AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2913238033
Éditeur : Chamin de Sent-Jaume (01/01/1999)

Note moyenne : 3/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
coco4649coco4649   26 août 2017
La tour – Extrait 4



Le bras qui ne m’emporte pas. Qui n’a pas soulevé mon poids entre les deux abîmes.
Et n’a pas déployé sa puissance au-dessus des vallées.
Il ne m’a pas levé si haut que je traverse les nuages.
Il ne m’a pas porté si loin que j’aie traversé l’eau.
Mais la main prend la pierre et la jette au-devant.
Mais la main prend la pierre et la jette plus haut.
Mais la main prend la pierre et la jette où je veux.
De la force du bras.
De la force du corps, des reins tendus, de la cuisse qui tourne, et de la jambe souple, appuyée sur le pied.
De la force du corps tout entier.
Du vouloir de la volonté.
L’œil qui voit, qui choisit, qui calcule la place.
Et le pied qui mesure l’espace et compte la distance.
Le pas, la foulée. Le pied. La toise. La coudée. Le pouce.
Et le corps tout entier pour dire la hauteur et supputer l’espace, au-delà de l’espace où le cri peut porter,
au-delà de l’espace où l’œil peut regarder,
au-delà de l’espace où le pas peut mener.
Au-delà de l’espace…
Et le savoir qui sait. Et l’esprit qui devine au-delà de l’espace l’espace nouveau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
coco4649coco4649   26 août 2017
L’Homme éclaté – extrait 1


L’Homme. – Est-ce vous mes amis dont la voix me parvient ?
Comme une aurore qui s’annonce j’entends la voix de mes amis.
Je fais un pas, j’avance. Je tends la main, j’attrape le vent.
Où êtes-vous ?
Non, je suis seul toujours.
Il me semble que ma tête s’enfle et se distend de jour en jour.
Il me semble que ma tête est grosse de tous les vents de l’univers.
Qu’elle se gonfle comme un ventre où bourdonne la vie en bourgeon.
Se prépare l’essaim de la ruche qui gronde !
J’éclaterai comme une graine, je germerai comme le blé.
Ma tête porte des forêts, la marée haute des moissons l’habite.
Ma tête porte l’océan tout pommelé de vagues blanches.
J’éclaterai comme la graine. Ma tête engendre l’horizon.
Elle porte le flot des moissons, l’haleine de l’amour l’habite.
J’accoucherai de mes poissons, et mes oiseaux s’envoleront,
 ivres de ces torrents qui tournoient sur leurs rives.
J’enfanterai fatalement. J’éclaterai comme éclate en tombant
 le fruit trop mûr des branches.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
coco4649coco4649   26 août 2017
L’Homme éclaté – extrait 2


L’Homme. – Elle me touche, elle me tient. Sa peau m’est toute familière. Je la connais depuis toujours. Elle est chaude comme la mienne.

Je l’ai sentie contre ma peau, et je n’ai pas frémi. J’ai reconnu le velouté de son contact, et sa tiédeur.

Quand je suis nu dans le soleil de juin, je ne sens pas davantage contre mon corps la douceur de l’air.

Mais alors me vient le bonheur, alors dans tous mes os monte cette allégresse.

Je danserai sur le foin mûr ! Je danserai comme les blés qu’une haleine de vent fait venir et aller, je danserai où que je sois, mes pieds m’emportent.

Je danserai avec les bras, je danserai avec le cou, je me sens plus léger que l’orage.

Elle me tient le cou, elle me touche le visage. Je danse tout entier, je danse comme un arbre, et mon cœur chante ses moissons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
coco4649coco4649   26 août 2017
La tour – Extrait 3


Troisième Voix. – Lorsque je tends le bras,
l’oiseau s’envole et va. Et quelquefois traverse les nuages.
Puissante est la main. Sa force est dans le bras.
Puissante est l’aile de l’oiseau. C’est le corps qui déploie sa force et sa vaillance.
Son désir d’être ailleurs. Sa volonté.
L’oiseau qui monte et qui descend.
Qui part et qui se pose.
Et qui dessine un arc, entre les arbres.
Entre les branches.
Entre les lieux.
Par-dessus la forêt.
Par-dessus la montagne.
Par au-dessus des eaux.
Puissante est la main.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
581 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre