AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782073012920
Gallimard tract (01/09/2022)
3.6/5   5 notes
Résumé :
"La dévaluation de l'enseignement public ratifie l'abandon de ceux qui n'ont que l'école pour s'élever."Camille DejardinCe qui se joue à l'école concerne chacun de nous du fait de ses conséquences sur la société. Or l'"ascenseur social" républicain n'opère plus. L'école trahit ses usagers, ses acteurs et, surtout, ses promesses d'égalité des chances par l'instruction et l'éducation à la citoyenneté. Pire, année après année, les politiques conduites aggravent le mal.... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Eutenor
  24 janvier 2023
"L'école doit incarner, avec une rigueur et une exemplarité spécifiques, la transmission et le perfectionnement des outils de la raison et de la sensibilité propices à l'émancipation individuelle et à l'efficacité collective, démocratique et matérielle, pour le plus grand nombre."
Et avec cette conclusion, on ne peut qu'être d'accord. Mais après la lecture de cet essai de Camille Dejardin, je me suis retrouvée à avoir un sentiment mitigé quant à ses solutions pour réformer l'école. Même si nous partons d'un constat forcément désastreux de l'enseignement en France et qu'elle nous propose des solutions qui sont tout à fait logiques et qui vont de soi : moins d'élèves par classes, une meilleure rémunération et en finir avec le mépris de la communauté enseignante, valoriser le parcours et la formation des professeurs, remettre les redoublements au goût du jour et ne pas en faire une catastrophe d'État...
J'ai parfois eu certaines réflexions à l'encontre de ce qu'elle pouvait penser sur d'autres.
Bannir le contrôle continu au profit d'un contrôle terminal "avec plusieurs entraînements" par exemple. Même si la réalisation du contrôle continu par JM Blanquer est d'une absurdité sans équivoque puisque les professeurs sont incités effectivement à surnoter leurs élèves et à manquer de discernement (dû en partie à la pression exercée de leurs chefs d'établissements), n'est-ce pas plutôt une conséquence de la politique du chiffre qui se manifeste dans toute la fonction publique (police, bibliothèques, poste...) ? Un besoin de cacher les disfonctionnements derrière des pourcentages flatteurs d'une jeunesse qui réussi son baccalauréat dont tous les journaux se gaussent. Mais Madame Dejardin oublie vite que le baccalauréat premier du nom avec toutes ses épreuves terminales montrait déjà ses limites, obligeant à Blanquer de proposer sur un plateau une réforme sans préparer ni le corps enseignant, ni les chefs d'établissements, ni les élèves. Oui au contrôle continu qui permet aux élèves de leur donner la valeur de l'effort continu, du travail tout au long de l'année (car de simples entraînements ne seraient pas pris au sérieux par la majeure partie des élèves, trop habitués à donner ce qu'ils ont pour les notes qui compteraient vraiment).
Pour ce qui est des établissements scolaire, oui, on dirait des prisons et oui il faudrait les valoriser par l'architecture, redonner à l'école sa valeur autrefois primordiale mais aujourd'hui oubliée par nos politiques. En revanche, dire qu'il faudrait absolument couper les élèves du monde extérieur "pas de musique enregistrée", pas de numérique dans le sens large... Quand bien même je ne suis pas une fervente adepte du "tout numérique", je ne peux m'empêcher de me dire que l'objectif de l'école est aussi de préparer les élèves à chercher et trouver des informations fiables. et cela inclue également internet. Les éloigner de cette réalité, c'est les empêcher de se former justement à se prémunir des mauvaises informations et de trouver les bonnes sources (tout en combinant ce savoir-faire à la recherche dans les ouvrages, cela va de soi.) Après, en dehors des cours, faudrait-il en venir à l'interdiction des téléphones portables dans l'enceinte du collège ? Cela, je ne pourrais pas m'en faire un avis véritablement objectif... Mais la question mérite d'être posée.
En bref, de bonnes propositions et d'autres qui ouvrent le débat. C'est un essai nécessaire à la bonne considération de l'enseignement dans les priorités politiques. Il me tarde d'avoir l'avis des enseignants sur ces propositions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
EutenorEutenor   24 janvier 2023
Le mot "élève" ne renvoie pas à l'élevage mais à une élévation (et un élargissement) vis-à-vis d'un niveau et d'intérêts préalables. Mais encore faut-il que cette élévation soit plus séduisante que la régression, le repli dans un cocon familier ou la fuite dans un "métavers". Pour cela, tenir compte des besoins psychologiques, cognitifs et sensoriels de l'humanisation, tel serait le premier pas d'une école "bienveillante" qui ne se paierait pas de mots.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : éducationVoir plus




Quiz Voir plus

Et s'il faut commencer par les coups de pied au cul

Dans un film de Jim Jarmush, un tout jeune couple d'adolescents se demande : Y a-t-il encore des anarchistes à -------- à part nous ? Peu de chances. Où çà exactement ?

Paterson
Livingston
Harrison
New York

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : anarchie , éducation , cinéma americain , histoireCréer un quiz sur ce livre