AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
4,36

sur 1538 notes
carre
  30 octobre 2015
Voilà une BD qui devrait être rembourser par la Sécu. Page après page, on rit devant les malheurs de ce jeune père de famille devenu un fugitif et que toutes les polices recherchent. Et la l'imagination et le délire humoristique de Fabcaro fait feu de tout bois. Il en profite pour démolir avec une jubilation évidente notre société, égocentrique, paranoïaque, manipulée par les médias.
Chaque page nous offre une chute aussi désopilante que bien sentie. On rit franchement tout du long, tant son humour fait merveille.
Récompensé par le Prix "Quai des Bulles 2015", un bijou de BD malin, inventif, burlesque à découvrir de toute urgence. Merci Fabcaro.
Commenter  J’apprécie          1312
marina53
  22 décembre 2015
Au supermarché, au moment de passer à la caisse, Fabrice se rend compte qu'il a oublié sa carte de fidélité, restée dans son autre pantalon. La caissière appelle alors le service de sécurité. le vigile arrive aussitôt et demande au jeune homme de bien vouloir le suivre. Ce dernier le menace alors avec un poireau tandis que l'agent lui demande de se calmer. Fabrice s'enfuit en courant. La direction est aussitôt prévenue et la police arrive sur les lieux du crime. Les journalistes s'emparent de cette sombre affaire, des envoyés spéciaux sont dépêchés, des spécialistes prennent l'antenne en direct... Fabrice est devenu l'ennemi public n°1 !

L'on pourrait emprunter un titre de Stéphane de Groodt: "Bienvenue en absurdie" ! Fabcaro se met en scène dans ce road-movie complètement déjanté. Devenu l'homme le plus recherché de France, tout ça à cause d'une carte de fidélité non présentée, il n'a d'autre choix que de fuir. L'auteur dépeint les travers de la société: médias, conformisme, rumeur, racisme ordinaire... Même les auteurs de bande dessinée en prennent pour leur grade ! La mise en scène est dynamique à raison de presque une chute par page. C'est drôle, jouissif et finement vu. L'on pourra peut-être regretter un dessin minimaliste mais là finalement n'est pas l'essentiel.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          950
ninosairosse
  20 mars 2019
♫Elle m'a dit d'aller siffler là-haut sur la colline
De l'attendre avec un petit bouquet d'églantines
J'ai cueilli les fleurs et j'ai sifflé tant que j'ai pu
J'ai attendu, attendu, elle n'est jamais venue
Zai-zai-zai-zai
Zai-zai-zai-zai
Zai-zai-zai-zai
Zai-zai-zai-zai♫
-Joe Dassin - 1969 -

Oh oh
alors là chapeau !
oh oh
trop bien Fabcaro !
pour tous tes jeux de mots
Les juges et les lois
ça te fait pas peur
Ce qu'on peut dire sur toi
Avant de tous les chanteurs
c'était toi le plus grand
Autodérision
Manipule à Sion
Avec ton Humour Subtillarant
Viens avec moi, fêter ce nouveau Printemps.
5/5 +++++
Commenter  J’apprécie          934
Crossroads
  13 décembre 2015
Il a déconné le gars.
Se rendre à l'hypermarché du coin, se gaver de courses et prétexter un bête oubli de carte de fidélité avant de passer à la caisse. On y croit pas une seconde. Ça sent le bluff à plein nez Martoni. Manque de pot, le dirlo, pas vraiment joueur, esquive brillamment le piège d'une magnifique roulade arrière histoire de désamorcer une situation dangereusement périlleuse. Ne reste que la fuite pour notre anti-héros devenu dès lors l'ennemi public n°1.

Zaï, zaï, zaï, mais qu'il est bon ce Fabcaro !

