AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jean-Louis Gouraud (Autre)
EAN : 9782330131111
272 pages
Éditeur : Actes Sud (05/02/2020)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Sur le cheval barbe - le cheval des Berbères - tout a déjà été dit. Tout, et souvent n'importe quoi.

Est-ce bien ce genre de monture qu'utilisaient, deux siècles avant notre ère, les cavaliers puniques d'Hannibal ? Est-ce bien de ce petit cheval d'Afrique du Nord que sont issues les merveilleuses races hispaniques : l'andalou, le lusitanien, le genet d'Espagne ? Est-ce bien cet animal rustique, sobre et endurant, qui se révéla sous la selle d'écuyers... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Acerola13
  26 février 2021
Je poursuis ma découverte de la collection Arts équestres aux éditions Actes Sud : après les deux ouvrages le Quarter Horse Américain le Cheval Appaloosa, c'est au tour du cheval barbe d'être décrypté...Heureusement moins sous le prisme de la génétique et des stud-book, et bien plus sur son histoire et son utilisation au Maghreb et en Europe !
L'auteur Yassine hervé Jamali rappelle dès les premières pages son cheval de bataille : il se défend de l'appellation généralisée de "cheval barbe" pour tous les chevaux africains quelle que soit leur morphologie, pratique qui jure effectivement avec tous les autres continents où les chevaux se déclinent en innombrables races. Il explicite en premier lieu que contrairement aux croyances jusque-là, de nouvelles fouilles archéologiques démontrent une présence du cheval en Afrique, qui n'aurait donc pas été importé d'Asie via l'Egypte par les Hyksôs.
Entre anecdotes historiques et convictions personnelles, l'auteur tente de redonner ses lettres de noblesse au "vrai" cheval barbe, le "buveur de vent" comme il l'appelle, un petit cheval extrêmement endurant, élevé pour les razzias, aux qualités reconnues par les Romains, les Anglais et en fonction des époques et des modes, par les Français. Il se fait donc l'avocat d'une distinction claire entre un barbe fin et endurant, et une autre race élevée pour le spectacle, la fantasia, allant même jusqu'à proposer une troisième race distincte, l'arabo-barbe.
Au-delà de ces circonvolutions qui donnent lieu à de nombreuses répétitions de la part de l'auteur, le cheval barbe est une vraie mine d'or sur l'histoire de la cavalerie de guerre, mais aussi sur l'utilisation du cheval (razzia, cavalerie lourde, manège, spectacle, traction, course, loisirs...) qui dicta bien souvent l'amélioration et les croisements entrepris. le cheval barbe fut d'ailleurs reconnu comme un excellent reproducteur : il contribua à la suite des invasions arabo-musulmanes à la création des races andalouse, lusitanienne et du genêt d'Espagne, à l'amélioration de la cavalerie française du temps de Colbert, avant que la France n'entame de drôles de tentatives en matières d'élevage, ce qui eût des conséquences stratégiques (mauvaise cavalerie) et commerciales (coût des étalons à importer pour l'amélioration de la cavalerie) tragiques pour l'armée...Il faudra attendre l'invasion française d'Algérie pour que le barbe soit à nouveau porté aux nues par la nation tricolore, avant d'être une fois de plus rabaissé en qualité de monture du vaincu.
Le barbe rejoint son cousin arabe dans les querelles incessantes qui visent à savoir qui créa le pur-sang anglais ; on y apprend au passage les différentes techniques de sélection pour les chevaux reproducteurs : victoires propres, victoires de leur descendants, ou de leurs ascendants. L'épineuse question de l'amélioration de la race barbe par le pur-sang anglais, par le pur-sang arabe, par l'anglo-arabe ou par lui-même se pose aussi...
Un livre très complet donc pour quiconque s'intéresse aux chevaux et à leur histoire ; mais qui agace franchement par moment par les répétitions et le parti pris qui fait sourire. L'auteur aurait pu se contenter d'un peu moins de pages pour son exposé.
Un dernier mot sur le regard du vainqueur sur le vaincu qui change la narration de l'histoire : l'histoire du cheval barbe et la manière dont il fut dénigré reste effectivement intimement liée au regard qui fut celui de la colonisation française sur l'ensemble du Maghreb...Intéressant d'en retrouver les biais jusque chez les chevaux !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Acerola13Acerola13   16 février 2021
Aux Grecs succéderont les Romains. Tout au long des guerres puniques, puis de l'occupation romaine, aucun auteur ne parlera de l'Afrique sans mentionner ses chevaux, n'étudiera les chevaux de l'Empire sans exalter ceux des provinces africaines pour leur endurance et leur longévité.

Du III' siècle avant J.-C., époque des premiers combats, au 1° siècle après J.-C., où s'épanouit la civilisation romaine, dans un monde relativement apaisé et des provinces africaines soumises, le regard de l'hippologue romain, son approche du cheval africain, changent profondément.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Acerola13Acerola13   16 février 2021
Pendant la première phase de la conquête française, l'ennemi, arabe, berbère ou maure est un pair, un ennemi difficile à vaincre; il lutte à armes presque égales, a souvent l'occasion d'affronter à l'arme blanche le soldat français et parfois de le vaincre. Peu à peu, l'irrésistible percée, de plus en plus facile au fur et à mesure des progrès techniques de l'Occident, en fait un ennemi vaincu d'avance dont les charges viennent se briser, si héroïques soient-elles, contre un mur de fer et d'acier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Acerola13Acerola13   03 décembre 2020
En 1827, quand le dey d'Alger, d'un coup d'éventail, déplace une escadre française du nord au sud de la Méditerranée, il ouvre la voie à trois années de blocus du port d'Alger, que suivront cent trente ans de colonisation. Ce même coup d'éventail a une autre conséquence à plus long terme : il met un terme au triste statut de "cavalerie la plus mal montée d'Europe", aux dires de Wellington, en offrant à la France le meilleur cheval de guerre du monde".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : razziaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2297 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre