AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur N ou M ? (8)

MissSherlock
MissSherlock   24 septembre 2013
Des cheveux sombres un tantinet en désordre. Un visage qui se leva, abandonnant un instant la contemplation du passe-montagne qui semblait l’absorber.
Mrs Blenkensop ! Tuppence ! Bon sang, mais c’était tout ce qu’il y a d’impossible – d’inconcevable !
Tuppence, tricotant paisiblement dans le salon de Sans Souci !
Leurs regards se croisèrent. Ses yeux à elle affichaient une indifférence polie – c’était le regard d’une parfaite étrangère.
Tommy se sentit envahi d’admiration. Tuppence !
Commenter  J’apprécie          40
Groucho
Groucho   27 mars 2015
- Non. A mon avis, N. ne peut pas se permettre d'être un Allemand.
- Même pas un Allemand qui aurait fui les persécutions nazies ?
- Même pas ! Nous surveillons, et ils le savent tous les ressortissants ennemis qui se trouvent en Angleterre.
.../...
- Naturellement, monsieur, vous vous êtes renseignés sur ces gens-là ?
Grant eut un petit ricanement amer.
- Non, répondit-il. C'est justement, ce qu'il m'est impossible de faire ! Je n'aurais qu'un mot à dire pour que le Service fasse les recherche nécessaires, mais Beresford, c'est un risque que je ne peux pas prendre ! Il y a des agents ennemis dans l'Intelligence Service.
Commenter  J’apprécie          30
Metaphore
Metaphore   07 octobre 2012
Les agents secrets sont presque toujours de charmants garçons. C’est un drôle de métier que le nôtre. on respecte l’adversaire et il vous respecte. Et il arrive souvent qu’on ait de la sympathie pour l’homme d’en face, alors même qu’on essaie de le descendre!
Commenter  J’apprécie          30
genou
genou   15 août 2015
En arrivant chez lui, Tommy Beresford ôta son pardessus dans le vestibule. Il consacra un bout de temps à le suspendre avec un soin maniaque. Et, tout aussi soigneusement, il disposa son chapeau sur la patère voisine.
Sur quoi il bomba le torse, se mit en devoir d’arborer un sourire conquérant et pénétra dans le salon où son épouse s’affairait à tricoter un passe-montagne de laine kaki. On était au printemps de 1940.
Mrs Beresford accorda à son mari un regard bref et se replongea dans son ouvrage sur un rythme endiablé.
— Du neuf dans les journaux du soir ? finit-elle par demander.
— Haut les cœurs, le Blitzkrieg se précise ! répliqua Tommy sans enthousiasme. La
situation en France n’a pas l’air brillante.
— C’est vrai que le monde est plutôt déprimant, en ce moment, acquiesça Tuppence. Tous deux se turent, puis Tommy se décida à sauter le pas :
— Alors, tu ne me poses pas de questions ? Inutile de déployer autant de tact, tu sais !
— Je sais, confirma Tuppence. Les gens qui font preuve de délicatesse sont exaspérants.
Mais si je te pose des questions, ça va t’exaspérer tout autant. Et, de toute façon, je n’ai aucun besoin de te tirer les vers du nez. La réponse, tu la portes sur ta figure.
— Je n’aurais jamais cru que j’avais la dégaine aussi sinistre que Guillaume le Taciturne.
— Ce n’est pas ça, chéri. Mais tu t’es épinglé ce soir un sourire du genre « nous vaincrons car nous sommes les plus forts » qui est peut-être ce que j’ai jamais vu de plus pitoyable.
— Ça fait vraiment aussi lugubre que ça ? grinça Tommy.
— Davantage encore que tu ne peux l’imaginer ! Allez, vas-y, dis-moi tout. Il n’y a rien à faire ?
— Rien à faire. Ils n’ont besoin de moi nulle part. Je t’assure, Tuppence, c’est dur, quand on fait sentir à un homme de quarante-six ans qu’il ne vaut pas mieux qu’un grand-père frappé de gâtisme avancé. L’Armée, la Marine, la Royal Air Force, le Foreign Office… ils n’ont que le même refrain : je suis trop vieux. On fera peut-être appel à mes services. Plus tard !
— Idem pour moi, le consola Tuppence. Pas question d’enrôler une femme de mon âge comme infirmière – non, merci beaucoup, madame. Ni comme quoi que ce soit d’autre, d’ailleurs. Ils préfèrent une donzelle à frisettes qui n’a jamais vu une blessure ni stérilisé une compresse plutôt que moi, qui ai travaillé pendant trois ans, de 1915 à 1918, sous diverses casquettes : infirmière dans un service de chirurgie puis en salle d’opération, conductrice de poids lourds, et même chauffeur d’un général ! Tout ça, et le reste – soit dit sans me vanter – avec un égal succès. Et voilà maintenant que je ne suis plus à leurs yeux qu’une pauvre enquiquineuse entre deux âges, qui, plutôt que leur casser les pieds, ferait mieux de rester chez elle à tricoter, comme tout le monde, pour nos braves pioupious !
— Saloperie de guerre, maugréa Tommy.
— Une guerre, ce n’est déjà pas hilarant, renchérit Tuppence, mais qu’on nous interdise d’en prendre notre part, ça, c’est le bouquet !
Tommy essaya de consoler sa femme :
— Au moins, Deborah a décroché un job…
La mère de Deborah n’avait pas l’intention de se laisser consoler :
— J’en suis ravie pour elle. Et je suis sûre qu’elle se débrouille parfaitement. Mais vois-tu, Tommy, je persiste à penser que je pourrais encore en remontrer à ma fille.
— Je serais surpris qu’elle soit de ton avis, sourit Tommy.
— Les filles sont quelquefois bien agaçantes, soupira Tuppence. Surtout quand elles se donnent un mal de chien pour se montrer compréhensives.
— Moi, j’ai parfois bien de la peine à supporter les regards indulgents de ce blanc-bec de Derek. Ce « pauvre vieux papa » qu’on peut lire dans ses yeux…
— Bref, résuma Tuppence que l’allusion à leurs deux jumeaux avait conduite au bord des larmes d’attendrissement, nos enfants sont des anges – mais...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Groucho
Groucho   27 mars 2015
- Alors ? dit-il. Pourquoi ne me demandes-tu rien ? Tu n'as pas besoin de faire preuve d'autant de tact !
- Je sais. Il y a dans le tact quelque chose d'irritant. Mais, si je t'interroge, ça t'irritera encore plus. Et puis, à quoi bon ? Je suis au courant. C'est écrit sur ta figure !
- J'ai l'air si lugubre ?
- Non, mais ton sourire forcé est à vous briser le cœur.
Tommy fit la grimace.
- Il est si laid que ça ?
- Il est pire ! ... Allons, vas-y ! Ça ne colle pas ?
- Ça ne colle pas ! ... Ils veulent de moi nulle part ! Avoir quarante-six ans et être considéré comme un vieux grand-père qui dodeline du chef, c'est dur à encaisser ! Armée de terre, Marine, Aviation, Affaires étrangères, partout c'est la même réponse !
../...
- En somme dit Tuppence, c'est comme pour moi ! Ils ne veulent pas de femmes de mon âge, ni comme infirmières, ni comme n'importe quoi !
Commenter  J’apprécie          20
aaahhh
aaahhh   20 mars 2012
Le type qui a dit qu'on avait toujours tort de donner des explications avait cent fois raison !
Commenter  J’apprécie          20
meknes56
meknes56   01 août 2019
Ça ne colle pas ! Ils veulent de moi nulle part ! Avoir quarante-six ans et être considéré comme un vieux grand-père qui dodeline du chef, c'est dur à encaisser ! Armée de terre, Marine, Aviation, Affaires étrangères, partout c'est la même réponse !
Commenter  J’apprécie          10
laehb80
laehb80   08 février 2019
Laissons là les compliments. Je nourris déjà une certaine admiration à l'égard de ma propre personne. Alors ce n'est pas la peine que vous fassiez chorus...
Commenter  J’apprécie          10


    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Agatha Christie

    Quel surnom donne-t-on à Agatha Christie ?

    La Dame du Crime
    La Reine du Meurtre
    La Dame de l'Intrigue
    La Reine du Crime

    10 questions
    1202 lecteurs ont répondu
    Thème : Agatha ChristieCréer un quiz sur ce livre