AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2352121353
Éditeur : 6 Pieds sous Terre Editions (09/11/2017)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 89 notes)
Résumé :
Henri et Sandrine forment un couple heureux et épanoui à qui tout réussit, jusqu'à ce qu'un jour apparaisse Michel, un brun ténébreux, qui va faire chavirer le coeur de Sandrine. Ensemble ils vont vivre une idylle aussi brûlante qu'interdite. Mais la vie est-elle toujours du côté de l'amour ? La passion n'est-elle pas qu'une feuille morte emportée par une brise d'automne ? L'Arc-en-ciel des sentiments ne finit-il pas toujours par disparaître derrière le nuage de la ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
celestineh
  27 novembre 2017
Le titre dit tout ! "Et si l'amour c'était aimer" Cela n'a aucun sens et pourtant tout l'esprit de la BD est résumé dans cette phrase !
Voilà donc le nouvel opus de Fabcaro qui parodie cette fois le genre des romans photos :
Même imagerie figée, même histoire d'amour passion cucul qui balaye tout sur son passage, sauf que dans ce livre tout est absurde et drôle, follement drôle !
Sandrine et Henri constituent un couple heureux et sans problèmes jusqu'au jour où Sandrine tombe follement amoureuse de Michel, livreur non pas de pizzas mais de macédoines !
Tous les lieux communs des romans photos ou romans Arlequin vont défiler mais recyclés à la manière Fabcaro.
Ce qui donne lieu à une suite de poncifs, de scènes surréalistes et de dialogues totalement absurdes qui sont un régal.
Je n'avais pas été totalement enthousiaste à la lecture de Zaïe, zaïe, zaïe, mais cette fois je dois avouer que je me suis franchement amusée.
Je ne sais pas où l'auteur puise son inspiration pour le moins baroque mais bravo ! C'est court mais hilarant, de l'humour au troisième voir quatrième degré.
Et pour finir je laisse la parole à Michel : "Mes amis, je crois qu'au fond rien n'est plus beau que l'amour" !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Asterios
  26 avril 2018
Tout comme dans Zaï Zaï Zaï Zaï on retrouve l'humour loufoque et décalé de Fabcaro. Sur un format de roman-photo limite vintage, entrecoupé de scènes hors contexte de personnages donnant leur opinion sur l'histoire, on nous dessine une parodie de liaison amoureuse qui déclenche chez le lecteur des bouffées de rigolades tant on a du mal à voir arriver le gag.
Très bon, très drôle.
Commenter  J’apprécie          220
MonsieurHyacinthe
  22 mars 2018
Chaque fois que je le lis, je suis comme un palmipède hétéro, une colchique dans un pré, je retrouve mes repères, je me fais boussole et quatre saisons. Parce qu'à pousser dans le jardin de papa Ionesco et papa Beckett, forcément, les mauvaises graines prennent de sales habitudes : une même famille, une même maison, celle du "qui m'aime me suive". Ainsi, pour certains, ça calanche. Pour ma part, ça balance, en faveur du Fabrice Caro.
La parti-pris de départ est hilarant, l'absurde au rendez-vous, évidemment, on ne va pas renier ses rognons. C'est finement joué, créatif et cruellement désoeuvré, un abîme sans fond, une philosophie du néant, toujours teintée d'humour. Les clowns sont bien souvent de grands handicapés de la joie.
Fabcaro saupoudre le gâteau de pépites sociales, c'est meilleur que le chocolat mais fait davantage gonfler les globes oculaires. Pareilles à des lames de rasoir, ces pépites écorchent et tranchent dans le vif du sujet. Ça fait mal, mais c'est tellement bon.
Je ne perçois dans cet amas d'arbre en tranches qu'un manque, mais un sacré manque tout de même, qu'il faut bien signaler, une béance dans l'estomac, qui peine sensiblement ses lecteurs assidus : il n'y a jamais assez de pages à se mettre sous la dent ! On vit là une frustration de cuisine moléculaire, un repas de verrines, on joue à la dînette !
Non, non et non. J'peux pas aller devant la préfecture, j'ai tennis, mais vous, lecteurs, manifestez ! Demandons plus. Réclamons tout. Envoyez le rosbif ! On veut du sanglier pendant que le barde pendouille. Fabcaro ne se sirote pas comme d'autres, il s'avale, s'engloutit, tout d'une traite, sans précaution. On est vite en fringale. Doublez les volumes, cuistot, on en redemande ! Qu'on nous serve du cinq étoiles au prix du sandwich, pardi, ça reste de la bouffe. En tout cas, on se régale de vous, monsieur F.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
jainas
  27 janvier 2018

Ha le coup de foudre, la passion amoureuse qui bouleverse les vies, déchire les couples, fait palpiter les coeurs (et d'autres organes...)
Le sujet de cette nouvelle perle satirique dessinée par Fabcaro est clair dès le début, annoncé de but en blanc : "Et si l'amour c'était aimer ?" Une question philosophique profonde, qui va être explorée au fil des pages et de la passion adultère entre Sandrine et Michel, le livreur de Macédoine : discussions absurdes et/ou clichées, bulles de naration verbeuses au langage fleuri et occasionelement abscon, dessins volontairement figés... L'humour décalé et parfois noir de Fabcaro est bien au rendez-vous, et si j'avais pour ma part préféré zaï-zaï-zaï-zaï, j'ai pour autant bien rigolé à la lecture de ce nouvel opus.
Et puisque qu'en écrivant cette critique, le saut mental vers la chanson des Inconnus était irrésistible, je vous laisse sur ces paroles prophétiques qui ne dépareillent pas du tout avec le style et le sujet de la bande dessinée :
Un chagrin d'amour...
C'est comme si Roméo n'aimait plus... Virginie
Un chagrin d'amour
Comme si l'équipe de marseille n'avait plus Bernard Tapie
Un chagrin d'amour
C'est un sapin de Noël sans guirlandes et sans boules
C'est un papa Noël sans sa hotte et ses boules
De rien ! ;)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Agathethebook
  19 février 2018
Cette BD est drôlissime !
✖️Type d'humour ? 5ème degré, caustique et parodique, à l'OSS 117 parfois, mais en plus trash.
✖️Type de dessin ? Noir et blanc, personnages années 80, type roman photos, visages sérieux qui débitent des conneries …
✖️Le Pitch ? Sandrine en couple avec Henri tombe follement amoureuse du livreur de macédoine !
✖️Mon avis ? Ce recueil au titre à l'eau de rose flirte avec l'anti-romantisme, il est résolument absurde et déjanté. Et si l'amour c'était raconter n'importe quoi aux autres et à soi-même? A lire, gloussements garantis...
Commenter  J’apprécie          100

critiques presse (4)
LeJournaldeQuebec   26 février 2018
Suite au fulgurant succès de Zaï Zaï Zaï Zaï publié en 2015, l’auteur français Fabcaro ­récidive avec un désopilant et non moins décalé récit d’amour aux jubilatoires effluves de roman-photo.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
BoDoi   19 janvier 2018
À la fois très drôle dans ses procédés et très malin dans son propos – notre modernité serait-elle, parfois, un peu médiocre ? –, Et si l’amour c’était aimer réussit un sans-faute.
Lire la critique sur le site : BoDoi
LaPresse   11 janvier 2018
Après un manque d'inspiration qu'il a illustré dans Pause, Fabcaro revient à la charge avec un album cinglant sur les relations amoureuses.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LaLibreBelgique   29 novembre 2017
Après "Zaï zaï zaï", Fabcaro livre une parodie désopilante du roman-photo.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   21 novembre 2017
- Je suis content que vous ayez trouvé mon petit mot...
- C'était donc vous... Marchons un peu, voulez-vous ? Nous avons tant de chose à nous dire...
- ...
- Sinon vous connaissez Grenoble ?
- Non.
- Moi non plus.
Commenter  J’apprécie          120
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   23 novembre 2017
- Oui Émilie ?...
- Mon père il dit que cette Sandrine c'est une grosse chaudasse du cul et que lui, à la place d'Henri, s'il aurait appris un truc pareil, il lui aurait mis une grosse branlée à cette traînée...
- S'il avait appris un truc pareil...
Commenter  J’apprécie          100
PsychikFabPsychikFab   27 novembre 2017
- Vous savez, je sors d'une histoire sentimentale un peu compliquée...
- C'est à dire?...
- Elle était vendeuse à Nature & Découvertes...
- Je suis désolée...
- Vous ne pouviez pas savoir...Mais tout cela est derrière moi à présent...
Commenter  J’apprécie          80
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   23 novembre 2017
- Mes amis, je crois qu'au fond rien n'est plus beau que l'amour... Il ne nous reste plus que ça... On n'a rien, on ne sert à rien, on ne va nulle part, rien n'a de sens... Dans cinquante ans on est morts, on n'existe plus, on est dans un trou et ce qu'on aura vécu n'aura rien changé à rien et nos enfants mourront à leur tour et leurs enfants ensuite, et dans cinq milliards d'années le soleil s'éteindra et tout ça aura été vain et dérisoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   23 novembre 2017
- Super répèt' les gars, c'était génial !
- Elles sont démentes tes paroles mec !
- Merci... Je sais qu'on va déranger mais tant pis, c'est notre rôle après tout...
- Un artiste qui ne dénonce pas les injustices est-il encore un artiste ?...
- Euh... Oui ?
- Oui c'est vrai remarque...
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Fabcaro (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Fabcaro
Fred Sandon - chronique BD - prix Hors les murs - Zai zai zai zai ©LaChaineNormande
autres livres classés : absurdeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
13749 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
. .