AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
4,17

sur 250 notes
5
33 avis
4
14 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis
S'attaquer à un tel phénomène littéraire, fallait oser.
Une gageure qui n'effraya nullement Fred Fordham.
Au regard du résultat final, il fit fi de tels a priori pour délivrer une galette monstrueusement plaisante.

Nous nous retrouvons donc, une fois encore, à Maycomb, ville fictive d'Alabama, où les jeunes Jem et Scout s'apprêtent, sans le savoir, à prendre des cours en accéléré sur l'humain et sa propension à pervertir et affabuler, niveau stratosphérique.
Atticus Finch, avocat de son état et paternel de ces deux innocents bambins, allait prendre une part déterminante dans ce lamentable fait divers qui défraya alors la chronique locale et fut à l'origine de moult larmes et tout autant de pédagogie cicatrisante.

Premier constat, sans être de Roubaix, les bons gros pavés tu aimeras.
Ceci posé, tout loisir te sera laissé de t'ébaubir sur le talent graphique de l'ami Fordham.
Un trait hyper agréable, aéré, porté par une colorisation lumineuse (visiblement, les étés à Maycomb sont incandescents) et c'est un panard de lecture qui jamais ne se démentira.
Fred Fordham aura su capter l'essence même de ce prix Pulitzer (s'cusez du peu) en nous immergeant corps et âme en Alabama où il ne faisait vraiment pas bon être noir dans les années 30.
Prière de ne pas avoir la peau qui marque et être allergique au chanvre, en vous remerciant.

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur se veut édifiant.
Il représente le côté sombre d'une Amérique qui n'en a toujours pas fini de panser ses blessures ségrégationnistes, tout particulièrement dans le Sud, région alors éminemment propice aux pires exactions.

Très grand moment, encore
Commenter  J’apprécie          4711
Je confirme, une fois de plus, le bonheur de replonger dans une histoire que l'on connaît et ce, grâce au roman graphique. Frère et soeur qui vivent dans l'Alabama des années 30 auprès de leur père avocat. Homme intègre qui défendra un homme de couleur accusé de viol. Les enfants assisteront au procès. Et quel est cet étrange voisin qui ne sort jamais de chez lui ? Fidèle au roman d'origine, agrémenté de dessins et couleurs réalistes et d'époque. de belles expressions de visages. Incontournable !
Commenter  J’apprécie          432
Grâce au prix en Bulles, j'ai enfin pu découvrir le roman d'Harper Lee. En effet, avant de lire son adaptation en bande dessinée, je voulais connaître l'oeuvre originale.

L'histoire, c'est celle de Scout, une enfant dont le père, Atticus, est un avocat commis d'office pour défendre un homme noir accusé d'avoir violé une femme blanche. Nous sommes l'Alabama des années 30, et Atticus, ayant accepté de défendre un homme noir, va être rejeté et insulté par des personnes vivant dans la même ville que lui. Nous voyons tout cela à travers les yeux de sa fille, Scout, occupée à faire les quatre cents coups avec son frère, Jem.

Comme pour le roman, on nous dépeint une époque où le racisme régnait en maître, mais la ségrégation n'est pas le point central du livre. En effet, nous voyons tout à travers les yeux d'une petite fille, ce qui rend les choses bien différentes. Néanmoins, Harper Lee avait décrit des lieux, des événements, les États-Unis dans les années 30, et nous nous y retrouvons.

Fred Fordham a parfaitement adapté cette histoire, j'ai eu l'impression de la relire, à certains moments. Étant donné que ma lecture du roman est récente, j'avais tout bien en tête. de ce point de vue là, la bande dessinée n'a pas été très intéressante, même si elle m'a permis de mieux comprendre certaines choses.

Les illustrations, très réalistes et s'imprégnant de l'époque décrite, étaient très douces, cette impression étant fortement marquée par les couleurs choisies.

En résumé, c'est une histoire forte, très bien adaptée, qui aborde malheureusement trop peu le racisme et la ségrégation, comme j'avais pu le souligner dans ma chronique du roman.
Commenter  J’apprécie          402
Le livre fait partie de mes préférés, j'ai apprécié le roman graphique qui par ses belles illustrations nous fait revisiter cette histoire intemporelle. Tout y est,les préjugés, la violence des hommes,l'humanisme de certains, le courage,l'innocence,et le point de vue des enfants qui nous met face à nos inconséquences...Indispensable !
Commenter  J’apprécie          310
Ca faisait longtemps que j'avais lu ce livre, j'en garde un bon souvenir même si je n'ai pas les détails. du coup, j'ai été contente d'avoir reçu ce cadeau, l'adaptation de Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur d'Harper Lee en bande dessinée. J'ai beaucoup aimé les dessins de Fred Fordham, ils sont très détaillés et les couleurs sont bien douces. J'ai juste été déçue par l'apparence des enfants de l'histoire, Jem et Scout, qui paraissent plus âgées et matures que leur âge.
Quand la candeur de l'enfance est mise en face de la violence du racisme, des haines et mensonges du monde adulte, il y a quelque chose qui se brise. Harper Lee décrit très bien la vie des habitants d'une petite ville d'Alabama des années 30. Les deux côtés de la vie, sa douceur et sa férocité.
Une belle redécouverte.
Commenter  J’apprécie          250
J'avais lu le roman d'Harper Lee il y a très longtemps et j'ai apprécié les dessins et les couleurs de ce roman graphique qui en est l'adaptation.

On se retrouve dans les années 1930 dans cette Amérique ségrégationniste avec la violence des hommes et leurs préjugés. J'ai surtout aimé retrouver Scout, son frère et leur père qui les élève dans un profond respect des valeurs humaines.

Une belle réussite !
Commenter  J’apprécie          210
Cette version graphique est adaptée du roman original écrit par Harper Lee en 1960, récompensé par le Prix Pulitzer en 1961. Il s'agit d'un livre fort, abordant des thèmes marquants de l'histoire américaine : la ségrégation, le racisme, les inégalités, les exclusions et les discriminations.
Le texte présenté est directement tiré du livre, les illustrations proposées par Fred Fordham nous permettent de totalement nous immerger dans le contexte des états du sud durant cette époque.
Nous sommes dans les années 1930 en Alabama. Dans la petite ville de Maycomb, Atticus Finch, avocat, élève seul ses deux enfants, Jérémy (Jem) et Jean Louise (Scout). le quotidien de Jem et Scout est rythmé entre l'école, leurs occupations, l'approche des vacances et les retrouvailles avec Dill, leur copain qui passe tous les étés chez sa tante. La vie suit son cours.
Lorsque Atticus défend un homme noir accusé de viol sur une jeune femme blanche, la ville s'agite et les langues se délient. Cette situation est très mal vue. Nous sommes à l'époque de la ségrégation raciale aux Etats-Unis. La vie de la petite famille prend un tout autre tournant.
[...]
"Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" est un livre osé, publié dans les années 1960 en Amérique. On approche de la fin de la ségrégation raciale, les mentalités sont en train d'évoluer, la loi sur les droits civiques interdisant toute forme de discrimination dans les lieux publics est votée en 1964. L'oeuvre d'Harper Lee est en passe de devenir un chef-d'oeuvre de la littérature américaine.
Magnifique ! Tans dans les illustrations que dans le texte et le message qu'il fait passer.
Lien : http://labibliothequedemarjo..
Commenter  J’apprécie          210
Une belle adaptation du roman d'Harper Lee, qui nous replonge dans l'Alabama des années trente aux côtés de la jeune Scout, de son frère et de la figure bienveillante et profondément humaniste d'Atticus Finch, le père de Scout.
Fred Fordham parvient je trouve à restituer l'ambiance du roman et à nous immerger sans l'histoire avec une forme assez classique, et un ton légèrement surrané dans les couleurs notamment.
Un moment agréable donc, qui m'a permis de me remémorer tout ce que j'avais apprécié dans le texte originel, et en particulier la personnalité d'Atticus, notamment lors du procès.
Commenter  J’apprécie          150
Très bonne idée de sortir ce classique en roman graphique. Je venais justement de voir le film de Robert Mulligan sorti en 1963, titré en anglais comme l'original "To kill e mockingbird" mais en français " du silence et des ombres" ce qui n'est pas tout de suite évident pour faire le lien avec le roman d'Harper Lee.
Un graphisme sage, des couleurs assombries, mise en scène comme autrefois en renouant avec la BD à l'ancienne et des bulle bien calligraphiées et régulières et en s'autorisant quelques grands formats aux instants tragiques.
La fidélité à l'histoire est extraordinaire, même les dialogues sont exacts.
Belle adaptation qui montre que les chefs d'oeuvre sont indémodables .
Commenter  J’apprécie          100
Cette adaptation en BD du roman Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur est très bien réalisée: les dessins sont beaux, compréhensibles, lisibles, avec juste ce qu'il faut de flou pour aider à la projection.
Le livre (très épais pour une BD avec ces 272 pages) colle vraiment au roman et respecte la trame, les émotions, les personnages, etc.
Pour 24€ c'est vraiment un très beau travail que nous offre Fred Fordham avec cette adaptation de grande qualité.
Si vous souhaitez lire les deux, je vous conseillerai de commencer par le livre puis de découvrir la BD. Si vous devez choisir: les deux sont bien, la BD est plus rapide à lire...
Commenter  J’apprécie          70




Lecteurs (472) Voir plus



Quiz Voir plus

L'été est aussi dans les titres !

L'été

Albert Camus
Philippe Djian
Khaled Hosseini
Yasmina Khadra

12 questions
157 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman graphique , littérature , cinema , chansonCréer un quiz sur ce livre

{* *}