AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Florence Hertz (Traducteur)
EAN : 9782757813782
245 pages
Points (18/06/2009)
3.86/5   29 notes
Résumé :
En thaï, un farang, c'est un étranger. Et Ma, elle pense que de toute façon, " le cul et les éléphants, c'est tout ce qui les intéresse, les farangs ". Le ton du livre est donné dans " Les farangs ", la première des sept nouvelles lumineuses contenues dans Café Lovely. Dans " Tour au paradis ", un train file vers Koh Lukmak, la dernière des îles Andaman, le long de cette bande de terre qui sépare l'océan Indien du golfe de Thaïlande. À bord, un jeune Thaïlandais et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,86

sur 29 notes
5
3 avis
4
8 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis

Bookycooky
  22 septembre 2017
Clint Eastwood aux pays des éléphants ( le Clint Eastwood n'est pas celui auquel vous pensez 😁)......
Un petit garçon dont l'amour du frère lui fera découvrir trop tôt, Café Lovely et son charme vénéneux...
Loterie au temple pour le service militaire, un tirage au sort aux mains des dieux mais surtout de la corruption....
L'art du marchandage en Extrême-Orient, comment s'acheter au marché, des fausses lunettes Armani à moitié prix ? (pourrait servir pour des futurs voyages ).......
Misère et racisme, Priscilla (Presley ?😜)aux dents d'or, la petite réfugiée cambodgienne à la générosité émouvante....
Un vieil américain handicapé chez son fils et sa bru thaïlandaise à Bangkok.....
La violence de la mafia aux combats de coqs, une tradition ancestrale en Thaïlande, le sport des rois......
La dure réalité de la misère, au sens large, racontée avec beaucoup de légèreté, de fraîcheur et de pudeur, dans un pays, la Thaïlande, où les farangs ( les étrangers) y vont pour le plaisir ("le cul et les éléphants ,c'est tout ce qui les intéresse, ces gens."), où les enfants et les ados s'initient très tôt à se shooter au solvent à peinture et à la prostitution, où le service militaire au tirage au sort est une question de vie ou de mort, où marchander est un sport national, où la générosité n'est pas proportionnelle au bien-être, où accepter son destin est une des conditions de survie, où être physiquement avec un étranger vous classifie immédiatement de prostitué et où les petits délinquants font la loi et quelle loi !
Sept nouvelles très réussies qui m'ont vraiment touchée, et dire que ce jeune auteur thaïlandais-américain, né à Chicago et élevé à Bangkok les a écrit à seulement vingt-cinq ans, Chapeau ! Comme son nom original "Sightseeing" l'indique, c'est un voyage au coeur d'un pays, doté d'un excellent guide , que je vous invite à découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          847
missmolko1
  17 janvier 2015
Café Lovely est un recueil de nouvelles qui vous transport,vous emmène découvrir la Thailande. le dépaysement y est garanti et total.
Toutes les nouvelles qui composent ce recueil sont toutes très bien écrites et la plume de Rattawut Lapcharoensap est très agréable. On passe du rire aux larmes très facilement.
Le recueil s'ouvre sur "les farangs". Un farang c'est un étranger, quelqu'un qui n'est pas thaïlandais ou encore une façon de désigner les touristes. Et autant vous dire que ces derniers en prennent pour leur grade. C'est une nouvelle très légère qui est agréable et plutôt drôle par rapport a ce qui attend le lecteur par la suite.
"Café lovely" donne son nom au recueil. On y fait la connaissance d'un jeune garçon qui fait tout pour être aimé par son frère aîné. C'est une nouvelle touchante qui nous fait découvre la jeunesse thaïlandaise et ses dérives.
Avec "la loterie" on découvre comment les jeunes hommes sont recrutés pour leur service militaire. il vous faut tirer une carte noir pour être reformé tandis qu'une rouge vous contraint a être recruté. Mais tout n'est pas aussi simple que ça et l'on découvre vite que le système est corrompu.
"Tour au paradis" m'a beaucoup ému et fait partie de mes favorites. C'est une nouvelle qui nous raconte le dernier voyage d'une femme qui est atteinte d'une maladie des yeux qui l'a fait devenir aveugle. Elle fait ce dernier voyage avec son fils très dévoué pour elle. C'est l'occasion de contempler une dernière fois le monde qui les entoure, de se parler mais aussi de rire.
"Priscilla la cambodgienne" est une nouvelle très triste qui ne peut que toucher le lecteur. Cette nouvelle aborde le problème de l'émigration de cambodgiens vers la Thailande. On découvre les inégalité, le racisme et la violence.
Mon coup de coeur reste pour "Je ne veux pas mourir ici" qui est juste merveilleuse. On fait la connaissance d'un papi américain un peu ronchon, qui a perdu sa femme, il y a quelques années et après une attaque qui l'a laissé paralysé, il est contraint d'aller vivre chez son fils en Thailande. On découvre ses différents problèmes : la vie dans un pays qui n'est pas le sien, la cohabitation avec sa belle fille et ses petits enfants qui ne parlent que très peu l'anglais, la chaleur et le fait de devoir apprivoiser ce corps qui l'emprisonne.
Enfin vient "combat de coqs" qui même si elle est belle m'a paru très longue. Je me suis vite lassée de l'intrigue, de cette descente aux enfers pour cette famille.
J'ai en tout cas adoré découvrir une autre culture et de voyager dans ce très beau pays.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
LePamplemousse
  11 août 2013
En thaï, un farang, c'est un étranger. Et Ma, elle pense que de toute façon, " le cul et les éléphants, c'est tout ce qui les intéresse, les farangs ". le ton du livre est donné dans " Les farangs ", la première des sept nouvelles lumineuses contenues dans Café Lovely.
" Priscilla la Cambodgienne " nous apprend que la Thaïlande aussi a ses immigrés ; ils sont le plus souvent birmans et cambodgiens. À Phnom Penh, juste avant l'arrivée des Khmers rouges, le père dentiste de Priscilla n'a que le temps de faire fondre tout son or et d'en plomber les dents de sa fille, avant d'être embarqué.
Dans la nouvelle « La loterie », ce sont les destins de deux jeunes hommes, deux amis, qui se jouent. Selon la couleur de la carte qu'ils tireront, ils iront ou non effectuer deux ans de service militaire. Mais l'argent et les relations permettent aussi de changer la couleur de la fameuse carte…
La nouvelle la plus touchante est, à mon avis, « Je ne veux pas mourir ici ».
Suite à une attaque qui l'a laissé partiellement paralysé, un vieil homme se voit contraint de quitter les Etats-Unis pour aller vivre chez son fils et sa femme en Thailande.
Il ne se sent pas à sa place dans cette famille qui lui est étrangère, avec son fils qu'il ne reconnaît plus, des petits-enfants qu'il ne comprend pas, dans un pays ou rien ne lui rappelle ce qu'il a été.
Café Lovely est une mosaïque bariolée de parents, d'enfants, de Thaïs, d'étrangers, d'amants, d'ennemis, de vérités et d'illusions sur la Thaïlande contemporaine. Café Lovely est, grâce à une écriture riche, vivifiante et d'une extrême fraîcheur, un très grand moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
Deti
  14 décembre 2017
Avez vous envie de découvrir la Thaïlande, sans passer par le voyage en avion et le décalage horaire? Voici le recueil de nouvelles qui vous ferait plaisir, peut - être.
A travers différentes histoires, Rattawut Lapcharoensap, nous décrit des épisodes de la vie quotidienne avec humour et tendresse. Il dépeint sa patrie dans sa beauté et son obscurité.
Sept nouvelles surprenantes qui explorent l'identité culturelle et qui célèbrent l'amitié et l'amour familial, mais qui nous plongent aussi dans le coté obscur : la drogue, la corruption...
L'histoire que j'ai aimé le plus c'est 'Le combat de coqs'. Avant de lire cette histoire, je ne savais pas du tout qu'il s'agissait d'un jeu très populaire en Thaïlande.
Une bonne surprise pour moi, car je n'ai pas l'habitude de lire de nouvelles
et ça...j'achète - aurait dit Jean- Marc Généreux. Je sais, je sais, rien à voir avec le livre.
Merci à ma bibliothèque préférée qui me fournit toujours des livres surprenants.
Bonne lecture à tous, si ce voyage virtuel vous tente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
carre
  08 janvier 2012
Café lovely premier recueil de nouvelles de ce jeune auteur, est une sacrée belle surprise. Sept nouvelles pour nous dire la Thailande (celle des années 80-90 mais a-t'ele vraiment changé), loin des clichés des tour opérator. Lapcharoensap nous conte des moments de vie, de famille, d'amour, de filiation, d'amitié avec humour, tendresse, émotion, mélancolie. L'auteur se moque avec talent des "Farangs" (touriste). Mais, il y a aussi derrière cette fraicheur, un peuple qui vit souvent dans la misère et doit trouver des trésors d'ingéniosité pour survivrent. Loin, très loin des cartes postales. Excellente découverte.
Commenter  J’apprécie          130

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
BookycookyBookycooky   21 septembre 2017
Un beau matin d'avril, je passe prendre Wichu à trois maisons de chez moi pour aller à Wat Krathum Sua Pla, le temple où se tient la loterie annuelle de la circonscription régionale........Nous n'étions pas pratiquants -la dernière fois que nous étions allés au temple c'était pour admirer les maillots de bain de l'élection de la reine du jasmin- mais nous avions décidé de prier,au cas où les dieux s'intéresseraient à la loterie de la circonscription du Pravet. Ca ne pouvait pas faire de mal. p.61-62
( La loterie est un tirage au sort pour le service militaire).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
BookycookyBookycooky   22 septembre 2017
"C'est à croire que le bon Dieu à inventé l'idiotie le même jour que le pénis.
-Qu'est-ce-que tu racontes , maman ?
-Tu me comprends trés bien.Tu as vu ce que font les hommes avec leurs crétins de coqs? ....Méditer avec des coqs, je te jure !"
( Combat de coqs)
Commenter  J’apprécie          341
gavarneurgavarneur   17 mai 2018
Je suis tombé amoureux ce matin quand Clint Eastwood lui a reniflé l'entrejambe, et que la fille n'a pas bondi du sable en hurlant, et ne lui a pas tapé dessus contrairement à d'autres. Elle s'est illuminée d'un sourire angélique, semblant trouver tout à fait naturel d'avoir le museau du cochon entre les cuisses. Elle a caressé le duvet de la tête de Clint Eastwood comme si c'était un gentil toutou rose et elle a dit avec un rire : « Salut, toi, eh ben dis donc, quelle bonne surprise ! T'es beau, tu sais ? »
Page 13
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
BookycookyBookycooky   22 septembre 2017
....quand les enfants commencent à comprendre la gravité des souffrances de leurs proches, ils cessent d'être des enfants. p.39
Commenter  J’apprécie          350
carrecarre   27 décembre 2012
Les hommes sont des monstres, Ladda, il faut vraiment que tu le comprennes. Ils n'ont aucun respect pour les femmes. Nous n'avons pas le choix, nous ne pouvons qu'apprendre à supporter leur barbarie.
Commenter  J’apprécie          180

autres livres classés : littérature thaïlandaiseVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Rattawut Lapcharoensap (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2642 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre