AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
3,61

sur 61 notes
5
7 avis
4
10 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis
mimipinson
  08 décembre 2011
Avec une écriture à la fois ciselée, sensuelle, et abrupte par moment, Kaouther peint indépendamment 9 personnages en leur donnant à tous de rôle la parole. Ces personnages, de par la construction choisie par l'auteur, semblent ne jamais se croiser. Ils sont cependant tous liés les uns aux autres, et ce parfois légèrement.
Ils sont tous les représentants d'une société hétérogène, à la croisée des chemins ; entre l'ordre ancien régi par des traditions et croyances séculaires, et un élan de liberté et de modernité encore pris en tenaille par l'ancienne génération.
Ces jeunes gens sont à la fois soucieux de faire évoluer les choses, et pressés de partir. C'est l'ennui, la jeunesse désabusée, un monde adulte perdu, des plus anciens qui ne comprennent plus leurs enfants, que l'auteur, tente de nous montrer avec beaucoup de finesse.
« Je n'ai ni passé, ni avenir, juste un présent qui s'étire comme un chewing-gum à cinq dinars. »
A celles et ceux qui cherchent une histoire, passez votre chemin. En revanche, si, comme moi, vous parvenez à considérer ce livre non pas comme un livre, mais comme une toile que l'on regarde tantôt de près, tantôt de loin, en laissant aller l'imagination, alors le voyage vaudra la peine.

Lien : http://leblogdemimipinson.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
chroniquesassidues
  19 janvier 2012
Kaouther Adimi est née en 1986 à Alger. Elle y fait des études de langue et de littérature françaises avant de s'installer à Paris. Remarquée pour ses nouvelles (elle a obtenu le prix du jeune écrivain francophone de Muret en 2006 et 2008), elle publie son premier roman, Des ballerines de papicha, aux éditions Barzakh en Algérie en 2010, repris sous le titre L'envers des autres aux éditions Actes Sud en 2011.

L'envers des autres est un roman polyphonique. Les chapitres se succèdent et donnent la parole à des personnages différents qui racontent une partie de leur vie à Alger, à notre époque.

L'histoire commence avec Adel qui n'arrive pas à dormir. Il pleure "des larmes de honte et de frustration" et porte un regard très noir sur lui-même. Il sait ce que l'on pense de lui : qu'il n'est pas à la hauteur, qu'il est une femmelette. Pour tromper son désespoir, il passe ses journées à boire et à oublier dans un café. Les journées se succèdent et se ressemblent.

Sa soeur Yasmine est remarquée partout pour sa grande beauté. Étudiante, elle porte un regard cynique sur sa ville, sur la communauté universitaire et étudiante, sur les relations amoureuses, que l'on observe à travers ses yeux. Elle fréquente un jeune homme, Nazim, mais c'est pour oublier son frère qu'elle aime plus que tout.

Leur soeur aînée, Sarah, peint à longueur de journée. Coincée dans cette maison avec son mari Hamza, qui est devenu fou, elle cherche à s'échapper en s'adonnant complètement et pleinement à son art. Leur fille, Mouna, se plaît à être une papicha (une minette) avec ses ballerines bleues toutes neuves. Elle veut se marier avec Kamel, un voisin, et ne prête pas attention aux moqueries de ses camarades de classe.

Enfin, il y a la mère, sans nom, qui a perdu son mari "fauché par une balle aveugle". Elle sait bien ce que les gens disent de ses enfants, trop beaux, trop différents et qui aspirent à plus de liberté. Elle a élevé ses enfants comme il faut mais elle ne comprend pas pourquoi Sarah ne s'occupe plus de son mari et passe ses journées à mélanger des couleurs et pourquoi Yasmine ne se contente pas de trouver un bon travail, un mari et de fonder une famille.

Autour d'eux gravitent des voisins, obnubilés par cette famille étrange. Des jeunes voisins passent leurs nuits à boire et à fumer du shit, partagés par l'envie de quitter leur pays pour l'Europe, promesse d'un meilleur avenir, ou rester pour aider à construire l'Algérie. A partir de l'histoire d'une famille algérienne, c'est une histoire de la jeunesse algérienne posant la question de l'avenir de ces jeunes que pose Kaouther Adimi. Une histoire sombre d'ailleurs, et qui se termine brutalement. La fin est surprenante et laisse des questions en suspens.

J'ai beaucoup aimé l'écriture limpide de Kaouther Adimi : les dialogues sont naturels et les descriptions rendent bien l'atmosphère particulière de l'Algérie. On est totalement plongés dans cet univers et dans le désespoir de ces personnages qui s'interrogent sur leur avenir. Je regrette juste que le roman soit si court et se lise si vite : vivement un autre texte de Kaouther Adimi à découvrir !
Lien : http://leschroniquesassidues..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
MonBoudoirLivresQ
  16 mai 2016
J'ai acheté ce livre pour quatre raisons : son titre, son résumé, sa couverture et son auteure . Je l'ai découvert par hasard quand je faisais une petite recherche sur les plumes féminines algériennes.


*J'ai aimé ce titre !

D'habitude je n'achète pas un livre parce que son titre me plaît mais le mot "papicha" m'a interpellée.
Papicha dans le langage algérien signifie une fille coquette qui aime se faire belle, s'habiller, qui fait sa mignonne.

*J'ai été intriguée par le résumé: voyant le titre, je voulais découvrir le contenu. Je voulais absolument faire le rapport entre le titre et ce qui était dit dans le quatrième de couverture mais je n'y suis pas parvenue. Quand je suis dans cet état, je dévore le livre en peu de temps rien que pour trouver le lien.

*J'ai été séduite par la couverture: Je peux dire qu'elle est superbe! Une main, des ongles vernis et... une cigarette. J'ai crié: Ouaiii ça promet! J'aime l'audace. Je vous rappelle juste que dans mon pays, une femme qui fume est mal vue.

De quoi va parler l'auteure? Une révolte? Un ras le bol? Un florilège de questions dans ma tête

*J'ai eu un coup de foudre pour l'auteure : un titre et une couverture et je suis accro à Adimi sans la lire. Je me suis dit : Je prends tout ce que tu écriras, je m'en fous; j'ai eu un coup de foudre littéraire.

Je me rappelle que le jour où j'ai acheté le roman je devais déjeuner avec ma frangine. Résultat : un repas de muets hahahah Je lisais en dévorant ma salade. Je lui disais : Yoooo le livre déchire. Je lui lisais les passages tantôt en riant, tantôt en soupirant de tristesse. [Zahrat El Riadh si tu passes par là confirmes STP]

Je vais arrêter de parler pour me concentrer sur le roman. Alors voilà : le livre se subdivise en plusieurs chapitres. Chaque chapitre a pour titre le nom d'un des personnages. Neuf en tout : Adel , Kamel, Sarah, Yasmine, Mouna, Tarek, Hadj Youssef, Hamza. Et un épilogue qui m'a laissée sur ma faim.

Dès les premières lignes j'ai été plongée dans le sombre et l'obscure. J'étouffais.

Au fil des chapitres, je partageais le quotidien des personnages, dans le bus, à la fac, à la maison. de loin ou de près, j'ai dû côtoyer pas mal de personnes qui sont représentées par des noms dans ce roman. Je me sentais dans mon élément. Il s'agit vraiment d'une famille typiquement algérienne. j'ai reconnu un Tarek , une Yasmine et une mère.... Cette mère m'a énervée et fait de la peine à la fois. Elle voulait comme toutes les mères du monde, voir ses enfants réussir leurs études, leur vie privée,... Déçue, aigrie, elle devient distante et j'ose dire très méchante.

Adel avec ses non-dits, Yasmine et ses projets, Hadj Youssef le vicieux, Sonia la dépressive, Mouna la petite rêveuse... Tout un monde qui reflète notre société "malade".

L'auteure a eu cette bonne idée de mettre une famille entière dans le collimateur d'une société qui se base sur les préjugés et qui montre du doigt toute personne qui n'adhère pas aux sois-disant conventions.

Au bout des 155 pages, je me suis réveillée! J'ai eu envie de crier. le livre se termine pas un suicide. le suicide d'un homme. Mais qui? Adel? Hamza? J'ai repris le livre , je l'ai relu. J'en ai voulu à l'auteure. Je voulais savoir.
Quelque part, au fond de moi, je pensais à Adel. Après ce qu'il avait subi, il a dû en avoir assez des jeunes de son quartier et de leur moquerie. Puis j'ai pensé à Hamza, le fou (ou pas) dont la mort va sûrement libérer certains. J'ai fini par me dire qu'il valait mieux ne pas le découvrir.

Pour son premier roman, Kaouther Adimi a surpassé mes attentes. Une écriture captivante et fluide. le style fort et imposant contraste avec la douceur de son visage angélique. Une plume mûre et consciente.

155 pages après :je fais un standing ovation à la force de sa plume.

On pourrait sous-estimer le roman, on pensera que c'est du léger. Croyez-moi, ce petit livre a tout d'un grand... et d'une noirceur!!!!! ....je trouve pas le mot.


J'ai reposé les pieds sur terre. Ce livre est mon nouveau billet pour le terre à terre. Une claque pour moi qui rêvasse loin de la réalité sociale.

A LIRE



Mon coup de coeur:

*Yasmine : j'aime beaucoup sa façon d'"envoyer promener" le monde. Elle reflète une autre image d'elle mais au fond c'est une fille très mûre et intelligente.

Lien : http://monboudoirdelivres.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
lacerisaie
  27 août 2022
Je viens de terminer ce court roman gagné lors du pique-nique Babelio. Je n'imaginais pas tant de noirceur derrière ce joli titre et cette couverture colorée.

"Des ballerines de papicha" est un roman choral où chacun des neuf personnages d'une même famille nous livre son quotidien dans un quartier populaire d'Alger.
Par ces regards croisés, ce roman réaliste construit un portrait sensible et sombre de cette ville cosmopolite. Coincés entre modernité et traditions encore prégnantes Adel, Sarah, Yasmine, Hamza et les autres nous disent l'inquiétude et l'anxiété dans laquelle ils sont murés. Ils nous crient le fossé entre leurs rêves et leur réalité. Ils nous font partager leurs dérives.

L'écriture incisive et parfois poétique de l'auteure nous percute, nous enferme avec ses personnages dans un monde de médisance, d'incompréhension, de chômage, de drogue, de violence et d'abandon. Les descriptions précises de la ville blanche, ses quartiers, ses odeurs, ses bruits, ses habitants donnent à cette fiction un réalisme glaçant.

Seule Mouna avec ses ballerines de papicha, ses rêves de couleur et d'amour nous offre l'insouciance de ses neuf ans.

Un texte fort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          83


zeropointu
  03 décembre 2011
La famille de Yasmine semble quelque peut excentrique, mais ne l'est pas tant que ça. Individuellement, tout ses membres peut être, mais ils forment quand même un tout assez standard. le mauvais sort semble avoir élu domicile chez cette famille, que l'échec et le désespoir, la souffrance et la folie, semblent ...
Lien : http://djbeltounes.wordpress..
Commenter  J’apprécie          80
zazy
  09 juin 2012
Vous dites Alger la blanche ? Yasmine n'en voit plus « la blancheur, la beauté ou la joie de vivre, mais uniquement les trous qui me font bondir de ma place, les pigeons qui lâchent leur fiente sur ma tête et les jeunes désoeuvrés qui essaient de me tripoter au passage ». Yasmine si belle qui méprise les autres pour survivre, qui a peur et peu de foi en l'avenir : le silence est trop pesant, il nous angoisse, nous donne l'impression qu'un drame est en train de se préparer. Les cris sont comme un protège-cahier : tant que quelqu'un crie, on est presque certain de ne pas avoir de problème »
« Elle l'aime plus que tout : il est son chat, sa vie, son trésor, son ange, son petite garçon, sa raison d'exister, son miracle, son bébé. Elle est sa puce, sa femme, sa chérie, sa poule. Ils finissent par rompre. Il a dit qu'elle était grosse. Elle a dit qu'il embrassait mal, il devient un salaud, un connard, un enfoiré, un tortionnaire. Elle est une garce, une conne, une poufiasse, une gamine »

Adel pleure dans son lit en position foetale sans trouver le sommeil « J'ai envie de vomir. Pas seulement de la nourriture ou de la bile, mais de vomir tout ce que contient mon corps. de me vomir » Quel désespoir dans la bouche d'un jeune homme. Il est ce qu'il ne devrait pas être dans ce pays.

Sarah la soeur aînée revenue dans le cocon familial avec son mari devenu fou.

La mère qui ne comprend plus rien qui est dépassée depuis que son mari a été fauché par une balle perdue.

Alors Mouna arrive avec ses ballerines de Papicha qui aime Kamel, le marchand de frites qu'elle veut épouser quand elle sera plus grande, car elle n'a que 9 ans et que c'est dur de vivre entre un papa devenu fou, une maman qui n'est guère plus claire avec ses pinceaux et sa peinture. Bien sûr, les filles de sa classe se moque d'elle, mais elle s'en fout : elle aime Kamel et c'est sa raison d'être. Il n'est pas certain que ce ne soit pas la plus désespérée.

Et puis, il y a les autres Kamel, Adel… fumeurs de joints, buveurs de bières, emplis de désespoir, rêvant de fuite vers l'étranger pour une vie soi-disant meilleure.

Cela me fait un peu penser à la chanson de Brel : Ces gens là.
Ces dix portraits écrits à la première personne du singulier nous offrent une image de colère, de violence, de tristesse et de désespoir. Chacun raconte sa souffrance sans regarder ni anticiper la souffrance de l'autre. Ils sont dans une bulle sans oser la faire éclater de peur d'en crever.

Un petit livre par la taille, mais si profond par son contenu. Kaouther Adimi d'une écriture sèche et nerveuse brosse un portrait désespéré de la jeunesse algérienne sans espoir ni rêve. La fuite en avant dans l'alcool, la drogue, la folie….. n'est que la seule solution trouvée.

Ce premier roman est un petit bijou, un vrai coup de poing dans le coeur.

Lien : http://zazymut.over-blog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
krol-franca
  08 juin 2012
J'ai vu et entendu Kaouther Adimi au festival de musiques métisses d'Angoulême.

Cette jeune femme, de l'âge de mon fils (née en 1986), m'a totalement séduite avec son sourire, sa maturité, son regard sur la société algérienne… (Elle est bien plus pétillante que la gravité de son livre ne laisse présager)

Bien sûr, j'ai acheté son premier roman… Et je n'ai pas été déçue !

Roman polyphonique absolument remarquable ! Il ne m'a pas été facile de comprendre les liens entre les différents personnages, j'ai dû à plusieurs reprises revenir en arrière. Mais j'aime assez chercher… comme un jeu de construction. Ces voix ne se rencontrent jamais, elles se font écho, permettent au lecteur de comprendre la situation, sous ses différents angles.

Dans ce texte, il n'y a pas d'action (ou presque). L'auteure dépeint le tableau d'une société algéroise étriquée à travers le prisme d'une famille montrée du doigt par les voisins. La souffrance des uns, le mal-être des autres sont décrits avec justesse. La folie est une échappatoire, elle permet à quelques personnages de s'évader de cet enfermement dans lequel la société les plonge, mais malheureusement, tout le monde ne peut pas s'en sortir…

D'un regard sans concession sur son pays, Kaouther Adimi nous livre un petit roman poignant, sensible, violent, cru. D'une écriture subtile et concise, elle enveloppe le lecteur dans une atmosphère particulière, à la fois, lourde, pesante et d'une lucidité incroyable pour une jeune femme de cet âge. Seule la voix de Mouna, une petite fille de 9 ans, avec son innocence et sa fraîcheur, éclaire le livre d'un rayon de soleil.

Vraiment une très belle découverte.
Lien : http://krol-franca.over-blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
constance93
  09 avril 2012
Une jeunesse à la dérive

Jeune Algérienne installée aujourd'hui à Paris, Kaouther Adimi signe avec son premier roman une fiction névrotique et très noire. Elle y donne la parole à une famille enfermée dans son appartement algérois, véritable étouffoir qui semble parfois représenter une société murée dans son silence, en pleine crise.

Notre rencontre avec Adel et Yasmine, ce frère et cette soeur à la relation fusionnelle qui se sont séparés peu à peu en grandissant, choisissant des chemins différents, est bouleversante. le duo est à la fois uni, s'entendant l'un à l'autre à travers la fine cloison de leur chambre, et divisé, Adel se réfugiant dans son introspection, Yasmine s'ouvrant au monde. Partager leurs pensées nous montre une jeunesse désillusionnée, qui essaye d'exister tant bien que mal dans un monde où elle n'est pas la bienvenue, un monde où l'individu, surtout celui qui est en quête d'affirmation, n'existe pas.

L'un après l'autre, ils se confient, souffrant de la disparition du lien qui les unissait, ce lien qui les protégeait contre le monde extérieur, les faisait exister dans leur relation à l'autre. En très peu de pages, on perçoit cette impression de ne pas exister, et pour Adel de ne pas avoir d'espoir. Angoissé par cela, il est pris dans cette nuit blanche que nous partageons avec lui d'une “envie de vomir, de se vomir”. Toute la difficulté de vivre, est là, en quelques mots, quelques phrases. La souffrance est vive chez ce personnage que nous voudrions voir sortir de ce malaise qui semble éternel. Il n'a pas de remède.

Sarah, leur grande soeur, trouve le sien dans la peinture. Elle s'y réfugie pour échapper à la folie de son mari, redevenu un petit enfant quand elle a déjà leur fille à sa charge. Elle voudrait peindre, mais elle doit s'occuper de son fou de mari. Elle est revenue vivre chez sa mère avec eux, n'ayant plus aucun moyen pour vivre. Rêves brisés, avenir sans aucune perspective, tristesse du quotidien : seule la recherche de l'art semble pouvoir sortir Sarah de son enfermement quotidien, de ses obligations familiales, de son désespoir.

D'autres prendront la parole : des jeunes du quartier parlant d'avenir impossible et fumant du crack au pied de l'immeuble d'Adel et de Yasmine, médisant sur leur compte et défendant parfois la belle jeune femme dont l'un d'eux est amoureux ; Mouna, la fille de Sarah et d'Hamza, une écolière déjà désabusée par l'avenir, ne voyant pas l'utilité d'apprendre, rêvant juste de se marier avec Kabel, le vendeur de frites ; la mère, silencieuse avec ses enfants et qui prend tout à coup la parole, seule, pour juger leur différence avec une âpre dureté, ces enfants étant pour elle “demeurés”, “inconscients”, “imbéciles” ; un voisin aux secrets mieux cachés que ceux de la famille protagoniste ; et puis Hamza-le-fou, le mari de Sarah, qui renversera totalement le miroir de la réalité, jusqu'à ce que nous nous demandions qui est le fou dans cette famille, si tous ne le sont pas un peu. Chacun semble s'y réfugier dans cette folie, qui prend sous la plume de Kaouther Adimi des accents pathétiques ou, à l'inverse, éclate de beauté.

Véritable tableau de la jeunesse algéroise telle qu'elle se voit, telle qu'elle est vue et finalement telle qu'elle est, L'Envers des Autres est un récit bouleversant mettant à nu un mal-être et une souffrance généralisée de la jeunesse à travers quelques personnages d'une même famille, écrasés par leurs différences qui les isolent de la société. Seule la conformité pourraient la sauver, mais dans une famille déjà marginalisée, à la fois plainte et moquée par les gens du quartier, les personnages ne peuvent pas. Traditions, famille et convenances les noient dans un monde où leur personnalité et où les circonstances les ont fait différents les uns des autres, les uns contre les autres. le silence pèse dans l'appartement, chaque personnage tente de s'y réfugier plutôt que de s'y perdre, mais le dialogue n'émergera jamais. le monde extérieur, vu des yeux de Yasmine, étudiante, est lui aussi dur et violent. Tous refusent l'existence de l'individu, ne le reconnaissent pas pour lui-même mais par les groupes auxquels il appartient : famille, quartier, cercle d'amis, génération, origine sociale… On comprend peu à peu le malaise de celui qui n'est pas comme les autres, étouffé par le regard d'une société à la violence sourde et au regard meurtrier.

En très peu de pages, Kaouther Adimi nous fait vivre un état de mal-être intense dans lequel le rêve et la méditation semblent des échappatoires temporaires à un musellement par la société. Les différents points de vue des personnages, agencés par chapitres, oscillent entre difficulté de vivre et espoir, lucidité et folie, rêve et réalité. A travers des phrases très courtes au rythme à la fois doux et âpre, nous partageons ainsi avec les personnages cet équilibre précaire qu'ils tentent de garder pour survivre, ne sachant pas trop s'ils sont déjà tombés ou se tiennent sur la corde raide. Plongé dans le cauchemar d'une réalité, on ressent à chaque page le malaise d'une jeunesse enfermée dans les traditions et les convenances, la classification de chacun dans des cases qui, souvent, ne correspondent pas à ce qu'ils sont vraiment. A la fin, on souhaiterait juste revenir aux méditations d'Adel, son refuge mélancolique à la dureté du monde qui a cédé à force d'être opprimé.

Un premier roman à la maturité étonnante, à la plume très belle et qui reflète une réalité intérieure complexe, que seule la littérature pouvait percevoir et révéler. Une révélation de la richesse de la littérature francophone au delà des frontières hexagonales dont le territoire est parfois enlisé dans son passé. A son opposé, L'Envers des Autres resplendit d'une maitrise insolente de la plume pour transmettre des émotions humaines complexes et intenses et à laquelle la voix d'un jeune écrivain s'affirme et impressionne. A lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
jostein
  12 décembre 2011
C'est par petite touche de couleur, ou plutôt d'ombre que Kaouther Adimi nous dépeint la société algéroise dans ce roman polyphonique. Ce sont des bribes de sentiments, des rencontres, des actes qui expriment le désoeuvrement de la jeunesse de ce quartier d'Alger. Mais effectivement, on retrouve le mal-être de n'importe quelle jeunesse au monde. Si ce n'est qu'il y a l'environnement culturel, le carcan de la mère directive, enclin à perpétuer le mariage des jeunes filles et craignant le "qu'en dira-t-on" du voisinage mais aussi les paroles inquiétantes de l'imam. Kaouther Adimi montre parfaitement l'errance des jeunes qui n'ont que deux solutions, émigrer ou se battre. Elle émet la solution constructive de pouvoir faire progresser ces jeunes ayant une formation au sein de leur pays. Toute jeunesse qui sent un avenir productif en son pays n'ira pas vers la drogue ou s'exiler vers un eldorado.
Sans vraiment entrer dans les détails, l'auteur exprime l'errance affective des membres de cette famille et les conditions de vie en Algérie.
C'est une lecture intime et actuelle, un premier roman qui dévoile une profonde humanité et une conscience du monde d'aujourd'hui.
Ce roman a été initialement édité aux Editions Barzach sous le titre Les ballerines de Papicha. Actes Sud a choisi de l'éditer en France sous le titre L'envers des autres.
Lien : http://surlaroutedejostein.o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MelleShang
  17 juillet 2011
Je viens de terminer ce livre et je suis encore sous le charme de l'écriture. Parfois poétique et sensible, parfois vif et violent, on imagine trés bien la ville d'Alger et ces personnages du livre.
Une description de chaque personnage...de ce qu'ils pensent, de comment ils vivent "dans leur tête", de leur souffrance et leur questionnement...
On sent le "quand diront-on" des voisins, les yeux qui épient, les oreilles qui se tendent et les bouches qui chuchotent.
On sent l'enfermement d'une famille, d'un immeuble...d'une société.
Parfois un peu d'humour, mais toujours avec cette sensibilité si puissante dans l'écriture.
Un livre qui se lit d'une traite, si l'on se sait se projeter loin, loin dans Alger.
Commenter  J’apprécie          50


Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura