AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
170 pages
L'artilleur (09/03/2022)
2.94/5   9 notes
Résumé :
Depuis 30 ans le message est le même : il faut réduire à tout prix les émissions de CO2 de la planète. Depuis 30 ans celles-ci ne cessent pourtant d'augmenter et elles vont continuer à le faire malgré les suppliques des Nations Unies et de Greta Thunberg.
La raison en est simple : pour sortir de la pauvreté, les pays en développement ont un besoin vital, comme nous l’avons eu nous-mêmes, d'une énergie abondante. Des millions de vies en dépendent, comme l'Ind... >Voir plus
Acheter ce livre sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten
Que lire après Les douze mensonges du GiecVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
A en croire le cadeau qu'il m'a glissé sous le sapin, le Père Noël est climatosceptique. Il est vrai que c'est une excellente idée d'offrir le livre « Les 12 mensonges du GIEC » à une personne parfois éco-anxieuse : On nous ment, il n'y a aucune raison de s'inquiéter sur l'état de la planète. le GIEC exagère ,voire invente le réchauffement planétaire et il n'existe aucune preuve de que l'activité humaine joue un rôle dans les modifications climatiques. Me voilà bien rassurée dis-donc !

Alors je pourrais revenir point par point sur toutes les « contrevérités » qui sont présentées dans ce livre mais ce serait bien trop d'énergie (décarbonée) mobilisée pour si peu.
Il faut tout de même relever l'un des arguments les plus hypocrites : le GIEC serait criminel car il encourage les pays en développement à se passer des énergies fossiles, nécessaires pour eux à leur croissance économique mais également à l'augmentation de l'espérance de vie. L'argument se comprend, et pourrait poser intelligemment un sujet important. Mais Christian Gerondeau semble être un peu Drama Queen sur les bords, je le cite, tenez-vous bien :
« En préconisant à l'Inde, comme aux autres pays en développement, de ne pas émettre de CO2, le GIEC tue. Il tue aussi sûrement qu'avec des armes et des munitions, mais en nombre incomparablement plus important que tous les conflits et guerres qui endeuillent aujourd'hui la planète. A côté, la tragédie de l'Afghanistan pèse peu. »

Bon alors, rappelons quelques éléments :
- le GIEC ne tue personne, surtout qu'il n'a aucun réel pouvoir étatique. Il ne peut commander l'Inde, seulement la conseiller. Les Etats restent souverains, c'est bien pour ça qu'il est difficile d'avancer rapidement sur la question climatique.
- La pollution, en revanche, aurait tué 1,67 millions de personnes en Inde en 2019. Alors c'est peut-être un mensonge des médecins et des scientifiques travaillant dans le cadre de la santé. Sûrement que Christian nous écrira un livre là-dessus, j'ai hâte.
- L'Indonésie va déplacer sa capitale car Jakarta est menacée par les montées des eaux. Cette année, le Bangladesh a subi des canicules extrêmes. Les pays en développement subissent de plein fouet les effets du réchauffement climatique. Essayer de changer la trajectoire qui nous condamne tous, c'est plutôt vouloir leur éviter des morts.

Plus généralement, le contenu est déconcertant de paranoïa et d'incohérence avec le monde qui nous entoure.

A en croire Christian Gerondeau, « le CO2 est devenu l'ennemi à combattre à tout prix au nom de ce qu'il faut bien qualifier de nouvelle religion. Ces idéologues ont pris le pouvoir au sein de tous les organismes internationaux. » etc. Alors bon, Christian, sors un tout petit petit peu de chez toi. Les voitures thermiques sont toujours là, le projet d'autoroute A69 nécessite des grèves de la faim pour être suspendu, les jets privés et les yachts se baladent toujours sur terre et dans les airs, les canicules battent leur plein…. Je t'assure que « ces idéologues » verts pleurent tous les jours de ne pas être assez écoutés. S'il y a bien un organisme dans ce malheureux monde qui hurle auprès de sourds, c'est le GIEC. Il a fallu quand même la COP28 pour que l'on émette l'éventualité d'une transition énergétique vers la sortie des énergies fossiles, sans que cela ne soit contraignant pour les pays. le capitalisme se porte très bien.

Et enfin, ce que je ne comprends vraiment pas, c'est les motivations de ce livre. A la rigueur, on peut batailler sur les chiffres, on peut questionner l'impossibilité d'une sortie des énergies fossiles et l'efficacité des énergies renouvelables. Bien que Christian Regondeau manque de finesse et de réflexion, pourquoi pas débattre. En revanche, je ne comprends absolument pas l'intérêt qu'auraient le GIEC et leurs copains à nous mentir. Ca fait quand même beaucoup d'énergie, de rapports, de réunions, de manifestations, de podcasts, de livres écrits, d'émissions produites pour nous faire croire que notre mode de vie actuel nous pousse vers une crise climatique sans précédent. Mais cette question appelle au bon sens, et je crois que Christian Gerondeau en manque cruellement.

Commenter  J’apprécie          41
Comme autant d'apôtres de la nouvelle religion climatique, les mensonges du GIEC sont au nombre de douze : 1- le GIEC agit pour le bien de l'humanité. (Pourtant moins un pays émet de CO2, plus il est pauvre et plus il compte de morts…)
2- Les énergies renouvelables peuvent et doivent remplacer le pétrole et toutes les autres énergies fossiles. (Pourtant elles ne représentent au mieux que 2% de la production mondiale d'énergie…)
3- le pétrole va bientôt manquer. (Pourtant le monde dispose toujours de 100 ans de consommation à minima et peut-être nettement plus… En 1973, la fin du pétrole était déjà prévue pour l'an 2000.)
4- Les océans et les mers vont monter au point de submerger les Maldives voire Manhattan. (En fait, elle n'a été observée que pour moins de 2 mm par an aux endroits les plus sensibles.
5- Les températures vont s'élever dramatiquement. (En fait d'environ 0,6° sur un siècle !)
6- Les réfugiés climatiques vont déferler par millions. (La misère et les guerres y pourvoient déjà.)
7- le changement climatique est responsable de toutes les catastrophes. (À toutes les époques même les pré-industrielles, on a aussi constaté quantité de cataclysmes.)
8- Les ours blancs sont en danger. (Faux, ils sont plus nombreux qu'au milieu du siècle dernier avant les mesures de protection de l'espèce.)
9- le CO2 pollue. (Faux, il est bénéfique pour la végétation, les cultures et les récoltes.)
10- L'écologie favorise l'emploi et la croissance. (Elle commence par en détruire beaucoup, génère des taxes et impôts nouveaux et crée donc de la pauvreté.)
11- le GIEC est un groupe d'experts scientifiques. (Faux. Il a été créé par trois militants verts allemands sans qualification particulière. C'est une instance politique tenue par les gouvernements.)
12- Les scientifiques sont unanimes. (Un grand nombre de savants de premier plan qui ont contesté les affirmations du GIEC se sont vus interdits de parole. Une pétition de 30 000 scientifiques aux USA et d'autres en représentant 500 venus de divers pays ont été signées pour proclamer que le climat avait toujours varié, que le réchauffement était beaucoup plus lent qu'annoncé, qu'il n'avait pas accru les désastres naturels et que la politique devait respecter les réalités scientifiques et économiques.
« Les douze mensonges du GIEC » est un essai scientifique court, bien écrit et solidement étayé qui représente le deuxième volet de « La religion écologique » et qui peut être lu indépendamment. L'auteur part d'un événement majeur datant du 21 novembre 2021, à la séance de clôture de la COP 26 à Glasgow, où l'Inde et la Chine ont clairement déclaré qu'elles n'appliqueraient pas la résolution de décarbonation totale de la planète pour 2050 et que leurs deux pays, poids lourds démographiques avec leurs 3 milliards de ressortissants, iraient à leur vitesse et refuseraient de sacrifier leurs populations sur l'autel de l'écologie. Et c'est là, l'argument massue de l'auteur. Il est techniquement impossible d'arriver au moindre développement économique sans un recours important aux énergies fossiles. Celles-ci répondent encore aujourd'hui à plus de 80% des besoins de l'humanité. Elles permettent à des pans entiers de la population de sortir de la pauvreté, ce qui a des répercussions directes sur la vie et la mort des humains. Entre autres exemples, il cite d'ailleurs la fin du « dirty cooking » (cuisson très polluante des aliments sur des feux de branchages, déchets et autres bouses de vaches) responsable de millions de morts dans les pays du Tiers-Monde. Un ouvrage de raison et de bon sens à lire et à faire lire à nos dirigeants pour sortir un peu du narratif anxiogène des médias stipendiés, du catastrophisme échevelé des écolo-bobos style Greta Thunberg et de l'obscurantisme quasi religieux d'une écologie dévoyée qui ne se rend même pas compte qu'elle roule pour une oligarchie délétère et égoïste qui rêve d'une planète débarrassée d'êtres « inutiles ». Une démonstration magistrale.
Lien : http://www.bernardviallet.fr
Commenter  J’apprécie          50
L'auteur démontre la crapulerie, les mensonges, les partis pris de la secte dont les membres n'ont d'experts que le nom (prêcheur de la nouvelle religion), qui enfume les politicards déniés de toute formation scientifique auxquels ils parviennent à faire gober leur discours de petits bourgeois occidentaux, citadins, dont la seule compétence est de faire la danse du ventre sur les plateaux de télévision et de se retrouver en congrès au frais du contribuable. Ils se sont trouvé un super job, bravo les artistes.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
L’établissement du contrôle strict sur les émissions qui pourrait être pris pour retarder d’hypothétiques impacts sur l’effet de serre serait dévastateur pour l’économie et accroîtrait la pauvreté sur la planète sans aucune efficacité, tout particulièrement pour les pays en développement. (Fred Singer, professeur de sciences de l’environnement, Université de Virginie, États-Unis)
Commenter  J’apprécie          30
Les contradictions sont nombreuses entre ce que donnent les modèles et les faits climatiques observés, et l’ignorance de ces distorsions flagrantes est une imposture scientifique. (Marcel Leroux, professeur de climatologie, université Jean Moulin, France.)
Commenter  J’apprécie          01
La responsabilité humaine à l’égard du réchauffement climatique est non seulement sujette à controverses, mais de mon point de vue, elle n’est pas plausible. (Richard Linzen, professeur de climatologie, MIT, Etats-Unis)
Commenter  J’apprécie          00
La plupart des scientifiques qui connaissent le sujet ne sont pas prêts à parier que les variations du climat résultent de l’effet de serre. (Roger Revel, professeur de physique, université d'Harvard, Etats-Unis)
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Christian Gerondeau (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Gerondeau
Davantage de CO2, c?est moins de pauvreté, moins de morts et moins de famine sur la planète.
Depuis 1990 les émissions de CO2 des pays en voie de développement ont triplé, et deux milliards d?êtres humains sont sortis de la pauvreté. Les deux phénomènes sont indissolublement liés.
En favorisant la photosynthèse, le CO2 contribue en outre massivement à la lutte contre la faim dans le monde. Ainsi, l?augmentation de plus de 40 % de sa présence dans l?atmosphère a-t-elle accru à elle seule la production mondiale de céréales de 600 millions de tonnes par an, soit 80 kilos par être humain !
Face à ces avantages, y a-t-il lieu de craindre un réchauffement massif de notre planète ? Les données qui ouvrent le livre montrent sans ambiguïtés que les annonces de hausse brutale qui ont cours depuis trente ans sont démenties par les faits.
Ce qui est certain en revanche, c?est que nous gaspillons des dizaines de milliards d?euros en voulant réduire nos rejets de CO2. Les émissions annuelles de notre pays représentent un dix-millième (1/10000) de la masse de CO2 présente dans l?atmosphère terrestre, et celles de l?Union Européenne un millième (1/1000). Ce que nous faisons ne sert à rien.
Ce livre démonte l?une des psychoses majeures de notre époque, dont il décrit l?origine, les mécanismes et les bénéficiaires.
http://www.editionsdutoucan.fr/livres/essais/co2-est-bon-planete#.WgmztoWcGcw
Ingénieur Polytechnicien, Christian Gerondeau a été responsable national et européen de la sécurité routière et il a sauvé des dizaines de milliers de vies par les mesures qu?il a fait adopter. C?est dans la même poursuite de l?intérêt général qu?il se mobilise depuis une dizaine d?années pour une politique de l?environnement non idéologique soucieuse avant tout des êtres humains.
+ Lire la suite
autres livres classés : climatosceptiquesVoir plus
Acheter ce livre sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten


Lecteurs (20) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
848 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre

{* *}