AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.04/5 (sur 4196 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Neuilly sur Seine , le 03/10/1897
Mort(e) à : Paris , le 24/12/1982
Biographie :

Louis Aragon est un écrivain français, poète, romancier, journaliste et essayiste.

Après une scolarité, Louis Aragon entame des études de médecine. Incorporé en 1917, en tant que brancardier, puis médecin auxiliaire, il sera profondément marqué par les horreurs et la violence du conflit ce qui ressortira constamment dans son œuvre.
C'est au front qu'il rencontre André Breton.
La guerre finie, il se consacre avec une énergie décuplée à l'écriture et publie "Feu de joie", "Mouvement perpétuel", ou encore "Anicet ou le panorama". Il participe à la création du magazine "Littérature".

Il participe à la création du mouvement artistique Dada, puis, avec André Breton, Paul Éluard et Philippe Soupault, à la naissance du surréalisme qu'il théorise dans "Une vague de rêve". Sa notoriété ne cesse de s'accroître notamment avec "Le Paysan de Paris".

En 1926, il devient l'amant de la milliardaire Nancy Cunard qui le traîne à sa suite à travers toute l'Europe durant deux ans. Il découvre qu'elle le trompe à Venise en septembre 1928 et tente alors de se suicider, épisode à l'origine d'un de ses plus célèbres poèmes : il n'aurait fallu (chanté par Ferré). Deux mois plus tard, il rencontre Elsa Triolet : c'est le début d'un mythe largement mis en scène par ses protagonistes. Inscrit au Parti communiste dès 1927, Aragon s'engage dans la lutte politique et rompt définitivement avec Breton et les surréalistes.

Journaliste à L'Humanité, il entame une nouvelle carrière de romancier avec le cycle romanesque "Le Monde réel" ("Les cloches de Bâle", "Les Beaux Quartiers", "Les Voyageurs de l'impériale", "Aurélien", "Les communistes"). Louis Aragon reçoit en 1936 le prix Théophraste Renaudot, pour le deuxième tome du "Monde réel", "Les beaux quartiers".

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Aragon devient l'un des poètes de la Résistance, célébrant l'amour absolu et l'action politique. Après la guerre, il fonde le Comité national des écrivains avec Jean Paulhan. Combats politiques et publications ("Le Fou d'Elsa") rythment la fin de sa vie.

Se clamant réaliste socialiste, il prône l'avènement du communisme. En 1954, il devient membre du Comité Central du Parti Communiste. Les dénonciations des atrocités commises sous le régime stalinien et la mort de sa compagne le désarçonnent mais n'altèrent en rien son credo : assimiler l'écriture à une quête de soi.

Il est inhumé aux côtés de sa compagne Elsa Triolet.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Louis Aragon   (133)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (147) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Retrouvez les derniers épisodes de la cinquième saison de la P'tite Librairie sur la plateforme france.tv : https://www.france.tv/france-5/la-p-tite-librairie/ N'oubliez pas de vous abonner et d'activer les notifications pour ne rater aucune des vidéos de la P'tite Librairie. Savez-vous quel écrivain a rédigé son autobiographie entièrement en vers ? Romancier et poète… « le roman inachevé » de Louis Aragon, c'est à lire en pochez chez Poésie/Gallimard.

Podcasts (33) Voir tous


Citations et extraits (1513) Voir plus Ajouter une citation
Louis Aragon
Cœur léger cœur changeant cœur lourd
Le temps de rêver est bien court
Que faut-il faire de mes nuits
Que faut-il faire de mes jours
Je n’avais amour ni demeure
Nulle part où je vive ou meure
Je passais comme la rumeur
Je m’endormais comme le bruit.
Commenter  J’apprécie          2223
Louis Aragon
Le temps d'apprendre à vivre, il est déjà trop tard.
Commenter  J’apprécie          1981
Louis Aragon
C'est une chose étrange à la fin que le monde
Un jour je m'en irai sans en avoir tout dit
Ces moments de bonheur ces midis d'incendie
La nuit immense et noire aux déchirures blondes...

Il y aura toujours un couple frémissant
Pour qui ce matin-là sera l'aube première
Il y aura toujours l'eau le vent la lumière
Rien ne passe après tout si ce n'est le passant
Commenter  J’apprécie          1795
Rien n'est jamais acquis à l'homme,
Ni sa force, ni sa faiblesse, ni son cœur.
Et quand il croit ouvrir ses bras,
Son ombre est celle d'une croix.
Et quand il croit serrer son bonheur,
Il le broie.
Sa vie est un étrange et douloureux divorce.
Il n'y a pas d'amour heureux
Commenter  J’apprécie          1470
Louis Aragon
Un beau soir l’avenir s’appelle le passé.
C’est alors qu’on se tourne et qu’on voit sa jeunesse.
Commenter  J’apprécie          1378
Sauras-tu jamais ce qui me traverse
Ce qui me bouleverse et qui m’envahit
Sauras-tu jamais ce qui me transperce
Ce que j’ai trahi quand j’ai tressailli

Ce que dit ainsi le profond langage
Ce parler muet de sens animaux
Sans bouche et sans yeux miroir sans image
Ce frémir d’aimer qui n’a pas de mots

Sauras-tu jamais ce que les doigts pensent
D’une proie entre eux un instant tenue
Sauras-tu jamais ce que leur silence
Un éclair aura connu d’inconnu

Donne-moi tes mains que mon cœur s’y forme
S’y taise le monde au moins un moment
Donne-moi tes mains que mon âme y dorme
Que mon âme y dorme éternellement.
Commenter  J’apprécie          1330
Aucun mot n'est trop grand trop fou quand c'est pour elle
Je lui songe une robe en nuages filés
Et je rendrai jaloux les anges de ses ailes
De ses bijoux les hirondelles
Sur la terre les fleurs se croiront exilées

Je tresserai mes vers de verre et de verveine
Je tisserai ma rime au métier de la fée
Et trouvère du vent je verserai la vaine
Avoine verte de mes veines
Pour récolter la strophe et t'offrir ce trophée
Commenter  J’apprécie          1330
Louis Aragon
Chausser des bottes de sept lieues
En se disant que rien ne presse,
Voilà ce que c'est qu'être vieux.
Commenter  J’apprécie          1251
Donne-moi tes mains pour l'inquiétude
Donne-moi tes mains dont j'ai tant rêvé
Dont j'ai tant rêvé dans ma solitude
Donne-moi tes mains que je sois sauvé

Lorsque je les prends à mon propre piège
De paume et de peur de hâte et d'émoi
Lorsque je les prends comme une eau de neige
Qui fuit de partout dans mes mains à moi

Sauras-tu jamais ce qui me traverse
Qui me bouleverse et qui m'envahit
Sauras-tu jamais ce qui me transperce
Ce que j'ai trahi quand j'ai tressailli

Ce que dit ainsi le profond langage
Ce parler muet de sens animaux
Sans bouche et sans yeux miroir sans image
Ce frémir d'aimer qui n'a pas de mots

Sauras-tu jamais ce que les doigts pensent
D'une proie entre eux un instant tenue
Sauras-tu jamais ce que leur silence
Un éclair aura connu d'inconnu

Donne-moi tes mains que mon coeur s'y forme
S'y taise le monde au moins un moment
Donne-moi tes mains que mon âme y dorme
Que mon âme y dorme éternellement.
Commenter  J’apprécie          1211
Louis Aragon
Je te parle tombé sur le bord de la route
Et l'arc-en-ciel est fait des larmes que je couds.
Commenter  J’apprécie          1120

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Louis Aragon Voir plus

Quiz Voir plus

Aragon (difficulté moyenne)

Aragon a été journaliste dans un de ces journaux. Lequel ?

Minute
Le Figaro
Libération
L'Humanité

10 questions
140 lecteurs ont répondu
Thème : Louis AragonCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..