AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782266281485
496 pages
Pocket Jeunesse (18/10/2018)
3.35/5   140 notes
Résumé :
Aucune histoire ne mérite qu’on meure pour elle…
Imaginez que vous puissiez vous glisser dans la peau de votre héroïne préférée… Katniss, par exemple ! Le rêve, non ? Du moins, jusqu’à ce que vous vous rendiez compte que vous êtes incapable de tirer à l’arc ou de grimper aux arbres, et que vous n’avez pas le moindre instinct de survie. Mais pas de panique, vous pouvez toujours choisir de retourner à votre petite vie tranquille de fan, dans le monde réel. Ce q... >Voir plus
Que lire après FandomVoir plus
La cité du ciel, tome 1 par Ewing

La cité du ciel

Amy Ewing

3.80★ (517)

2 tomes

Les âmes perdues, tome 1 : Les Terres du bas par Giles

Les âmes perdues

Jeff Giles

3.03★ (138)

3 tomes

Diabolic, tome 1 : Protéger ou mourir par Kincaid

Diabolic

SJ Kincaid

4.08★ (833)

3 tomes

Dividing Eden, tome 1 par Charbonneau

Dividing Eden

Joëlle Charbonneau

3.70★ (182)

2 tomes

Eve of man, tome 1 par Fletcher

Eve of man

Tom Fletcher

3.70★ (468)

2 tomes

Critiques, Analyses et Avis (60) Voir plus Ajouter une critique
3,35

sur 140 notes
C'est une première pour moi que de lire un livre où l'héroïne et ses proches se retrouvent au coeur même de leur roman préféré. Et je dois dire que j'ai beaucoup apprécié ce roman malgré les quelques avis négatifs que j'ai pu lire avant de le commencer.

Une soirée déguisée est organisée au Comic-on et Alice, Kate, Violet et son frère Nate s'y rendent pour aller voir l'acteur principal, jouant le rôle de Willow, de leur roman favori « La danse des pendus ». Suite à un accident, nos quatre personnages se retrouvent directement plongés au coeur de l'histoire à revivre chaque événement du roman. Rêve, réalité ou monde parallèle, ils devront suivre le canon autant que possible afin que le dénouement final puisse avoir lieu. Mais changer une partie d'une script risque d'être dangereux et de modifier la fin de l'histoire...

Tout d'abord j'ai bien aimé l'écriture d'Anna Day et j'ai trouvé le concept très sympa. Nous sommes au coeur d'un roman dystopique ou deux mondes sont en total opposition. Les Impas, qui représentent la pauvreté et la laideur et les Ingas, qui a l'inverse représentent la beauté et la richesse. Les Ingas tuent les Impas pour faire asseoir leur pouvoir en imposant la tyrannie et les Impas veulent se venger de leurs tyrans.

Violet se retrouve dans la peau de Rose à devoir sauver le monde des Impas et des Ingas sans avoir pour autant le même caractère et courage de l'héroïne du livre. Elle manque de confiance en elle et je dois dire que des fois on a envie de la secouer pour qu'elle sorte un peu de son script et qu'elle fasse avancer l'histoire avec son coeur et non pas avec ce qu'elle sait de l'histoire mais j'ai quand même apprécié la prise d'initiative de temps en temps qui faisait évoluer son personnage.
Willow et Alice, je les ai détesté. le stéréotype du beau mec et de la belle fille qui finissent ensemble était relativement agaçant. L'amitié aurait dû primer sur l'idolâtrie, car je ne pense pas que nous puissions employer le mot amour de leur relation désespérante.
Ash je l'ai totalement adoré du début à la fin. Un personnage qui était totalement secondaire et qui bien évidemment méritait sa place de leader. On aime son côté attachant, attentionné, protecteur. C'était un vrai bonheur que de trouver un personnage comme lui dans cette histoire.
Thorn et Kate ne m'ont pas plus touché que ça. Il fallait bien un méchant un peu rude pour mettre du piment et une brave jeune fille pour attendrir ce coeur de pierre. Mais même si j'ai bien aimé leur personnage, ils n'étaient pas essentiels pour moi.
Nate, le petit dernier est le plus jeune est très attachant. Il est intelligent et réfléchi et m'a beaucoup ému. On a envie que tout se passe bien pour lui parce qu'il le mérite réellement. Et si un deuxième tome lui était consacré je n'hésiterai pas à le lire.

Anna Day a tout de même rendu un hommage à la dernière des pendus de Grande Bretagne, Ruth Ellis, en l'insérant finement dans son texte comme étant l'amour de Thorn. Elle nous fait part aussi de sa passion pour les romans de fantasy, en comparant ses propres personnages à ceux d'autres romans comme Divergente ou Hunter Games.

J'ai passé un agréable moment à lire ce roman et je tiens à remercier la masse critique privilégiée de Babelio et les éditions Pocket Junior pour l'envoi de ce livre qui a été une belle découverte pour moi.
Lien : https://fantasydaniella.word..
Commenter  J’apprécie          610
Je tiens d'abord à remercier Babelio et les éditions Pocket Jeunesse pour l'envoi de ce livre dans le cadre d'une opération Masse critique privilégiée.

J'étais très enthousiaste à l'idée de lire ce livre mais mon ardeur a été étouffée dès les premières pages. Je sais bien que l'accroche de 4ème de couverture a fait référence à Hunger games comme « exemple », mais quand Violet a fait son exposé sur son livre préféré, j'en suis restée comme deux ronds de flanc. J'ai eu qu'une envie : refermer le livre et m'enfuir.

Car c'est bien là que le bât blesse, « La Danse des Pendus de Sally King » est une dystopie fictive qui n'est pas absolument pas crédible (et pas du tout à mon goût). Nos jeunes héros sont bien sympathiques, oui, mais manquent aussi de crédibilité. Dans l'ensemble j'ai trouvé cette lecture assez pénible.

L'idée de départ est très bonne et il est difficile de s'empêcher de se demander dans quel livre on aimerait se retrouver.

Cette même idée avait bien fonctionné avec ce film que mes enfants m'ont fait regarder en boucle il y a quelques années : Teen Beach Movie ^_^

Les explications du pourquoi du comment de cette aventure ne m'ont pas non plus convaincue.

J'ai vu qu'il allait y avoir un tome 2… ce sera sans moi.





Challenge défis de l'imaginaire (SFFF) (27)
Commenter  J’apprécie          334
Ce livre commence comme une mauvaise blague : « C'est une brune, une blonde et une rousse etc... »

Je remercie les éditions Pocket Jeunesse et Babelio pour la Masse Critique qui m'ont permis de lire ce livre. le résumé avait tout pour me plaire. Une idée originale, une promesse d'héroïne « comme moi », Hunger Games prit en exemple... même sans aimer Katniss je me sentais tentée. Je me demande comment j'ai pu être aussi naïve, en ayant lu tant de livres, je devrai savoir repérer les fausses promesses.


Premier soucis, « La danse des pendus », roman dans lequel nos jeunes héros sont envoyés... est mauvais. L'histoire d'amour ne tient pas la route, la société ne tient pas la route, les personnages ne tiennent pas la route. A tel point que j'ai commencé ma lecture en pensant que je faisais face à une satire de roman pour jeunes adultes.
Dans un futur lointain, les humains tels que nous ne sont plus que des esclaves, imparfaits face aux individus génétiquement améliorés qui gouvernent le monde. Les IMPAs servent les INGAs. Une rebelle IMPA (Rose) drague et feint de tomber amoureuse d'un important INGA (Willow) pour lui soutirer des informations, elle en tombe alors réellement amoureuse à tel point qu'elle se fait pendre pour lui, le garçon dit deux trois mots au peuple INGA à propos de son amour pour cette IMPA et POUF, tout les INGAs veulent libérer les IMPAs parce que c'est pas cool l'esclavage... et le viol et la pauvreté et le meurtre etc... No spoil, c'est raconté par Violet dans le premier chapitre. Imaginez une rebelle juive tomber amoureuse du fils d'Hitler et se sacrifier avant que le fils d'Hitler ne clame son amour pour elle et crée une révolution... N'importe quoi. Juste n'importe quoi.
Peut-être que l'auteur a voulu montrer que la perfection est attiré par l'imperfection, qu'être parfait n'est pas une bénédiction, qu'au contraire, c'est ennuyant... mais là encore, c'est très mal avancé.


Deuxième soucis, la crédibilité de l'univers qui entoure « La Danse des pendus ». Ce roman est censé être un succès tel qu'il a été adapté en film ET comble de tout, il est représenté au Comic-Con de Londres à côté de, accrochez-vous, Star Wars et Game of Thrones... Je trouve ça un brin prétentieux pour une histoire aussi bancale et mal travaillée mais bon passons. Même au Comic-Con, là où le roman/film est censé avoir du succès... il n'en a pas ! C'est quand même incroyable. Les quatre héros vont rencontrer les acteurs de Willow et Rose lors d'une convention et il n'y a que 3 ou 4 filles devant eux dans la file d'attente... à croire que le livre lui même ne se prend pas au sérieux. Je veux bien que ce ne soit « que » Londres et non es USA mais il y a toujours plus de 4 personnes à ce genre de convention !


Troisième soucis, les personnages, sont clichés et vides à tel point que je ne me suis accrochée à personne, ce qui est carrément inédit pour moi. Violet, l'héroïne brune qui panique tout le temps et ne sait rien faire toute seule, Alice, la blonde qui est la vilaine de l'histoire (du point de vue de Volet) parce qu'elle est belle et bonne (si si c'est pas une blague), Katie, la rousse qui se fait enfermer dans un château et ne revient qu'à la fin du livre et Nate, le petit frère qui prend la situation au second degré et fait des blagues sur les romans YA... Une belle brochette que nous offre l'auteur. Pour ce qui est des personnages de « La Danse des pendus » je ne parlerais que de Rose, la rebelle IMPA qui lâche son peuple opprimé, tué, violé et j'en passe pour l'amour de Willow, le blond INGA parfait et séduisant qui n'est en réalité qu'un mollusque sans âme dont le seul intérêt est d'être le fils d'un haut placé INGA et d'Ash, le brun IMPA qui est fou amoureux de Rose parce que... bah il fallait bien un brun et un blond autour de l'héroïne.


Les histoires d'amours sont inintéressantes, insipides et ne m'ont pas du tout bouleversées. Violet ne sait plus où donner de la tête. Entre l'acteur de Willow, le Willow du roman original et le Willow qu'elle rencontre, elle a les ovaires qui explosent, ajoutez alors Ash qui est tout gentil et tout mignon et là... il y a un garçon dans chaque coin, ce n'est plus un triangle amoureux pour Violet mais une étoile. Sans parler de sa meilleure amie Alice qui est dingue de Willow aussi, puis étant blonde et bonn- belle, elle est forcément plus attirante que Violet. le tout donne un beau boxon.


D'ailleurs, la relation entre Violet et Alice est super malsaine. Elles sont meilleures amies depuis l'enfance mais Violet ne trouve RIEN de positif à dire sur Alice. Alice est trop belle, trop gentille, elle attire les garçons, elle ose parler, elle écrit bien etc... un super cliché de Barbie intelligente qui fait que Violet est constamment en train se rabaisser. Elle souffre d'un gros complexe d'infériorité mais reste amie avec Alice parce que ça lui permet d'excuser sa médiocrité. Je trouve ça triste et risible. J'en avais de la peine pour Alice.


Un détail, Alice écrit des fanfictions. J'en ai écrit pendant bien 10 ans, de mes 12 ans jusqu'à avoir la vingtaine et commencer à créer mes univers et mes personnages... Qui peut se vanter d'écrire des fanfictions tellement bonnes qu'elles sont meilleures que le livre original ? Encore une fois, j'ai eu l'impression que le roman se flagellait lui même. Une fille de 16 ans écrit -presque- mieux et a de meilleures idées que l'auteur à succès de « La Danse des pendus » et je ne l'invente pas, c'est ce qui est implicitement souligné dans le livre. « Fandom » porte bien son nom, c'est une fanfiction.


L'explication finale du pourquoi ils se sont retrouvé dans le livre n'a AUCUN SENS. L'auteur nous offre une solution toute faite qu'elle n'explique pas. Sous couverts de termes scientifique mal employés, elle espère nous faire avaler une situation incroyable comme si tout était parfaitement normal. J'aurai aimé qu'elle fasse un choix, de la science même inventée mais assumée jusqu'au bout, ou du surnaturel pur et dur. Là on a un mélange sans queue ni tête.

Dernier point, ce livre a été publié, lu, relu et re relu... je ne tolère pas les fautes dans un livre publié. Là, j'en ai trouvé 5 ou 6. le dernier en date étant un « ils s'en en vont » ou un problème de ce genre. Ma lecture n'était déjà pas un plaisir, mais ça n'a rien arrangé.


Pour conclure, ce fut une belle déception. L'idée du roman dans le roman est bonne mais il fallait choisir entre explication scientifique (inventée mais crédible) ou du surnaturel pur et dur. Les personnages sont inintéressants, l'univers est mal travaillé et dans l'ensemble je n'ai pas réussi à prendre ce livre au sérieux. J'ai lu une fanfiction avec plus de défauts que de qualités.
Lien : https://cecebookine.home.blo..
Commenter  J’apprécie          121
Une idée originale, malheureusement l'auteur n'a pas réussi à me captiver ! Une plume simple, je dirais même simpliste. Les personnages ne sont pas fouillés et manquent cruellement de personnalité. du coup impossible de s'attacher à eux ou de leur trouver des qualités.

Commenter  J’apprécie          220
" Aucune histoire ne mérite qu'on meure pour elle...",

nous dit le sous-titre de la 1ère de couverture.

Là dessus, on sera à peu près tous d'accord, si le choix est au rendez-vous.

La perspective est en tout cas frissonnante et Anna Day va doublement faire entrer ses lecteurs dans l'aventure.


En effet, sans doute se mettront-ils à la place de Violet, Nathan, Alice et Katie, fans comme eux-mêmes de films d'aventures ados dit dystopiques, mais pauvres victimes du destin et de la mesure Fantastique, dirons-nous pour l'instant, pour ne pas trop en dire justement, qui basculeront ironiquement dans leur aventure préférée.


C'est à vous en dégouter ou presque.

Imaginez vous plonger en chair et en os dans le film que vous chérissez.

Ce genre littéraire de Science Fiction a le vent en poupe en ce moment en romans et adaptations cinématographiques de romans, il rassemble un grand nombre de spectateurs ados. Un vrai succès!

L'auteure nous fera t-elle regretter de trépigner et être excité à la lecture ou au visionnage sur grand écran du pire?


Vous, lecteurs, faites bien la part des choses, semble t-il et si vous appréciez le film "des griffes de la nuit", ce n'est pas pour autant que vous accepteriez Freddy Krueger en nouvel ami sur Facebook. "Aliens" et "Predator" sont des monuments mais nous préférerions qu'ils restent sur leur planète.

Vous l'aurez compris, on profite évidement de ces situations où la fiction reste de la fiction, pour en méditer parfois et aimer se faire peur, uniquement confortablement installé sur un divan devant l'écran.


Toujours est-il que sans qu'aucun ne comprenne ce qui arrive (la situation est assez improbable vous le verrez aussi), ces jeunes fans vont se trouver transférer de la convention Comics où les comédiens de " la danse des pendus" les ont invités à quelques selfies, au monde lui-même de l'oeuvre.

Ils seront, d'un claquement de doigt, devenus aussi des personnages de la fiction.


Il est amusant ( pour nous) et perturbant ( pour les héros), on le comprend, de fréquenter un temps leurs stars en tant qu'acteurs puis en tant que personnages.

Les acteurs ne sont pas leur personnage et la deuxième option est bien plus dangereuse pour tout le monde.

Dans ce monde imaginé, Ingas et Impas s'affrontent, les Ingas sont dominants et ce sont des humains génétiquement modifiés sur le seul critère de la Beauté, l'imperfection physique est éliminée sous toutes ses formes.

Les jeunes héros seront récupérés par le peuple Impas qui lorgne férocement la pauvre Alice et lui reproche durement son côté un peu trop "inga" ( ils ne faudra pas se vexer pour le reste du groupe qui est vite intégré).


La perspective qu'ils se faisaient des différents personnages sera un peu différente, encore bien différent de la dichotomie naturelle entre la réalité et la fiction, entre le personnage et le comédien. Devant le grand écran, l'aventure nous appartient, on se l'approprie en visionnages multiples, nous connaissons chaque personnage selon nous par coeur mais peut-être que quelque chose nous échappe et que l'idée précise de l'auteur sur ses héros dépasse grandement l'oeuvre finale donnée.

Peut-être ne connaissons nous pas les héros autant qu'on le pense...?

Ça sera la part d'imprévu, de bonnes surprises et de déceptions.


C'est leur connaissance de la fiction en tant que fan assidu qui leur permettra de survivre dans " La danse des pendus", le temps d'un retour chaudement réclamé (oh oui!Après tout, ce ne sont que des ados qui rigolent entre copains, asticotent leurs parents et vont encore au lycée).


Le nom de l'aventure dans l'aventure n'est pas très réjouissant, Pocket Jeunesse s'est montré bon psychologue en restant sur la communication anglaise plutôt que celle espagnole plus démonstrative.

Le ton se montrera un peu plus léger ( si l'on peut dire) heureusement pour les lecteurs ados que les images qu'on nous renvoie, l'essentiel de l'aventure reposera sur ce trouble à distinguer la fiction d'une réalité qui nous échappe, il est à supposer quelques amourettes possibles, avec ce sentiment de se trouver ridicule de commencer à céder à de beaux sentiments pour des incarnations qui n'appartiennent en réalité qu'au roman et au film d'origine.

C'est principalement ce qui rend le titre intéressant car son propos dépassera le roman.

Les personnages principaux ne sont pas exceptionnellement charismatiques mais ils nous ressemblent, ils n'ont pas été imaginé de toutes pièces pour l'aventure, l'auteure compte bien sur une identification.

A vous de vous faire votre propre opinion et bonne lecture.
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (2)
Ricochet
10 avril 2019
Premier roman d’Anna Day, Fandom est extrêmement malin malgré son thème déjà vu ça et là. Il combine habilement l’intérêt d’un vrai roman d’aventures dystopiques avec une réflexion aboutie sur la création littéraire. L’auteure explore les questions de maîtrise d’un monde et de personnages par leur créateur, d’allers et retours entre la réalité et la fiction qui aurait d’une certaine façon son autonomie, de variations autour d’un « canon » qui sont ensuite écrites par d’autres, etc. Last but not least, il y a de l’humour et Violet est extrêmement attachante. A découvrir !
Lire la critique sur le site : Ricochet
Actualitte
21 novembre 2018
Bien ficelé et convaincant, ce roman a vraiment compris comment manipuler les concepts de réalité et de fiction, et surtout – par dessus tout – exposer les problématiques de toute confusion des genres.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Elle a dit qu’on pouvait passer toute sa vie à parcourir le monde sans jamais tomber sur l’âme sœur. Voilà pourquoi, si on a de la chance de la croiser un jour, il faut s’accrocher à elle des deux mains et ne jamais la laisser partir.
Commenter  J’apprécie          461
L’amour n’est pas quelque chose de prédéterminé qui peut vous être imposé. Tomber amoureux, c’est au contraire se confronter à l’imprévisible. Cela implique de prendre des risques.
Commenter  J’apprécie          440
- Je n'en reviens pas que tu n'aies pas encore lu La Danse des pendus, c'est un rite de passage.
La foule emporte ma voix et je me sens, encore une fois, toute petite.
- Plus besoin de le lire, maintenant. Tu aurais pu nous prévenir que tu allais nous spoiler la fin.
- Tu n'as même pas vu le film.
- Pareil : tu l'as spoilé.
Commenter  J’apprécie          151
- Les gens tombent amoureux super vite dans les livres de dystopie pour meufs.
- C'est une histoire d'amour dystopique, traduit Alice. (Nate acquiesce avec entrain). C'est hyper romantique...
Commenter  J’apprécie          202
Méfiez-vous de vos souhaits, car parfois la réalité peut vraiment vous jouer des tours
Commenter  J’apprécie          430

autres livres classés : fanfictionVoir plus
Les plus populaires : Jeune Adulte Voir plus


Lecteurs (360) Voir plus



Quiz Voir plus

Fandom tome 2, Le soulèvement.

Quel est le vrai prénom de Nate?

Nathan
Nathaniel
Jonathan
John

11 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Fandom, tome 2 : Le soulèvement de Anna DayCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..