AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2310017213
Éditeur : Editions Amalthée (28/03/2014)

Note moyenne : 4.82/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Les habitants de la contrée indépendante des Bocages Mauves mènent une vie paisible jusqu’au jour où ils doivent faire face à d’étranges disparitions.
Sachairi Correnaigh, l’Administrateur qui dirige cette contrée, comprend très vite que les responsables de ces méfaits ont recours aux forces occultes employées traditionnellement par les Mages. Sans hésiter, il fait appel à la Confrérie des Mages, une organisation veillant à ce que la pratique des forces occu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Soukiang
  27 février 2019
Quelle souffle, quelle inspiration, quelle imagination, j'avais adoré me plonger dans des romans de fantaisy comme ceux d'Angeline Sirba avec Emmett Llewelyn : La Revelation des Enchanteurs ou encore Derkomaï d'Ilona Troadec, il n'est pas interdit de rêver, de se projeter dans un monde empreint de magie, de sortilèges mais surtout de quitter son enveloppe terrestre actuelle pour faire le vide autour de soi, je n'ai pas grandi avec la génération Harry Potter ni lu les romans de George R. R. Martin et sa sage de le trône de Fer, cette divine sensation à l'oeuvre est la quintessence d'une lecture qui atteint son objectif premier, prendre un plaisir démesuré proportionnel à la fragrance qui n'aura eu de cesse de m'envoûter, pendant plus de 550 pages, je me suis délecté de chacune d'entre elles comme si elles recelaient des formules incantatoires, des secrets de l'univers, cette magnificience est dûe en grande partie à la plume de l'auteur, Emmanuelle Ferré, pour son premier roman, je le clame haut et fort, c'est que du bonheur, j'en sors à l'instant avec ce sentiment de plénitude, d'ondes positives, c'est aussi la vocation ou l'objectif d'être des feel-good, La Confrérie des Mages Tome 1 La Renaissance se termine comme elle a commencé, un voyage livresque du plus bel effet, dans le rêve je suis rentré, dans le rêve je continue de ressentir ...
Ne vous fiez pas aux apparences, c'est un peu aussi le fil conducteur d'une histoire qui a tout du postulat de départ classique, l'équilibre d'un royaume et de ses trois contrées est sur le point de basculer dans une ère nouvelle, ce qui a commencé avec des troubles comme les reflets de l'eau qui s'agite va progressivement devenir un tourbillon d'événements menaçants, de révélations en révélations, l'intrigue va se développer pour laisser filtrer des messages sous-jacents voire subliminaux, une quête initiatique hors du commun va inviter une jeune fille de 12 ans, Lera à tracer sa destinée avec l'aide d'une mystérieuse Confrérie des mages, des personnages extraordinaires et une philosophie commune : vaincre le mal pour instaurer la paix et l'harmonie.
Sans le savoir encore, Lera va devenir l'enjeu d'un jeu de pouvoir qui la dépassera, dans l'ombre d'une guerre imminente, ce qui fait la force de ce roman, ce sont d'abord ses personnages, prendre le temps de les connaître et de partager avec eux leur passé et leur ambition, ce sont aussi ces payages sublimes que l'auteure nous convie à saisir toute la beauté à couper le souffle, à en ressentir les caresses des vents, à en humer l'atmosphère féerique qui s'en évacue, à emprunter cette voie des quatre éléments incontournables constituant l'essence de la vie : la terre, le feu, l'air et l'eau.
C'est dans cette délicate fragilité à l'origine de toute matière, l'alchimie fondatrice alterne entre le chaud et le froid, entre le fil précaire reliant l'ensemble des particules, le roman se découvre et s'enrichit au fil des pages, l'aura évanescente est permanente, telles des vapeurs brumisantes, l'histoire prend sa source dans le poids du passé qui hante les vivants, l'apprentissage est un passage obligé pour renouer et espérer avancer, trouver des réponses pour converger vers la liberté, vers la reconnaissance, un esprit déchiré succède des phases incandescentes afin de traquer la vérité, j'ai pris mon temps pour m'imprégner d'une douce et optimiste aventure hors du commun.
Tous les ingrédients d'une construction maîtrisée pour appréhender et saisir les dangers, les combats n'en sont que plus impressionnants par les descriptions, la dynamique comme les variables aléatoires qui peuvent bousculer, ce sentiment d'être toujours à l'aube de bouleversements majeurs, de rebondissements qui jaillissent comme le joker opportuniste, il n'est pas exagéré de définir cette lecture comme une thérapie, un baume au coeur, l'envie de croire en des lendemains meilleurs s'inscrit dans cette vision qui dépasse le simple cadre de l'esprit initiatique, se transcender c'est aussi fusionner tous ses sens vers une âme pure, faire fi des désagréments incontournables pour se concentrer sur l'essentiel, le temps est précieux, Lera est non seulement une héroïne dotée d'une empathie hors norme, elle cristallise et touche par sa capacité à grandir plus vite que la nature, à se poser des questions pour mieux en comprendre le monde dans lequel elle évolue, cette empathie indispensable sera mise à rude épreuve par les obsctacles qui se dresseront sur sa route.
Dans le fond comme dans la forme, la magie est présente partout dans le style de l'auteure et dans sa profondeur psychologique, palier par palier, le récit est captivant, il peut traverser les nuages tout en creusant dans les strates souterraines, s'attendre à tout c'est aussi la signature de donner toute latitute et toute amplitude à contempler, à souffrir avec ces personnages en proie aux doutes, aux poids des décisions qu'ils seront amené à prendre, entre culpabilité et trahison la frontière est mince, s'amuser de ces situations hilarantes et bienvenues pour alléger une ambiance qui s'assombrit au fil des pages, une invitation pour un voyage de tous les possibles, aux confins de territoires lointains et familiers à la fois, quand le surnaturel se dispute au fantastique, le plaisir est décuplé de participer à cette lecture juste énivrante, de bout en bout.
Des thèmes récurrents viendront se greffer au fur et à mesure de la progression de la lecture comme la famille, la solitude, l'amour naissant, la troublante séparation entre le bien et le mal évoquée, rien n'est jamais tout noir ni blanc, la mélancolie du temps qui passe, la solidarité dans l'union qui fait la force, entre le maître et l'apprenti, entre le père et la fille, la converture rend hommage à tout ce qui vous attend et bien plus encore !
L'auteur dépeint l'univers médiéval avec une maestria qui donne vie à toutes les rencontres de Lera et de ses personnages, un travail de recherche documentaire qui s'efface pour s'intégrer parfaitement dans le roman, ne vous fiez pas à la précocité du personnage principal, au Moyen-Age, la maturité n'attendait pas l'âge adulte actuel, cette authenticité dans les dialogues profite aussi à la narration qui ne manque pas de souffle, cette complicité qui va prendre une ampleur et un virage inédit, c'est autant de dénominateurs communs se frayant un passage vers une lecture délicieuse, jamais redondante ni ennuyeuse, tous les publics peuvent y trouver leur compte, je pense particulièrement à ceux qui n'ont pas l'habitude de ce genre de littérature ou ne connaissent pas cet univers, osez, plongez à votre tour pour découvrir un monde imaginaire d'une richesse indiscutable et d'une émotion rare, une plume sensible pour une histoire simplement ... magique !!!
C'est une lecture qui m'a touché par le parcours atypique d'une adolescente embarquée malgré elle dans une spirale de tous les dangers mais aussi de tous les changements qui interviennent dans sa vie avec les conséquences, cette quête identitaire que chacun cherche à atteindre dans l’existence, apprendre d’abord à se connaître ... avant les autres.
Je remercie beaucoup les Editions Amalthée et l'auteure pour leur patience et leur confiance, il est à noter que le tome 2 est déjà paru, il s'intitule Les Manuscrits d'Ewenvold.
Merci Emmanuelle Ferré de m'avoir invité à voyager dans le temps, à naviguer dans toutes les dimensions physiques ou spirituelles, il y a tant de choses à découvrir dans La Confrérie des Mages Tome 1 : La Renaissance, un coup de coeur ❤️
Vous n'êtes pas au bout de vos surprises, la vie est belle quand elle se décline à toutes les hauteurs et virages à 180 degrés, dans la difficulté ou dans le bonheur éphémère, si les voyages forment la jeunesse, il appartient à chacun de trouver sa voie, comme celle de Lera à travers ses yeux et son esprit, tout un programme !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Wolkaiw
  10 juin 2019
Bon… L'heure est grave. J'ai dévoré ce roman (ce pavé!) et je n'ai qu'une hâte : attaquer le second tome. J'ai vraiment très très envie de retrouver les personnages, la plume, l'univers, tout… Dès les premières pages j'ai été happé par l'histoire, captivée par les mots de l'auteure, je n'avais qu'une seule chose en tête : lire, lire et lire encore. Lire à ne plus en dormir, lire dès que l'occasion se présentait. C'est à chaque fois avec regret que je refermais ce livre pour reprendre mon train-train quotidien ; une vraie déchirure.
Le premier tome de la saga La confrérie des mages c'est une intrigue passionnante et envoûtante qui immerge immédiatement le lecteur dans un univers incroyable. Un univers d'une extrême richesse qui ne cessera de vous surprendre toute la lecture durant. On sent que tout est pensé de A à Z et ce dans les moindres détails, en témoigne la très belle carte du Royaume que l'auteure nous propose de découvrir au début du livre. La version papier est d'ailleurs très pratique et agréable car elle m'a permis de faire des retours en arrière afin de visualiser les lieux et villes dont il était question dans le récit : un atout non négligeable !
Je pense être en mesure d'affirmer que j'aime de plus en plus la fantasy et surtout, la fantasy médiévale. Après avoir frôlé le coup de coeur avec Ahogur de Sonia J. Fadda, je frôle ici aussi le coup de coeur ! La plume de d'Emmanuelle Ferré n'y est sans doute pas pour rien, elle est d'une très grande fluidité, belle et agréable, elle berce autant qu'elle captive. L'auteure maîtrise aussi bien l'art des descriptions que celui du dialogue, des réflexions et de l'action, tout est vraiment bien dosé et surtout : on ne s'ennuie jamais.
En plus de pénétrer dans un univers riche et palpitant, le lecteur découvre des personnages fabuleux, fouillés, atypiques et attachants. J'ai particulièrement apprécié le duo Lera/Alistair, je l'ai trouvé vraiment impressionnant, complémentaire et amusant. Malgré quelques difficultés à retenir les noms de tous les personnages – noms souvent étranges qui ont un certain charme, je savais toujours de qui on parlait, qui était au centre de l'attention etc. Lera, le personnage principal du récit, est une jeune fille (pas encore femme) incroyable qui se découvre en même temps que le monde la découvre. Elle va être amenée à faire de nombreuses rencontres toutes plus enrichissantes les unes que les autres, tantôt dangereuses, tantôt salutaires. Les dialogues sont savoureux et la simple mention de quelques personnages donne le sourire, c'est comme une gigantesque famille dans laquelle tout le monde trouve sa place.
Le lecteur évolue donc aux côtés de Lera et de ses compagnons, de sa famille et des gens qu'elle apprécie. Nous découvrons la ville d'Eghenell ainsi que l'agitation et la convivialité qui la caractérisent. Nous voyageons de contrées en contrées, des Bocages Mauves aux Trois Rivières en passant par d'autres villes. Au fil du temps, on se rend compte qu'un danger plane et vient troubler la quiétude du royaume de Tanera. Un danger redoutable dont l'origine demeure indéterminée, dont on ne soupçonne même pas la puissance… Des villageois disparaissent, des attaques ont lieu… C'est violent et mystérieux, nul ne semble vraiment comprendre ce qui se passe… Intervient alors la confrérie des mages, eh oui, le titre n'a pas été choisi au hasard !
La confrérie c'est une organisation très puissante qui semble autant inspirer le respect que la crainte. Elle est constituée de mages à la cape rouge et d'apprentis à la cape orange. Je dois vous avouer que je rêve secrètement de revêtir cette cape orange, non seulement parce que j'adore le orange, mais surtout parce que cette organisation me fascine. Qui n'a jamais rêvé d'être un mage ? La confrérie joue un rôle important et nous allons assister à une initiation aux forces occultes. Ce premier tome nous propose un apprentissage passionnant, riche et varié : l'apprenti en question va apprendre à développer ses capacités ainsi qu'à les contrôler. J'ai adoré les passages relatant cette initiation !
Plus on progresse et plus l'intrigue se densifie. J'aime quand l'histoire emprunte des chemins que je ne soupçonnais pas ou qu'au contraire, elle s'oriente vers les pistes que j'avais imaginées. Chaque chapitre apporte son lot d'informations et certaines sont plus précieuses que d'autres. Plusieurs thèmes sont ainsi mis en avant afin de déployer leur pleine puissance. Magie et politique vont de pair, s'associant afin de lutter contre une menace commune, non sans mal… Amitié et famille constituent les piliers de ce livre, une famille atypique et soudée sur laquelle un voile de mystère plane. le passé de la jeune Lera demeure une énigme que l'on tente de résoudre, un immense puzzle dont toutes les pièces semblent s'imbriquer au fur et à mesure.
Lera, une si jeune fille qui possède déjà un immense vécu. Personnage central et sans doute emblématique de la saga, c'est elle qui entraîne le lecteur ainsi que ses compagnons, c'est elle qui donne le sourire et la force de se battre. Elle nous prouve que la famille ce n'est pas uniquement les liens du sang mais que l'on a besoin de savoir d'où l'on vient pour savoir où l'on va. J'ai profondément aimé son tempérament fougueux, son côté tête brûlé qui ne cesse de surprendre les gens qui l'entourent. Elle ne manque pas de ressources et son imagination, au même titre que celle de l'auteure, semble inépuisable.
Bien que la guerre gronde et que la violence fasse partie intégrante du récit, l'auteure nous réserve énormément de passages tendres et drôles, de moment très doux durant lesquels le lecteur prend le temps de se poser. On assiste à la préparation des uns, aux combats des autres en même temps que l'on voit certains liens se tisser. Il faut prendre ce livre comme une immense toile d'araignée dans laquelle les fils se croisent et s'entrecroisent, se percutent et se brisent pour finir par converger et voir émerger un fil plus important que les autres.
Vous l'aurez sans doute compris, l'intrigue est vraiment palpitante et bien construite. Ce premier tome met la barre très haut et je me demande ce que l'auteure nous réserve pour le second. Tout au long de la lecture je me suis imaginée traverser les contrées, partir à la découverte de la confrérie, utiliser les éléments et maîtriser les forces occultes. de très nombreux thèmes sont abordés et j'ai vraiment hâte de les retrouver dans le second opus.
En définitive, La confrérie des mages c'est un pavé qui se lit très très vite. Ce premier tome fut une excellente lecture qui laisse présager une très belle suite. J'ai hâte de replonger dans l'univers riche et complexe de la saga, de retrouver les personnages et d'en apprendre davantage sur l'issue de la guerre. Ce livre renferme une histoire fascinante et intense. L'auteure n'a cessé de me surprendre, son imagination est débordante et immerge totalement le lecteur dans un monde créé de toutes pièces. Je ne peux que vous recommander ce superbe premier tome qui frôle le coup de coeur. Si vous aimez la fantasy médiévale : foncez.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Chroniqueuse
  11 février 2019
Tout d'abord, je tiens à remercier l'auteure Emmanuelle Ferrée de m'avoir fait parvenir son livre Broché jusqu'aù Liban.
Dans ce roman, on va entrer dans l'univers de la Fantasy Médiévale.
Suite à la demande de l'administrateur du village D'Eghnell, Sachairi Correnaigh une réunion a lieu avec tous les membres du conseil afin de débattre sur une décision de la plus haute importance celle d'un appel au soutien de la confrérie des Mages suite aux attaques inquiétantes dans la région. Et sur ce on prend connaissance sur l'histoire de cette confrérie qui a pour mission d'assurer l'apprentissage des jeunes et ce dans le respect de la pratique. Après un débat dévoilant le ressentissement et l'hostilité des membres envers la confrérie dû au passé excepté Sachairi persuadé de leur loyauté ayant eu un attachement particulier avec l'un deux, il conviendra de leur envoyer un messager.
Ce début de lecture est très prenant pour l'atmosphère particulière qui émane du récit .Par la suite, le portrait de Sachairi s'éclaircira davantage au fil des pages, ce n'est pas seulement un homme loyal mais aussi un homme joyeux , père de trois garçons et une fille Lera d'une beauté remarquable dotée d'une force de caractère et d'une intelligence spécifiques du haut de ses 12 ans se reflétant ainsi dans le dialogue par la pertinence de ces mots qui font que la tonalité est explosive ! C'est en ressortant les attraits de Lera, l'héroïne de cette histoire que l'auteure m' indique son importance et le rôle qu'elle entreprendra dans la poursuite de ma lecture que je découvrirais avec l'arrivée des membres de la confrérie dont leur présence lui provoquera bien des troubles physiques sauf un Alistair qui de suite ne la laissera pas indifférente malgré son jeune âge. Ainsi, l'esprit de Lera ne cessera de se contredire, analyser, déceler et ceci se transmet au lecteur, on a envie de comprendre le pourquoi, le comment de ce fait inexpliqué et on s'appuie sur son raisonnement toujours d'une lucidité et d'une maitrise de pensée incroyable qui nous mèneront par la suite à un éclaircissement qui se fera suite à une attaque inattendue des ennemies que l'on appelle les « sans-visages ». On ressent clairement l'incompréhension de Lera, de son entourage et des membres de la confrérie qui sont dépassés par les propos et agissements de cette jeune fille que tout porte à croire qu'elle possède un don réel qu'il faudra lui apprendre à bien maitriser et ceci se fera avec l'aide d'Alistair qui sera son instructeur et confident. Un lien profond va se tisser entre ces deux protagonistes qui me sensibilisent par leur attachement et leur dévouement mutuel. de plus, C'est avec une plume fluide et agréable qu'Emmanuelle Ferré ressurgit le passé de Lera afin de m'éclairer sur son pouvoir, c'est une enfant adoptée à l'âge de 5ans par Sachairi et son épouse retrouvée dans des conditions particulières avec des souvenirs inexistants pour elle. Cependant, c'est entre ces cauchemars de la profondeur des ténèbres et sa formation que le puzzle de la vie de Lera se reconstruira progressivement avec l'illumination sur ses géniteurs... C'est un long voyage vers la base qui lui permettra de s'entrainer et pas un jour ne passe sans une nouvelle découverte, un nouvel exploit, et la maitrise de ses dons de perceptions qui s'amplifient et déroutent tout ces compagnons. Sur ce, la plume de l'auteure est tellement prenante que j'avais la nette impression non seulement de les accompagner dans l'itinéraire de cet apprentissage hors du commun mais aussi de le vivre. Au fil des pages, la magie est présente et m'émerveille et Lera me conduit à des rencontres hasardeuses, avec la découverte de traitres compromettants gravement la stabilité qui règne usant de leurs pouvoirs pour arriver à des fins ignobles s'ils parviennent aux manuscrits Ewenlod… Qui sont-ils ? Que contiennent ses manuscrits ? je préfère vous laisser découvrir par vous-mêmes le dénouement du passé de Lera et en quoi cette jeune fille de douze ans est un réel danger pour ses ennemies…
Pour conclure, je ne peux expliquer la sensation que j'ai ressenti en lisant ce livre formidable qui m'a happée page après page tant l'enchainement est parfaitement bien relaté avec une description minutieuse, des personnages attachants, car je suis sensible à toutes ces précisions lesquelles je trouve ont enrichit l'histoire. Je vais terminer ma chronique en vous conseillant sans plus attendre de decouvrir ce Tome 1, vous comprendrez pourquoi le père de Lera l'appelle « petite tête brûlée » et la promesse d'un avenir stable et serein sera entre ces mains…Dans l'attente de lire le Tome 2..
Merci encore une fois à Emmanuelle Ferré pour sa confiance.

Lien : http://chroniqueuse6.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
gabrielleviszs
  07 mai 2019
Je remercie la maison d'éditions Amalthée, ainsi que l'auteur Emmanuelle pour m'avoir proposé de découvrir sa trilogie. C'est un livre lu fin avril, je n'ai juste pas eu l'occasion d'écrire ma chronique avant. le livre est plus grand qu'un format A5, assez lourd également. La couverture représente bien une partie du royaume, un passage bien précis du récit.
Il se passe des choses étranges dans la vallée des Bocages Mauves. Des agressions sur plusieurs "villages", des "enlèvements", des morts. Les forces occultes sont dans de mauvaises mains. L'administrateur, Sachairi Correnaigh a besoin d'aide. Il a beau avoir des hommes pour l'aider à combattre ce qui semble arriver, il ne fait pas partie des mages et ne peut user des forces occultes. La confrérie accepte d'envoyer une délégation. 5 mages vont les aider à se défendre. Lorsqu'ils vont découvrir qui est en face, c'est l'effroi, sans compter que Lera, la fille de l'administrateur ressent des choses étranges en présence de cette magie. Et si ? Et si elle avait un don également ? Un voyage vers ce qu'elle est véritablement est en marche. Qui est-elle vraiment ?
Le début est la mise en place et comme il s'agit du tome 1, forcément il y a quelques longueurs. J'ai dû m'accrocher pendant quelques pages pour accéder enfin à ce qui nous concerne réellement. Il est vrai qu'il faut bien indiquer qui est qui, qui fait quoi et comment fonctionne cette contrée. Je pense à cela de suite, j'adore lorsqu'il y a des cartes et nous avons la chance d'en avoir deux en début de livre ! Passé ce début, nous suivons le personnage de Lera. À peine 12 ans, c'est une enfant qui respire la joie de vivre. Avec ses frères, elle adore se chamailler et les battre à la course. Elle est curieuse de nature, a du mal avec l'autorité et sait lire. Sa mère instruit les enfants afin de leur donner plus de chance pour plus tard. Lorsque la confrérie arrive, son corps ressent une douleur, un malaise qui se prolonge uniquement en leur présence. On oublie très vite que ce n'est qu'une enfant de 12 ans de part sa façon dont elle est réfléchie. Ce qui lui sauvera les fesses à plus d'une reprise. Lorsqu'elle va suivre un entraînement, elle est très expressive voulant tout savoir. Des milliers de questions lui viennent et cela la positionne comme une perpétuelle demandeuse de connaissance. Elle est attachante malgré tout ses monologues, cela m'a bien fait rire.
L'histoire n'est pas complexe au premier abord, mais plus nous avançons, plus nous en apprenons, autant sur les différentes contrées, que les personnages et surtout Lera. L'auteur a mis en place un monde avec des personnages, des us et coutumes, des idéaux et bien entendu des méchants qui veulent la peau de "tous les gentils" en quelque sorte.Un tout puissant vilain qui veut obtenir quelque chose, mais quoi ? le traditionnel pouvoir et la mainmise sur tout le monde ? Ou bien autre chose ? C'est un perpétuel questionnement, car nous le voyons peu, mais il fait un sacrée impression. J'ai beaucoup aimé les descriptions des paysages, des gens qui gravitent un peu partout. Il est facile de les voir se dessiner au fil des pages. La famille est très importante et les relations le sont tout autant. Il y a un vrai travail sur chacun des personnages (enfin presque, car il y a encore des choses à découvrir). Eachann, Graham, Alistair, Raghmall et Kentigern vont devenir ses compagnons, de voyage, mais aussi de la confrérie. Nul besoin de cacher qu'elle va intégrer l'école pour devenir un mage. Par contre le pourquoi elle en vient là, comment elle peut avoir autant de puissance. le qui est-elle vraiment est un point clé pour mieux comprendre ce qui lui arrive.
Il y a une très grande partie du récit qui se passe sur son entraînement. Nous pouvons en apprendre plus sur la façon dont chacun gère ses dons, comment ils font pour maintenir un certain niveau, par exemple. Alistair est celui qui va l'aider à développer ses capacités. Ils ont tous les deux la même capacité que d'autres n'ont pas forcément. Cela est un plus pour elle. C'est agréable de voir comment elle s'en sort, même si c'est un peu rapide de voir une enfant de cet âge qui réussi à maîtriser ses dons si bien. au début, c'est étrange, mais au final, lorsque les doutes deviennent des certitudes, nous ne pouvons que comprendre le pourquoi elle est si douée. Il y a un grand mystère qui tourne autour d'elle et d'autres personnages. Beaucoup de secrets vont se dévoiler et même s'il en reste à la fin de ce récit, nous en avons largement assez entre ses pages. Il faut pouvoir digérer le comportement de certains protagonistes sans grincer des dents. Et puis il y a les différentes contrées, qui même si elles ne sont pas ennemis, ne sont pas forcément solidaires. Il suffit d'un rien pour qu'une alliance se forme, se reforme et ainsi permettre d'avoir un seul ennemi.
J'ai beaucoup apprécié les personnages qui tournent autour de notre héroïne. Ils ont tous des rôles différents à jouer. Et tous on quelque chose à nous apprendre. Elle n'est pas seule dans l'histoire à apprendre. Car à son esprit vif et sa capacité à ingurgiter des montagnes d'informations, elle a de bonnes idées. Son destin reste mystérieux malgré tout. le final nous laisse avec des questions. Et même si je me doutais qu'il n'allait pas disparaître, je me demande comment il va faire pour mieux revenir, s'il le peut. Les combats sont nombreux et j'ai trouvé que l'auteur se débrouille très bien pour suivre les membres de cette confrérie dans leur faits et gestes sans que nous nous perdions.
Les liens d'amitié, de famille sont forts. Il n'y a pas que le physique qui compte dans l'histoire, même s'il vaut mieux être en forme pour parcourir autant de kilomètres. La magie est partout, utilisée à bon ou à mauvais escient. Dès le départ, le récit est sombre, car il y a une menace qui ne cesse de grandir. Grâce à un soupçon d'humour, le récit s'allège par moment. "Trahison" est un mot fort également. Lera va apprendre énormément en peu de temps et nous aussi.
En conclusion, un premier tome qui pose les bases, continue avec des mystères pour terminer sur une guerre qui risque de faire encore plus de dégâts dans la suite. J'ai passé un très bon moment de lecture.
http://chroniqueslivresques.eklablog.com/la-confrerie-des-mages-tome-1-la-renaissance-emmanuelle-ferre-a162134782
Lien : http://chroniqueslivresques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
pam54
  04 mars 2019
Au-delà d'un roman d'heroic-fantasy, La Renaissance, le premier tome de la Confrérie des Mages, nous emmène dans un monde où la magie et les sciences occultes sont autant un atout pour les peuples qu'une menace si elles sont utilisées à mauvais escient.
Nous évoluons dans un univers médiéval complexe, mais à la portée de tous car ce dernier a été développé avec soin. Les deux cartes présentes au début nous permettent d'avoir une vue d'ensemble très claire sur les différents royaumes et contrées. Les descriptions détaillées des villages et des paysages qui se succèdent donnent l'impression de se fondre dans le décor. Cette abondance de détails ne m'a pas du tout gênée, au contraire, elle apporte de l'épaisseur à l'histoire et crée une ambiance chaleureuse.
Du côté des personnages, je me suis attachée rapidement à Lera, le personnage principal. Au fil des pages, nous apprenons à connaître cette jeune fille de 12 ans, elle est intelligente et pleine de bonne volonté. Pourtant, dès le début, quelque chose nous incite à vouloir la protéger, ce que ne manqueront pas de faire les mages de la Confrérie par la suite.
Le choix d'Emmanuelle Ferré, concernant l'âge de Lera, peut paraître déroutant. C'est assez surprenant qu'une enfant de 12 ans soit au coeur d'une intrigue aussi importante et que l'auteure lui prête des comportements d'adultes. Mais en suivant son raisonnement, on comprend clairement qu'une fille de cet âge est considérée comme une adulte à cette époque. Il ne faut donc pas oublier l'importance de la cohérence entre le contexte et le récit, qui ici, me semble tout à fait adapté.
Au cours de ce long périple, nous faisons la connaissance de nombreux autres personnages. Il y en a pour tous les goûts, du grincheux au charismatique, en passant par le moins expansif. Alistair est un personnage qui se démarque, l'auteure en a fait un jeune homme mystérieux et surtout peu loquace qui va se dévoiler petit à petit et laisser apparaître ses anciennes blessures.
Côté action, l'histoire est bien rythmée, entre les voyages et l'initiation de Lera, les entraînements et les combats, le lecteur n'a pas le temps de s'ennuyer. Au niveau de l'intrigue, j'ai vu venir quelques événements assez facilement. Toutefois, certaines révélations et même certains rebondissements restent surprenants.
Je dois avouer que je suis impressionnée par la qualité de la plume d'Emmanuelle Ferré. Il s'agit d'un premier livre abouti, que ça soit au niveau du déroulement de l'intrigue ou concernant l'écriture. Elle utilise un vocabulaire simple mais on sent qu'elle est à l'aise avec les mots. le style est fluide et léger, ce qui rend la lecture encore plus agréable.
J'ai également été très surprise en lisant les dernières pages, je ne pensais pas que l'auteure nous réserverait une telle fin. Heureusement pour moi je vais pouvoir continuer l'aventure et assouvir rapidement ma curiosité avec le second tome qui attend déjà dans ma bibliothèque.
J'ai aussi beaucoup aimé les valeurs véhiculées par l'auteure, grâce au jeu des personnages. Les élans de fraternité et d'amitié ainsi que la notion de sens du devoir terminent d'étoffer ce récit déjà très complet.
Pour conclure, je pense que La Renaissance est bien plus qu'un tome introductif. Ce premier opus est une aventure palpitante avec un univers riche et bien développé, des personnages attendrissants mais surtout une écriture de qualité qui fait toute la différence. Alors n'hésitez plus et laissez-vous tenter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
gabrielleviszsgabrielleviszs   07 mai 2019
Lera et ses compagnons s'approchèrent de Sachairi qui avait toujours le regard rivé sur sa fille. Lera se rappela alors qu'elle portait maintenant l'uniforme de la Confrérie. Elle ne se trouvait plus qu'à quelques mètres de son père désormais. "Le moment présent est bien trop sérieux pour se laisser aller à des effusions de joie" se répétait Lera tout en réprimant une furieuse envie de lui sauter au cou. "Je dois respecter le conformisme que m'impose une telle situation" se dit-elle ensuite. Lera aperçut Niven et Edan ainsi que Rory parmi la foule qui observait la scène dans le silence le plus complet. Tout à coup, un éclat de joie envahit les traits de son père. Il regardait toujours Lera et lui sourit chaleureusement. "Oh, et puis qu'importe le conformisme !" Lera s'élança vers son père et se jeta dans ses bras.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gabrielleviszsgabrielleviszs   07 mai 2019
Lera n'insista pas. Elle était bien consciente qu'elle devait impérativement apprendre à maîtriser la perception de l'aura qui lui était apparue lorsqu'elle avait porté secours à Tam. De plus, les Mages de l'équipe de Graham s'étaient engager à seconder Alistair pour atteindre cet objectif. Elle devait donc faire tout son possible pour y arriver. Ils firent halte en fin d'après-midi et établirent un campement à proximité de la Valder. Le nord de la contrée des Trois Rivières était très sauvage et relativement peu peuplé. Les cavaliers n'avaient pas beaucoup d'espoir de trouver un lieu habité sur leur route et plutôt que de perdre du temps à chercher un gîte où passer la nuit, ils décidèrent de dormir à la belle étoile, ce qui n'était pas pour leur déplaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
larubriquedolivialarubriquedolivia   04 mai 2019
Elle crut tout d'abord se sentir mieux mais quand elle suivit sa mère à l'intérieur, son malaise réapparut. Elle ne laissa rien paraître, ne voulant pas déranger ses parents le jour où ils recevaient autant de monde chez eux. Mais intérieurement, Lera était dans tous ses états. Lorsque les invités passèrent près d'elles, son malaise décupla. Une étrange idée lui vint alors en tête. La sensation s'était calmée au moment où les invités s'éloignaient d'elle. Une fois à l'intérieur, son malaise reprenait de plus belle. Pour une raison qu'elle ne comprenait pas encore, il lui sembla que la présence des membres de la Confrérie en était à l'origine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Oyez le parler médiéval !

Un destrier...

une catapulte
un cheval de bataille
un étendard

10 questions
817 lecteurs ont répondu
Thèmes : moyen-âge , vocabulaire , littérature , culture générale , challenge , définitions , histoireCréer un quiz sur ce livre