AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2352121353
Éditeur : 6 Pieds sous Terre Editions (09/11/2017)

Note moyenne : 4.3/5 (sur 141 notes)
Résumé :
Henri et Sandrine forment un couple heureux et épanoui à qui tout réussit, jusqu'à ce qu'un jour apparaisse Michel, un brun ténébreux, qui va faire chavirer le coeur de Sandrine. Ensemble ils vont vivre une idylle aussi brûlante qu'interdite. Mais la vie est-elle toujours du côté de l'amour ? La passion n'est-elle pas qu'une feuille morte emportée par une brise d'automne ? L'Arc-en-ciel des sentiments ne finit-il pas toujours par disparaître derrière le nuage de la ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  03 juillet 2018
Après une journée de boulot harassante, Henri est content de retrouver son épouse aimante, Sandrine. Afin de passer une soirée cool en amoureux et aussi lui faire plaisir, elle lui annonce qu'elle a commandé une macédoine pour le dîner chez Speed Macédoine. Évidemment, Henri s'en réjouit déjà. Lorsque Sandrine ouvre au livreur, aussitôt, une bouffée de chaleur l'envahit. Son palpitant s'emballe, elle frémit des pieds à la tête, subjuguée, ébranlée par le regard de braise de ce beau brun ténébreux. Afin de le revoir, tous les soirs suivants, elle commande chez Speed Macédoine. Henri, lui, est toujours content de manger ça, ne se doutant pas un seul instant que sa femme est en train de tomber amoureuse. Réussissant à lui faire passer un message, Sandrine donne rendez-vous à Michel, le livreur, pour le lendemain, au zoo...
L'amour d'un couple idyllique et parfait, coulant des jours heureux, bientôt chamboulé par un beau livreur de macédoines, musicien à ses heures perdues. Ne serait-ce qu'une passade ? Henri, start-upper à qui tout réussit, peut-il rivaliser avec Michel ? Voilà pour le fond. Pour la forme, Fabcaro est au meilleur de sa forme : des jeux de mots jouissifs, des situations aussi improbables que drôles, des retournements de situations qui feraient pâlir le n°56 de "Nous deux", des quiproquos vaudevillesques, des mises en scènes complètement décalées, des personnages-mannequins au ton pénétré qui posent, des dialogues à l'eau de rose, des chutes à chaque page... Cette parodie de roman-photos est un vrai concentré d'humour, d'absurde, de dérision... mais aussi d'amour !
Excellent !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          763
celestineh
  27 novembre 2017
Le titre dit tout ! "Et si l'amour c'était aimer" Cela n'a aucun sens et pourtant tout l'esprit de la BD est résumé dans cette phrase !
Voilà donc le nouvel opus de Fabcaro qui parodie cette fois le genre des romans photos :
Même imagerie figée, même histoire d'amour passion cucul qui balaye tout sur son passage, sauf que dans ce livre tout est absurde et drôle, follement drôle !
Sandrine et Henri constituent un couple heureux et sans problèmes jusqu'au jour où Sandrine tombe follement amoureuse de Michel, livreur non pas de pizzas mais de macédoines !
Tous les lieux communs des romans photos ou romans Arlequin vont défiler mais recyclés à la manière Fabcaro.
Ce qui donne lieu à une suite de poncifs, de scènes surréalistes et de dialogues totalement absurdes qui sont un régal.
Je n'avais pas été totalement enthousiaste à la lecture de Zaïe, zaïe, zaïe, mais cette fois je dois avouer que je me suis franchement amusée.
Je ne sais pas où l'auteur puise son inspiration pour le moins baroque mais bravo ! C'est court mais hilarant, de l'humour au troisième voir quatrième degré.
Et pour finir je laisse la parole à Michel : "Mes amis, je crois qu'au fond rien n'est plus beau que l'amour" !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Asterios
  26 avril 2018
Tout comme dans Zaï Zaï Zaï Zaï on retrouve l'humour loufoque et décalé de Fabcaro. Sur un format de roman-photo limite vintage, entrecoupé de scènes hors contexte de personnages donnant leur opinion sur l'histoire, on nous dessine une parodie de liaison amoureuse qui déclenche chez le lecteur des bouffées de rigolades tant on a du mal à voir arriver le gag.
Très bon, très drôle.
Commenter  J’apprécie          280
Ariane84
  20 octobre 2018
Hilarant !
C'est absurde, c'est du grand n'importe quoi, mais qu'est-ce que c'est drôle.
J'avais déjà été séduite par "Zaï zaï zaï zaï", là je suis à nouveau sous le charme, ce qui n'est plus le cas de Sandrine qui s'ennuie auprès d'Henri... et qui se tourne donc vers Michel. Voilà le pitch de départ, la suite ne peut pas être racontée, il faut la vivre.
Le dessin est sympa et colle bien à l'esprit du faux roman-photo.
Mais le point fort c'est indéniablement l'imagination et la dérision de l'auteur, j'ai personnellement éclaté de rire plusieurs fois et fini l'album avec un grand sourire aux lèvres.
Je ne résiste pas au fait de vous reproduire un petit extrait musical cité dans l'album et qui m'aura bien fait marrer :
"Dans des miroirs chinois / Dans le bleu des photos / Dans le regard d'un chat / Dans les ailes d'un oiseau"
(et oui, j'ai vérifié, ce sont les vraies paroles, je n'avais jamais remarqué cette formidable introduction d'une chanson pourtant cultissime)
Si vous ne connaissez pas encore cet album, vous êtes chanceux, il ne vous reste plus qu'à le découvrir...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
MonsieurHyacinthe
  22 mars 2018
Chaque fois que je le lis, je suis comme un palmipède hétéro, une colchique dans un pré, je retrouve mes repères, je me fais boussole et quatre saisons. Parce qu'à pousser dans le jardin de papa Ionesco et papa Beckett, forcément, les mauvaises graines prennent de sales habitudes : une même famille, une même maison, celle du "qui m'aime me suive". Ainsi, pour certains, ça calanche. Pour ma part, ça balance, en faveur du Fabrice Caro.
La parti-pris de départ est hilarant, l'absurde au rendez-vous, évidemment, on ne va pas renier ses rognons. C'est finement joué, créatif et cruellement désoeuvré, un abîme sans fond, une philosophie du néant, toujours teintée d'humour. Les clowns sont bien souvent de grands handicapés de la joie.
Fabcaro saupoudre le gâteau de pépites sociales, c'est meilleur que le chocolat mais fait davantage gonfler les globes oculaires. Pareilles à des lames de rasoir, ces pépites écorchent et tranchent dans le vif du sujet. Ça fait mal, mais c'est tellement bon.
Je ne perçois dans cet amas d'arbre en tranches qu'un manque, mais un sacré manque tout de même, qu'il faut bien signaler, une béance dans l'estomac, qui peine sensiblement ses lecteurs assidus : il n'y a jamais assez de pages à se mettre sous la dent ! On vit là une frustration de cuisine moléculaire, un repas de verrines, on joue à la dînette !
Non, non et non. J'peux pas aller devant la préfecture, j'ai tennis, mais vous, lecteurs, manifestez ! Demandons plus. Réclamons tout. Envoyez le rosbif ! On veut du sanglier pendant que le barde pendouille. Fabcaro ne se sirote pas comme d'autres, il s'avale, s'engloutit, tout d'une traite, sans précaution. On est vite en fringale. Doublez les volumes, cuistot, on en redemande ! Qu'on nous serve du cinq étoiles au prix du sandwich, pardi, ça reste de la bouffe. En tout cas, on se régale de vous, monsieur F.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

critiques presse (6)
Telerama   07 août 2018
Le scénariste et dessinateur de Montpellier a fait il y a trois ans une entrée fracassante dans l’arène de « l’humour glacé et sophistiqué » avec l’irrésistible Zaï zaï zaï zaï. Décalé, parodique, loufoque, Et si l’amour c’était aimer, son nouvel opus, marche sur les mêmes traces.
Lire la critique sur le site : Telerama
ActuaBD   19 juillet 2018
Poussée au paroxysme, la mièvrerie qui peut déjà prêter à sourire quand elle est faite au premier degré devient sous la plume parodique de Fabcaro ridiculement comique.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
LeJournaldeQuebec   26 février 2018
Suite au fulgurant succès de Zaï Zaï Zaï Zaï publié en 2015, l’auteur français Fabcaro ­récidive avec un désopilant et non moins décalé récit d’amour aux jubilatoires effluves de roman-photo.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
BoDoi   19 janvier 2018
À la fois très drôle dans ses procédés et très malin dans son propos – notre modernité serait-elle, parfois, un peu médiocre ? –, Et si l’amour c’était aimer réussit un sans-faute.
Lire la critique sur le site : BoDoi
LaPresse   11 janvier 2018
Après un manque d'inspiration qu'il a illustré dans Pause, Fabcaro revient à la charge avec un album cinglant sur les relations amoureuses.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LaLibreBelgique   29 novembre 2017
Après "Zaï zaï zaï", Fabcaro livre une parodie désopilante du roman-photo.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   04 juillet 2018
- Sandrine, quand allez-vous quitter votre mari ?
- Michel, ce n'est pas si simple... On a le crédit de la Mercedes, un Plan Épargne Logement à La Poste, et puis... j'ai peur de faire souffrir les enfants...
- Les enfants ?? mais, vous n'en avez pas...
- Oui non, les enfants en général, je veux dire.
Commenter  J’apprécie          272
marina53marina53   03 juillet 2018
- Ça va, mon chéri ? Tu as passé une bonne journée ?
- Éreintante, mais ça va... À un moment, à la cafèt', Richard a confondu le sel et le poivre, du coup, il a mis du poivre dans sa paëlla...
- Ah ah ah ! Mon chéri, avec toi, la vie est une suite de surprises renouvelée chaque jour...
Commenter  J’apprécie          273
marina53marina53   03 juillet 2018
- Tu es Gémeaux, toi, non ?
- Non Lion.
- Mais ascendant Gémeaux, non ?
- Non, Scorpion.
- Ah ah, j'en étais sûre, ça rate pas, c'est typique des Lion ascendant Scorpion de pas être Gémeaux.
Commenter  J’apprécie          300
marina53marina53   03 juillet 2018
- J'en ai plus rien à foutre de rien... Je vais ouvrir un club d'accrobranche et de canoë kayak et tout le monde sera bien content.
- Fais pas le con, Michel, la vie vaut la peine d'être vécue.
Commenter  J’apprécie          221
marina53marina53   04 juillet 2018
- Mais, au fait, tu vas être en retard à ton boulot toi...
- Ah ah, rien à foutre !
- Mais ouais ! Fuck le système, man !!
- Oui, je ferais des heures en plus dimanche aprèm, ça compensera.
Commenter  J’apprécie          200
Videos de Fabcaro (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Fabcaro
Fred Sandon - chronique BD - prix Hors les murs - Zai zai zai zai ©LaChaineNormande
autres livres classés : absurdeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14231 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
.. ..