AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Actes Sud

Créée en 1978 par Hubert Nyssen, Actes Sud est une maison d`édition française installée depuis 1983 au lieu dit Le Méjan, à Arles. Son catalogue est varié, et propose littérature, essais, documents, beaux-arts, nature, cuisine, ou encore théâtre... Actes Sud a lancé en 2005 une collection de bandes dessinées et possède également Actes Sud Junior, spécialisée dans l`édition d`ouvrages jeunesse.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Actes Sud



Dernières parutions chez Actes Sud


Dernières critiques
ILLE
  05 juillet 2022
Sankhara de Frédérique Deghelt
Leur vie de couple s'est terminée avec la naissance des jumeaux, et est devenue d'une grande banalité. Hélène leur consacre tout son temps alors que Sébastien lui vaque à ses occupations. Un beau jour elle plaque tout et décide de faire un stage de méditation en pleine conscience. Un expérience qui les transformera tous les deux.

J'ai trouvé les pages consacrée à la retraite d'Hélène un peu longues
Commenter  J’apprécie          10
Claire06540
  05 juillet 2022
Mille petits riens de Jodi Picoult
Roman qui aborde de manière intelligente et documentée la question du racisme dans la société américaine. Un nourisson meurt et une infirmière noire est accusée de meurtre par ses parents, suprématistes blancs. Une avocate commise d'office se charge de la défendre. En racontant la même histoire vécue par les trois protagonistes, les changements d'angles poussent à la réflexion. Ce n'est ni caricatural, ni moralisateur, au contraire un message d'espoir (même si le dénouement final est peu réaliste).
Commenter  J’apprécie          30
Lucilou
  05 juillet 2022
Connemara de Nicolas Mathieu
On a beau détester Michel Sardou et tout ce qu'il représente - une certaine idée de la France et des idéaux réactionnaires-, on a beau se gargariser toutes et tous de nos gouts musicaux plus pointus, plus engagés, moins franchouillards, plus sublimes et plus branchés, on a tous en nous le souvenir d'une fin de soirée où ont retenti dans la salle "Les lacs du Connemara" (Généralement, c'est peu de temps après "La Tribu de Dana" qu'on a remis à peu près dix fois au cours de la soirée!) et où l'esprit un peu embrumé, le corps transpirant de trop de danse et les pieds gonflés ont suivi le mouvement parce qu'au fond, cette chanson qu'on adore détester ou qu'on adore sans oser l'avouer, fait partie de notre patrimoine. "Les Lacs du Connemara, c'est ça: les fins de soirées, les 14 juillet, le mariage d'une cousine, l'aube qui se lève bientôt et qui nous surprendra comme Cendrillon après minuit, la parenthèse qui se ferme.



Cette chanson qui résonne, qui dit un temps qui n'est plus, quand la France ne déchantait pas encore, quand le monde n'était pas aussi noir et fermé qu'aujourd'hui, elle hante les souvenirs perclus de nostalgie et d'amertume des personnages de Nicolas Mathieu qui signe encore une fois avec "Connemara" un roman magnifique et fulgurant, à la hauteur du sublime "Leurs enfants après eux".



De sa plume toujours si précise et presque médicale, l'auteur convoque et ausculte en virtuose, avec une justesse confondante et un réalisme douloureux des thèmes qu'il semble chérir: la France périphérique, les fulgurances et la puissance de l'adolescence, la violence latente du temps qui passe et qui charrie regrets et souvenirs mêlés, l'amertume et la frustration des rêves oubliés, les complexes de classe, le poids des regrets, la lumière et les désillusions.

Hélène aura bientôt quarante ans. Après quelques années d'une vie parisienne menée tambour battant et un burn out, elle est de retour dans son Est natal nanti d'un époux un peu distant et rarement disponible et de deux filles. Avec la maison d'architecte dans laquelle vit la famille, les vacances hors de prix qu'elle peut s'offrir, les emplois très bien payés que n'ont pas tardé à retrouver les époux, Hélène a tout pour être heureuse et sa réussite ressemble à celle qu'affiche les magazines ou mieux encore les comptes instagram triomphants. Pourtant quelque chose cloche... Hélène n'est pas si heureuse... Elle qui a tant donné pour fuir cette région de misère et pour arracher sa réussite loin des parents qui lui ont si souvent fait honte, elle qui s'est extirpée de sa classe sociale pour avoir plus, mieux, est finalement de retour et sa mélancolie l'oppresse, l'écrase.

Christophe, lui, n'est jamais parti. Ancienne étoile montante de l'équipe locale de hockey, il était la coqueluche de son lycée, la version française des quaterbacks des séries américaines, la star à qui tous promettaient un destin éclatant. Pourtant... rien. Le jeune homme s'est laissé porter et n'a pas saisi sa chance. Aujourd'hui, il élève seul son fils en compagnie de son propre père dont la santé décline. Parfois, il retrouve les vieux copains autour d'une bière et ils refont le monde...

Hélène et Christophe s'étaient croisés autrefois et la petite lycéenne en crevait d'être regardé par le beau gosse du coin qui préférait les rebelles ou les plus délurées. Les filles sages au lycée n'attirent pas les garçons, c'est bien connu.

Et puis les années qui passent, les réseaux sociaux, un message puis un autre, un rendez-vous...

Bien sûr "Connemara" est, à l'instar de "Leurs enfants après eux", un roman éminemment politique qui parvient à transcrire avec acuité les fractures sociales qui blessent la société d'aujourd'hui et qui en dénonce les violences causées par ce néolibéralisme crasse, les inégalités, les désillusions mais c'est aussi un très beau roman sur l'humain, l'intime, sur l'espoir chaque jour renouvelé d'obtenir un peu de bonheur et de jouissance, sur ce qui meut les hommes et les femmes à continuer toujours, à y croire encore et malgré tout. Oui Hélène et Christophe symbolisent des types sociaux mais ils dépassent ce cadre, personnages de papier, pour être, être vraiment et c'est d'une beauté et d'une émotion à couper le souffle.

Il y a les mots et les regards. Il y a les corps aussi.

Il y a le présent auquel vient se mêler le passé dans une narration sensible et ample. Il y a les regrets, l'amertume et cette quête d'amour si douloureuse qu'elle brise le cœur.

Il y a le monde qui continue de tourner et la danse infernale pour en faire partie.

L'humour caustique et l'absurdité d'un certain monde du travail.

Les errances dont sont faites nos vies et l'inexorable fuite du temps.

Et cet épilogue!..

Un grand roman, un beau roman qui finalement nous pousse dans les bras du présent, parce que c'est encore lui le plus beau, le plus vivant.







+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50