Un maître-mot, le non-sens, l'absurde omniprésent.
Alors, effectivement, cela fait bien deux vocables mais y avait une promo chez Casto. Un acheté, un offert, alors moi, pas con, j'en profite.
On nage en pleine incohérence et c'est bon.
Les situations irrationnelles s'enchaînent à la vitesse d'un cheval aux pruneaux.
Il y a du Monty Python dans chaque planche, troupe que l'on imaginerait facilement s'approprier un tel délire.
On parcourt cette douce folie le sourire littéralement vissé aux lèvres.
Cherchez pas à résister, vous y viendrez.
Mieux, vous aussi, vous adorerez !
Manquait juste le terrible lapin tueur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          937
Ptitgateau
  01 janvier 2019
Mince ! j'irais même jusqu'à dire : « zuuuuuuuuuuuuuuuuut ! » j'ai aussi oublié ma carte de fidelité du commerçant chez qui je fais mes courses, je ne citerai pas son nom histoire de ne pas polluer ce site de pub. S'il y a des curieux qui voudraient vraiment savoir, je dirai juste que ça commence par I et que ça finit pas …ntermarché, mais c'est tout, je n'en dirai pas plus, même sous la torture.

Donc j'ai bel et bien oublié ma carte de fidelité hier, comme ce pauvre mec de la BD qui m'a fait hurler de rire, au grand désespoir de la famille qui s'est réunie en conseil pour prendre une grave décision : fermer les portes et me laisser seule dans le séjour.

N'empêche que notre héros, il défraie la chronique : lui, quand il a avoué avoir oublié sa carte de fidélité, il menaçait la caissière avec le poireau qu'il venait de reprendre sur la caisse, la direction est arrivée, le directeur l'a sommé de lâcher ce poireau sous peine de le voir faire une roulade arrière (oui vous avez bien lu … une roulade arrière !!!!).

Notre héros n'a donc plus le choix : la fuite est son seul salut ! La police est alertée, le fugitif fera l'objet d'un signalement dans les journaux télévisés et sur les espaces publics. Mais comment peut-on en arriver là ????? .

Alors ce que vous pouvez faire après lecture de ce texte de critique, c'est avant tout de vous munir de votre carte de fidélité pour courir à la librairie acheter un exemplaire de cette pépite à lire et à relire pour ce road movie de Fabcaro qui part d'un fait divers très sérieux pour se lancer dans une critique acerbe de notre société, se moquant ouvertement du milieu du journalisme, des conventions, proposant des dialogues plus que déjantés. Un livre hilarant que je suis bien contente d'avoir lu. Pis en plus, ça m'a fait une leçon, je n'oublierai plus ma carte avant de partir faire mes courses !
Lien : https://1001ptitgateau.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7014
le_Bison
  10 décembre 2015
Face aux temps difficiles que notre société doit affronter, ne pas avoir sa carte de fidélité devrait être considéré comme un crime. D'ailleurs le gouvernement planche sur de nouvelles lois plus restrictives ! Sinon comment suivre tes pas, tes achats et ton compte en banque. C'est bien l'unique raison d'une carte de fidélité, construire un fichier au pouvoir d'achat. Alors quand je pense à ce type, quel minable. Aller acheter au supermarché son poireau et ne pas donner sa carte de fidélité. Quel crétin, le con ! Une honte. A se faire pendre avant d'huiler la lame de la guillotine. Soit disant qu'il l'a laissé dans la poche de son autre pantalon. Pas crédible une seconde.

Sécurité ! Vite ! un individu SUSPECT en caisse 3.
Le Haut-parleur se met à hurler : « tous les agents de sécurité sont demandés à la sortie du magasin. IMMEDIATEMENT !! »
Le suspect tente un roulé-déboulé pour s'enfuir dans le parking.
Capturez-le avant qu'il ne s'échappe au milieu de tous ces bons citoyens,
des citoyens honnêtes avec leur carte de fidélité.

La police est mise en alerte. Code Rouge. Avis de recherche. Les médias sont sur le pont. Peut-on faire confiance à un dessinateur de bédé sans carte de fidélité. Attention le suspect est très dangereux. N'essayez pas de l'appréhender tout seul mais prévenez les forces de frappe et de police. S'enchaîne une folle course poursuite, un road-movie haletant jusqu'en Lozère, un thriller glaçant à faire froid dans le dos – le gars sans sa carte de fidélité pourra-t-il s'en sortir ? Ira-t-il siffler là-haut sur la colline avec un petit bouquet d'églantines.
Lien : http://leranchsansnom.free.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          596
gill
  07 octobre 2018
Très cher Mr Fabcaro,

Vous souvient-il du différend qui nous opposa ?
Naguère je vous choisis comme biographe.
Mais le compte n'y était pas.
Moi je dis, ça devait arriver ...
Pensez, trois ou quatre albums par an, en festival un week-end sur deux ...
Et je vous parle là d'un boulot de commande.
Le crime ne paye que ceux qui l'expliquent !
Bref, vous m'assassinâtes.
J'en étais venu à douter de votre talent et de ma clairvoyance.
Bof !
Et puis ...
Hop !
Votre album "Zaï zaï zaï zaï", presque par hasard, est tombé entre mes mains.
Variante cocassime : au lieu d'une boutade c'est un objet imprévu que vous m'envoyâtes ...
Hop !
Et qui, prodige d'hilarité, est revenu multiplié narguant les bêtes lois naturelles du commun ...
Mais gardons notre sang-froid !
Discipline d'abord, jugulaire, jugulaire !
"Zaï zaï zaï zaï" est un inattendu concentré d'humour, d'intelligence et de talent !
Il s'assemble, il s'organise, il se coagule.
Il prouve la supériorité de la bande-dessinée sur les arts menus et traditionnels.
Notre siècle, l'a-t-on assez dit, est après tout celui de l'image et je vois mal - qu'on m'en excuse - en quoi le récit dessiné réduirait des perspectives intellectuelles au contraire à tout moment encouragées par une observation des détails graphiques dont il est assez fécond pour lui permettre d'aller droit à l'essentiel en dégageant son propos de ces fastidieux exercices de style toujours rebutants pour un public hostile au pédantisme ...
Mais attention, n'en tirez aucune vanité de mauvaise aloi : rien n'est plus insupportable qu'un auteur prétentieux !
Cependant bravo et merci Mr Fabcaro ...

Votre très cher Achille Talon
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          582
berni_29
  14 septembre 2019
On a du mal tout d'abord à s'imaginer que le fait divers dont je vais vous parler ici, ait pu se dérouler de nos jours tant il est violent. J'ose espérer que des enfants n'aient pas assisté au drame...
Un auteur de BD, Fabrice, jeune père de famille, est à la caisse d'un supermarché. Il est invité par la caissière à présenter sa carte de fidélité. Il ne l'a pas sur lui. Impensable ! Vous imaginez ?! Aller faire ses courses en oubliant sa carte de fidélité ! La caissière s'impatiente, le ton monte et devient agressif. La caissière appelle un vigile. S'ensuit une altercation. C'est alors que le jeune homme, dans un geste désespéré, braque le vigile
avec un poireau qu'il venait d'acheter quelques minutes plus tôt. C'est le geste de trop... La direction du magasin prévient la police, tandis que notre anti-héros s'enfuit...
C'est le début d'un longue road trip, une cavale échevelée que les journalistes vont suivre et relayer chacun à leur manière auprès du grand public, divisant la société en deux. Fabrice devient l'ennemi public n°1. Si Roger Gicquel avait été encore en vie et en service, n'aurait-il pas alors repris sa célèbre tirade sur le ton sombre et pathétique qu'on lui connaissait : « La France a peur »...?
Vous l'aurez compris, cette BD totalement déjantée, Zaï zaï zaï zaï, écrite par Fabcaro, joue avec l'absurde, mêlant des personnages et des situations ubuesques à chaque page ; le propos qui s'esquisse une fois calmés les zygomatiques, est là pour dénoncer au passage quelques maux de notre société : la société de consommation, les médias, le narcissisme ambiant, la bêtise humaine... On pourrait se dire avec amusement que tout ceci est au second degré. Quoique... quoique...
Longtemps, je me suis demandé ce que je pouvais écrire de plus que ce qui avait été dit ici de manière abondante, à part mon ressenti, dire que je m'étais follement amusé à lire cette BD foutraque et son ton espiègle et satirique, mine de rien, sa manière poil à gratter pour gratter là où ça fait mal, chez les autres évidemment, car chez nous, tout va très bien, Madame la Marquise...
Donc, cette chronique attendait tranquillement sur ma PAC (pile à chroniques) que le moment se fasse opportun...
Et mercredi soir dernier, il le fut. L'inspiration me vint comme un flash, une révélation, alors que je regardais les informations au journal TV de vingt heures. Parmi les toutes premières nouvelles, il y eut celle-ci déterminante : des grandes enseignes avaient décidé presque en commun de faire payer désormais les cartes de fidélité à leurs clients. Ouah ! J'avais là ma chronique... C'est vrai cette information était de tout premier plan parmi tout se qui ce passe en ce moment : après tout, pourquoi continuer d'évoquer les féminicides, la forêt amazonienne qui brûle, l'homophobie dans les stades de football, le drame des migrants... Il y avait brusquement ce sujet fabuleux, qui survenait dans l'actualité comme un coup de théâtre et qui méritait largement d'être traité en priorité...
Durant quelques instants, je me suis posé la question : c'est sérieux ? Non, c'est une parodie de Zaï zaï zaï zaï... Ou bien une intrusion du Gorafi... Je me pince, je regarde le calendrier pour vérifier que ce n'était pas un poisson d'avril : 11 septembre ! En plus... La présentatrice TV semblait prendre le sujet à coeur, s'inquiétant presque pour le devenir des consommateurs qui allait perdre ce droit à la gratuité pour les plus humbles et reconnaissant que cela risquait en définitive de ne pas être une bonne affaire pour les magasins concernés (mais de quoi je me mêle !). Un directeur marketing d'une grande surface interviewé par un autre journaliste dans la suite du reportage se voulait alors très rassurant et totalement décomplexé : « pas du tout, on a des déjà des retombées très positives, à l'arrivée nous serons gagnants dans l'affaire, car ce type de consommateurs, une fois fidélisés, achètent beaucoup plus ». Au moins, pas de langue de bois, un discours franc du collier ! C'est ce qu'on appelle « accrocher un fil à la patte », une manière d'acheter plus et surtout plus de choses inutiles, en clair : une forme de servitude volontaire,... Je me suis alors rappelé une phrase toujours actuelle d'Antoine de la Boétie : "Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. "
Je ne savais plus s'il fallait rire ou pleurer. J'ai regardé quelques livres pour ne pas perdre pied, j'ai eu envie d'aller marcher dans une forêt avec la femme que j'aime, regarder la mer, surtout éteindre cette télé insupportable, prendre un livre, m'enfouir dans la prose de Thomas Vinau, de Christian Bobin ou de Jim Harrison, quelque chose de beau, de pur, d'inspirant pour les vies parfois brutalisées...
Alors, pour en revenir à cette merveilleuse BD, Zaï zaï zaï zaï, antidote de la connerie, j'espère qu'elle sera mise entre toutes les mains, et celles des enfants en particulier, petits êtres fragiles et désormais connectés en permanence à une société de consommation de plus en plus violente...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5321
Zephirine
  21 février 2021
Ce roman graphique, plein d'une dérision bienvenue et d'une satire douce-amère de la société, mérite son succès et ses nombreux prix.
J'ai découvert l'auteur à travers son roman Broadway et j'ai eu envie de découvrir sa facette dessinateur. On retrouve là l'humour cocasse de l'auteur.
Le fil conducteur, c'est l'histoire saugrenue de cet homme, auteur de BD, en cavale après avoir oublié sa carte de fidélité du supermarché. Cette aventure absurde est le prétexte à de nombreuses scènes tout aussi désopilantes et surréalistes. Fabcaro égratigne au passage la morale bien-pensante, les médias, le racisme, la relation familiale, les amis.
On retrouve les travers de notre société et les nôtres aussi et on sourit si on ne rit pas carrément.
Un très bon moment de lecture.
Commenter  J’apprécie          481
boudicca
  03 mars 2016
Récompensée il y a quelques mois par le Prix Ouest-France à l'occasion du festival Quai des bulles de Saint Malo, « Zaï Zaï Zaï Zaï » est une toute petite bande-dessinée à l'humour dévastateur. Les premières cases à elles seules suffisent à nous faire comprendre que Fabcaro n'a pas fait les choses à moitié et a pris le parti d'adopter un ton totalement décalé. Jugez plutôt : à la caisse d'un magasin, un jeune homme se rend compte au moment de payer qu'il n'a pas sa carte de fidélité. Un oubli apparemment pris très au sérieux par les employés du dit magasin puisque le fraudeur est obligé de menacer le vigile (un pro de la roulade arrière) avec un poireau avant de prendre la fuite. S'en suit une chasse à l'homme grotesque qui fait rapidement naître plusieurs débats sur des questions de société qui divisent manifestement la population : « Non parce que là, qu'est ce qu'il va se passer ? Je vais vous le dire : il va aller en prison, ok, mais après, en sortant, qui vous dit qu'il ne va pas de nouveau ne pas avoir sa carte du magasin ? Si ça se trouve, après, il n'aura même pas son jeton pour le caddie ! » Une affaire comme celle-ci ne tarde pas à réveiller de vieilles controverses, chacun ayant évidemment son opinion sur la question, de la boulangère au pilier de comptoir en passant par les hommes politique, les médias, les artistes, les membres de la profession du fugitif...

Ah oui parce que le « criminel » est un auteur de BD... « Comme par hasard... » diront certains pour qui il n'est guère étonnant de voir ce genre de personne impliquée dans une aussi sombre histoire. L'ouvrage consiste en une succession de planches qui nous dévoilent tour à tour l'avancée de la fuite du héros ainsi que les conversations concernant ce triste fait-divers émanant de personnes issues de toutes les couches de la société. le retour des idées nauséabondes de l'extrême-droite, la montée de l'antisémitisme et la prolifération des théories du complot, l'opportunisme dégoulinant de mièvrerie de toutes ces célébrités qui sautent sur l'occasion pour enregistrer un titre prônant l'amour et la tolérance, la paranoïa engendrée et encouragée par les médias... : Fabcaro dénonce par le biais de l'absurde tous les travers de notre société. Et ce n'est pas beau à voir ! L'humour ne l'empêche pas de taper là où ça fat mal, bien au contraire, et certaines scènes sont mêmes d'une telle lucidité et d'un tel cynisme qu'elles en deviennent plus tragiques que comiques. On rit cela dit beaucoup à la lecture de cette bande dessinée tant il est difficile de ne pas s'amuser des pitreries des personnages ou du ridicule de leur argumentaire : « Pff, on essaie encore de nous manipuler avec cette histoire...Bah attends, c'est évident, le gars il fait ses courses un jeudi : jeudi → judaïque → juifs ». CQFD.

Un petit ouvrage complètement barré qui dénonce par le biais de l'humour l'hypocrisie de notre société. Les médias, les bobos, les enseignants, les hommes politiques, les péquins standards qui croient tout ce qu'ils entendent à la télé ou voient sur internet : tout le monde en prend pour son grade ! A consommer sans modération.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          443


Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura






Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
17310 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

.. ..