AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : DC Comics (01/01/1900)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
The 1980s adventures of the Justice League continue! This new volume, now in trade paperback, collects JUSTICE LEAGUE INTERNATIONAL #23-25 and JUSTICE LEAGUE AMERICA #26-30.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Presence
  07 mai 2015
Ce tome comprend les épisodes 14 à 22 ; il fait suite à JLI 2 (épisodes 8 à 13, annuel 1 et Suicide Squad 13).
Épisode 14 & 15 (dessins de Steve Leialoha, encrage d'al Gordon) - À bord d'un énorme vaisseau extraterrestre, Manga Khan et ses commerciaux (avec leur slogan "achetez ou mourrez !) ont décidé de prospecter une planète qui semble être une proie facile : notre bonne vieille terre. Comme un malheur n'arrive jamais seul, G'nort (le green lantern le plus incapable de l'histoire) a décidé de venir nous aider. J'onn J'onzz organise une équipe d'intervention avec les membres de la JLI dont il dispose : Mister Miracle (Scott Free), Booster Gold (Michael Jon Carter), Blue Beetle (Ted Kord), Rocket Red (Dmitri Pushkin), Captain Atom (Nathaniel Adam), Icemaiden (Tora Olafsdotter) et Green Flame (Beatriz Bonilla Da Costa).
Épisode 16 & 17 (dessins de Kevin Maguire, encrage d'al Gordon) - Ruman Harjavti (le dictateur de Bialya, une petite nation balkanique) a indiqué par voie de presse qu'il invitait des grands de ce monde et des célébrités à découvrir sa nouvelle arme dissuasive. Batman (déguisé en Bruce Wayne pour l'occasion) fait partie des invités de marque et il a amené avec lui Green Flame (qui a changé son nom en Fire, pour former le duo Fire & Ice avec l'ex-Icemaiden), Blue Beetle et Booster Gold. Pendant ce temps, Big Barda (la femme de Scott Free), Martian Manhunter, Rocket Red et G'nort se sont lancé à la poursuite de Manga Khan qui a capturé Mister Miracle et qui compte bien trouver un acheteur intéressé, pour réaliser un joli profit.
Épisodes 18 & 19 (dessins de Kevin Maguire, encrage d'al Gordon, puis Joe Rubinstein) - Manga Khan a décidé de faire appel à un assassin professionnel pour se débarrasser des cette JLI qui s'avère vraiment collante. Il loue donc les services d'une personne qui mène toujours à bien son contrat : Lobo (dont le nom signifie dans sa langue maternelle : celui qui dévore votre entrailles et y prend plaisir). Lobo commence par affronter l'équipe du Martian Manhunter dans l'espace, puis il se retrouve au siège de la JLI à New York. Guy Gardner prend un nouveau coup sur la tête. La JLI essaye de recruter de nouveaux membres.
Épisodes 20 & 21 (dessins de Ty Templeton, encrage de Joe Rubinstein) - Manga Khan a décidé de vendre Mister Miracle à Granny Goodness, sur Apokolips.
Épisode 22 (dessins de Kevin Maguire, encrage de Joe Rubinstein) - Il s'agit d'un épisode découlant du crossover Invasion, secret no more. Une bande d'extraterrestres lilliputiens a envahi l'ambassade de New York de la JLI. Il n'y a plus qu'Oberon pour les arrêter.
Keith Giffen continue d'utiliser son imagination délirante, son second degré mordant et son sens de l'autodérision pour emmener la JLI là elle n'était pas encore allée. Il subit toujours le dictat des éditeurs de DC Comics qui ne lui permettent pas d'utiliser Superman, Aquaman, Wonder Woman, et Batman (dans une moindre mesure pour ce dernier). Giffen n'hésite pas à recourir au cliché de l'invasion extraterrestre (ressort narratif usé jusqu'à la corde) pour construire une histoire sur 8 épisodes. Mais ces extraterrestres là ont pour credo le profit, comme alternative à la conquête militaire. Ils ont à leur tête un humanoïde recouvert d'une armure dorée de la tête aux pieds, qui a la fâcheuse habitude de parler tout seul à haute voix. Il est servi par un robot valet affublé du nom de L-Ron (une forme d'ironie dirigée contre le fondateur de la Scientologie) qui est très sensible à la mode robotique et à l'humeur changeante de son patron. En fait, il faut bien reconnaître que cette histoire étirée finit par lasser parce que le tandem Giffen/DeMatteis alterne trop systématiquement les scènes d'action avec les scènes de dialogues humoristiques. le lecteur finit par avoir l'impression que chaque épisode doit remplir son quota de l'un et de l'autre, aux dépends d'un déroulement plus organique de l'intrigue.
Heureusement, JM DeMatteis continue à s'en donner à coeur joie pour les dialogues. Manga Khan est aussi mégalomaniaque que risible. L-Ron est à la fois servile et méprisant. Et puis il y a la consolidation de l'amitié sarcastique entre Blue Beetle et Bosster Gold, l'amitié de 2 personnes aux personnalités opposées (extravertie/introvertie) que sont Fire & Ice. Keith Giffen et JM DeMatteis calquent la personnalité de Beatriz Da Costa sur le stéréotype de la femme brésilienne (sexy, sublime et n'ayant pas froid aux yeux). le pauvre Captain Atom est plus frustré et humilié que jamais. le vrai Guy Gardner est de retour. Seul Lobo n'a pas le droit à sa personnalité habituelle car à l'époque il s'agit encore d'un personnage très récent, et Alan Grant & Keith Giffen ne l'ont pas encore approfondi (ce qu'ils feront dans Lobo, Portrait of a Bastich). Par contre, l'humour et Apokolips ne font pas bon ménage car le mélange transforme Darkseid en méchant d'opérette.
5 épisodes dessinés par Kevin Maguire, c'est toujours un plaisir pour le sens du détail vestimentaire, pour les moues expressives, pour le langage corporel et la majesté impressionnante de l'espace intersidéral. Je regrette juste qu'Al Gordon n'ait pas été en charge de l'encrage de tous les épisodes car Rubinstein a du mal à s'adapter au style de Maguire.
Les épisodes 14 & 15 sont intéressants visuellement car Leialoha a choisi de mettre du Steve Ditko dans ses dessins. Il adopte un style un peu vieillot avec un résultat convaincant pour les scènes d'action et d'humour, sans jamais essayer de faire du sous-Maguire. Ty Templeton respecte le cahier des charges : réaliser des dessins minutieux dans lesquels figurent beaucoup de personnages. Mais son style est nettement plus rond et plus enfantin, rajoutant encore une couche d'infantilisme pour la séquence sur Apokolips qui n'en avait vraiment pas besoin.
La JLI continue de défricher des nouveaux territoires dans JLI 4 (épisodes 23 à 30).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : extra-terrestresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15768 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre