’il y a quelques nouvelles auxquelles je n’ai pas accroché du tout… et j’en suis vraiment désolée.



J’ai fait des efforts à plusieurs reprises : j’avais vraiment envie d’adorer comme le précédent opus ! Toutefois, même le « bestiaire » renouvelé n’a pas suffi à me tenir suffisamment captivée.



Toutefois, je suis sûre que d’autres lecteurices le trouveront à leur goût, en témoignent les retours positifs que j’ai vu passer. L’autrice traite de sujets actuels, sans pincettes, avec un ton caustique, tranchant. Elle s’inspire également de diverses mythologies et légendes, puisant dans plusieurs cultures, pour enrichir son univers, étendre les frontières, interroger. Il y a l’emploi de l’inclusif, des personnages gays, un vampire tabou qui se nourrit exclusivement du sang de ses semblables, des personnages humains confrontés à une magie extrêmement puissante, des portails magiques ouvrant sur d’autres mondes, en guest-star Monsieur l’Étoile du Matin himself, si si…



Les nouvelles sont liées entre elle, malgré plusieurs narrations, quelques infos nous ramènent au recueil précédent il me semble.



J’espère que mon retour vous donnera envie de découvrir Eschatologie du vampire, même si pour ma part je reste bien désolée de ne pas avoir pu le terminer et l’apprécier à sa juste valeur.
Lien : http://maude-elyther.over-bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00