AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Effondrement (14)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Bookycooky
  13 janvier 2019
Folie et Fureur chez les Mira Boss, années 60.
Moyà toujours avec la même verve ( chez lui les demi-mesures n'existent pas :)), nous entraîne dans cet opus, au sein d'un couple hondurien. Lui, chef du parti national, politicien de renom, elle, ex-journaliste, propriétaire d'une plantation de café.
C'est le jour de mariage de leur fille. Elle épouse un communiste salvadorien de vingt-quatre ans son aînée. Un gendre âgé, communiste et de surcroît salvadorien, pour la mère c'est la cata, pour sa dignité et sa réputation, mais aussi pour celles de sa famille et même de son pays ! Résultat, elle en robe de chambre, les cheveux en bataille, déchaînée ( une furie que je ne souhaite à personne d'avoir comme femme ou mère ! ), lui enfermé à double tour par elle dans les cabinets, pour l'empêcher de se rendre au mariage, et à travers la porte......Règlements de comptes à OK Corral !
La suite en sera encore pire, avec l'enveniment du conflit Honduras-Salvador. Leur fille mariée ayant suivi son mari dans son pays, la furie va perdre les pédales.....

Un texte qui débute très fort, où Moyà n'y va pas de main morte ! C'est une traduction, donc difficile d'en juger pleinement, mais les mots tapent fort. "Une putain gonorrhéique, taré, pédé, bandes de médiocres, canaille ...." tout est bon pour l'insulte. Une histoire foisonnante, étalée sur trente ans, où il y a aussi meurtre, suspens, guerre...que Moyà nous raconte en trois temps et trois formes narratives divers; une première partie qui rappelle celle d'une pièce de théâtre, une seconde, épistolaire, et une troisième de témoignage, et tout ça en 190 pages.

Une féroce satire du mariage, des relations mère-fille, des conventions sociales superficielles où l'apparence prime sur le fond, de l'hypocrisie politique, des préjugés qui nous aveuglent et glacent notre cerveau, de la fausse information, de la bêtise des masses qui commet l'irréparable, des gouvernements de pacotille......dans une partie du monde qui chauffe.....Mais au fond, Honduras, San Salvador.....le décor de fond n'y change rien , la bêtise humaine est universelle où qu'on y va !
C'est son quatrième livre que je lis, un seul mot pour le décrire, il est Génial !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          854
viou1108
  14 août 2018
"Effondrement" commence par une scène de ménage d'anthologie.
Nous sommes au Honduras en 1963, dans une famille bourgeoise aisée et bien comme il faut. C'est le jour du mariage de Teti, 25 ans, fille unique des Mira Brossa.
Mais quel peut donc bien être l'objet de la dispute, dans ce milieu feutré ? le mariage lui-même, pardi ! Teti va épouser Clemente, deux fois son âge, divorcé, salvadorien et, last but not least, communiste. C'en est trop pour Doña Leña, la mère, qui refuse d'assister à cet événement proprement scandaleux qui jette la honte sur son nom et la réputation de la famille. Et comme cela ne suffit pas, elle décide que Don Erasmo, son mari, accessoirement père de la mariée, avocat et président du parti nationaliste hondurien, n'y assistera pas non plus. Ni une ni deux, Doña Leña l'enferme dans la salle de bain. S'ensuivent des dialogues d'une drôlerie et d'une violence inouïes, menés par une harpie enragée, paranoïaque, hystérique et asphyxiante. C'est tendu et jouissif.
Nous sommes ensuite en 1969, au Salvador, où Teti et son mari ont déménagé juste après leur mariage pour échapper à l'emprise de Doña Leña. Pourtant, la sérénité n'est pas de mise : la situation entre les deux pays est électrique, et la relation mère-fille est à peine plus calme. Pendant que la guerre se prépare de chaque côté de la frontière, celle des Mira Brossa n'a jamais cessé. A travers les lettres échangées par Teti et son père, on apprend que Doña Leña, toujours aussi hystérique, harcèle sa fille pour qu'elle rentre au pays en raison du contexte politique de plus en plus compliqué, tout en la traitant de façon odieuse. Malgré l'assassinat de Clemente dans des circonstances étranges, la candide Teti résiste. C'est un peu moins tendu, un peu moins jouissif, un peu plus dramatique.
Nous sommes enfin en 1991, au Honduras, dans la propriété de Doña Leña, désormais vieille, veuve, isolée, et hystérique comme jamais. Un des domestiques, Mateo, retrace le fil des événements de la dernière décennie, au cours de laquelle Doña Leña, perfide vipère jusqu'au bout, aura fait le vide autour d'elle, provoquant la dispersion du patrimoine familial et l'éparpillement définitif des derniers Mira Brossa. C'est encore un peu moins tendu, plus dramatique, et surtout plus triste.

Trois parties, trois genres, du théâtre de vaudeville, du roman épistolaire, et du roman plus classique et linéaire. La tension baisse au fil du temps, mais on ne va pas vers l'apaisement. On assiste à un effondrement progressif et inexorable d'une famille et d'une femme qui aura causé sa propre perte au cours d'une vie vouée au ressentiment, aux frustrations, à la méchanceté et, à nouveau, à l'hystérie. La triste fin de Doña Leña, riche mais seule et sans amour, contraste avec la joie simple de Mateo, son domestique, tout heureux de fêter en famille son petit héritage.
Chronique d'une vie gâchée à pourrir celle des autres, "Effondrement" dresse un portrait mordant de la classe possédante hondurienne, avec en toile de fond l'un des innombrables épisodes de violence qui ont secoué l'Amérique centrale.
Au fil de ses romans, Castellanos Moya construit une oeuvre dans laquelle il observe les névroses d'individus coincés dans des sociétés tourmentées par des conflits en tous genres. "Effondrement" en est une nouvelle pièce maîtresse.

En partenariat avec les éditions Métailié.
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          466
bilodoh
  17 janvier 2020
En Amérique centrale, une famille déchirée par les soubresauts de l'histoire, un auteur né au Honduras qui a passé sa vie au Salvador.

Le livre raconte l'histoire d'une riche famille du Honduras, une mère névrosée (zut, encore une!), désespérée que sa fille épouse un Salvadorien divorcé. Après le mariage, la fille ira vivre au Salvador d'où elle correspondra avec son père.

Au-delà des chicanes de famille, le roman est témoin de l'histoire. Des pays voisins qui semblent pourtant avoir tout en commun, mais où surgit un nationalisme belliqueux, alimenté par le fanatisme sportif et les médias qui attisent la haine. On expulse les Salvadoriens du Honduras, et c'est la guerre. Une petite guerre de cent heures, mais quand même trois mille morts et des pertes matérielles importantes. Et surtout, des pays alliés devenus ennemis, des économies qui s'effondrent, toujours à la merci des grandes entreprises étrangères…

Un roman qui incite à chercher à en savoir plus sur ces petits pays dont on ne sait souvent que très peu de choses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
gonewiththegreen
  18 novembre 2019
Au début des années 60 au Honduras, la fille d'un politicien de renom se marie avec un Salvadorien, bien plus âgé. Ce que n'accepte pas Lena, la mère de la mariée. Insultant tout ce qui passe à sa portée , elle fait tout pour empêcher son mari d'assister à la cérémonie mais également tout pour éviter le départ de son petit fils Eri "avec sa trainée de mère et cette ordure de salvadorien".

Roman construit de façon originale puisqu'il se décline en trois parties.
La première au début des années 60 dans la capitale hondurienne dont j'ai la flemme de chercher l'orthographe exacte, la seconde sous forme de roman épistolaire entre 1969 et 1972 et enfin la troisième au début des années 90 , à nouveau au Honduras sous forme de récit d'un jardinier. le tout reste harmonieux et finalement apporte une plus valu à l'ensemble.
Ce livre , au delà des relations mère enfant et de la folie qui peut en résulter, au delà des complots politiques , est une porte ouverte à la compréhension de la guerre dans cette partie du globe (si l'on se donne un peu de volonté pour se renseigner). L'auteur, à travers les lettres de la mariée, plutôt pleine de candeur, décrit la bêtise humaine d'une guerre fratricide qu'aucun compromis ne semble pouvoir éviter. La description de la montée des rancoeurs autour d'un pauvre match de foot renforce le sentiment général de connerie humaine !

