AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782753523326
535 pages
Éditeur : PUR, Presses universitaires de Rennes (08/07/2015)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Les historiens ont beaucoup travaillé et écrit sur la criminalité et sur les délinquants, mais peu sur les victimes. Cet ouvrage cherche à combler cette lacune. Fruit d'un colloque tenu à Dijon en octobre 1999, il rassemble une quarantaine de communications réparties en cinq thèmes majeurs : le regard de la société, identités et recours, mythes, typologie en fonction des instances créatrices de victimes, typologie en fonction des préjudices subis. Tous ces problèmes... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
KenehanKenehan   08 février 2018
"Le cadavre sur lequel il s'est acharné est littéralement haché ; on compte plus de 30 blessures [...]. La minutie des descriptions de ces crimes ne répond pas seulement à la complaisance plus ou moins malsaine des chroniqueurs. Elle est un gage de la réalité de l'évènement, puisque dans les faits divers le réalisme s'articule sur le spectaculaire. C'est grâce à elle que le propriétaire du corps supplicié accède pleinement au statut de victimes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
KenehanKenehan   20 janvier 2018
L'enfant n'est victime des violences parentales que lorsque ses parents ne se comportent plus comme des parents. A l'intérieur de la famille bien normée, il n'y a pas d'enfant victime de violences. Le fils battu ou même tué n'acquiert le statut de victime que quand le profil des violences les fait sortir de la discipline familiale et tomber dans le droit commun, la cité exerçant alors ses fonctions de contrôle et de répression. L'enfant ne saurait être la victime de la patria potestas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
KenehanKenehan   20 janvier 2018
Pour autant, la loi, comme certains courants d'opinion, ne se montre pas absolument indifférente aux brutalités dont les petits et le personnel servile sont victimes. Des restrictions réglementaires sont apportées à la toute-puissance du pater familias et des pénalités sont mises en place, dès l'époque républicaine, pour sanctionner les abus. Mais il ne s'agit jamais d'interdire radicalement les violences ; la réprobation et la pénalisation des sévices excessifs vont paradoxalement de pair avec l'idée que le recours aux coups, voire la mise à mort, reste une expression normale de la puissance paternelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
KenehanKenehan   20 janvier 2018
Bref, être possédé ou être sorcier, ce n'est pas vraiment différent quant aux comportements (scandaleux), aux actes (criminels), et aux malheurs dont les uns et les autres sont porteurs.
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
autres livres classés : victimologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1897 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre