AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Jean-Baptiste Flamin (Traducteur)
EAN : 9782493816405
272 pages
NAMI (01/03/2024)
4.25/5   42 notes
Résumé :
Entre notre monde et l’au-delà existe un étonnant studio photo où les défunts peuvent tourner une dernière fois les pages du livre de leur existence terrestre.

À travers une collection de photos soigneusement choisies, chacun peut remonter le temps pour se remémorer les moments précieux de son passé. Paysage d’enfance, noces avec l’être aimé, portrait de famille... un voyage sur le flot de ses souvenirs, des instants les plus doux à ceux d’infortune.<... >Voir plus
Que lire après Le Gardien des souvenirsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
4,25

sur 42 notes
5
8 avis
4
6 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Après quelques lectures un peu insipides, quel plaisir j'ai eu en découvrant les histoires touchantes racontées dans le gardien des souvenirs de Hiiragi ! Pourtant, ce petit bijou n'a pas fait grand bruit à sa sortie... Pourtant:, pourtant, pourtant! Amis fans de littérature japonaise ou simples curieux, dégustez à loisir ce roman à la plume simple mais efficace!

Alors, le gardien des souvenirs (dans sa langue mère, le miracle du studio photo de l'existence, oui oui!) , ça raconte quoi?

Hirasaka tient un studio photos entre le monde des vivants et l'au-delà. Passage obligé pour chaque nouvelle âme. Dans ce studio, Hirasaka propose aux défunts de constituer une lanterne à base de photos de leurs souvenirs et de retourner dans le passé afin de prendre en photo un souvenir parfois abîmé. Trois profils parmi tant d'autres se présentent à lui: une vieille dame, un yakuza et une enfant perdue.

J'ai été de suite happée par la première histoire, celle sur Hatsue, ancienne éducatrice. J'ai aimé la singularité de l'intrigue, portée sur un personnage plutôt commun au métier extraordinaire, son combat après-guerre pour ouvrir un centre pour enfants, délaissés à cette époque par des parents débordés tentant de joindre les deux bouts. J'ai adoré la suivre, lire ses efforts, voir la solidarité de tout un quartier afin de mener à bien un projet titanesque... Et la fin, très touchante, clôturait à merveille cet hommage au dur métier d'éducateur spécialisé.

J'ai cru ne pas accrocher à la seconde histoire avec notre protagoniste yakuza. Mais finalement, le bougre s'est révélé attachant et j'ai aimé ses réflexions sur ce qu'est l'essence même de la vie, sur le fait que l'on ne puisse la "réparer", contrairement à ce que son collègue, Nezumi, pense. Là encore, la conclusion de l'histoire était bien amenée et tout en délicatesse.

Enfin, la dernière histoire concernant Mitsuru, l'enfant perdue. Pour le coup, je ne savais pas où l'auteure voulait aller. Allait-on encore tomber sur une histoire tristement pitoyable, avec une pauvre enfant frappée par la malchance? Allait-on nous servir des niaiseries pour nous arracher une larme? Puis ensuite, j'ai compris

Enfin, comment parler de le gardien des souvenirs sans parler de son personnage central: Hirasaka. le fameux guide spirituel, ni divinité, ni humain. J'ai trouvé ce personnage franchement agréable et rassurant, d'une douceur réconfortante.

En clair, une excellente lecture toute douce, un peu amère, et pleine d'espoir.
Commenter  J’apprécie          10
Ces derniers temps, il y a une grande vague de feel-good japonais qui sont traduits en France, et j'avoue être lassée par certains titres qui sentent un peu le réchauffé ou sont déclinés en plusieurs tomes. J'étais donc un peu dubitative en commençant “Le gardien des souvenirs” et Sanaka Hiiragi m'a beaucoup surprise.

L'intrigue de base et la singularité des personnages m'ont beaucoup plu. le premier chapitre s'ouvre sur un facteur qui livre un colis un peu spécial à Hirasaka, un homme que nous allons peu à peu découvrir. Cet homme accueille des personnes qui viennent de mourir dans son studio de photographie, il leur demande alors de parcourir de nombreuses photos, symboles de toute leur vie, et de sélectionner parmi elles, un nombre de photos correspondant à leur âge. Il monte ensuite ces photos sur un mobile qui tournoie et leur fait ainsi revivre leurs souvenirs avant de partir définitivement. Il leur propose aussi de remonter dans le temps et de revivre une scène de leur passé. Nous allons suivre la fin de trois personnes : une vieille femme, un yakuza et une jeune enfant. Ils ont chacun un petit quelque chose qui nous touche et revivre certaines scènes à leurs côtés est particulièrement poignant (surtout l'histoire du yakuza et celle de la petite fille.) On découvre aussi certaines facettes de la société japonaise à travers leurs vies.

C'est un roman qui nous fait réfléchir sur notre vie, sur quel souvenir on aimerait revivre au moment de notre mort, quels sont ceux que l'on chérit le plus. Mais aussi un roman qui nous rappelle l'importance de notre quotidien, des petites choses de la vie et des personnes qui nous entourent.
Commenter  J’apprécie          70
Quel délice de démarrer le printemps en s'offrant la lecture du "gardien des souvenirs" de Sanaka Hiigari paru le 1er mars aux éditions Nami.

Comme le nom de l'auteur l'indique, ce livre arrive tout droit du Japon et nous offre les codes classiques de ce type de littérature.

Une plume facile à lire.
Des récits de vie.
Un part d'introspection.
De la retenue et de la pudeur.
La générosité d'un écrit fort et puissant.
Une identification facile pour le lecteur.
Des valeurs universelles.
Un personnage mystérieux détenant un savoir et le mettant au service de la quête personnelle d'inconnus.

"Le gardien des souvenirs" remplit totalement sa mission.
Il pourra te sembler qu'il offre la même recette que ses prédecesseurs...et pourtant! Je dirais que ce livre complète ses prédécesseurs. Il les enrichit!

Lire "Le Gardien des souvenirs" consolidera celle ou celui que tu es.
Te réconforteras ou te surprendras...Peut-être répondra-t-il à une de tes questions...ou alors, confirmera ce que tu sais déjà intimement.

Dans ce livre, tu accompagnes Hirasaka dans sa mission.
Sa mission?
Oui!
Hirasaka accueille les morts dans l'entre-deux. Un endroit entre la matérialité de notre monde et l'immortalité de l'au-delà.
Pendant quelques heures, Hirasaka les aide à construire l'album de leur vie.

Photographe, il aide les défunts à choisir pour chaque année de leur existence, un cliché. Lorsqu'un cliché est manquant, illisible ou abimé, il accompagne la personne sur terre et lui propose de prendre lui-même le cliché souvenir.

Ce roman m'a totalement emportée. le personnage d'Hirasaka est mystérieux. Son humilité et son empathie sont rassurantes. Il accueille chacun dans son intégrité.

Quelque soient les choix et les actes du défunt de son vivant, il l'accompagne sans jugement et lui permet de préserver le meilleur. J'ai particulièrement aimé ce message positif.

Je partage aussi l'idée qu'il est important de ne pas voir que le négatif. Chaque être humain possède en lui la force du bien et celle du mal. Personne n'arrive à vivre entièrement dans l'un ou dans l'autre. C'est humainement impossible.

La lecture du "Gardien des souvenirs" offre au lecteur la possibilité de comprendre la nécessité de profiter de chaque minute offerte.

Il nous enseigne également la constance de notre finalité.
Nous sommes tous amenés un jour ou l'autre à mourir.
Finalement, il ne restera alors que quelques souvenirs de nos vies.

Pensons à privilégier le positif!

Contextualiser la mort à travers un personnage bienveillant et rassurant apporte aussi une piste sur ce qui arrive lorsque nous poussons notre dernier souffle.

Personne n'est revenu pour témoigner (sauf de la fameuse lumière blanche)... Ce manque de référence laisse la porte ouverte à une infinité de possibilités.

Celle proposée par Sanaka Hiigari me plait.
Nous laissons tous une trace de notre passage parmi les hommes.
Nos souvenirs sont bien souvent partagés avec autrui.

Il est rassurant de ce dire que notre flamme éteinte a nourri la flamme intérieure des nos proches, de nos amis, d'inconnus.

Et si finalement, c'était ça la vie éternelle?
Semer des souvenirs, des émotions, des actes anodins ou géants,...marquer un esprit et influencer sans le vouloir le destin de l'Humanité...

Si cette idée te plait, ce livre est fait pour toi.
Si tu as peur de la mort, ce livre te parlera.
Si tu aimes la justice et le juste retour des choses, ce livre te nourrira...

Qu'en penses-tu?
Lien : https://lire1x.com
Commenter  J’apprécie          42
Direction le Japon et un studio photo un peu particulier… Au moment de leur mort, les défunt arrivent dans le studio tenu par Hirasaka. Au moyen de photos, ils vont revenir sur leur vie passée. Ils vont même revivre un souvenir fort de leur vie.

Comme souvent dans les romans japonais, nous avons droit à des tranches de vie et des moments de nostalgie. Tour à tour, trois personnes très différentes vont défiler devant nous et partager leurs souvenirs. Dès les premières lignes, j'ai été prise par l'atmosphère particulière qui se dégage. Les auteurs japonais ont le don pour nous emmener dans un monde de douceur, d'atmosphère, de nostalgie, de petits bonheurs et de moments parfois plus amers…

J'ai aimé l'interprétation de l'autrice sur le concept de voir sa vie défiler avant sa mort. le guide pour le passage, les photos, la lanterne,… Et le fait que ce soit le défunt qui choisisse lui-même les images qu'il va voir défiler.

Nous allons suivre une veille dame, un yakuza et une très jeune enfant. Sans le savoir, les trois sont liés d'une manière ou d'une autre. Si j'ai été touché par la vieille dame et l'enfant, j'ai préféré l'histoire du yakuza. Ce n'est pas vraiment le genre de personnage que je m'attendais à trouver dans ce genre d'histoire. Et j'ai aimé la finesse du personnage, sa psychologie et le fait qu'il soit plus qu'un gros dur. J'ai été surprise par son histoire et le message qui s'en dégage.

Le personnage de Hirasaka est aussi très touchant. J'aurai aimé en apprendre plus sur son passé. Certaines pistes nous sont données, mais il manque encore des pièces au puzzle. Peut-être dans un futur roman de l'autrice…

Encore une belle découverte d'une autrice et d'un univers…
Commenter  J’apprécie          40
Ce petit livre est un recueil de trois merveilleux contes qui s'entrelacent dans un crescendo d'émotions et touchent l'âme humaine comme seule la littérature japonaise peut le faire

Chaque jour, une personne tout juste défunte se réveille dans l'étonnant studio photo de Hirasaka. Armé d'une collection de photographies qui résume la vie de ses clients, ce dernier leur propose d'en revisiter les moments les plus marquants avant de passer définitivement dans l'autre monde

Un roman apaisant, touchant et édifiant sur la vie, le courage et l'espoir qui raconte des histoires faites de clichés, de visages et de connexions qui nous apprennent à trouver la beauté dans le présent, dans chaque instant de la vie

Clore notre destin en photographie est une version poétique de la vie qui défile devant nos yeux au moment de la mort. L'auteure a une sensibilité particulière et sait exprimer les sentiments humains à travers une écriture exceptionnelle

Ce roman est une lecture délicate et en même temps chargé de questions importantes. La première concerne le sens de la vie, de son existence, à travers la redécouverte de ses souvenirs faits de détails et de significations cachées

Les chemins de vies qu'on croise au détour des pages sont aussi variés qu'émouvants notamment le dernier conte qui m'a arraché quelques larmes. L'art japonais, c'est de la profondeur et une grande beauté à travers des choix précis et réfléchi de chaque mots, de chaque virgules dont chaque page se savoure
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Sous cette lumière et par ce temps, elle aurait trouvé regrettable de faire si tôt ses adieux au vent et aux herbes folles.
Commenter  J’apprécie          10
La vie est une sorte de voyage où l’on avance en se délestant peu à peu de ses souvenirs.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus

Lecteurs (349) Voir plus



Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
891 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..