Livre intéressant dans sa structure , dans son apport historique mais aussi pour tout ce qu'il contient d'autre en 200 pages
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
tristantristan
  10 avril 2019
Sur fond de guerre entre le Salvador et le Honduras, ce roman vaut surtout par la description minutieuse d'une véritable harpie. Comme une de celles peintes par Bernard Buffet. Des harpies, nous en connaissons tous...
Commenter  J’apprécie          130
Fuyating
  22 février 2020
Agréable surprise que ce livre de Horacio Castellanos Moya ! Quelle verve ! le ton est donné dès les premières pages dans lesquelles nous découvrons Dona Lena dans toute sa splendeur : insultes plus colorées les unes que les autres envers sa fille qui ose se marier avec un communiste salvadorien, "déshonorant la réputation de cette bonne famille hondurienne" dont le père est le chef du parti nationaliste.
J'ai beaucoup aimé la première partie qui se présente sous forme de pièce de théâtre et est particulièrement drôle, avec cette femme hystérique prête à tout pour empêcher son mari d'aller au mariage de leur fille. Plusieurs termes pourrait définir Dona Lena : hystérique, névrosée, vulgaire (il faut voir les insultes qu'elle dit!) et égoïste entre autres.
La deuxième partie sous forme épistolaire est beaucoup plus sombre : nous y découvrons les conflits entre le Honduras et le Salvador, la montée des tensions et l'absurdité humaine. Nous y voyons également l'hystérie grandissante de cette mère qui risque de compromettre sa fille et son gendre à tout moment. La jeune Teti est touchante dans sa candeur et sa profonde affection pour son père.
La troisième et dernière partie estt triste puisque nous assistons à la déchéance de cette fameuse mère, qui a fait le vide autour d'elle par sa méchanceté et ses insultes. C'est l'effondrement de sa famille, de ce qu'elle a bâti mais aussi de ses espoirs. Je suis vraiment attristée par son sort, mais surtout par son comportement : pourquoi tant de haine et de méchanceté ? Qu'est-ce que cela lui a apporté au final ? J'ai tout de même été touchée par son attente inassouvie de voir sa famille se réunir pour les fêtes tous les ans.

Ce livre est donc très intéressant de par les différentes formes qu'il prend en si peu de pages que par son contenu. Nous en apprenons plus sur l'histoire de ces pays que je connaissais très mal, tout en abordant des thèmes qui sont finalement universels.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
Myrinna
  27 mars 2018
Bonne découverte avec ce titre d'Horacio Castellanos Moya. L'auteur a mélangé les genres dans un court roman : le théâtre, la correspondance et le roman plus classique. La première partie, le lecteur est confronté à un vaudeville qui monte en puissance avec le caractère hystérique de Dona Lena. Ensuite, il enchaîne avec une correspondance et termine avec un roman plus classique. Un coup de bluff réussi car il montre ce qu'il sait faire en 212 pages. Bref, j'ai été impressionnée par le talent de ce Salvadorien…
Commenter  J’apprécie          80
Malaura
  10 juillet 2011
Honduras, 1963.
C'est jour de mariage dans la famille Mira Brossa.
Mais Doña Lena, la mère, refuse de s'y rendre. Car sa fille Téti épouse un Salvadorien et sûrement un communiste !..
Accablant son mari, le Président du Parti National Erasmo Mira Brossa, sous un châpelet d'insultes et de reproches, Doña Lena en vient même à l'enfermer dans les toilettes pour que celui-ci n'assiste pas au mariage de sa fille...
De nombreuses années plus tard, l'hystérie mauvaise de Doña Lena a distendu les liens familiaux et causé le démantèlement du patrimoine familial.

Au détour d'une scène conjugale, à travers la correspondance entre une fille et son père et par le témoignage de l'homme à tout faire de la maison, c'est au lent délitement d'une famille hondurienne auquel on assiste.
En trois parties, de 1963 à 1992, l'effondrement de cette riche famille est l'occasion pour l'auteur de montrer une certaine image de l'Amérique Centrale entre hystérie collective, conflits politiques, guerre (Honduras-Salvador) et coups d'état.
La scène initiale, géniale et déjantée, est le meilleur moment de ce roman qui manque toutefois d'un brin de mordant en comparaison des autres oeuvres de l'auteur, toujours très acides et vitriolées à l'image du "Bal des vipères" le roman qui a fait connaître Castellanos Moya au public français.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Shabanou
  16 janvier 2020
" Effondrement " d'Horacio Castellanos Moya (192p)
Ed. Métailié.
Bonjour les fous de lectures...
C'est toujours avec un grand plaisir que je retrouve cet auteur et là pourtant un léger bémol….
1963..
Vent de panique dans la famille hondurienne Mira Boss.
Leur fille unique s'apprête à épouser non seulement un salvadorien beaucoup plus âgé mais qui de surcroit serait communiste.
La mère en devient folle et se transforme en véritable harpie.
Le père joue l'appaisement et essaye d'arrondir les angles .. en vain.
Voici la première partie.
La suite du livre est sous forme épistolaire.
Le temps est passé, la fille est partie au Salvador et y a fondé sa famille.
A travers les échanges entre père et filles, nous suivons les tensions existant entre les deux pays et ce sur fond de crise de la mère toujours aussi déchainée.
La guerre est inévitable … aussi bien entre les deux pays qu'au sein de cette famille.
Les années apaiseront les conflits diplomatiques , à peines les familiaux malgré la mort du gendre maudit.
La dernière partie, la harpie est veuve, se meurt… meurt en ayant fait le vide autour d'elle.
C'est l'effondrement.
Si l'on retrouve l'excellente verve d'Horacio Castellanos Moya, j'ai été moins captivée par ce récit .
Est-ce du à la forme épistolaire d'une grande partie du livre ?
N'empêche que, comme tous les récit de cet auteur, le livre en reste intéressant.
Nous apprenons beaucoup sur la situation délicate entre ces deux pays voisins, leur histoire et les moeurs de l'époque.
De plus la plume de Castellanos Moya reste un régal.
Joli portrait - au vitriol- de la société "honduro-salvadorienne" qui fait largement référence à" la guerre de cent heures". qui a opposé ces deux pays à l'occasion d'une représentation de football.
Horacio Castellanos Moya reste un incontournable de la littérature sud américaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
sandrine57
  13 février 2011
Honduras 1963. Doña Lena n'accepte pas le mariage de sa fille Teti avec un salvadorien divorcé, plus âgé et peut-être même communiste. Sa colère ne connait pas de limites et elle va jusqu'à enfermer son mari dans la salle-de-bain pour l'empêcher d'assister à la noce. Elle sait aussi qu'une fois mariée, Teti voudra récupérer Eri, petit-fils qu'elle vénère et traite comme un prince. Plutôt résigné, Don Erasmo laisse passer l'orage, ou plutôt la tempête. Doña Lena hurle, invective, insulte et laisse parler sa nature hargneuse, vindicative, nationaliste et sûre de son bon droit.

Salvador 1969. Teti a quitté le Honduras et vit désormais avec son mari, Clemente, et ses deux enfants, Eri et Alfredito, au Salvador. Quand la "guerre du football" éclate, elle ne peut plus communiquer que par lettres avec son père. Pour Doña Lena, cette guerre est le prétexte tout trouvé pour un retour de sa fille auprès de ses parents, dans la patrie qui est la sienne. Ses coups de fils insultants et ses propos racistes mettent une Teti, bien décidée à rester aux côtés de son mari, très mal à l'aise.
Plus tard, lorsque Clemente est assassiné, Teti qui a fait sa vie dans son pays d'accueil, trouvera moultes prétextes pour y rester,au grand dam de sa mère toujours aussi insistante.

Honduras 1991. Les années ont passé, Don Erasmo est mort et Doña Lena vit désormais seule dans sa grande propriété. Mattéo, son jardinier, chauffeur, homme à tout faire, raconte les dernières années d'une femme acariâtre qui, à force d'avoir voulu régenter la vie de ses proches, a fait le vide autour d'elle. Teti a fait sa vie au Salvador, Eri vit au Mexique, Alfredito s'est perdu dans l'alcool et la drogue. Ceux que Doña Lena a passé sa vie à attendre se sont éloignés d'elle...

Trois parties et trois styles pour un livre qui raconte l'histoire d'une femme, d'une famille, d'un pays. Effondrement commence très fort avec une Doña Lena au mieux de sa forme et de ses certitudes, cela continue plus en douceur avec la correspondance un peu naïve de Teti, pour finir tristement à la mort d'une Lena solitaire et amère. Original et très étonnant, ce roman a été pour moi une découverte de la littérature du Honduras que je ne connaissais pas du tout. Il m'a permis, outre le plaisir de la lecture, d'en apprendre plus sur ce pays et de m'inciter à me renseigner sur cette partie du monde, en particulier sur cet épisode de la guerre du football dont je n'avais aucune idée. Divertir, faire découvrir et ouvrir sur le monde; que demander de plus à un livre?

Merci à Babelio et aux éditions Les allusifs pour cette belle découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
272 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre