AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur La petite amie imaginaire (6)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
Under_the_Moon
  17 février 2019
" Un esprit sain dans un corps sain " dit-on.
Dans ce court récit, qu'on pourrait apparenter à des mémoires, John Irving tente de nous montrer comment la discipline dont il a fait usage dans le sport (la lutte) et l'écriture sont similaires : un quart de don, les trois autres de travail.
A la fin il montre également le rôle fédérateur de la lutte grâce aux liens qu'il a permis de créer entre lui et ses fils, et lui et les jeunes qu'il entraînait.
Cet aspect existe aussi avec les étudiants qu'il encadrait dans les cours d'écriture et les écrivains qu'il rencontre. On s'amuse parfois de voir qui Irving a croisé.

L'idée était vraiment intéressante, mais j'ai trouvé ce récit bien trop décousu, et à la construction très inégale. Et le pire : la traduction poussive, avec des calques affreux.

Quelle déception ! au point que je me refuse à le commenter davantage


Challenge USA 2019
Challenge multi-défis 2019
Challenge Globe-trotteurs 2019
Commenter  J’apprécie          210
Luniver
  06 juillet 2014
John Irving nous dévoile une tranche de sa vie dans cette autobiographie : ses débuts dans l'écriture, et sa carrière dans la lutte (beaucoup). Ses lecteurs fidèles ne seront pas surpris de voir que ce sport a eu une grande importance dans sa vie, étant un thème récurrent dans ses romans. En tant que sportif d'abord, sans grand génie de son propre aveu, mais très travailleur, jusqu'à choisir son université en fonction de l'entraînement qu'il y recevra. Plus tard entraîneur, avec un palmarès plus conséquent, en menant deux fils au titre de champion de leur état.

Entre deux séances au gymnase, l'auteur nous parle de ses débuts en tant qu'écrivain, les professeurs qui l'ont encouragé ou au contraire freiné dans sa vocation. On a parfois l'impression qu'Irving s'est rabattu sur l'écriture, faute de perspectives de carrière suffisantes dans la lutte.

Les lutteurs seront peut-être intéressés par les comptes-rendus détaillés des matches importants qu'a vécu l'auteur. Les autres s'ennuieront probablement un peu avec cette autobiographie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Bruno_Cm
  25 septembre 2013
Si vous avez lu John Irving et que vous l'avez aimé, vous trouverez un intérêt à cette autobiographie. Elle ne paie pas de mine, pour autant.
Certains des personnages d'Irving me manquent : ceux d'Une prière pour Owen. Mais ce livre-ci ne m'apprend au fond rien de plus que ce que je trouve quasi en permanence dans les romans, juste quelques détails, des noms, des lieux, que je ma mémoire ne gardera pas. Cette autobiographie n'aura pas changé mes impressions de base sur cet auteur.
Enfin, pourvu qu'il continue à nous faire quelques puissants livres passionnants.
Commenter  J’apprécie          50
Meps
  10 décembre 2014
Curieux de découvrir un auteur par son autobiographie, mais c'est ce qui m'est arrivé... et je ne le recommande pas... Même si certains passages sur son rapport à l'écriture, ses professeurs d'université ou ses propres expériences en tant que professeur sont passionnantes... son amour de la lutte (le sport) est assez... plutôt très.... prégnante et difficile à apprécier quand on est pas soi-même spécialiste... J'ai bien compris certains parallèles qu'il dressait entre ses deux passions, mais j'ai quand même frôlé l'indigestion... Je vais donc me pencher prochainement sur une oeuvre de fiction qui devrait davantage me convenir !
Commenter  J’apprécie          40
puchkina
  27 février 2019
Dans ces mémoires publiées dans les années 1990, John Irving se fait plus concis que dans ses romans-fleuves. Il axe la majorité de ses ruminations autour de la lutte, ses entrainements, ses tournois et la relève assurée par ses fils. de son enfance et sa vie intime, on ne saura rien. Par contre, il parle un peu d'écriture et de cours d'écriture, de ses rencontres avec Nelson Algren ou Kurt Vonnegut et c'est ces parties-là que l'on aurait été aimé voir développées par l'auteur de L'oeuvre de Dieu, la part du Diable, pas ces pages soporifiques sur son amour de la lutte. Dommage.
Lien : http://puchkinalit.tumblr.com/
Commenter  J’apprécie          10
LesChroniquesdEmilie
  12 mai 2013
Cela faisait un moment que je voulais le lire car il porte sur le sport. En cours de culture de générale, nous étudions le thème du sport. Je n'ai pas été déçue par cette lecture. Une autobiographie très bien écrite. Je la conseille à tous les amateurs de lutte et de sport car c'est un ancien sportif qui nous dévoile ses moindres secrets
Lien : http://leschroniquesdemilie...
Commenter  J’apprécie          10
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Complétez ces titres de John Irving

"Liberté pour ...

faire les courses'
les nounours'
les ours'
Florence Cassez'

12 questions
367 lecteurs ont répondu
Thème : John IrvingCréer un quiz sur ce livre