AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Claude Baldy-Moulinier (Éditeur scientifique)Gérard Guillerault (Éditeur scientifique)Élisabeth Kouki (Éditeur scientifique)
ISBN : 2070424723
Éditeur : Gallimard (29/10/2002)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 102 notes)
Résumé :
Quatrième de couverture - « Ce livre est écrit d'après une conférence faite à des psychologues, des médecins et des travailleurs sociaux. Je désirais faire saisir à ceux qui s'occupent d'éducation, d'enseignement, de soins aux enfants et aux jeunes en difficultés physiques, psychiques, affectives, familiales ou en difficultés sociales, l'importance des paroles dites ou non dites, sur des événements qui marquent la vie d'un enfant, souvent à son insu.
Mon prop... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Tatooa
  09 juillet 2014
Un livre simple, abordable (conférence retranscrite), que j'ai trouvé pertinent, et pour avoir vécu certaines choses avec mes enfants nourrissons, je sais que leur parler de ce qu'on ressent avec honnêteté, fait parfois des miracles.
Je n'ai pas trouvé que Dolto se présentait comme omnisciente ici, mais plutôt qu'elle donne son raisonnement et sa façon de penser sur le fait que les non-dits peuvent avoir des répercussions importantes sur le futur adulte.
Commenter  J’apprécie          110
brigittelascombe
  14 août 2011
Toute vérité n'est pas bonne à dire!
Mais "parler vrai" prône la psychanalyste Françoise Dolto(figure de proue du XX° siècle) permet à l'enfant de se construire.
Edité en1987 suite à une conférence pour le corps médical,cet ouvrage émaillé de cas aborde tour à tour la fonction symbolique,l'image,l'autonomie,l'affect,le désir. Les non dits doivent être mis en mots pour que, ainsi que le citait Kant:"Il semble que pour l'enfant dire je,c'est comme une lumière", l'enfant se construise, devienne un être humain à part entière qui puisse aller à la rencontre de l'autre.
Commenter  J’apprécie          80
Maphil
  17 mars 2013
Ce livre est basé sur une conférece de Françoise Dolto et s'adresse à tous ceux qui s'occupent d'enfants en difficultés physique, familailes, sociales, affectives ou psychiques. Françoise Dolto insiste sur l'importance des paroles dites (ou non dites) par les adultes au sujet d'éènements marquants de la vie de l'enfant : adoption, divorce, mort d'un proche... Il faut "parler-vrai" aux enfants.
Simultanément, elle illustre de sa pratique de pédo-analyste d'autres thèmes tels que la propreté, la garde des enfants, le désir de la mère, l'enfant trisomoque...
Commenter  J’apprécie          80
philo15
  07 mars 2012
Retranscription d'une conférence donnée quatre ans avnt son décès à des psychologues et à des travailleurs médico sociaux exerçant auprès d'enfants, cet essai compile l'expérience de Mme Dolto en matière de communication avec les enfants et nourrissons.
Rendu très vivant grâce aux nombreux cas abordés il est très accessible et donne matière à réflexion sur nombres de sujets, entre autres : l'importance du parler et de la manière de le faire, leur impact sur le psychisme, la manière d'aborder les évènements catastrophiques de la vie d'un enfant (divorce, décès, adoption...).
Passionnant.
Lien : http://www.philo-au-fil-des-..
Commenter  J’apprécie          80
Meuraie
  09 décembre 2013
Un livre que j'ai lu dans l'objectif de mon mémoire et que j'ai survolé, surtout sur la fin?
Un fonctionnement de questions/réponse qui m'interroge et me donne le sentiment que l'auteur possède le savoir absolu et résout tout les problèmes que le peuple des ignorants lui pose... En bref ... je n'ai pas accroché à la psychanalyse selon Dolto, malgré une écriture assez simple à la compréhension, ce qui n'est pas désagréable pour un texte de psychanalyse.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
RhiaRhia   20 octobre 2013
Je veux encore illustrer le satisfaire le besoin mais non toujours le désir.
Par exemple, un enfant n'a pas besoin de bonbons. Il demande un bonbon pour le plaisir qu'on s'occupe de lui, pour qu'on lui parle, qu'on lui montre qu'on l'aime. C'est très intéressant de voir que, si on dit à l'enfant : "Ah bien, oui, comment il serait le bonbon? Il serait rouge?" On parle, on se met à parler pendant une demi-heure, on parle du goût du bonbon, selon sa couleur rouge, ou bonbon vert; on peut même dessiner des bonbons. L'enfant oublie que c'est un bonbon qu'il voulait manger. Mais quelle bonne conversation autour des bonbons! Quel bon moment on a passé.
C'est cela : il vient vous demander quelque chose; il veut avoir quelque chose, il veut en parler, et regardez comme c'est intéressant en promenade d'aller devant une vitrine avec un enfant. Quel bain culturel pour eux de parler aux enfants et de jouer à se donner en imagination des cadeaux, et aussi quelle preuve d'amour.
L'enfant dit "Ah, je voudrais bien avoir ce camion." La maman répond "Ah, non, ce n'est pas possible, je n'ai pas d'argent." Vite, vite, ne regardons pas. Elle ne veut pas qu'il soit tenté, alors que c'est cela vivre, c'est mettre des mots sur ce qui nous tente et d'en parler. "Ce camion-là, tu trouves qu'il est bien?"
- Ah, oui.
- Qu'est-ce qu'il y a de bien?
- Il a des roues rouges.
- Oui, c'est bien, mais les roues rouges, cela peut ne pas rouler aussi. Ce n'est pas une image, un camion, il faut que cela roule. On va rentrer dans le magasin, tu vas le toucher, on va le regarder aujourd'hui, je n'ai pas d'argent pour le payer.
- Si, si, si.
- Je ne l'ai pas, c'est comme ça, si tu préfères on ne va pas entrer pour le voir de près et le toucher. Si, si...
Quand l'enfant voit que la mère est décidée : "mais, on va en parler, etc.", il s'apaise. Ce dont il a besoin, c'est de communiquer dans le désir du camion, dans l'espérance et la mère valorise son désir. Il faut toujours justifier le désir d'un enfant, toujours, toujours, toujours. "Ce n'est pas possible à réaliser, mais tu as tout à fait raison de le désirer."
Depuis que le monde est monde, il y a des idiots qui veulent la lune, mais s'il n'y avait pas eu des idiots qui voulaient aller sur la lune, on n'y serait jamais allé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
claudiaclaudia   13 avril 2009
l'importance du désir, du plaisir...
La satisfaction du besoin du travail désiré...
Sans cela, on meurt...
Parce qu'on se sent fait pour cela. Pour ce travail qui a été une révélation depuis sa plus tendre enfance...
Qui devient alors un rayonnement de joie...
Dire à un enfant, très tôt de quoi il souffre, pour qu'il compense afin de devenir plus fort...
Il y a toujours une possibilité de joie quand il y a communication...
Être l'objet de l'autre...
Les autres qui disent vrai, pas ceux qui font semblant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
RhiaRhia   18 octobre 2013
Pour un enfant tout est signifiant langage, ce qui se passe autour de lui et qu'il observe. Et il réfléchit dessus. Et un enfant réfléchit et écoute d'autant mieux qu'il ne regarde pas la personne qui parle.
Là aussi, c'est très important : quand un instituteur ou une institutrice veut que les enfants les regardent, ils perdent 50% de l'attention des enfants.
Pour nous, adultes, c'est le contraire : nous aimons regarder la personne qui parle.
L'enfant s'il a ses mains occupées à autre chose, qu'il feuillette un livre, une revue, ou des bandes dessinées, ou qu'il joue à quelque chose, c'est à ce moment-là qu'il écoute, mais fantastiquement tout ce qui se passe autour de lui, il écoute "en vérité" et mémorise...
Il ne faut pas que les enfant regardent le maître mais surtout il faut pour bien écouter qu'ils bruitent tout le temps. Les enfants qui ne bruitent pas, qui ne joue pas à quelque chose, n'écoutent pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
philo15philo15   07 mars 2012
Parler de ce que fait l'enfant, ce" n'est pas ça une psychothérapie, c'est dire tout ce qsue tu fais, c'est pour me dire quelquechose, et j'essaie de comprendre ce que tu veux me dire. Ce n'est pas ce qu'elle fait en apparence qui est important, c'est ce qu'elle vous dit par son comportement.
Commenter  J’apprécie          210
RhiaRhia   21 octobre 2013
... Il y a des classes d'enfants qui vont te le reprocher. Tu n'as qu'à te faire apprécier, et ils verront qu'ils se sont trompés, et qu'ils sont bêtes.
Voilà comme vous pouvez aider un enfant qui est marqué par une erreur qui se voit. L'important, c'est ce qu'il vit, c'est comment, lui, il aime les autres, ce n'est pas du tout qu'il soit aimé. Si nous les élevons ainsi : "L'important, c'est qui tu aimes, toi, que les autres t'aiment ou ne t'aiment pas, c'est comme cela que tu seras heureux, toi."
Il ne faut pas être maso pour cela, il ne faut pas aller leur faire la cour, se défendre de ceux qui vous font mal, mais pas pour cela se mettre à les détester, cela ne sert absolument à rien qu'à perdre des énergies.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Video de Françoise Dolto (28) Voir plusAjouter une vidéo

Agora du 11 novembre 1986
Paul CHAVASSE s'entretient avec la psychanalyste Françoise DOLTO lors de la parution de son album "Enfances", illustré de photos d'enfance et d'enfants. A 2'52 : Françoise DOLTO : elle a toujours eu "les yeux ronds" - titre du texte de son livre, souvenirs flashs de vie - ronds de curiosité, de surprise et de questionnements. Elle continue d'être questionnée partout et en particulier par...
autres livres classés : psychanalyseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
253 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre